Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du Nord (Ve-IIIe millénaires) (4/4)

Petit précis de globalisation technique

4ème partie : Les moteurs de l’évolution

Cinq concordances signifiantes

Nous avons pu nous en rendre compte au fil des billets qui se sont succédé ces dernières semaines : la trajectoire du phénomène cananéen recoupe – sans jamais les recouvrir totalement – certaines réalités structurelles, économiques et sociales propres au monde proto-urbain de Mésopotamie. A la mesure de cette complexité, son appréhension nous permet d’escamoter certains postulats uniformisateurs qui fondaient jusque-là le caractère emblématique des productions de grandes lames de silex : à rebours des théories dominantes, il suffit désormais de situer avec précision, dans le temps comme dans l’espace, les technologies qui leur sont associées pour constater que les zones qui leur correspondent géographiquement ne recouvre pas le grand Croissant fertile – puisqu’il faut en exclure l’Égypte d’une part et la Basse-Mésopotamie d’autre part – ou les espaces de la première civilisation urbaine proche-orientale – puisque la diffusion des supports laminaires réguliers intéressent, pour une part, les marges désertiques de Syrie et de Jordanie où dominent, au IVe et IIIe millénaires, des sociétés agro-pastorales au mode de vie semi-nomade.

L’absence de superposition, à la fois géographique et historique, entre l’aire d’extension du technocomplexe cananéen et les espaces recouverts par la première révolution urbaine n’est pas, de ce point de vue, le seul indice décisif : nous verrons que l’analyse socioéconomique du phénomène contredit d’autres approches déterministes, sous le prisme attendu d’une complexité croissante justifiée par l’émergence de sociétés pyramidales, puissamment hiérarchisées. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher les correspondances qui expliquent le succès des productions de grandes lames régulières à une échelle plurimillénaire. A l’origine des hypothèses que j’expose se trouvent trois grilles d’observation qui combinent étroitement longue durée, tendance séculaire et temps de l’événement technique. C’est dans leur articulation que prennent sens les réalités structurelles, économiques, culturelles et sociales du phénomène et que se font jour les contradictions ou les conflits qui en déforment la trajectoire évolutive. Pour mieux souligner certaines tensions parmi les plus apparentes qui traversent les sociétés protohistoriques du Proche-Orient, il nous faudra par la suite considérer cinq formes de concordance signifiantes. Ces relations pourront paraître à première vue fortuites ; elles éclairent toutefois un appariement significatif, trop précis à coup sûr pour qu’il puisse s’expliquer par le simple fait du hasard. En dernière instance, leur projection dans l’espace témoignera des rapports plus ou moins imprévus qui peuvent être établis entre les faits qu’elles combinent à différents niveaux.

Première concordance : grandes lames de silex et pratiques agraires.
La trame structurelle du monde proto-urbain

L’usage des grandes lames de silex peut tout d’abord être mis en relation avec les techniques d’acquisition et de traitement des récoltes. La carte de distribution des productions laminaires mésopotamiennes met en effet en relief une frontière pérenne entre Mésopotamie du nord et du sud qui peut être interprétée en termes d’exploitation et de mise en valeur des sols, même s’il reste délicat d’en identifier les ressorts. La partition géographique observée entre lames légères obtenues par pression debout (Mode 4 selon Pelegrin 2012) et grandes lames détachées par pression au levier (Mode 5 selon Pelegrin 2012) ou par percussion indirecte coïncide de ce point de vue avec la limite constatée dans le domaine des systèmes de mise en culture des terres entre les espaces du wet farming, dévolus à la pratique de l’irrigation, et les régions du dry farming, orientées vers l’agriculture sèche.

