Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du Nord (Ve-IIIe millénaires) (3/4)

Petit précis de globalisation technique

3ème partie : La phase classique du phénomène (3100-1800 av. J.-C.)

Le consensus cananéen (3100-2500 av. J.-C.)

A l’extrême fin du IVe millénaire av. J.-C., la décomposition supposée de la koinè urukéenne marque une rupture techno-économique majeure qui infléchit puissamment la trajectoire du phénomène cananéen. La période de Jemdet-Nasr/Early Jezirah 0 sanctionne un consensus forgé au cours des siècles précédents mais sans jamais s’imposer cependant hors de son aire de développement originel : vers 2900 av. J.-C., la diffusion du modèle cananéen jusqu’en Mésopotamie centrale et au Levant nord entérine pourtant le succès des solutions apparues à la période précédente, dans le sillage des cultures de la Plain Simple Ware d’une part et la dynamique de Ninive V d’autre part (fig. 1).

Fig.1 : Carte de localisation des principaux sites de production et de consommation de grandes lames en Mésopotamie du nord et sur ses marges au IIIe millénaire av. J.-C.
Étoile verte : production de grandes lames in situ ; en rouge : sites où la présence des grandes lames régulières obtenues par pression au levier a été confirmée ; en orange : sites où la présence de grandes lames cananéennes est postulée ou probable.
DAO R. ANGEVIN 2018, fond de carte M. SAUVAGE.

Dans le détail, peu de séquences stratigraphiques – à l’exception de celles d’Arslantepe, Tell Brak et Tell Chuera (Syrie) – nous permettent de saisir les modalités et les rythmes de cette expansion. Par conséquent, des décalages chronologiques persistent avec les industries du LC5 et les formules de continuité se révèlent, au cas par cas, délicates à identifier : des grandes lames sont toutefois présentes à l’extrême fin du IVe millénaire au sud de l’Anatolie et en Djézireh où elles semblent ressortir à de nouvelles expériences de taille. Mais ce n’est que vers la fin du premier tiers du IIIe millénaire que se mettent en place les conditions socio-économiques d’une production spécialisée à grande échelle.

Des débitages frontaux sur table quadrangulaire étroite

Sur le Moyen-Euphrate et dans les espaces des cultures transcaucasiennes, le « moment cananéen » s’exprime à travers l’émergence d’un mode de production original qui fournit des supports réguliers, de très grand module, pour la confection d’outils agricoles : lames de faucilles, couteaux à moissonner ou armatures de tribulum.

Fig. 2 : Titriş Höyük (Turquie, BA II-III, 2600-2400 av. J.-C.). Complexe d’atelier de taille du Quartier artisanal exploré à l’est de l’Acropole. Plan général du site et relevé des installations artisanales des Secteurs 1-5. D’après HARTENBERGER et al. 2000.

Le complexe d’atelier du quartier artisanal de Titris Höyük (Turquie, Bronze ancien II-III, 2600-2400 av. J.-C. : fig. 2) nous permet d’en mesurer l’ampleur et le caractère de nouveauté : les quelque 1600 nucléus à lames découvert sur ce site, en position primaire et secondaire trahit un évident changement d’échelle, tant dans la structure que dans le volume des productions manufacturées qui ressortissent, selon les auteurs, à une industrie « de masse » (Algaze et al. 2001 ; Hartenberger et al. 2000 ; Hartenberger 2002 et 2003). Dans le détail toutefois, il n’est guère possible d’estimer la durée réelle de l’activité de cet atelier qui se caractérise avant tout par la présence de fosses exutoires ou de stockage. Sous un prisme technologique, ce corpus apparaît extrêmement homogène et éclaire la poursuite d’un débitage unipolaire frontal sur table quadrangulaire étroite, initié depuis une crête antérieure à deux pans soigneusement façonnée et poursuivi suivant un rythme ternaire « intercalé », classique depuis le milieu du IVe millénaire (fig. 3).

Fig. 3 : Titriş Höyük (Turquie, BA II-III, 2600-2400 av. J.-C.). Nucléus à lames de débitage frontal sur table quadrangulaire étroite. Débitage par pression au levier – Secteurs 1-5. Silex. D’après ROSEN 2018, ill. 4.

