Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du Nord (Ve-IIIe millénaires) (2/4)

Petit précis de globalisation technique

2ème partie : La phase formative du phénomène (4800-3100 av. J.-C.)

Jusqu’où faire remonter le phénomène cananéen ? C’est là que réside la principale difficulté et le premier des paradoxes. Car l’histoire des techniques ressortit en la matière à une trajectoire longue, heurtée et par essence discontinue. Dans l’acception qui est la nôtre – et qui recouvre une part significative de la variabilité des débitages de grandes lames –, chercher à discerner les conditions d’apparition de certains procédés techniques suppose de ne pas respecter les unités de temps communément fixées par l’historiographie et de privilégier le temps long, de façon à prendre correctement la mesure du phénomène dont nous avons à rendre compte. Pour des raisons qui tiennent à l’ampleur des mouvements qui s’opèrent tout au long du Chalcolithique et de l’âge du Bronze, cette démarche implique également de libérer les unités de lieu mobilisées : dans la suite de mon propos, l’arrière-plan de ma réflexion s’esquissera donc sur de nombreux sites moyen-orientaux, depuis l’Anatolie centrale jusqu’en Djézireh (fig. 1).

Fig.1 : Carte de localisation des sites de la phase formative du phénomène cananéen en Mésopotamie du Nord. En vert : sites du VIIIe au VIe millénaire (PPNB au Halaf) ; en rouge : sites du Ve au IVe millénaire (Obeid, Chalcolithique tardif). DAO R. ANGEVIN 2018, fond de carte M. SAUVAGE.

Les premières productions laminaires spécialisées (Obeid du nord)

Au sein de ces espaces, la production de grandes lames régulières n’est pas un fait nouveau, d’affinité strictement protohistorique (Thomalsky 2012).

A la charnière des VIe et Ve millénaires, les traditions attachées à l’obtention de grandes lames en silex prennent corps en marge de productions à haute valeur ajoutée en obsidienne. Ces dernières trahissent une filiation – directe ? – avec les débitages mis en œuvre par pression au levier depuis le Néolithique précéramique au moins en Anatolie méridionale (PPNB récent : Cayönü ; PN/Pré-Halaf : Sabi Abyad I-III et Damishliyya I dans la vallée du Balikh ; Binder 2007 ; Astruc 2011 ; Altinbilek-Algül et al., 2012 ; fig. 2). Elles s’inscrivent dans une dynamique de performance qui vise à éprouver et normaliser des débitages de très grand module poussés aux limites mécaniques de l’exploitation des matériaux.

Fig. 2 : Du VIIIe au VIe millénaire av. J.-C. en Anatolie méridionale : grandes lames extraites par la technique de la pression au levier. 1- Çayönü Tepesi (Turquie, PPNB récent) ; Sabi Abyad I (Syrie, Néolithique céramique final/Halaf ancien). Obsidienne. D’après ALTINBILEK-ALGÜL et al. 2012, fig. 5.2 et 5.5.

Dans ce contexte, des expériences originales semblent très tôt engagées sur des silex à grain fin : nous savons que des produits réguliers, d’une largeur n’excédant pas 22 mm toutefois, existent dès le début du Ve millénaire sur le site de Tepe Gawra XVI (Obeid 3-4 du nord ; Tobler 1950 : pl. XCIIIb). Si nous ne connaissons pas précisément leur technologie, il est intéressant de constater que ces supports cohabitent avec des lames de grandes dimensions en obsidienne (Tobler, ibid. : pl. XCIIIc) obtenues sur des nucléus coniques ou semi-coniques dont la chaîne opératoire s’inscrit dans la continuité des schémas mis en œuvre depuis le milieu du VIIIe millénaire sur le haut cours de l’Euphrate.