Sous cet aspect, la diversité des outillages cananéens renvoie à des choix et des paramètres techniques qu’il est, en dernière instance, délicat d’identifier, en l’absence d’analyses tracéologiques systématiques du corpus de l’outillage. Ils recouvrent des réalités aussi diverses que :

  • la nature des plantes cultivées ;
  • les modalités de récolte des céréales (avec ou sans faucilles, par l’intermédiaire d’outils en bois de type mesorias ou par une collecte à la main) ;
  • la hauteur de coupe des végétaux (voire une récolte par arrachage des plants, comme cela a pu être postulé à Tell Brak : Hald 2008) ;
  • l’utilisation éventuelle de la paille et du chaume (en liaison avec la logistique des transports) ;
  • l’organisation socioéconomique de la récolte (organisation du travail, temps consacré à la moisson, recherche de rendement, segmentation de la chaîne de traitement des grains et des sous-produits de la récolte, etc.) ;
  • les conditions et méthodes de stockage (en épis ou en grains, dans des silos ou des greniers) ;
  • les techniques de travail de la terre, de rotation des cultures, de gestion du cheptel (litière, pâturage des chaumes), voire de reconstitution de la fertilité des sols qui peuvent conditionner la part de la récolte prélevée (brûlis des chaumes, amendement par apport de fumure organique), etc.

Partant, y a-t’il eu coïncidence entre instruments de récolte, techniques agricoles et plantes cultivées ? C’est évidemment une hypothèse sous-jacente à notre réflexion, dont la vérification permettrait de mettre en évidence tout ou partie de la cohérence des assemblages lithiques. Dans ce contexte, seules les configurations les plus tranchées peuvent efficacement être questionnées, sans toutefois fournir de réponse définitive.

Ainsi, on peut s’interroger sur la faiblesse du corpus des armatures de faucille en contexte Ninive V, alors même que la paille semble subir un important traitement à l’issue de la moisson. On pourrait alors postuler que, dans ces contextes, la récolte était effectuée préférentiellement par arrachage, l’utilisation du tribulum permettant ensuite de dépiquer le grain et de hacher la paille. De manière synchrone, les industries du Moyen-Euphrate et de Djézireh illustreraient le recours à des faucilles droites à lame unique, insérée obliquement ou longitudinalement, pour la récolte des céréales, dans des contextes où l’exploitation de la paille – pour la confection des briques ou des toits notamment – revêtirait un enjeu moindre que dans le Khabour ou sur le Haut-Tigre. Mais il s’agit là de conjectures qui n’épuisent pas l’ensemble du sujet. Sur le Moyen-Euphrate, une variabilité interne peut également être perçue, à l’échelle régionale et en diachronie, entre les « couteaux à moissonner » à bord renforcé par retouche inverse écailleuse du Chalcolithique final 5 (LC5) et les segments de grandes lames à tranchants lisses de la première moitié du IIIe millénaire. Dans ce contexte, d’autres facteurs de disparité doivent logiquement intervenir : ils concernent tout à la fois l’efficacité de coupe des faucilles, en fonction de leur mode d’emmanchement, la nature et la régularité du geste déployé mais aussi l’expérience et la cadence de l’opérateur.

Deuxième concordance : grandes lames de silex et d’obsidienne.
Le paramètre économique

La deuxième concordance relevée dans la trajectoire du phénomène cananéen éclaire un principe de subsidiarité dans les stratégies d’acquisition des matières premières qui se traduit notamment par une substitution partielle ou totale des grandes lames en obsidienne par des productions équivalentes en silex. Au cours de la seconde moitié du Ve millénaire en effet, les débitages cananéens se développent en différents points de Mésopotamie du Nord au fur et à mesure que s’estompent les circulations des obsidiennes d’Anatolie ; phénomène dont le paroxysme peut être signalé au LC1. Dans la longue durée, leur trajectoire est ainsi durablement affectée par les variations des mouvements de ces ressources siliceuses en direction de la Mésopotamie et du Levant.

Le poids des industries en silex semble donc pour une part conditionné, au cours du Ve millénaire, par l’intensité des échanges d’obsidienne avec le Caucase, l’Anatolie centrale et orientale qui fournissent, lors des épisodes d’acmé, d’importants volumes de produits finis ou semi-finis pour l’outillage. A partir de 3900 av. J.-C. cependant, le développement de productions de gabarit similaire en silex, extrêmement standardisées et à longue durée de vie, ne répond plus à la seule nécessité de composer avec une carence en supports à haute valeur ajoutée : le LC2 voit ainsi le déploiement de productions originales de grandes lames en silex parallèlement à un essor des circulations d’obsidiennes en provenance du Caucase en direction du Moyen-Euphrate, du Khabour ou de la haute vallée du Tigre. Cette rupture est sans doute à mettre en relation avec les puissants phénomènes d’intégration culturelle qui s’opèrent à la charnière des Ve et IVe millénaires entre les entités bien circonscrites de Mésopotamie du nord et les cultures du Caucase (Sioni, Majkop), à travers le vaste oekoumène de la Chaff-Faced Ware (Marro 2012). En écho, les dernières phases du Chalcolithique final voient s’établir de nouvelles solutions d’équilibre dans les systèmes techniques, sans jamais renverser la balance des matériaux exploités dans l’industrie : à partir du LC3 ancien en effet, l’exploitation du silex devient partout prépondérante en Haute-Mésopotamie.

