De l’Asie à la Méditerranée à pas de poule

 A une époque où le poulet est l’une des viandes les plus consommées au monde, il est difficile de s’imaginer qu’il n’en a pas toujours été ainsi et que la majeure partie des populations proche-orientales ne le connaissent que depuis moins de 4000 ou 5000 ans. La diffusion de la poule domestique, Gallus gallus (Linnaeus 1758), est, en soi, un phénomène très intéressant puisqu’elle nous renseigne sur les déplacements et les réseaux d’échanges humains plus ou moins anciens. Ainsi, les observations archéologiques, les datations au radiocarbone et les analyses d’ADN effectuées sur les restes anciens de poule découverts sur les îles du Pacifique ont permis à une équipe de chercheurs de retracer le trajet et la diffusion de l’espèce, longs et mouvementés, depuis l’Asie du Sud-Est jusqu’aux côtes chiliennes. De fait, grâce aux embarcations venues de l’île de Pâques, et après des siècles de voyage sur l’Océan, l’oiseau n’atteint le Chili qu’au cours du XIVe siècle de notre ère, soit un peu plus d’un siècle avant son introduction en Amérique Centrale et septentrionale par les explorateurs européens (Storey et al. 2017).

Mais avant d’entrer dans la reconstitution de la diffusion de la poule à travers le monde et, en particulier, jusqu’en Méditerranée orientale, il est nécessaire de revenir brièvement sur ses origines. La poule domestique est originaire du sud-est asiatique où vivent, encore aujourd’hui, quatre espèces de poules sauvages : Gallus lafayetii, vivant exclusivement au Sri Lanka, Gallus varius, occupant les forêts d’une partie de l’Indonésie, Gallus sonneratii, dans la majeure partie de l’Inde, et Gallus gallus (ou Gallus bankhiva), de la bordure de l’Himalaya jusqu’au sud de la Malaisie et aux Philippines. D’après de récents travaux de génétique, venant confirmer l’hypothèse de Charles Darwin (2015 [1868]), nos poules domestiques seraient les descendantes d’un croisement entre des poules bankhiva (Fig. 1) et quelques unes appartenant à l’espèce Gallus sonneratii (Pitt et al. 2016), sans doute après la domestication de la première espèce. Cette domestication est communément datée des alentours de 7000-6000 av. J.-C. et placée en Chine, en Inde ou en Asie du Sud-Est, selon les auteurs (Serjeantson 2009). Le déplacement de ce nouvel oiseau domestique dans les siècles et les premiers millénaires ayant suivi sa domestication nous est en grande partie inconnu. En revanche, l’augmentation du nombre d’études archéozoologiques, ces dernières décennies, nous permet de mieux comprendre sa diffusion à travers le monde et, notamment, en direction de l’Occident.

Fig. 1 : Poules et coq sauvages de l’espèce Gallus gallus (Lip Kee Yap, CC BY-SA 2.0)

Partie d’Asie du sud-est, l’espèce rejoint progressivement toutes les cultures environnantes, comme les cultures chinoises du début de l’âge du Bronze (Eda et al. 2016), mais aussi l’Inde, au départ de laquelle s’amorceront les diffusions vers la Méditerranée et l’Afrique (Seigle 2016 ; Prendergast et al. 2017). A partir du Proche-Orient, l’oiseau suit les routes commerciales et les déplacements de populations en direction de l’Europe occidentale au cours de l’âge du Bronze (Seigle 2016).

Passage par l’Indus

La civilisation de l’Indus est l’une des premières à accueillir poules et coqs domestiques de manière certaine. En effet, l’absence, dans cette région, d’espèces de poules sauvages, comme Gallus gallus, connue dans l’est de l’Inde actuelle et le long de l’arc himalayen, ou Gallus sonneratii, présente plus au sud du sous-continent (Pitt et al. 2016), permet d’affirmer le statut domestique de l’oiseau, lorsqu’il y est identifié. Il est ainsi reconnu sur plusieurs sites de la culture de Harappa, dont un reste provenant du site de Mohenjo Daro et daté des alentours de 2500 av. J.-C. (Serjeantson 2009). Tout au long du IIIe millénaire avant notre ère, l’espèce se retrouve, souvent en petite quantité, sur la moitié des sites de la région (Fig. 2) (Kumar 2012). Il est néanmoins à noter que tous les sites ne livrent pas d’indices de la présence de la poule. De la même façon, si elles existent en certains lieux, les petites figurines représentant poules et coqs sont rares et difficiles à identifier avec certitude. Cela nous interroge sur l’utilisation de l’oiseau et sur la place qu’il occupait dans la société harappéenne, pour laquelle seule l’archéologie nous donne des informations. Incarnait-il un animal de prestige ?

Fig. 2 : Carte de répartition des sites ayant montré une présence ancienne de la poule dans la vallée de l’Indus et l’Iran (M. Seigle).