Portées par ces évolutions, les différentes formes de mécanisation du débitage se diffusent largement au cours des premiers siècles du IIIe millénaire, dans une évolution irréversible dont la recherche de plus grande dimension paraît être le primum movens (fig. 4). Dans ce contexte, le recours à la technique du levier autorise tout à la fois une meilleure maîtrise des détachements et une plus grande souplesse dans la gestion des convexités des nucléus, généralement peu marquées afin d’assurer la parfaite rectitude des supports et d’optimiser l’exploitation des plus grandes longueurs disponibles (plus de 30 cm pour certaines pièces d’exception de Titris Höyük : fig. 4). Cette modalité offre en outre l’intérêt de s’affranchir d’une difficulté physique : dans la région de Şanliurfa, la majorité des volumes tabulaires présentent des légers défauts de silicification interne qui rendent aléatoire la poursuite du débitage par percussion, lancée ou posée, dans l’épaisseur du bloc. L’usage maîtrisé du levier permet de se soustraire, pour partie, à cette difficulté : les débitages de la phase classique se démarquent en cela de certaines industries de la phase formative qui privilégiaient l’exploitation du seul silex sous-cortical, de meilleure qualité et sur des volumes différents il est vrai, par l’intermédiaire de larges surfaces d’extraction.

Fig. 4 : Titriş Höyük (Turquie, BA II-III, 2600-2400 av. J.-C.). Grandes lames issues d’un débitage « ternaire intercalé » sur table quadrangulaire étroite. Débitage par pression au levier – Secteurs 1-5. Silex. D’après HARTENBERGER et al. 2000, p. 51.

La progression du débitage dans l’épaisseur des blocs facilite en outre la mise en place d’un dispositif fixe de maintien des nucléus. Ce dernier toutefois ne permet pas d’extraire des grandes lames en séries : à cet effet, les expérimentations réalisées par J. Pelegrin ont montré qu’un système de blocage à deux pans parallèles, favorisant le serrage latéral des blocs, était insuffisant pour permettre l’exécution d’un débitage au levier qui ne peut s’accommoder du recul du bloc sous la pression ; de même, un dispositif à deux pans convergents présente le risque de multiplier les accidents de taille (counterflaking : altération localisée d’un des bords du support détaché par contact du nucléus avec un matériau ferme au moment du détachement : Pelegrin, communication orale ; Healan et Kerley 1984). Dans ce contexte, la progression, même frontale, du débitage impose d’ajuster, à chaque détachement, le dispositif d’immobilisation, et ce d’autant plus que la préparation du talon de chaque support induit d’extraire le nucléus du système d’immobilisation, ce qui est délicat. En dépit de ce constat, le développement de productions sur surfaces étroites à partir de nucléus aux dimensions calibrées permet de conformer le système d’immobilisation et ses différentes composantes, dans le cadre d’une mécanisation optimisée du débitage.

Du Levant nord au Zagros, une « globalisation » technique…

Sur les franges méridionales de l’Anatolie, la généralisation de la pression au levier à la pointe de cuivre accompagne le déploiement majoritaire de ce modèle : il se retrouve, de loin en loin et sans solution évidente de continuité, du Levant nord jusqu’au plateau iranien, en passant par les hautes vallées de l’Euphrate et du Tigre. D’un point de vue technique, l’architecture et la dynamique des productions sur tables quadrangulaires étroites trahissent une évidente adaptation aux propriétés morphologiques des blocs exploités qui correspondent, pour l’essentiel, à d’imposantes dalles de silex dont les plages corticales, sub-parallèles, encadrent une table implantée dans l’épaisseur du support, sans mise en forme préalable des flancs. Cette adaptation du schéma opératoire aux contraintes volumétriques des matériaux traduit un changement d’orientation économique, à travers un nouveau mode de sélection et de gestion des ressources siliceuses. Elle vise également à une plus grande standardisation des supports et à une meilleure productivité, par la mise en œuvre d’une méthode susceptible d’assurer d’importants rendements.

Fig. 5 : Tell Ta’yinat (Turquie, BA II, 2950-2650 av. J.-C.). Grande lame régulière débitée par pression au levier. n°A59018 (T-3824), Phase Amuq H. Silex. Oriental Institute Museum (Chicago, États-Unis). D’après BRAIDWOOD et BRAIDWOOD 1960, fig. 294 et © R. ANGEVIN/Oriental Institute 2015.