Au début du IIIe millénaire, une rupture majeure semble toutefois se faire jour dans les circuits de diffusion de l’obsidienne : dans l’ensemble des régions de Mésopotamie du Nord, une interruption des circulations de ce matériau est régulièrement rapportée jusqu’autour de 2400 av. J.-C. Elle s’établit parallèlement à la mise en réseau des pôles de production et de consommation de la phase classique et une telle symétrie n’est évidemment pas indifférente. Ainsi, à Mari, les objets en obsidienne apparaissent totalement absents des assemblages de la Ville I, alors qu’ils sont présents, de manière marginale, dans les industries des Villes II et III (Angevin, en préparation). Plus au nord, à Tell Chuera, Tell Brak ou Hamoukar, l’effondrement brutal des volumes d’obsidienne dans des contextes datés de l’EJ I-IIIb atteste le caractère général de ce mouvement qui traduit une conjoncture économique singulière dont les causes restent encore à préciser (Conolly 2003 ; Grossman 2013 ; Helms 2017). Au regard des dynamiques perçues dans d’autres domaines – notamment la production céramique qui illustre la diffusion des modèles transcaucasiens en direction du Levant (Khirbet Kerak Ware) –, cette solution de continuité ne peut s’expliquer à travers une hypothétique imperméabilité des zones de contacts entres le Moyen-Euphrate, le monde de Ninive V et les espaces des cultures transcaucasiennes. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher la justification de cette inflexion dans l’économie des matières premières.

Troisième concordance : grandes lames de silex et adoption du levier.
L’évolution des techniques

De ce point de vue, la troisième concordance tisse les liens étroits que nous avons pu établir entre l’émergence des premières productions de grandes lames en silex et la poursuite d’expérimentations de débitages au levier sur obsidienne pour l’obtention de supports à haute valeur ajoutée. Cette dynamique est attestée dès le Néolithique précéramique (PPNB récent) au moins sur les marges méridionales de l’Anatolie ou depuis le VIe millénaire dans le Caucase ou la vallée du Balikh (Altinbilek-Algül et al. 2012 ; Thomalsky 2017). Si l’origine et les conditions exactes de cette correspondance restent pour une large part sujettes à débat, une chose est sûre cependant : le déploiement des modèles cananéens en marge de la zone des obsidiennes signe un transfert de technologie majeur et témoigne de la mécanisation progressive du débitage pour l’extraction de grandes lames sur des matériaux à grain moyen ou grossier. Cet état de fait est particulièrement remarquable à proximité des gîtes de matières premières puisque des pôles comme Norşuntepe éclairent, au Ve millénaire, l’usage concomitant du levier pour l’extraction de supports en obsidienne et en silex.

En dépit de la persistance des débitages au chasse-lame, l’ensemble des systèmes de production de lames régulières de grand module est orienté, dès le début du IVe millénaire, vers une adaptation de la technique du levier à la volumétrie des matériaux : cet état de fait est particulièrement flagrant à Hacinebi, Hassek Höyük ou Tell Karrana 3 où le recours à des débitages de dynamique tournante ou par séries décalées permet d’optimiser l’exploitation du meilleur silex sous-cortical. Dans d’autres contextes, la réalisation d’extractions faciales (LC3 ancien) ou frontales (BA I-III) traduit la volonté d’exploiter le plus efficacement des blocs aux convexités naturelles limitées ou de grandes dalles de silex tabulaires, consommant ainsi la rupture avec les schémas traditionnels de type convergent sur nucléus coniques hérités des productions du Ve millénaire (fig. 1).