La répartition de l’espèce dans la région indique les échanges qui la parcourent, du fait, notamment, de la culture commune qui lie les différentes cités. Dans ce contexte, la poule domestique constitue une espèce bien connue de la culture de Harappa, à travers laquelle elle circule et à partir de laquelle elle va se diffuser vers l’Occident.

Iran

Cependant, la dispersion occidentale est marquée par un vide : le territoire iranien. En effet, presque aucune étude archéozoologique portant sur la région ne mentionne de restes de poules et de coqs (Osten-Sacken 2015). De fait, dans cette région, le seul galliforme fréquemment observé, ostéologiquement parlant, est la perdrix chukar (Alectoris chukar, J. E. Gray 1830), dont la taille est proche de celle de nos poules naines contemporaines. Deux sites seulement ont livré des ossements isolés de poulets : la grotte de Gar-e-Kamarkand, dont l’occupation est datée du néolithique, et Tepe Yahya, qui livre un unique os de poulet datant de 3900-3800 av. J.-C. (Osten-Sacken 2015). Ces deux restes sont problématiques du fait de leur isolement sur le territoire, aussi bien d’un point de vue géographique que chronologique, puisqu’ils seraient plus anciens que les restes connus au Proche-Orient, dans la vallée de l’Indus et en Asie Centrale. Il est, par conséquent, assez difficile de les considérer comme des sites fiables (Osten-Sacken 2015) et il faut donc attendre ses premières représentations, aux Xe-IXe siècles av. J.-C., pour identifier la poule sur le territoire (Osten-Sacken 2015).

Mésopotamie et Anatolie

L’espèce apparaît, après cette éclipse iranienne, dans la Mésopotamie de l’âge du Bronze. En particulier sur le site de Tell Sweyhat, où le plus ancien reste retrouvé est daté de 2400-2200 av. J.-C. (Serjeantson 2009 ; Osten-Sacken 2015). Divers sites de l’âge du Bronze ancien et moyen de la région prouvent la présence de la poule et du coq, tant d’un point de vue archéozoologique qu’épigraphique (Fig. 3). En effet, aux côtés des différents restes osseux, parfois isolés, qui peuvent être retrouvés sur les sites de toutes sortes, quelques textes, à partir de la période d’Ur III, évoquent la présence et l’arrivée, en Mésopotamie, d’un oiseau nommé « dar-Meluhha ». Celui-ci est généralement identifié comme une poule, « Meluhha » étant le nom donné par les textes mésopotamiens à la civilisation de l’Indus, d’où l’espèce, tout comme de nombreuses autres, semble venir. De fait, divers textes et objets archéologiques semblent prouver les nombreuses relations commerciales ayant existé entre les deux régions, souvent par le biais de la péninsule d’Oman (Laursen et al. 2017). Ces échanges sont sans doute à l’origine de la diffusion de la poule et du coq dans l’ensemble du Proche-Orient et expliqueraient que leur élevage se soit popularisé et diffusé de cité en cité. Néanmoins, l’espèce n’est jamais présente en très grande quantité sur les sites et ses représentations demeurent assez rares (ou mal connues) avant le IIe millénaire. Un des premiers témoignages de représentation se trouve sur un vase en ivoire de la tombe assyrienne 45 d’Assur, datée du XIIIe siècle av. J.-C. montrant des coqs perchés dans des arbres (Osten-Sacken 2015). La poule paraît également avoir été connue sous d’autres noms, comme « dar-lugal », dont l’identification à la perdrix chukhar serait discutable, selon Henri Limet (1994). L’espèce est décrite comme « digne d’un roi » et son nom se retrouverait, sous une forme modifiée, dans les langues syriaque et hébraïque pour désigner la poule (Limet 1994). En outre, un texte indique l’arrivée, de Meluhha, d’un oiseau (« dar (musem) kur-ra ») portant une barbe de cornaline, ce qui pourrait correspondre aux barbillons rouges du coq (Laursen et al. 2017).

Fig. 3 : Carte de répartition des sites ayant livré des indices (ossements, iconographie, textes) de présence ancienne de la poule au Proche-Orient (M. Seigle).

Quoiqu’il en soit, l’espèce est bien représentée dans les faunes proche-orientales de l’âge du Bronze et semble, parfois, présenter une diffusion de proche en proche au sein de petites régions, comme autour de Tell Sweyhat ou de Tell Hesban. Avec le temps et surtout à partir du IIe millénaire, poules et coqs vont se faire de plus en plus nombreux sur les sites de la région. Ainsi, alors que les niveaux datés de 1800-1600 av. J.-C. de Korucutepe n’ont livré qu’un humérus isolé, ceux de la période 1500-1200 av. J.-C. contenaient 14 restes, dont une majorité d’animaux jeunes ou subadultes (Osten-Sacken 2015). A compter de l’âge du Fer, les découvertes se multiplient et laissent entrevoir un élevage bien développé qui, comme dans le reste de la Méditerranée, va connaître une importante diffusion à l’époque romaine (Serjeantson 2009).