Une césure est cependant perceptible dès les niveaux XIV-XIII (Tobler ibid. : 200-202), rapportés à l’Obeid récent, au sein desquels se déploient des supports graciles obtenus par pression debout suivant le modèle classique qui s’impose partout, entre 4800 et 4500 av. J.-C., depuis le Golfe persique jusqu’au piémont des Zagros et aux rivages de la Méditerranée. Ce type de lames est présent dans les niveaux dits Obeid ancien de la séquence de Tell Kosak Shamali (Secteur A, c. 13-11), sur le Moyen-Euphrate, où il précède en stratigraphie des assemblages dominés par les lames irrégulières et les segments géométriques (Obeid récent, c. 10-6, circa 4600-4400 av.J.-C. ; Nishiaki 2003).

Des débitages unipolaires tournants sur nucléus coniques (LC1)

Dans le monde obeidien du nord, les circonstances d’apparition des débitages dits cananéens semblent par ailleurs intimement liées aux changements structurels qui s’opèrent dans le domaine de la circulation des matières premières : au cours d’un long Ve millénaire, plusieurs ruptures brutales peuvent être signalées dans la diffusion des obsidiennes vers la Mésopotamie du nord, à Tell Hamoukar, Tell Brak ou Tell Zeidan, justifiant pour partie la croissance des productions en silex (Khalidi et al. 2016 ; fig. 3). Ainsi, à la fin du VIe millénaire (Halaf) puis dans le second tiers du Ve millénaire (LC1), un déclin des débitages sur obsidienne est régulièrement rapporté, encadrant une phase d’acmé de leurs circulations qui s’établit au cours de l’Obeid 3-4, soit durant le premier tiers du Ve millénaire.

Fig. 3 : Représentativité des sources d’obsidienne dans les assemblages de Mésopotamie du Nord du Halaf au LC3 (début du VIe au milieu du IVe millénaire av. J.-C.). Dans la trajectoire économique des obsidiennes d’Anatolie centrale et du Caucase, les phases signalées en rouge (Halaf et LC1) semblent marquer une estompe des circulations de ce matériau à longue distance. D’après KHALIDI et al. 2016.

Entre 4500-4200 av. J.-C., la réalisation de débitages de moyen module en silex est alors efficacement documentée jusqu’à proximité immédiate des zones d’affleurement des obsidiennes, notamment sur le site de Norşuntepe IIA-B (Schmidt 1996 ; fig. 4). Mises en œuvre sur des matériaux à grain grossier (silex ou quartzite), ces industries attestent la poursuite d’expérimentations par la technique de la pression, poussées aux limites de son exploitation par le perfectionnement de la grande béquille abdominale mais aussi, sans doute, par l’introduction du levier. A l’instar des observations déjà formulées à la période précédente, les descriptions les plus solidement charpentées trahissent le recours à un schéma convergent de conception unipolaire et de dynamique tournante, mis en œuvre sur nucléus coniques ou semi-coniques à l’architecture prédéterminée par des crêtes postérieures (fig. 5).

Fig. 4 : Norşuntepe (Turquie, LC1, 4500-4200 av. J.-C.). Nucléus en silex à table convergente vraisemblablement exploités par pression debout ou au levier.
1-2 : Phase IC/IIA, Niv. 36.
Silex. D’après SCHMIDT 1996, pl. 42.

Fig. 5 : Norşuntepe (Turquie, LC2, 4200-3850 av. J.-C.). Nucléus semi-coniques exploités par pression debout ou au levier.
1: Phase IIC/ IIIA, Niv. 33; 2 : Phase IIIB, Niv. 30 (mobilier résiduel de la Phase IIIA/B ?)
Obsidienne. D’après SCHMIDT 1996, pl. 1.

Il reste, en l’état, extrêmement délicat d’apprécier la représentativité de ces « manières de faire » et d’établir la concordance entre les espaces recouverts par les traditions à grandes lames et les « provinces » céramiques identifiées pour l’horizon LC1 (Baldi 2015). Sur l’Euphrate ou dans le triangle du Khabour, les productions contemporaines (Arşlantepe VIII, Kurban Höyük, Hammam et-Turkman IVD-VA, Tell Zeidan, Tell Feres 7-9A, Tell Mashnaqa, Tell Khashkashok II, Tell Ziyada, Tell Hamoukar, etc.) restent pour une large part à caractériser et ce constat empêche, dans l’attente de la publication des séries associées, toute comparaison terme à terme entre les modalités d’exécution retenues.