Fig.1 : Les technologies des grandes lames en Mésopotamie du Nord : mutations et filiations techniques (Ve-IIIe millénaires). DAO R. ANGEVIN 2018.

Un élément déterminant pour comprendre le succès du levier réside de surcroît dans la généralisation des débitages « intercalés » et dans leur mise en œuvre suivant un rythme ternaire (cf. billet 2/4). Cette modalité est intégrée dès le deuxième tiers du IVe millénaire, à Tepe Gawra VIII par exemple. A Hassek Höyük, si les enlèvements intercalés marquent une distinction majeure avec les débitages « enveloppants » de la période précédente (Hacinebi A-B1), une solution est néanmoins trouvée pour maintenir une évolution tournante de la production, à travers la réalisation de courtes séries récurrentes décalées, solidement encadrées par des crêtes latérales (cf. billet 2/4). Des analogies entre ces différents modèles se font jour au début du IIIe millénaire, lorsque les débitages cananéens classiques viennent articuler les acquis de la période précédente : consolidant l’architecture (nucléus à table quadrangulaire étroites et crêtes latérales) et la dynamique de leurs projets (évolution frontale suivant un rythme ternaire), ils entérinent en quelques siècles l’innovation apparue quatre millénaires plus tôt en Anatolie du sud (cf. billet 3/4). Ainsi, si la « mécanisation » du débitage laminaire met en jeu des solutions très particulières pour s’adapter aux contraintes de la matière, sa généralisation sous-tend toutefois le développement de stratégies novatrices comme le débitage « intercalé » sur surfaces prédéterminées, limitant l’adaptation des systèmes d’immobilisation des nucléus en cours d’exploitation.

Quatrième concordance : usage du levier et spécialisation socioéconomique.
Les métamorphoses du tailleur

Sous cet aspect, l’inscription dans la longue durée du phénomène cananéen nous oblige également à penser son développement en miroir de la cristallisation des sociétés proto-urbaines du Chalcolithique final et du Bronze ancien. La généralisation de débitages complexes, nécessitant un haut degré de connaissance et de savoir-faire, ne peut en effet être totalement dissociée des mécanismes qui fondent le premier décollage mésopotamien : spécialisation artisanale, dynamiques d’échanges et de circulation à longue distance, etc. Bien plus, la dimension supra-régionale des faits techniques qu’ils recouvrent impose de réfléchir aux acteurs de cette globalisation : en cela, c’est bien la question de l’artisan à l’origine de ces productions et de ses métamorphoses au long des IVe et IIIe millénaires qui doit légitimement être posée. Or, la quatrième concordance que nous souhaitons ici mettre en lumière soulève avec acuité la question du statut des maîtres-tailleurs à l’origine de ces productions.

A cet égard, la spécialisation technique (Roux, Pelegrin 1989) des artisans impliqués dans la production de grandes lames à haute valeur ajoutée ne fait aucun doute, tant leur mise en œuvre requiert une longue pratique de la taille et une parfaite connaissance des propriétés des matériaux : l’usage du levier sous-tend l’acquisition de solides savoir-faire qui tiennent tout à la fois à la manipulation du dispositif et à l’intégration des principes physiques des détachements par démultiplication de la force de pression exercée. D’autres compétences spécifiques se révèlent par ailleurs déterminantes : préparation soigneuse du talon, régularisation des convexités du nucléus, ajustement du bloc au système d’immobilisation avant extraction, prédétermination de l’enlèvement, etc.