En dernière instance en effet, ce modèle favorise l’obtention de grandes lames élancées, suivant une chaîne qui reste extrêmement normée, de la Djézireh syrienne (Chuera IB-C) jusqu’au bassin de l’Amuq (phases G à J : fig. 5) et du bassin du Khabour jusqu’au piémont du Zagros. Ces débitages se retrouvent notamment sur le site de surface n°23 de Pasar (Iran) où l’exploitation de grandes dalles de silex autorise le développement de longues séquences de production « sur la tranche », suivant une dynamique frontale sur une ou deux tables opposées, parfois exploitées suivant une dynamique alternante (Müller-Neuhof 2013 : fig. 6). Cette stratégie garantit une exploitation optimale de l’importante réserve de matière première constituée par le nucléus, dont l’architecture est maintenue tout au long de la phase de plein débitage. Dans ce contexte, le détachement de tablettes ou d’éclats de ravivage du plan de pression ne vise qu’à régulariser le point de contact et à créer les conditions locales favorables au débitage, sans réduction substantielle du volume initial.

Fig. 6 : Pasar 23 (Iran, LC5/BA I-II, 3300-2650 av. J.-C.). Nucléus à lames de débitage frontal sur table quadrangulaire étroite. 1-6 : débitage par pression au levier. Ramassages de surface. Silex. D’après MÜLLER-NEUHOF 2013, fig. 15.

… qui se décline à travers d’évidentes spécificités régionales 

In fine, l’unité de ces productions s’exprime au sein d’un vaste espace économique qui transcende les différentes mouvances culturelles du Moyen-Euphrate, de Ninive V et du monde transcaucasien. D’un point de vue typologique et fonctionnel, des différences discrètes mais significatives s’expriment malgré tout entre les différents technocomplexes en présence, les grandes lames transformées renvoyant dans certaines situations à la fabrication d’outils de moisson (faucille, couteaux, etc.), tandis qu’elles sont majoritairement dévolues à la fabrication d’éléments de tribulum dans d’autres contextes.

Fig. 7 : Typologie des grandes lames transformées et lustrées des cultures de l’Euphrate au Bronze ancien. 1 : type Habuba ; 2 : type Gelinciktepe ; 3 : type Lidar Höyük ; 4 : type Akziyaret ; 5 : type Norşuntepe. D’après SCHMIDT 1996, fig. 59.

L’appréhension de cette diversité ne doit toutefois pas conduire à surévaluer la portée fonctionnelle de nos listes d’outils : dans la bibliographie, le raffinement des descriptions a parfois conduit à multiplier à l’infini les classes typologiques, en fonction des traces d’utilisation relevées sur les parties actives des outils mais aussi, de manière moins efficace et pertinente, du degré de transformation des supports (fracturation, troncature simple ou double, retouche, appointement, rétrécissement basal, etc. : fig. 7). En ce domaine, les catégories établies enrichissent jusqu’à profusion les nomenclatures et cette démarche de sériation ne permet que rarement de dépasser le simple récitatif des faits pour établir des typologies à visée interprétative : d’un point de vue ethnographique, ces réalités apparaissent finalement diversement signifiantes, tant elles font parfois écho à des dispositifs d’exploitation ou d’emmanchements des outils assez similaires.

Les traditions du Moyen-Euphrate

La variabilité morphologique de l’outillage constitue l’une des spécificités des industries du Moyen-Euphrate au cours du premier tiers du IIIe millénaire. Elle est singulièrement bien illustrée par les assemblages de Titris Höyük, Hassek Höyük (Niv. 1-4 : fig. 8) et Tell Chuera.

Fig. 8 : Hassek Höyük (Turquie, Bronze ancien I, 3000-2700 av. J.-C.). Grandes lames à dos courbe (type Norşuntepe). 1-2 : Niv. 1-4. Silex. D’après OTTE, BEHM-BLANCKE 1992, pl. 25.