Des expériences originales de production sur surfaces larges (LC2)

Au tournant des Ve et IVe millénaires, les changements qui interviennent dans la technologie du débitage apparaissent plus évidents à tracer. Dans les différents bassins économiques de Mésopotamie du nord, les occurrences de grandes lames se font tout à la fois plus nombreuses et plus aisément accessibles. Dans le détail, elles ne se révèlent que partiellement identiques à ce que nous venons de présenter et renvoient au développement autonome des productions en silex et en obsidienne.

Entre 4200 et 3850 av. J.-C., à la faveur d’une pulsation de forte amplitude qui témoigne de la réouverture des circuits d’échange à très longue distance et de la stimulation des réseaux préexistants entre l’Anatolie, le Caucase et la Mésopotamie du nord, ces dernières connaissent un essor sans précédent qui ne restreint en rien la portée des projets laminaires sur d’autres matériaux (Khalidi et al., ibid). Ce redéploiement provoque, au contraire, une redéfinition globale des ambitions de l’une et l’autre de ces industries et sous-tend pour partie le succès postérieur des productions en silex, entre le LC3 et le LC5.

Fig. 6 : Tell Kosak Shamali et Tell Beydar III (Syrie, LC1-2, 4400-3900 av. J.-C.). Tronçons de grandes lames régulières détachées par percussion indirecte ou pression au levier. 1: Tell Kosak Shamali, Secteur B, Niv. 5 ; 2 : Tell Kosak Shamali, Secteur B, Niv. 5 ; 3- Tell Beydar III, Niv. 2. Silex. D’après NISHIAKI 2003, fig. 11.46 et 1..48 ; NISHIAKI 2014, fig. 3.

Si des formes de mécanisation du débitage sont attestées en différents points de Haute-Mésopotamie, au travers notamment de la diffusion de productions à haute valeur ajoutée (grande lame du niveau 20 du Chantier TW de Tell Brak obtenue par pression au levier ; Oates et al. 2007, ill. 5), la situation des industries en silex apparaît plus complexe à analyser au cas par cas : sur les sites du Moyen-Euphrate (Tell Kosak Shamali, Post-Obeid, secteur B, c. 5-2 ; Nishiaki 2003) et du Khabour (Tell Beydar III, Syrie, niv. 2 ; Nishiaki 2014), des produits laminaires de grand module sont introduits à la fin du Ve millénaire ; leur technologie n’est pas connue mais leur morphologie apparaît plus gracile que celle des supports retrouvés dans les ensembles postérieurs (fig. 6). Sur le Haut-Tigre, le modèle dominant reste structuré, jusque vers 3850 av. J.-C., autour d’une exploitation unipolaire tournante sur nucléus coniques à crêtes postéro-latérales (Gawra XIIA à IX : Tobler 1950, pl. XCIV ; Rothman 2002, pl. 78 ; fig. 7), mise en œuvre au levier ou au chasse-lame.

Fig. 7 : Tepe Gawra IX (Irak, LC2, 4200-3850 av. J.-C.). Nucléus conique exploité par percussion indirecte ou pression au levier. Silex. N°33-3-117, University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology (Philadelphie, États-Unis) © R. ANGEVIN 2015.

Sur le Moyen-Euphrate, les évolutions perçues dans la technologie des grandes lames  signent, au contraire, une mutation sensible des schémas opératoires. Elle trouve un écho dans les modifications qui s’opèrent à la transition des Ve et IVe millénaires : sur le site d’Hacinebi A (4200-3800 av. J.-C.), on assiste au développement d’un nouveau mode de débitage de type « enveloppant » sur surfaces larges, parfois prédéterminées par des crêtes latérales (fig. 8). De conception unipolaire et de dynamique tournante, il semble exécuté par pression au levier – mais aussi par percussion indirecte – depuis un plan de frappe facetté (Stein et al. 1996, ill. 26 ; Edens 1999). Parfaitement adapté aux volumes disponibles dans l’environnement immédiat du site, ce modèle permet une exploitation optimale du silex sous-cortical qui présente, en qualité, la meilleure aptitude à la taille laminaire.