Si le critère de haute technicité peut donc être avancé pour qualifier ces débitages, il n’induit pas nécessairement une spécialisation techno-économique des artisans et, a fortiori, leur spécialisation socio-économique. Dès le LC2, pourtant et en tout état de cause dès le LC4, la production de lames cananéennes semble relever d’un artisanat à temps plein – autrement dit d’un artisanat qualifié dont l’ensemble de la chaîne opératoire est mise en œuvre par des spécialistes qui y consacrent l’essentiel ou la totalité de leur activité – qui s’établit toutefois en contexte strictement domestique, comme l’illustrent les exemples d’Hacinebi ou d’Hassek Höyük. Au cours du premier tiers du IIIe millénaire cependant, ces débitages semblent désormais exécutés au sein des quartiers artisanaux de certaines agglomérations comme Titriş Höyük ou intégrés aux grands complexes d’extraction comme ceux de Pasar 23 ou, avec prudence, du Jebel Zawa. Sur ces différents sites, le déploiement d’une industrie « de masse », diffusée à grande échelle, semble s’accompagner d’une concentration des forces productives – dans des ateliers ou sur les gîtes mêmes d’affleurement ou d’extraction minière des matières premières – et d’une certaine segmentation des compétences. Mais cela reste une exception : entre 2900 et 2100 av. J.-C., la majorité des systèmes techniques lithiques renvoie à des formes d’artisanat domestique, simplifiées dans leur organisation et leur procédures et exécutées au sein même des unités d’habitation. Dans ce contexte, la quatrième concordance relevée traduit le lien étroit qui peut être établi entre productions de grandes lames régulières et spécialisation socio-économique de quelques maîtres-tailleurs, en lien avec la maîtrise des systèmes de mécanisation lourde du débitage.

Cinquième concordance : grandes lames de silex et paradigmes culturels

Venons-en maintenant aux conditions historiques de ces développements. Autrement dit, à l’environnement culturel des faits sociaux que nous venons de relever. A une échelle plurimillénaire, la trajectoire du phénomène cananéen semble significativement affectée par les changements de paradigmes culturels qui traversent les régions de Mésopotamie du Nord. Dans le détail, des recouvrements sont perceptibles entre les grandes aires déterminées pour l’essentiel par l’étude des corpus céramiques et les technocomplexes que nous avons pu décrire à grand traits. Ainsi, au LC2-3 ancien, ces productions se développent en différents points de Haute-Mésopotamie. Leurs zones de répartition se confondent peu ou prou avec les grandes aires ordinairement identifiées dans ces régions et qui participent de la dynamique générale du monde CFSW (Chaff Faced Simple Ware) : la Culture de Gawra à l’est et les cultures céramiques à bols hammerhead et casseroles, entre Euphrate et Khabour. Plus à l’ouest, ces débitages intéressent également le domaine de l’Amuq F avec lequel les noyaux proto-urbains de Haute-Mésopotamie sont régulièrement en contact entre 3900 et 3600 av. J.-C. (Butterlin 2003 et 2018). Dans la première moitié du IIIe millénaire, les variations discrètes perçues dans l’outillage laminaire font également écho aux grands ensembles culturels qui se dessinent au nord du monde sumérien : espaces de la Plain Simple Ware (Amuq G-H et horizon du Moyen-Euphrate), cultures transcaucasiennes (groupe de Malatya-Elaziğ et Kuro-Araxe), domaine de Ninive V et alvéole de Mari, cette dernière occupant, en Mésopotamie centrale, une place à part (fig. 2 ; Angevin, en préparation).

Fig.2 : Correspondances et contradictions des territoires techniques, économiques et culturels au cours de la première moitié du IIIe millénaire (EJ I-IIIb). En rouge : lames lustrées à bord abattu et/ou troncatures obliques (armatures de faucille ou couteaux à moissonner) ; en bleu : tronçons de lames lustrées (inserts de tribulum) ; en violet : assemblages mixtes. DAO R. ANGEVIN 2018, fond de carte M. SAUVAGE, d’après BUTTERLIN, LECOMPTE 2014.

Par-delà ces coïncidences, somme toute attendues, les respirations du phénomène semblent conditionnées par les équilibres et les relations d’influence qui s’instaurent très tôt, dès la période d’Obeid en réalité, avec la Mésopotamie du Sud (fig. 3). Entre 4800 et 4600 av. J.-C., une certaine uniformité des séries laminaires peut ainsi être rapportée : depuis le Golfe persique jusqu’à la Méditerranée, le corpus typologique présente comme dénominateurs communs, outre les lames de houe façonnées, des lames lustrées graciles à tranchants lisses. La montée en charge des outillages cananéens à la période suivante apparaît d’ailleurs progressive puisque, sur différents sites (Tell Kosak Shamali), le remplacement des lames graciles par des armatures sur supports réguliers de grand module semble s’étirer sur près de trois siècles pour n’être finalement sanctionné qu’autour de 4300 av. J.-C., éclairant la fragmentation progressive de la koinè de la culture d’Obeid et de ses références.