Sur ce dernier site, la production des lames de grand gabarit est documentée par plus de 900 supports réguliers, bruts ou retouchés (Helms 2017). Quatre nucléus de débitage unipolaire frontal sur table quadrangulaire étroite découverts en 1983 au Chantier P, au sein d’un bâtiment incendié de la phase IC, complètent cet assemblage (fig. 9). Dans la longue durée, deux types de pro­duction peuvent être mis en lumière : le premier, daté du Chalcolithique tardif lato sensu, est rapproché des industries du LC2 sur des positions technologiques fragiles, au regard de la faiblesse du corpus envisagé ; le second, beaucoup mieux illustré, témoigne de la pérennité du modèle cananéen classique tout au long du IIIe millénaire. Dans le détail, des inflexions notables peuvent néanmoins être signalées, dans la structuration spatiale ou la représentativité des activités de taille, ce qui n’est évidemment pas indifférent lorsque l’on cherche à approcher l’organisation techno-économique de cet artisanat (intégration locale de certaines séquences de la chaîne opératoire aux niveaux ID-IE).

Fig. 9 : Tell Chuera (Syrie, EJ II final-EJ IIIA, 2700-2550 av. J.-C.). Pièces techniques issues d’un débitage frontal sur table quadrangulaire étroite. 1 : lame à crête d’entame, Phase IB-D ; 2 : nucléus à lames de débitage frontal sur table quadrangulaire étroite, Chantier P, Période IC. Silex. D’après HELMS 2014, fig. 7 et 11.

De ce point de vue, deux contextes remarquables doivent être signalés : le premier, au Chantier K, a révélé la présence, au sein d’une unité domestique rapportée à la phase IA – soit à la transition du IVe au IIIe millénaire – de quatre supports non transformés obtenus par pression au levier, deux percuteurs minéraux et une pointe-ciseau en cuivre – interprétée sans conviction comme un « indenteur » (fig. 10) ; plus à l’ouest, dans le bâtiment A du Chantier E (pièce 6), un dépôt de quatre grandes lames brutes a également été mis au jour, dans des niveaux appartenant à la phase ID (fig. 11). Ces vestiges témoignent non seulement de l’intégration d’une partie de la chaîne de production des supports cananéens sur le site même de Chuera, mais aussi du stockage des supports de première intention en vue de leur redistribution et de l’exécution des opérations de transformation au sein même des unités d’habitation.

Fig. 10 : Tell Chuera (Syrie, EJ 0, 3100-2900 av. J.-C.). Pointe en cuivre mise au jour dans la zone d’atelier du Chantier K. Cet artefact a été interprété comme un indenteur en métal pour l’exécution de débitages par pression au levier. L’usage d’une alène fine à tête pointue, dont la section est inférieure à 10 mm, reste toutefois sujet à caution, du fait du risque de torsion de l’outil sous la pression (Pelegrin, communication personnelle). Période IA, Phase 31b. D’après HELMS 2017, fig. 3.52.

Fig. 11 : Tell Chuera (Syrie, EJ IIIB-IVA, 2550-2300 av. J.-C.). Dépôt de grandes lames brutes provenant du Chantier E. « Haus A », Pièce A-6, Période ID. Silex. D’après HELMS 2014, fig. 6.

Dans ce paysage culturel, les assemblages de Mésopotamie centrale occupent assurément une place à part : entre 2900 et 2650 av. J.-C., la diffusion des lames cananéennes s’étend jusqu’à Mari qui marque la limite de la propagation de ces objets en direction de la Mésopotamie du sud. Sur l’Euphrate, le système technique lithique reste toutefois structuré, au cours des trois siècles que couvre l’histoire de la Ville I, par des productions d’éclats laminaires convergents ou de lames robustes obtenues par percussion directe ou, plus rarement, indirecte. Elles se substituent dans l’outillage agricole aux grandes lames d’importation obtenues par pression au levier et ponctuellement diffusées depuis le Karababa ou le Khabour (fig. 12 et 13). Cette dichotomie n’est pas sans rappeler les schémas décrits par J. Chabot à Tell Atij’ ou par Y. Nishiaki à Tell Ghanem al-Ali où des modèles simplifiés côtoient de rares attestations de lames exogènes à haute valeur ajoutée (Chabot 2002 ; Nishiaki 2014). A une échelle plus large, ces chaînes de production, par ailleurs largement partagées, se retrouvent sur les sites de la steppe syrienne où les industries ne semblent cependant pas enrichies par des apports de produits spécialisés comme dans la vallée.