Fig. 8 : Hacinebi Tepe (Turquie, LC2-3 ancien, 4200-3750 av. J.-C.). Nucléus à grandes lames de débitage unipolaire « enveloppant » sur surface large. Phases A-B1. 1 : débitage par pression au levier ou percussion indirecte ; 2 : débitage par pression au levier. Silex. D’après EDENS 1999, fig. 2.

Un schéma d’extraction facial de rythme ternaire (LC3)

Sur le Haut-Tigre, les productions de grandes lames sur nucléus coniques connaissent au LC3 une trajectoire sensiblement différente de celle mise en lumière dans la région de Birecik : vers 3750 av. J.-C., s’y développent des débitages plans convergents qui prennent place sur des tables plus étroites que celles observées à Hacinebi A. A Tepe Gawra VIII, ils aboutissent en dernière instance à la mise en œuvre de productions faciales, parfois solidement encadrées par des crêtes antéro-latérales et exécutées suivant un rythme ternaire intercalé qui assure la récurrence et la régularité des enlèvements, de section rigoureusement trapézoïdale (Rothman 2002 ; fig. 9). Sur le Moyen-Euphrate, ce modèle se retrouve, suivant une variante moins solidement normée, sur le site subséquent de Sheikh Hassan 8-10/13, en association avec des supports robustes à talons dièdres (Müller-Neuhof 2015 ; fig. 10).

Fig. 9 : Tepe Gawra (Irak, LC3 ancien, 3850-3700 av. J.-C.). Nucléus de débitage unipolaire facial convergent de rythme ternaire. Débitage par pression au levier. 1 : n°32-21-405, Niv. VIII ; 2 : n°32-21-406, Niv. VIIIB. Silex. University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology (Philadelphie, États-Unis). D’après ROTHMANN 2002, pl. 79 et © R. ANGEVIN 2015.

L’exploitation de la pression au levier est hautement probable, comme le prouve la morphologie amincie de certains nucléus au moment de leur abandon et l’extrême régularité de leurs négatifs. La faible réserve de matière première et le parallélisme des plans entre la table et le dos rendent en effet délicat le maintien du nucléus dans le cadre d’une stricte exploitation par percussion indirecte, même si l’existence d’un dispositif de calage modulable reste pour une part envisageable. En outre, la régularité des bords et des nervures éclaire la parfaite maîtrise du détachement, sur des nucléus le plus souvent portés à exhaustion. Ces différents caractères – qui vont s’accentuant tout au long du LC3 – témoignent de l’obtention de produits qui gagnent progressivement en longueur et en robustesse, comme l’illustre le corpus dit Uruk du nord A de Ninive (45-37 ; Angevin, obs. pers.).

Fig. 10 : Sheikh Hassan (Syrie, LC3 récent, 3700-3600 av. J.-C.). Nucléus à crêtes antérolatérales de débitage unipolaire facial convergent. Débitage par pression au levier ou par percussion indirecte – SH-B-0065, Niv. 9-12. Silex. D’après MÜLLER-NEUHOF 2016, pl. 22.