Fig. 3 : Les respirations du phénomène. Diffusion de la technologie des grandes lames en Mésopotamie du Nord au cours de quatre séquences historiques particulières (Ve-IIIe millénaires). En violet : extension maximale du technocomplexe des grandes lames (pression au levier) dit cananéen ; en rouge : extension maximale du technocomplexe des lames légères (pression debout) dit sumérien.
DAO R. ANGEVIN 2018, fond de carte M. SAUVAGE.

Les débitages cananéens, entre 4200 et 3750 av. J.-C., ne rencontrent par contraste qu’un écho de confidence en domaine sumérien : dans cette région, la tradition laminaire s’inscrit sans rupture sur la lancée de l’Obeid 3-4 et s’exprime à travers la recherche de lames légères, détachées par pression debout et dont les propriétés de régularité facilitent la conformation des supports en outils pour la moisson des céréales. Tout au long des Ve et IVe millénaires d’ailleurs, leur hégémonie n’est jamais remise en question dans les régions situées en bordure immédiate du Golfe persique.

Elle s’étend même au-delà de la Diyala entre 3800 et 3600 av. J-C, accompagnant l’expansion vers le nord de la culture dite d’Uruk (LC3 ancien). À cette occasion, le bassin du Haut-Tigre semble tout entier basculer dans la sphère d’influence de la culture d’Uruk. A la phase suivante (LC3 récent), au sein d’une vaste aire culturelle qui se dessine sur les piémonts du Zagros, depuis Suse 21-19 jusqu’à Ninive (40-37), ces éléments graciles se substituent presque totalement aux anciens supports de grand module, témoignant de la disparition de l’assemblage cananéen local au profit d’un ensemble techno-culturel essentiellement urukéen. En léger décalage, les régions du Moyen-Euphrate et du Khabour sont, elles aussi, concernées par ce brutal changement d’orientation au cours du LC4, comme en témoignent les industries d’Hacinebi B2, Sheikh Hassan 5-7 ou de Tell Brak (TW13), substantiellement enrichies par des modèles en provenance du sud mésopotamien.

Ce basculement est toutefois de courte durée : dès la période suivante (LC5), une stabilité techno-économique s’impose sur l’ensemble de la « ceinture des contacts » et sanctionne les limites de la diffusion du mode de débitage urukéen. Des formes de syncrétisme s’opèrent toutefois dans la transformation de l’outillage agricole puisqu’à Hassek Höyük, Jebel Aruda ou Habuba Kabira, les grandes lames lustrées cananéennes accusent une retouche inverse écailleuse de leurs bords qui témoigne d’évidentes affinités avec les modèles déployés, depuis le LC3 au moins, en Mésopotamie du Sud (fig. 4).

Fig.4 : Des formes originales de syncrétisme entre Haute et Basse-Mésopotamie : l’exemple des lames à retouche inverse écailleuse (3600-3200 av. J.-C.).
1-2 : débitage par pression debout ou par percussion indirecte ; 3 : débitage par pression au levier. 1: Uruk-Warka (Irak), Eanna, Niv. VI (LC4) ; 2 : Tell Sheikh Hassan (Syrie), Niv. 6/7 (LC4) ; 3 : Hassek Höyük (Turquie), Niv. 5 (LC5 ancien). D’après OTTE, BEHM-BLANCKE 1992, ill. 14 ; MÜLLER-NEUHOF 2000, pl. 112 ; MÜLLER-NEUHOF 2015, pl. 27.

D’un point de vue technique pourtant, la frontière qui sépare les deux traditions se stabilise au sud de la boucle de l’Euphrate pour n’être transgressée que quelques siècles plus tard, autour de 2900 av. J.-C., à la faveur du plein déploiement des productions cananéennes. Dans la seconde moitié du IIIe millénaire, l’expansion culturelle du Dynastique archaïque III dans les régions du Moyen-Euphrate met toutefois un coup d’arrêt brutal au consensus cananéen qui s’était établi en Mésopotamie du Nord et modifie durablement la géographie culturelle de l’Orient sémitique. Dans le sillage des reconfigurations politiques qui s’opèrent au sein des espaces syro-mésopotamiens sous la pression uniformisatrice d’Akkad puis d’Ur III, les productions de lames graciles de type sumérien se déploient sans partage depuis la steppe syrienne jusqu’au Golfe persique et en Susiane, repoussant les limites de la koinè cananéenne sur les franges de l’Anatolie et au Levant où les productions de grandes lames perdurent, selon des modalités différentes, jusqu’au Bronze ancien IV.