Fig. 12 : Mari, Ville I (Tell Hariri, Syrie, EJ I-II, 2900-2650 av. J.-C.). Grande lame cananéenne débitée par pression au levier. VII-V49-NE29, Chantier L. Silex. Mission archéologique de Mari. © R. Angevin 2010.

Fig. 13 : Mari, Ville I (Tell Hariri, Syrie, EJ I-II, 2900-2650 av. J.-C.). Lames lustrées. 1, 3-4 : lames robustes obtenues par percussion directe ou au punch ; 2 : grande lame régulière à troncatures obliques du type Akziyaret. III-Z21-SE2, III-Z19-SE7, III-Z21-SO12 et III-Z20-NE15. Chantier B. Silex. Mission archéologique de Mari. © R. Angevin 2010.

L’ambiance culturelle de Ninive V

Dans le Khabour ainsi que sur le Haut-Tigre et ses tributaires, il se révèle plus malaisé de décrire les modalités de conduite d’un débitage qui se caractérise avant tout par le recours à la pression au levier (Chabot 2002). Les industries cananéennes de la première moitié du IIIe millénaire sont ainsi correctement décrites sur de nombreux sites relevant de la sphère culturelle de Ninive V qui ont par ailleurs livré d’importants assemblages de grandes lames lustrées correspondant à des tronçons utilisés comme inserts de tribulum (Chabot, Eid 2003). Dans ce contexte, la variété typologique perçue sur le Moyen-Euphrate s’efface devant une certaine uniformité des outillages, constitués pour l’essentiel par des segments obtenus par fracturation simple sans aménagement ou affûtage de leurs bords (fig. 14).

Fig. 14 : Lames lustrées de la sphère culturelle de Ninive V. 1-2 : Tell Kouyunjik/Ninive (Irak) ; 3 : Tell Atij’ (Syrie) ; 4 : Tell Kutan (Irak) ; 5 : Tell Leilan (Syrie) ; 6 : Tell Kashkashok (Syrie) ; 7-8 Bash Tapa (Irak) ; 9 : Tell Gudeda (Syrie); 10 : Telul eth-Thalathat V (Irak). Silex. D’après CHABOT 2002 ; ANDERSON, CHABOT et VAN GIJN 2004 et © R. ANGEVIN/British Museum (Londres, Royaume-Uni) 2012 et Mission archéologique française de Bash Tapa 2016.

En miroir, les nucléus font défaut sur la plupart des sites d’habitat, ce qui ne permet pas d’exposer plus avant la conception et la dynamique du débitage, alors même que la plupart des études sont réduites à une simple analyse des propriétés morpho-dimensionnelles des supports. Seuls quelques tronçons de lames sous-crête formant parfois dos naturel ou pan-revers éclairent, à Tell Atij’, Tell Gudeda (Syrie), Kutan ou Bash Tapa (Irak), l’aménagement de crêtes latérales depuis des flancs qui se présentent alors comme sub-perpendiculaires à la table, sans qu’il soit possible par ailleurs d’en préciser l’articulation avec le dos (Chabot 2002 ; Angevin 2015).

Dans cette région, l’absence de tout complexe d’atelier clairement daté du Bronze ancien (EJ I-IV) – à l’exception peut-être de la zone minière du Jebel Zawa dont la période d’activité pourrait s’étirer au-delà du dernier tiers du IVe millénaire – nous contraint à raisonner à partir de la seule observation des produits de plein débitage. De ce point de vue, les nucléus collectés en surface sur les sites de Tell Bilawa et Tell Parpara, près de Kirkouk, s’inscrivent dans la logique des débitages ternaires sur surface large reconnus sur le Haut-Tigre dans le second tiers du IVe millénaire (Angevin, obs. pers.). Seules de nouvelles recherches sur le terrain permettront de trancher en faveur de la pérennité de ce modèle jusqu’au plein IIIe millénaire ou d’une nette solution de continuité avec des productions Ninive V qui restent encore largement à étudier, en dépit de leur position historiographique pionnière.