Vers 3500 av. J.-C., dans l’ensemble des régions de Mésopotamie du Nord, les technologies cananéennes connaissent toutefois une postérité limitée, du fait de l’introduction massive de nouveaux procédés issus du monde urukéen qui entraîne une substitution quasi-complète des assemblages (LC4 : Ninive 37-31, Hacinebi B2, Sheikh Hassan 5-7, Tell Brak TW 13 : Campbell-Thompson et Mallowan 1933, pl. LXVII ; Edens 1999 ; Müller-Neuhof 2015 ; Wright 1999) : remplacés dans l’outillage agricole par des lames légères à retouche inverse écailleuse, les segments de lames robustes persistent cependant au LC3 récent où ils semblent issus de modèles simplifiés, pour une part exécutés au punch (Hacinebi B1). De même, des grandes lames de section asymétrique obtenues par percussion indirecte sont présentes dans les assemblages contemporains d’Arşlantepe VII (Caneva 1993, ill. 2).

Le déploiement des débitages récurrents décalés (LC5)

Autour de 3400 av. J.-C., dans la région du Karababa, se développent concomitamment plusieurs modalités opératoires pour l’obtention de grandes lames qui ont pour point commun la mise en œuvre d’un débitage de type « récurrent décalé » sur nucléus à table quadrangulaire large, distinct du schéma « enveloppant » justifié par une série d’enlèvements adjacents. Ainsi, à Hassek Höyük (Turquie), la quarantaine de nucléus à lames cananéennes mise au jour dans le complexe d’atelier de « l’Espace 29 », sur l’Acropole de l’Uruk final, éclaire l’exécution d’une production sur surface large dont l’architecture est le plus souvent conditionnée par la mise en place de crêtes antéro-latérales – mais pas systématiquement, au regard des volumes exploités qui présentent naturellement une bonne aptitude à la taille (Pelegrin et Otte 1992 ; Otte et Behm-Blancke 1992 ; fig. 11 et 12).

Fig. 11 : Hassek Höyük (Turquie, LC5 ancien, 3350-3200 av. J.-C.). Lot de nucléus à grandes lames mis au jour dans l’Espace 29. Débitage par pression au levier dominant – Niv. 5, Uruk final. Silex. © M. OTTE 1985.

Fig. 12 : Hassek Höyük (Turquie, LC5 ancien, 3350-3200 av. J.-C.). Nucléus à grandes lames de débitage « récurrent décalé » sur surfaces larges. Débitage par pression au levier ou par percussion indirecte – Niv. 5, Uruk final. Silex. D’après PELEGRIN, OTTE 1992, pl. 44 ; © M. OTTE 1985.

Cette organisation sous-tend une progression originale du débitage, par courtes séries isoaxes, suivant une logique d’enlèvements décalés dégageant une ou deux nervures-guides très rapprochées qui permet le détachement, à la génération suivante, de supports « intercalés » à trois pans réguliers. Une stratégie analogue a été mise en place à Tell Karrana 3, sur le Haut-Tigre (Irak, Niv. 1 daté de l’Uruk final ; fig. 13), et dans la région du Jebel Zawa, dans le gouvernorat de Dohuk (Kurdistan d’Irak), où une telle organisation a été identifiée dans les industries provenant d’un important complexe d’extraction de silex formant atelier de production de grandes lames (Brautlecht 1993 ; Conati Barbaro, Moscone 2018).

Fig. 13 : Tell Karrana 3 (Irak, LC5, 3350-3100 av. J.-C.). Nucléus à grandes lames de débitage « récurrent décalé » sur surfaces larges. Débitage par pression au levier ou par percussion indirecte – Niv. 1, Uruk final. Silex. D’après BRAUTLECHT 1993, pl. XLIX.

La fracture est généralement initiée en retrait de la corniche, depuis un plan de frappe facetté soigneusement entretenu, garantissant par là l’acquisition de produits de plus grande largeur, à section trapézoïdale robuste. In fine, ces évolutions ne semblent pas entraîner de modification sensible dans la modalité d’exécution retenue, qui reste majoritairement – comme au LC2 ? – celle de la pression au levier : plusieurs exemplaires parmi les  nucléus et les supports de première intention provenant des niveaux de l’Uruk final d’Hassek Höyük traduisent le recours à une mécanisation du débitage par pression au levier (lames à talons dièdres déversés ; Chabot et Pelegrin 2012 ; fig. 14), sans que cette dernière soit soutenue par une dynamique frontale, comme sur le Haut-Tigre. Les extrémités proximales de certains supports laminaires de morphologie irrégulière présentent néanmoins les stigmates d’un détachement par percussion posée (talon lisse relativement large et épais, bulbe saillant, fréquentes esquilles bulbaires ou esquillements du bulbe), témoignant de la coïncidence de ces deux modalités d’exécution (Otte et Behm-Blancke, ibid.).