D’autres rouages, d’autres jalons…
Fragments pour une histoire du phénomène cananéen

A l’issue de ce tour d’horizon, les observations technologiques et chrono-culturelles que nous avons pu effectuer convergent pour conforter l’hypothèse de deux grandes phases de développement des débitages laminaires de grand module au Moyen-Orient, scandées d’au moins neuf temps et autant d’épisodes historiques particuliers dont l’arc chronologique s’étire de la fin du Ve au tout début du IIe millénaire av. J.-C.

A la première phase du phénomène (formative ou initiale) correspondent des méthodes de taille originales (débitages tournants sur nucléus conique et sur surfaces larges, débitages faciaux de rythme ternaire sur nucléus convergents) dont les productions prospèrent jusqu’à l’adoption des débitages classiques sur nucléus à tables quadrangulaires étroites. Ces différentes méthodes renvoient à des objectifs variés, pour la création d’un outillage diversifié dont une partie du spectre au moins a pu être identifiée.

De ce point de vue, le phénomène cananéen apparaît, à la charnière du Chalcolithique et de l’âge du Bronze, comme une véritable « globalisation » technique : la distinction de plusieurs phases de développement fait ainsi écho à l’histoire longue restituée pour d’autres mouvements de grande ampleur plus ou moins synchrones comme le phénomène pressignien en Europe occidentale. Dès lors, la restitution de cette trajectoire ouvre des perspectives intéressantes pour les exercices de corrélation sociologique, économique et culturelle : à cet égard, les premières concordances que nous avons pu établir constituent plus des pistes de recherche à explorer que des certitudes fermement établies.

Dans les différentes régions de Mésopotamie du Nord, la reconnaissance des manières de faire cananéennes et des outillages qui leur sont associés apparaît comme un atout supplémentaire pour résoudre la difficile question des conditions et des rythmes des grandes transitions, comme celle qui s’opère à la charnière des IVe et IIIe millénaires à la suite de la décomposition supposée de la koinè urukéenne. Ce faisant, elle offre aussi de nouvelles clés pour comprendre les processus à l’origine de ces transformations. A cet égard, le cadre que nous avons établi éclaire des seuils irréversibles et des basculements significatifs dans l’histoire des techniques ; il en complique par là-même les filiations et exige en retour de décrypter les mécanismes responsables, à différents niveaux, de son évolution.

Nous l’avons vu au détour des lignes qui précèdent : cette histoire des techniques, retracée ici à grands traits, s’inscrit dans des débats qui relèvent avant tout d’une historiographie des cultures matérielles. Dans ce contexte, il est évident que l’intégration des industries lithiques à la réflexion sur le succès et le devenir des grandes traditions du Chalcolithique et de l’âge du Bronze ne pourra qu’enrichir la réflexion sur la nature réelle des influences et des acculturations que nous percevons – ou croyons percevoir – à travers l’étude d’autres matériaux archéologiques. Incidemment, elle permettra aussi de mieux saisir les inflexions sociales qui se font jour au cours de ces siècles, décisifs par bien des aspects et dont le fait urbain ne constitue finalement qu’un puissant incubateur.

Remerciements

Nous tenons à remercier Pascal Butterlin et Jacques Pelegrin pour leurs relectures attentives et leurs conseils avisés qui ont permis d’améliorer sensiblement la qualité du manuscrit.

Bibliographie

Altinbilek-Algül C., Astruc L., Binder D., Pelegrin J., 2012. Pressure Blade Production with a Lever in the Early and Late Neolithic of the Near East, in : P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, New York, Springer-Verlag, p. 157-179.

Angevin R. en préparation. Les industries lithiques de Mari (Tell Hariri, Syrie). Trajectoires techniques, économiques et culturelles, thèse de doctorat de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dir. P. Butterlin).

Butterlin P. 2003. Les temps proto-urbains de Mésopotamie, Paris, CNRS éditions, 467 p.