Le domaine des cultures transcaucasiennes

La situation des débitages cananéens apparaît mieux maîtrisée en Anatolie orientale, au contact de la culture Kuro-Araxe, où ils ont pu faire l’objet d’études systémiques. Des débitages intercalés sur surfaces étroites sont ainsi documentés au cœur de l’aire culturelle transcaucasienne, à Norşuntepe (niv.30-6) : dans ce contexte, l’architecture des nucléus reste conditionnée par la création de crêtes axiales envahissant significativement les flancs du nucléus dont les caractères témoignent de l’exploitation de matériaux présentant une volumétrie différente de ceux mobilisés plus au sud, sur le Moyen-Euphrate (Schmidt 1996 ; fig. 15). Sur ce site, des produits cananéens sont reçus jusqu’au Bronze ancien III au moins : ils consistent en des lames lustrées de grand module à bord abattu, parfois à troncatures obliques, qui évoquent le corpus typologique des cultures méridionales de la Plain Simple Ware (Moyen-Euphrate et horizon céramique du Haut-Euphrate/Malatya-Elaziğ). La situation est plus difficile à éclaircir à Korucutepe (phases C-F) ainsi que dans les niveaux IV à I de Değirmentepe où la présence de grandes lames régulières n’est pas définitivement assurée.

Fig. 15 : Norşuntepe (Turquie, BA IIB-IIIA, 2650-2450 av. J.-C.). Grandes lames régulières détachées par pression au levier. 1-2 : support de première intention ; 3-4 : lame sous-crête. Niv. 12. Silex. D’après SCHMIDT 1996, pl. 48.

La question de la représentativité de ces objets dans les séries de l’âge du Bronze de Tepecik (Turquie) reste ouverte également, dans l’attente de la publication finale de ce matériel. Les rapports de fouilles attestent toutefois une composante cananéenne dans l’industrie du Chalcolithique tardif : une « cachette » de lames regroupant plusieurs supports de grand module, a notamment pu être retrouvée au sein du Bâtiment principal du Secteur BU. Ce dépôt correspond à un stock de supports bruts dont l’acquisition s’inscrit dans la logique de la première couronne des ateliers de production de lames cananéennes postulés dans le secteur d’Harput à la fin du IVe millénaire (Esin 1979).

Le site d’Arslantepe est quant à lui engagé dans la consommation des produits cananéens à partir du niveau VII et jusqu’au niveau VID, soit entre 3800 et 2200 av. J.-C. environ (Frangipane, Palmieri 1983 ; Caneva 1993). Leur évolution s’inscrit dans une logique de performance qui aboutit, entre 2700 et 2500 av. J.-C., à l’obtention de très grandes lames relevant d’un artisanat spécialisé et diffusées selon des modalités qui demeurent obscures. Plusieurs exemplaires bruts et entiers ont été mis au jour, parfois en lots, au niveau VIB2, ce qui peut être interprété – avec prudence – comme le témoignage de pratiques de stockage en vue d’une redistribution différée. A Gelinciktepe, des mouvements d’objets à haute valeur ajoutée qui s’inscrivent dans une stratégie d’acquisition analogue, semblent également effectifs durant le premier tiers du IIIe millénaire (Schmidt, ibid.).

Le devenir des débitages cananéens (2500-1800 av. J.-C.)

Au milieu du IIIe millénaire, il devient extrêmement délicat de préciser le devenir des débitages de la phase classique dans les régions de Mésopotamie centrale, tant leur réalité s’estompe sous la pression uniformisatrice du monde sumérien. Sur de nombreux sites, les systèmes techniques s’articulent prioritairement autour des procédés traditionnels développés dans le sud mésopotamien : à Mari (Tell Hariri, Syrie), la transition entre la Ville I (2900-2600 av. J.-C.) et la Ville II (2550-2250) semble marquer une rupture technologique majeure qui voit, dans les systèmes lithiques, la disparition des lames cananéennes et de leurs ersatz locaux et un rééquilibrage en faveur des débitages de petit module exécutés par pression à la grande béquille (éléments de faucille sur lames légères denticulées ; Angevin, en préparation : fig. 16).

Fig. 16 : Mari, Ville II (Tell Hariri, Syrie, EJ I-II, 2550-2250 av. J.-C.). Lames denticulées et lustrées d’affinité sumérienne. 1 : III6P11-SO1 ; 2 : III-P5-NO11 ; 3 : III-Z18-NE39. Chantiers B et P. Silex. Mission archéologique de Mari. © R. ANGEVIN 2010.

