Le CEFAS et le développement de la recherche archéologique en Arabie

Le CEFAS : du Yémen au Koweït

Le Centre français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS) est un centre de recherche à vocation régionale basé à Koweït City, qui a pour objectif de soutenir les recherches menées sur l’ensemble de la péninsule Arabique. Il fait partie du réseau des Instituts français de recherche à l’étranger (IFRE) placés sous la double tutelle du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et du CNRS, et qui est constitué de 27 établissements présents sur tous les continents.

A l’origine du CEFAS, il y a le Centre Français d’Etudes Yéménites (CFEY), fondé en 1982 à Sanaa à l’initiative de Christian Robin et de Rémy Audouin. Il avait pour vocation l’accueil des missions archéologiques et des chercheurs en sciences sociales qui travaillaient au Yémen. Renommé en 2001 Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa (CEFAS), sa zone de compétence s’est étendue, accueillant ponctuellement des étudiants et des chercheurs travaillant aussi dans les pays limitrophes. En 2002, les accords établis entre le MEAE et le CNRS sont venus renforcer son assise scientifique en permettant l’affectation de personnels de cette institution et la création d’une unité de service et de recherche (USR 3141). En 2013, à l’initiative de ses tutelles, le CEFAS est devenu un institut régional ayant compétence sur l’ensemble des pays de la péninsule Arabique (Émirats Arabes Unis, Koweït, Qatar, Yémen, Arabie Saoudite, Bahreïn, Oman). En 2015, un accord entre les autorités koweïtiennes et le MEAE a permis d’ouvrir une antenne à Koweït City.

Ainsi, le CEFAS dispose de deux antennes, l’une à Sanaa, qui est pour l’heure en sommeil, et l’autre à Koweït City.

Recherche, partenariats, formations et diffusion du savoir

Le CEFAS a pour mission d’initier, coordonner et soutenir les travaux des chercheurs et des étudiants sur l’ensemble de la péninsule Arabique et du Golfe, dans tous les domaines des sciences humaines et sociales, de la Préhistoire aux sociétés contemporaines. Le Centre collabore, sous forme de partenariats et de programmes de recherche, avec des institutions universitaires et des centres de recherche, tant en France et en Europe que dans les pays de la péninsule Arabique. A travers un programme d’aides à la mobilité, le CEFAS apporte son soutien à des étudiants de master et à des doctorants inscrits dans une université française ou européenne, pour leur permettre de mener des projets de recherche dans les pays de la péninsule Arabique. Il accueille également des étudiants stagiaires. Des conférences ponctuelles ou des journées d’études permettent à des chercheurs d’origines diverses de débattre et de partager leur recherche auprès d’un public large. Le CEFAS dispose de plus à Sanaa d’une bibliothèque de près de 9000 volumes, d’une collection de revues scientifiques, et d’une cartothèque largement consacrée au Yémen. Le CEFAS possède aussi à Koweït City une bibliothèque en cours d’enrichissement ; elle comporte pour l’heure près de 1 500 ouvrages, revues et journaux portant essentiellement sur l’archéologie et l’histoire ancienne et récente de la péninsule Arabique. Le CEFAS publie des ouvrages au format papier et/ou électronique en langues européennes et en arabe, le plus souvent en coédition, dans des  pays du Moyen-Orient ou en France. Il collabore à la plateforme OpenEdition. Le CEFAS édite aussi des revues afin de valoriser les travaux qui y sont menés et participer au renouvellement du savoir dans ses champs de compétence. La revue Chroniques Yéménites a été publiée entre 1993 et 2013. Désormais entièrement numérisée, elle est disponible en ligne (https://cy.revues.org/201). Créée en 2006, Chroniques du manuscrit au Yémen est une revue consacrée à l’étude des manuscrits du Yémen. Jusqu’en 2014 elle a été éditée par le CEFAS et diffusée exclusivement en ligne (https://cmy.revues.org/). Arabian Humanities a succédé, en 2013, aux Chroniques yéménites. Cette revue à comité de lecture multilingue (français, anglais et arabe) est publiée exclusivement en ligne (http://cy.revues.org/2008) avec le soutien de l’InSHS du CNRS. Résolument tournée vers l’international et ouverte à l’ensemble de la péninsule Arabique, elle couvre, à un rythme biannuel, l’ensemble des domaines des sciences humaines allant de la préhistoire jusqu’aux sociétés actuelles.