Butterlin P. 2018. Architecture et société au Proche-Orient ancien. Les bâtisseurs de mémoire en Mésopotamie, Paris, Picard éditions, 512 p.

Butterlin P., Lecompte C. 2014. Mari, ni Est, ni Ouest et les statuettes de la cachette du temple du « Seigneur du Pays », in : P. Butterlin, J.-C. Margueron, B. Muller, M. Al-Qaqdissi, D. Beyer, A. Cavigneaux, Mari, ni Est, ni Ouest ?, Syria, supplément 2, vol. 2, 605-628.

Conolly J. 2003. Tools and Debitage of Obsidian and Flint, in : R. Matthews (dir.), Excavations at Tell Brak. Vol. 4: Exploring an Upper Mesopotamian Center, 1994-1996, British School of Archaeology in Iraq-McDonald Institute, Oxford, 363-376.

Grossman K. M. 2013. Early Bronze Age Hamoukar: a settlement Biography, Unpublished PhD Thesis, Chicago University, 1 vol., 380 p.

Hald M. M. 2008. A Thousand Years of Farming. Late Chalcolithic Agricultural Pratices at Tell Brak in Northern Mesopotamia, BAR International Series, 1880, Oxford, 175 p.

Helms T. 2017. Steingeräteindustrien in frühurbanem Kontext. Eine wirtschaftsarchäologische Analyse der lithischen Funde aus Tell Chuēra und Kharab Sayyar (Nordsyrien) Ausgrabungen in Tell Chuera V, Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 2-V, Wiesbaden, Harrassowitz, 404 p.

Marro, C. 2012. Is there a Post-Ubaid Culture ? Reflections on the Transition from the Ubaid to the Uruk Periods along the Fertile Crescent and Beyond, in : C. Marro (dir.), After The Ubaid :Interpreting Change from the Caucasus to Mesopotamia at the Dawn of  Urban Civilization (4500-3500 BC), actes du Workshop international de Fosseuse (29 juin-1er juillet 2009), Varia Anatolica 27, Paris, éd. De Boccard, 13-38.

Müller-Neuhof B. 2000. Lithik, in: F. Pedde, M. Heinz et B. Müller-Neuhof (dir.), Uruk. Kleinfunde IV. Metall- und Steinobjekte im Vorderasiatischen Museum zu Berlin, Ausgrabungen in Uruk-Warka, Endberichte 21, Mayence, Verlag P. von Zabern, 132-177.

Müller-Neuhof B. 2015. Die Fruhneolithischen und Urukzeitlichen Silex- und Obsidianindustrien aus Tell Sheikh Hassan, Ausgrabungen in Tell Sheikh Hassan, V-1, PeWe-Verlag, Gladbeck, 140 p.

Otte M., Behm-Blancke R. 1992. Die Rekonstruktion Technischer Verfahrensweisen, in: M. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük. Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Istanbuler Forshungen, Band 38, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, p. 165-215.

Pelegrin J. 2012. New Experimental Observations for the Characterization of Pressure Blade Production Techniques, in : P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, New York, Springer-Verlag, 465-500.

Roux V., Pelegrin J. 1989. Taille des perles et spécialisation artisanale. Enquête ethnoarchéologique dans le Gujarat, Techniques et cultures, 14, 23-49.

Thomalsky J. 2017. Large Blade Technologies in the Southern Caucasus and in Northern Mesopotamia in the 6th-4th millennia BC, in : E. Rova, M. Tonussi (dir.), At the Northern Frontier of Near Eastern Archaeology. Recent research on Caucasia and Anatolia in the Bronze Age, Subartu XXXVIII, Turnhout, 79-91.

L’auteur

Raphaël Angevin est préhistorien et archéologue. Conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Membre du laboratoire VEPMO de l’UMR 7041-ArScAn et doctorant de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est spécialiste des industries lithiques du Chalcolithique et de l’âge du Bronze et consacre sa thèse à l’étude technologique des productions en silex et en obsidienne du site de Mari (Tell Hariri, Syrie).

Pour citer ce billet : Raphaël Angevin. Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du Nord (Ve-IIIe millénaires) (4/4), ArchéOrient - Le Blog, 13 juillet 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8907


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.