Un tel mouvement de substitution des assemblages est également perceptible sur le site de Bash Tapa (Kurdistan d’Irak) où les industries des niveaux du Dynastique archaïque III se caractérisent par le déploiement de débitages par pression debout (Angevin 2015). Elles éclairent en cela la rupture stratigraphique majeure qui s’établit entre l’importante séquence Ninive V (Niv. 9-4) et les niveaux du DA III (Niv. 3) du Chantier 1 qui signe un changement substantiel dans le mode d’occupation, vers 2500 av. J.-C.

L’expansion culturelle sumérienne dans les régions du Moyen-Euphrate – qui précède de quelques décennies les constructions territoriales des souverains d’Akkad – met un coup d’arrêt brutal aux courants cananéens qui s’étaient imposés depuis 3000-2900 av. J.-C. en Mésopotamie du nord et modifie durablement la géographie culturelle de l’Orient sémitique : dans le sillage des reconfigurations politiques qui s’opèrent au sein des espaces syro-mésopotamiens, les productions de lames graciles de type sumérien se déploient sans partage depuis la grande plaine alluviale jusqu’aux moyennes vallées du Tigre et de l’Euphrate, repoussant, à la Dynastie d’Ur III, les limites de la koinè cananéenne vers l’Anatolie et les franges du Levant où les productions de grandes lames perdurent selon des modalités différentes, jusqu’au Bronze ancien IV – voire jusqu’à l’aube du Bronze moyen (circa 1800 av. J.-C.) –, alors même que s’estompe le premier fait urbain.

Dans le Khabour et en Djézireh, quelques assemblages forment toutefois exception, comme ceux de Tell Mozan ou Tell Leilan, où les débitages de grand module semblent perdurer jusqu’au début du IIe millénaire, sans rupture majeure mais sans qu’il soit possible également d’en conforter l’attribution et d’en préciser la technologie (Chabot, Eid 2009). Cette réalité n’est évidemment pas indifférente car elle traduit la persistance, dans cette région, des puissants réseaux de relations établis entre la Mésopotamie du nord et l’Anatolie depuis 3000 av. J.-C. au moins : à une autre échelle, la réactivation des circulations d’obsidienne à la charnière des IIIe et IIe millénaires signe également un regain d’intensité des mouvements interrégionaux qui relient la moyenne vallée de l’Euphrate au domaine des cultures transcaucasiennes, via le Khabour, comme l’illustrent les industries de Tell Mohammed Diyab (BA IV/BM) et, au-delà, celles de la Ville III de Mari.

(A suivre)

Bibliographie

Algaze G., Dinckan G., Hartenberger B., Matney T., Pournelle T. J., Rainville L., Rosen S., Rupley E., Schlee D., Vallet R. 2001. Research at Titriş Höyük in Southeastern Turkey : the 1999 Season, Anatolica 27, 23-106.

Angevin R. 2015. L’industrie lithique du site de Bash Tapa, in : L. Marti, C. Nicole, K. Shawaly (dir.), Recherches en Haute-Mésopotamie II. Mission archéologique de Bash Tapa (Kurdistan d’Irak, campagnes 2012-2013) et les enjeux de la recherche dans la région d’Erbil, Mémoires de NABU 17, Paris, 163-176.

Angevin R. en préparation. Les industries lithiques de Mari (Tell Hariri, Syrie). Trajectoires techniques, économiques et culturelles, thèse de doctorat de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dir. P. Butterlin).

Anderson P. C., Chabot P., Van Gijn A. 2004. The Functional Riddle of ‘glossy’ Canaanean Blades and the Near Eastern Threshing Sledge, Journal of Mediterranean Archaeology 17, 87-130.

Braidwood R. J., Braidwood L. S. 1960. Excavations in the Plain of Antioch I. The Earlier Assemblages Phase A-J, OIP 61, Chicago, XXVII + 601 p.

Caneva I. 1993. From Chalcolithic to Early Bronze Age III at Arşlantepe: A Lithic Perspective, in: M. Frangipane (éd.), Between the Rivers and over the Mountains, Archaeologica Anatolica et Mesopotamica, Rome, 319-339.

Chabot J. 2002. Tell Atij’ et Tell Gudeda, Industrie lithique. Analyse technologique et fonctionnelle, Québec, Université de Laval, Cahiers d’archéologie du Celat, 226 p.