Et un peu plus loin encore

Sans aller jusqu’en Europe occidentale, notre oiseau va, par le biais des échanges, rejoindre les régions proches du Levant mais seulement après plusieurs siècles de présence et d’élevage au Proche-Orient. Ainsi, en Grèce, si l’on excepte les nombreux restes considérés aujourd’hui comme intrusifs sur des sites de l’âge du Bronze (Trantalidou 2013), la poule semble ne s’implanter qu’autour du VIIIe siècle av. J.-C., ou au plus tôt un ou deux siècles auparavant (Serjeantson 2009). En ce qui concerne le territoire égyptien, l’animal n’apparaît que très sporadiquement, avec une première image provenant d’un graffiti découvert à Thèbes et daté des environs de 1840 av. J.-C. suivie par quelques autres au cours des XVIe, XIVe et XIIIe siècle av. J.-C. (Serjeantson 2009 ; Trantalidou 2013). Il paraît également être mentionné dans un texte du règne de Toutmosis III indiquant que le roi, dans sa 33e année, aurait ramené, depuis l’autre côté de l’Euphrate, quatre oiseaux qui donnent naissance tous les jours (Serjeantson 2009). L’identification est cependant parfois critiquée du fait de la mauvaise conservation du texte (Osten-Sacken 2015).

Ainsi, alors qu’elle semble ne plus savoir voler depuis sa domestication, la poule aura parcouru plusieurs milliers de kilomètres entre son espace de domestication (Asie du Sud-Est) et les rives de la Méditerranée, qu’elle finira par traverser au Ier millénaire avant notre ère. Sa diffusion est à la fois la preuve d’une réelle adaptabilité de l’espèce à divers types de climat parfaitement étrangers à son biotope d’origine (équatorial et forestier, donc chaud et humide) mais aussi d’une forte relation à l’Homme, qui l’a fait voyager dans un but commercial ou comme cadeau de prestige, en particulier, au moins dans les premiers temps, entre élites de différentes régions (Fig. 4).

Fig. 4 : Carte générale des sites anciens ayant montré des indices de présence de la poule et de sa diffusion au Proche et Moyen Orient (M. Seigle).

Bibliographie

Darwin C. 2015 [1868]. La variation des animaux et des plantes à l’état domestique, P. Tort (ed.), Paris, collection Champion Classiques, Essais.

Eda M., Lu P., Kikuchi H., Li Z., Li F., Yuan J. 2016. Reevaluation of early Holocene chicken domestication in northern China, Journal of Archaeological Science, 67, 25-31.

Kumar S. 2012. Domestication of animals in Harappan culture : a socio-economic study, thèse soutenue au sein du Department of History, Maharshi Dayanand University, Rohtak.

Laursen S., Steinkeller P. 2017. Babylonia, the Gulf Region and the Indus: archaeological and textual evidence for contact in the third and early second millennia B.C., Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns.

Limet H. 1994. Le chat, les poules et les autres : le relais mésopotamien vers l’Occident, in: L. Bodson (ed.), Des animaux introduits par l’homme dans la faune de l’Europe, Liège, Université de Liège, .

Osten-Sacken E. von der 2015. Untersuchungen zur Geflügelwirtschaft im Alten Orient, Academic Press Fribourg, Vandenhoeck & Ruprecht Göttingen, Orbis Biblicus et Orientalis 272.

Pitt J., Gillingham P. K., Maltby M., Stewart J. R. 2016. New perspectives on the ecology of early domestic fowl: an interdisciplinary approach, Journal of Archaeological Science, 74, 1-10.

Prendergast M. E., Buckley M., Crowther A., Frantz L., Eager H., Lebrasseur O. et al. 2017. Reconstructing Asian faunal introductions to eastern Africa from multi-proxy biomolecular and archaeological datasets, PloS ONE, 12(8), 1-20.

Seigle M. 2016. Le coq gaulois et le coq des Gaulois : mythes et réalités, Anthropozoologica, 51(2), 113-123.

Serjeantson D. 2009. Birds, Cambridge University Press, Cambridge.

Storey A. A., Miguel-Ramirez J., Quiroz D., Burley D. V., Addison D. J., Walter R., Anderson A. J., Hunt T. L., Athens J. S., Huynen L., Matisoo-Smith E. A. 2017. Radiocarbon and DNA evidence for a pre-Columbian introduction of Polynesian chickens to Chile, PNAS, vol. 104, 10335-10339.

Trantalidou K. 2013. Dans l’ombre du rite : vestiges d’animaux et pratiques sacrificielles en Grèce antique, Note sur la diversité des contextes et les difficultés de recherche rencontrées, in: G. Ekroth, J. Wallensten (ed.), Bones, behaviour and belief, The zooarchaeological evidence as a source for ritual practice in ancient Greece and beyond, Stockholm, Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, series in 4°, 55, 61-86.

L’auteur

Michaël Seigle, doctorant en archéologie de l’Université Lumière Lyon 2, spécialisé en archéozoologie. Membre de l’UMR 5189-Hisoma, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michaël Seigle. De l’Asie à la Méditerranée à pas de poule, ArchéOrient - Le Blog, 21 septembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/9236

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.