Utilisation de technologies 3D en Archéologie : étude et médiation autour d’une momie égyptienne d’ibis

Il y a quelques semaines se sont déroulées les Journées Européennes du Patrimoine. A cette occasion, le Musée de Grenoble a organisé un petit événement ludique intitulé « Mystère à l’égyptienne ». Il s’agissait d’un jeu de piste à travers tout le parcours muséographique sur le thème de l’Égypte antique, de Champollion et du Docteur Clot-Bey.

Fig. 1: Visuel de « Mystère à l’Égyptienne » organisé le 15 septembre 2018 dans le cadre des Journées Européennes du patrimoine (conception graphique : Lydiane Ferreri).

En résolvant douze énigmes, le spectateur était amené à découvrir les différents départements du musée : antiquité, art moderne, art contemporain, art graphiques… A la fin de son voyage il découvrait dans la Tour de l’Isle (un édifice historique sur les bords de l’Isère) une exposition montrant les douze artéfacts correspondant aux réponses des énigmes.

On y trouvait tout d’abord des objets de la vie de tous les jours comme des fruits secs (énigme 4, Fig. 2.4) et de l’eau du Nil (énigme 8). Ensuite il y avait des objets sculptés comme un buste en bronze d’une personnalité grenobloise du 19e s., le Docteur Clot-Bey, réalisé par Jean-Pierre Dantat, dit Dantan Le Jeune (énigme 1, Fig. 2.1), un moulage en terre cuite d’une stèle égyptienne inscrite du nom de Neferhebef (énigme 2, Fig. 2.2), un fragment d’une grande inscription hiéroglyphique avec le prénom de Touthmôsis III (énigme 5, Fig. 2.5), une statuette égyptienne en schiste représentant un scribe assis (énigme 7, Fig. 2.7) et un lot de trois Oushebtis (petites figurines funéraires aussi appelées « serviteurs funéraires ») (énigme 11, Fig. 2.11).

Puis nous pouvions voir des objets en liens avec le monde animal comme deux plumes d’autruche achetées pour l’occasion dans une ferme de la région (énigme 3, Fig. 2.3) et, en prêt du Muséum d’histoire Naturelle de Grenoble ; trois spécimens de vipères conservées dans un bocal,  (énigme 6, Fig. 2.6)

Enfin, il nous était permis de voir des objets liés à la momification : une momie d’œuf, très probablement d’oiseau se présentant sous la forme de restes d’un œuf cassé encore enveloppé de quelques bandelettes maintenues par un lien (énigme 9, Fig. 2.9), un pot en verre contenant des bandelettes (énigme 10, Fig. 2.10)

Fig 2 : Vues de l’exposition de la Tour de L’isle du Musée de Grenoble. 1 : Statue du Docteur Clot-Bey, 2 : Moulage en terre cuite d’une stèle, 3 : Plume d’autruche, 4 : Fruit séchés, 5 : Fragment d’inscription, 6 : Spécimens de vipères, 7 : Statuette de scribe, 9 : Momie d’œuf, 10 : Bandelettes, 11 : Oushebtis, 12 a : Jarre d’ibis, 12 b : Impression 3D de la jarre (crédit photographique : Ville de Grenoble / Musée de Grenoble J.L. Lacroix).

La douzième énigme concernait, elle, une momie d’ibis contenue dans une jarre scellée. En effet, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, la pièce MG.2018 ordinairement entreposée dans les réserves du musée de Grenoble (Fig. 2 : 12 a et Fig. 3) a été exposée. C’est cette pièce qui fait plus spécialement l’objet de ce billet. Il s’agit d’une jarre scellée qui mesure 45 cm de hauteur et 19 cm de diamètre maximum. Nous avons très peu d’informations concernant cet artéfact : les seules indications que le musée possède sont qu’il a été « rapporté d’Egypte en 1842 par Louis de Saint-Ferriol » et qu’il s’agit d’un « don de Gabriel de Saint-Ferriol, fils du comte Louis de Saint-Ferriol, en 1916 ».

Fig. 3: La jarre scellée (inv. MG.2038, crédit photographique: C. Berruyer).

Le musée a prêté cette jarre en décembre 2017 au Synchrotron (accélérateur de particules) de Grenoble pour qu’un scan microtomographique permette d’en connaître le contenu. La microtomographie est une technique d’imagerie virtuelle et non destructrice. Grâce à des rayons X elle permet de retranscrire une image en trois dimensions d’un échantillon. Ce scan a été réalisé  dans le cadre de ma thèse de doctorat de l’Université de Lyon, au sein du synchrotron de Grenoble et du laboratoire Archéorient. Le Synchrotron de Grenoble est un institut de recherche qui produit des faisceaux de lumière synchrotron. Sur la ligne de lumière appelée BM05, il est possible de faire de la microtomographie à rayonnement X synchrotron. Cette technique permet de “voir” l’intérieur d’un échantillon, dans notre cas la jarre scellée, sans avoir à l’ouvrir.