Fig. 14 : Hassek Höyük (Turquie, LC5 ancien, 3350-3200 av. J.-C.). Grande lame débitée par pression au levier.
Niv. 5, Uruk final.
Silex. D’après OTTE, BEHM-BLANCKE 1992, pl. 11.

Le schéma opératoire reconnu à Hassek Höyük se retrouve, sans transformation majeure, sur les sites coloniaux de la vallée de l’Euphrate – Habuba Kabira sud et Jebel Aruda – où la méthode préférentielle de production de grandes lames s’inscrit dans la logique du débitage « récurrent décalé » sur nucléus à table quadrangulaire large (Schmidt 2014, pl. 121 ; Hanbury Tenison 1983, ill. 9). La question apparaît sensiblement différente au chantier TW de Tell Brak (niv. 12) où des schémas exécutés au levier – ou au chasse-lame – sur nucléus coniques semblent perdurer au LC5, sans qu’il soit possible de mesurer la portée de ces observations qui, formulées dans le Bassin du Khabour, signent un hapax de la connaissance à la fin du troisième quart du IVe millénaire (Oates, 1993a et b ; fig. 15).

Fig. 15 : Tell Brak (Syrie, LC5 ancien, 3350-3200 av. J.-C.). Nucléus coniques à grandes lames de débitage unipolaire tournant.
Débitage par pression au levier ou par percussion indirecte – Chantier TW, Phase 12.
Silex. D’après OATES 1993b, fig. 5.

Quel que soit le mode de production envisagé, cette séquence marque une rupture brutale dans le développement du phénomène cananéen : les différences relevées en Mésopotamie du Nord entre les traditions laminaires de la fin du IVe millénaire et celles du plein IIIe millénaire apparaissent en effet suffisamment significatives pour justifier la distinction entre une phase formative et une phase classique qui renvoie à la mise en réseau et à l’institutionnalisation des grands pôles de production apparus au Chalcolithique final.

(A suivre)

Bibliographie

Altinbilek-Algül C., Astruc L., Binder D., Pelegrin J., 2012. Pressure Blade Production with a Lever in the Early and Late Neolithic of the Near East, in : P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, New York, Springer-Verlag, p. 157-179.

Astruc L. 2011. A note on the complexity of Lithic Assemblages, in : E. Healey, S. Campbell, O. Maeda (éd.), The State of the Stone Terminologies, Continuities and Contexts in Near Eastern Lithics, actes du 6e colloque Chipped and Ground Stone Artefacts in the Near East, Manchester (2008), Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment, 13, Berlin, p. 257–263.

Baldi J. S. 2015. Aux portes de la cité. Systèmes céramiques et organisation sociale en Mésopotamie du nord aux 5e et 4e millénaires, thèse de doctorat de l’université de Paris 1, ex. multigraph., 2 vol.

Binder D. 2007. PPN Pressure Technology: views from Anatolia, in : L. Astruc, D. Binder, F. Briois (éd.) Technical Systems and Near Eastern PPN Communities, actes de la table-ronde de Fréjus (2004), APDCA, Antibes, p. 235–243.

Brautlecht B. 1993. The Lithic Material, in: G. Wilhem et C. Zaccaquini (éd.), Tell Karrana 3, Tell Jikan, Tell Khirbet Salih, Mayence, p. 145-199.

Campbell-Thompson R., Mallowan M. 1993. « The British Museum Excavations at Nineveh (1931-1932) », University of Liverpool Annals of Archaeology and Anthropology, t. 20, p. 71-186.