Chabot J., Eid P. 2003. Le phénomène des lames cananéennes : état de la question en Mésopotamie du Nord et au Levant Sud, in : P. C. Anderson, L. S. Cummings & T. K. Schippers, (dir.), Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Actes des XXIIIe Rencontres internationales d’Histoire et d’Archéologie d’Antibes, 17-19 octobre 2002, CNRS éd., Nice, 401-416.

Chabot J., Eid P. 2009. Le matériel lithique, in : A. Bianchi et A. Wissing, Ausgrabungen 1998-2001 in der zentralen Oberstadt von Tall Mozan/Urkeš. Die Kleinfunde, Collection Studien zur Urbanisierung Nordmesopotamiens, Harrassowitz Verlag, Viesbaden, 803-834.

Esin U. 1979. Tepecik Excavations, 1973, in : Keban Project 1973 Activities, Middle East Technical University 6, Ankara, 97-112.

Frangipane M., Palmieri A. 1983. Perspectives on Protourbanization in Eastern Anatolia: Arslantepe (Malatya). An interim Report on 1975-1983 Campaings, Origini XII, Rome.

Hartenberger B., Rosen S., Matney T. 2000. The Early Bronze Age blade workshop at Titris Höyük: lithic specialization in an urban context, Near Eastern Archaeology 63, 51-58.

Hartenberger B. 2002. Organization of Flint Sickle Blade Production at an Early Bronze Age Workshop in Anatolia, in : P. Vandiver, M. Goddway, J. L. Mass (dir.), Materials Issues in Art and Archaeology VI, actes du Congrès de Held (Etats-Unis, 26-30 novembre 2001), Materials Research Society Symposia Proceedings 712, 185-191.

Hartenberger B. 2003. A study of craft specialization and the organisation of chipped-stone production at Early Bronze Age Titris Höyük, Southeastern Turkey, Unpublished PhD Thesis, Boston University, 1 vol., 309 p.

Healan D. M., Kerley J. M. 1984. Edge damage induced by core immobilization in prismatic blade manufacture, Lithic Technology, 13-1, 1-10.

Helms T. 2014. The Economy of Chipped Stone: Production and Use of Stone Tools at Early Bronze Age Tell Chuera (Northern Syria), in : F. Buccellati, T. Helms, A. Tamm (dir.), House and Household Economies in 3rd Millenniumm B.C.E. Syro-Mesopotamia, Oxford Archaeopress, 61-81.

Helms T. 2017. Steingeräteindustrien in frühurbanem Kontext. Eine wirtschaftsarchäologische Analyse der lithischen Funde aus Tell Chuēra und Kharab Sayyar (Nordsyrien) Ausgrabungen in Tell Chuera V, Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 2-V, Wiesbaden, Harrassowitz, 404 p.

Müller-Neuhof B. 2013. Southwest Asian Late Chalcolithic/Early Bronze Age demand for ‘Big-Tools’: specialized flint exploitation beyond the fringes of settled regions, Lithic Technology 38, 220-236.

Nishiaki Y. 2014. Dating simple flakes: Early Bronze Age flake production technology on the Middle Euphrates Steppe, Syria, Journal of Lithic Studies 2014-1, 197-212.

Otte M., Behm-Blancke R. 1992. Die Rekonstruktion Technischer Verfahrensweisen, in: M. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük. Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Istanbuler Forshungen, Band 38, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 165-215.

Rosen S. 2018. Canaanean Blades, in : M. Lebeau, P. de Miroschedji (dir.), Arcane Interregional. Vol. 2 : Artefacts, Brepols, Turnhout.

Schmidt K. 1996. Norşuntepe. Kleinfunde I. Die lithische Industrie, Mayence, 326 p.

L’auteur

Raphaël Angevin est préhistorien et archéologue. Conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Membre du laboratoire VEPMO de l’UMR 7041-ArScAn et doctorant de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est spécialiste des industries lithiques du Chalcolithique et de l’âge du Bronze et consacre sa thèse à l’étude technologique des productions en silex et en obsidienne du site de Mari (Tell Hariri, Syrie).

Pour citer ce billet : Raphaël Angevin. Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du Nord (Ve-IIIe millénaires) (3/4), ArchéOrient - Le Blog, 6 juillet 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8744


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.