Le Synchrotron de Grenoble (European Synchrotron Radiation Facility – ESRF)

La lumière synchrotron est produite grâce à un accélérateur de particules. Dans notre cas, il se compose du LINAC où sont produits les électrons, du Booster qui les accélére jusqu’à approcher la vitesse de la lumière et du storage ring où les électrons déviés produiront un faisceau de photons : le faisceau synchrotron. Ce faisceau est adapté et utilisé dans ce que l’on appelle des Beam line ou Lignes de lumières. La lumière synchrotron est utilisée dans de nombreuses techniques comme la cristallographie, la diffraction, la fluorescence, la nano- et micro- tomographie etc…Les 43 lignes de lumières de l’ESRF sont toutes spécialisées dans des domaines aussi variés que la chimie, la physique des matériaux, la science des matières molles et dures, les sciences de la vie, la biologie structurale, la médecine, les sciences de la terre et de l’environnement, mais aussi la paléontologie et le patrimoine culturel.

Fig. 4: vue aérienne du synchrotron de Grenoble (ESRF) (crédit: ESRF, P. Jayet).

Après avoir scanné la jarre et avoir procédé à la reconstruction des données grâce à des algorithmes informatiques, il nous a été possible de recréer virtuellement le volume 3D de la jarre sous la forme d’un empilement de coupes virtuelles. C’est sur cette base que nous avons pu étudier la momie et son contenant mais également préparer un support de médiation et d’étude grâce à une impression 3D faite à partir de l’imprimante tridimensionnelle présente sur la ligne de lumière ID19.

Dans un premier temps, le volume virtuel a été segmenté pour séparer les différents éléments de l’objet. La première pièce était la jarre elle-même. Il s’agit d’une jarre en céramique tournée avec un dégraissant végétal. Deux autres pièces, également tournées, en forment le couvercle. Elles sont maintenues scellées grâce à une sorte de mortier. Le tout contient la momie d’un oiseau qui a pu être identifié comme un ibis (Fig. 5). Compte-tenu de l’ossification de ce spécimen, il s’agit d’un adulte. La momie elle-même n’est pas en très bon état de conservation. Certaines bandelettes se réduisent à l’état de poussières dans le fond de la jarre mais il en reste tout de même une grande partie en contact direct avec le corps de l’animal. De celui-ci ne subsistent que quelques plumes et les os. Les organes ne sont pas préservés. En revanche le contenu stomacal, bien que dispersé dans le volume du corps de l’ibis, est encore reconnaissable. Il comporte notamment des coquilles de gastéropodes. Les ibis sont des échassiers au long cou et au long bec caractéristiques. Plusieurs espèces sont  originaires d’Afrique. Dans L’Égypte ancienne, l’ibis était un oiseau vénéré symbolisant l’une des divinités du panthéon égyptien : le dieu Thot. Il a souvent été momifié, comme cela a été le cas pour de nombreuses autres espèces animales.

Cet artéfact est encore en cours d’étude et les résultats de nos investigations feront l’objet d’une publication spécialisée.

Fig. 5: Rendu 3D éclaté de la jarre scellée et de son contenu (image de l’auteur).

Dans un second temps, les volumes 3D virtuellement extraits ont été matérialisés par impression 3D. Dans un but de médiation, nous avons voulu permettre l’ouverture physique de la jarre. Pour ce faire, nous avons imprimé les différentes parties de la jarre et de la momie grâce à deux imprimantes 3D (une « Anet A8 » et une « Raise 3D N2+»). L’ensemble permet d’exposer un « éclaté » de la jarre scellée qui montre les différents éléments successifs qui la composent (Vidéo 1).

Time laps de l’impression de la jarre (crédits: ESRF, C.Berruyer et P. Tafforeau)

Détails techniques des impressions
Logiciel utilisé : IdeaMaker

Fig. 6: IdeaMaker, logiciel utilisé pour l’impression 3D de la jarre.

Bandelettes
Temps d’impression : 96h
Plastique utilisé : PLA,  ø 1.75mm
Température tête d’impression : 260°C



Ibis
Temps d’impression : 22h
Plastique utilisé : ABS,  ø 1.75mm
Température tête d’impression : 190°C
Température plaque d’accroche : 40°C

Jarre
Temps d’impression : 72h
Plastique utilisé : PET,  ø 1.75mm
Température tête d’impression : 240°C
Température plaque d’accroche : 70°C

Les contraintes des Journées Européennes du Patrimoine étaient telles que l’impression 3D a dû être exposée dans une vitrine fermée, n’offrant aux visiteurs aucun contact possible avec la jarre. Mais cet outil pédagogique pourra être réutilisé dans une future médiation en proposant au public une version « tactile » de la jarre égyptienne.

Fig. 7: Vue des visiteurs dans le musée et dans la petite exposition de la Tour de l’Isle (crédit photographique: Musée de Grenoble et C. Berruyer).

En conclusion, grâce à un unique scan, cet artéfact d’ordinaire conservé dans les réserves du musée de Grenoble a pu faire l’objet tout d’abord d’une étude scientifique, avec une identification spécifique de la momie et de son contenu stomacal, ensuite d’un bilan de conservation, à travers la cartographie des fissures et d’une sauvegarde virtuelle, enfin d’une médiation culturelle et d’une exposition de 4 mois, exposition qui pourra être renouvelée sans difficultés. Cette expérience nous montre l’intérêt de l’application directe de nouvelles technologies à l’archéologie.

L’auteur

Camille Berruyer est doctorante de l’Université Lyon 2 en archéozoologie au sein du laboratoire Archéorient et de l’European Synchrotron Radiation Facility.

Pour citer ce billet : Camille Berruyer. Utilisation de technologies 3D en Archéologie : étude et médiation autour d’une momie égyptienne d’ibis, ArchéOrient - Le Blog, 12 octobre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/9746

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.