La recherche archéologique au CEFAS : de la préhistoire à l’Islam médiéval

En plus d’une activité soutenue dans la recherche en sciences sociales, le CEFAS joue un rôle de premier plan dans le développement de l’archéologie dans la péninsule Arabique et dans le Golfe. Le Centre développe depuis son installation au Koweït une dynamique de rapprochement avec l’ensemble des acteurs de l’archéologie française en péninsule Arabique et se propose comme intermédiaire avec les institutions locales quand cela est nécessaire, et comme plateforme de soutien logistique quand la situation le permet.

Au Koweït, le Centre soutient tout particulièrement la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF), dirigée par Julie Bonnéric (Ifpo, Beyrouth), qui a intégré sa programmation scientifique en 2018. Depuis début 2018, le CEFAS est l’institution française de référence dans le montage du projet de prospection préhistorique à l’échelle du Koweït dirigé par Rémy Crassard et Sultan al-Duwaish (National Council for Culture, Arts and Letters (NCCAL), Koweït). Ce projet vise à répondre aux questions liées à l’occupation préhistorique au Koweït, jusqu’à présent peu documentée. Au cours des dernières décennies, seules quelques explorations ponctuelles se sont intéressées au sujet, souvent lors d’opérations archéologiques dont les objectifs de recherche principaux n’étaient pas liés à la préhistoire. Ces premiers travaux n’ont jamais permis d’identifier des sites du Paléolithique (des origines de l’Homme jusqu’au début de l’Holocène). Seuls quelques sites néolithiques sont aujourd’hui connus, dont deux ayant véritablement livré des vestiges conséquents : H3 près de As-Sabiyah au nord de la baie de Koweït City, et Bahra 1 dans la même région et actuellement fouillé par une équipe koweïto-polonaise. Le potentiel pour retrouver de nouveaux sites paléolithiques et néolithiques a toujours été considéré comme faible par les différentes équipes qui sont intervenues sur place, sans pour autant qu’une évaluation à l’échelle du pays soit entreprise. A l’initiative de Rémy Crassard, une prospection à l’échelle du Koweït a donc été proposée au NCCAL. Cette prospection, rassemblant un ensemble d’opérations distinctes sur deux années consécutives, prévoit de faire appel à l’expertise de nombreux chercheurs français et étrangers. La question géomorphologique et de l’étude en archéologie du paysage va être tout particulièrement soulevée, par la collaboration avec des spécialistes, notamment de Paris Sorbonne University Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis) et Oxford Brookes University (Royaume-Uni). Des partenaires plus impliqués dans les problématiques d’archéologie de terrain viendront de différents laboratoires du CNRS en France, plus particulièrement de l’UMR 5133 Archéorient à Lyon et d’autres institutions européennes et américaines.

De par sa dimension régionale qui vise à faire rayonner la recherche française dans la péninsule Arabique, le CEFAS apporte un soutien aux missions françaises déjà implantées et aux jeunes chercheurs travaillant au-delà des frontières du Koweït.

En Arabie Saoudite, la coopération scientifique avec les institutions et les acteurs saoudiens de la recherche est déjà ancienne. Elle concerne surtout l’archéologie. Les archéologues français ont été des pionniers en Arabie Saoudite. Les équipes et les chercheurs du CNRS jouent un rôle moteur dans ce champ du savoir ; leur expertise est reconnue et recherchée par les autorités saoudiennes qui, comme dans d’autres pays de la péninsule Arabique, s’intéressent tout particulièrement à la valorisation de leur patrimoine. Il est à souligner que la plupart des missions archéologiques franco-saoudiennes associent aussi le CEFAS, qui leur apporte lorsque cela est nécessaire et possible un soutien logistique, institutionnel et parfois financier. Le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France en Arabie Saoudite soutient aussi ces missions. Par exemple, le CEFAS est aussi partenaire du projet de la mission « Oasis de l’Arabie déserte », dirigée côté français par Guillaume Charloux (UMR 8167 Orient & Méditerranée),   et qui comprend plusieurs volets (Najrân ; Dûmat al-Jandal ; al-Kharj). Des membres du CEFAS participent aussi activement à la mission franco-saoudo-néerlandaise de Thâj, dirigée par Jérôme Rohmer (UMR 8167), M. Al-Hajiri (SCTH) et Ahmad Al-Jallad (Univ. de Leyde). Cette mission s’intéresse à l’occupation d’un site à 90 km de la côte du Golfe Persique qui représente l’une des plus grandes cités d’Arabie orientale à l’époque préislamique. D’autres missions bénéficient également d’un partenariat avec le CEFAS : celle de Al-Bad‘ (dir. G. Charloux, UMR 8167), des îles Farasan (dir. S. Marion de Procé, UMR 7041), de Fardat al-Faw (dir. M. Arbach, UMR 5133), ou encore le projet transversal MEDEE (dir. E. Fouache, Sorbonne Abu Dhabi).

Le CEFAS est également présent au Sultanat d’Oman, avec une implication scientifique et/ou financière dans plusieurs missions dont celle de Shiya (dir. O. Munoz, UMR 7041), celle de Ra’s al-Jinz (dir. V. Azzara, UMR 7041), celle en Oman central (dir. G. Gernez, Univ. Paris 1) et celle de Qalhat (dir. A. Rougeulle, UMR 8167). A Bahreïn, une première collaboration a été initiée entre le CEFAS et la Bahrain Authority for Culture and Antiquities et le Centre régional arabe pour le Patrimoine Mondial sous l’égide de l’UNESCO afin d’évaluer le potentiel archéologique des îles Hawar (en partenariat avec P. Lombard, BACA et UMR 5133).

De nouvelles opportunités de recherche

La mise en place de nouveaux projets archéologiques au Koweït est également encouragée par la mise à disposition des locaux du CEFAS et des contacts qu’il possède aux responsables de projet qui seraient intéressés à y développer des recherches. Plus particulièrement, le CEFAS propose chaque année un grand nombre de bourses de master, de doctorat et de post-doctorat à l’ensemble des jeunes chercheurs travaillant dans les différents champs d’activité du Centre, avec un intérêt tout particulier aux candidatures liées à l’archéologie.

Depuis de longues années, le CEFAS a fait de la recherche de terrain une priorité. C’est pourquoi chaque année, il lance des appels d’aides à la mobilité pour la recherche de 1 mois pour des étudiants en master ou en doctorat qui travaillent sur la région de la péninsule Arabique, dans le domaine des sciences humaines et sociales (voir pour 2018 : http://cefas.cnrs.fr/spip.php?article644). Ces aides sont destinées à faciliter leur travail de terrain dans les pays de la zone de compétence du CEFAS, à l’exclusion du Yémen : Koweït, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Qatar, Sultanat d’Oman et Arabie Saoudite. Il faut souligner que lorsque les étudiants viennent travailler au Koweït, ils peuvent être logés à titre gracieux.

Le CEFAS propose également à des étudiants inscrits en doctorat, des aides à la mobilité de plus longue durée : 9 mois (voir pour 2018 : http://cefas.cnrs.fr/spip.php?article643). Ces aides sont renouvelables. Elles permettent aux doctorants, qui sont logés à titre gracieux au Koweït, de mener leurs recherches au plus près du terrain.

Enfin, le CEFAS accueille des chercheurs en mission et, depuis 2017, propose, en collaboration avec la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), à des post-doctorants ou à des jeunes chercheurs résidant en France, une aide à la mobilité pour réaliser un séjour de recherche de 2 ou 3 mois dans la péninsule Arabique (à l’exception du Yémen). Pour être retenus, les projets de recherche doivent s’inscrire dans la politique scientifique du CEFAS, en synergie avec ses chercheurs ou ses partenaires dans la péninsule Arabique.

Les auteurs

Rémy Crassard est Chargé de Recherche au CNRS. Préhistorien, spécialiste de la péninsule Arabique. Chercheur au CEFAS, responsable de l’Archéologie. USR 3141 – CEFAS, Centre français d’archéologie et de sciences sociales, Koweït City.

Abbès Zouache est Chargé de Recherche au CNRS. Médiéviste, spécialiste de l’Orient médiéval. Directeur du CEFAS. USR 3141 – CEFAS, Centre français d’archéologie et de sciences sociales, Koweït City.

Pour citer ce billet : Rémy Crassard et Abbès Zouache. Le CEFAS et le développement de la recherche archéologique en Arabie, ArchéOrient - Le Blog, 29 juin 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8718

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.