Caneva I. 1993. From Chalcolithic to Early Bronze Age III at Arşlantepe: A Lithic Perspective, in: M. Frangipane (éd.), Between the Rivers and over the Mountains, Archaeologica Anatolica et Mesopotamica, Rome, p. 319-339.

Chabot J., Pelegrin J. 2012. Two examples of pressure blade production with a lever: Recent research from the Southern Caucasus (Armenia) and Northern Mesopotamia (Syria, Iraq), in : P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, New York, Springer-Verlag, p. 181-198.

Conati Barbaro C., Moscone D. 2018. « “Going to the Source”. New perspectives in the study of Canaanean Blade Technology from the Northern Iraqi Kurdistan », in : F. Marchand F. & F. Manclossi (éd.), Late Stone Talks: Lithic Industries in Metal Ages, pré-actes de la session XXXIV-6 du XVIIIe Congrès de l’UISPP, Paris, 4-9 juin 2018.

Edens C. 1999. The chipped stone industry at Hacinebi: technological styles and social identity, Paléorient 25 (1), p. 23-33.

Hanbury-Tenison J. W. 1983. The 1982 Flaked Stone Assemblage at Jebel Aruda (Syria), Akkadica 33, p. 27-78.

Khalidi L., Gratuze B., Stein G., McMahon A., al-Quntar S., Carter R., Cuttler R., Dreschler P., Healey E., Inizan M.-L., Mouralis D., Pernicka E., Robin A.-K. 2016. The growth of early social networks: New geochemical results of obsidian from the Ubaid to Chalcolithic Period in Syria, Iraq and the Gulf, Journal of Archaeological Science, 2016-9, p. 743-757.

Müller-Neuhof B. 2015. Die Fruhneolithischen und Urukzeitlichen Silex- und Obsidianindustrien aus Tell Sheikh Hassan, Ausgrabungen in Tell Sheikh Hassan, V-1, PeWe-Verlag, Gladbeck, 140 p.

Nishiaki Y. 2003. Chronological developments of the Chalcolithic flaked stone industries at Tell Kosak Shamali. in: Y. Nishiaki, T. Matsutani (éd.), Tell Kosak Shamali. The Archaeological Investigations on the Upper Euphrates, Syria, vol. II, Oxford-Tokyo, p. 15-111.

Nishiaki Y. 2014. The Chalcolithic flaked stone artifacts from Tell Beydar III, the Upper Khabur, Syria, in : L. Milano, M. Lebeau (éd.), Tell Beydar. Environmental and Technical Studies, vol. II, Subartu 33, Turnhout-Brepols, p. 229-243.

Oates J. 1993a. Excavations at Tell Brak (1992-93), Iraq, 55, p. 155-200.

Oates J. 1993b. Trades and power in the fifth and fourth millennium BC: new evidence from Northern Mesopotamia, World Archaeology, 24-3, p. 403-422.

Oates J. 2007. Early Mesopotamian urbanism: a new view from the North, Antiquity, 81, 585-600.

Otte M., Behm-Blancke R. 1992. Die Rekonstruktion Technischer Verfahrensweisen, in: M. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük. Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Istanbuler Forshungen, Band 38, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, p. 165-215.

Pelegrin J., Otte M. 1992. Einige Bemerkungen zur Präparations und Ausbeuttechnik der Kernsteine aus Raum 29, in: M. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük. Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Istanbuler Forshungen, Band 38, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, p. 219-224.

Rothman M. S. 2002. Tepe Gawra: The Evolution of a Small, Prehistoric Center in Northern Iraq, Museum of Archaeology and Anthropology, Philadelphie.

Schmidt K. 1996. Norşuntepe. Kleinfunde I. Die lithische Industrie, Mayence, 326 p.

Schmidt K. 2014. Werkzeuge aus Silex, Quartzit und Obsidian, in : E. Strommenger, D. Sürenhagen, D. Rittig (éd.), Die Kleinfunde von Habuba Kabira Süd, Ausgrabungen in Habuba Kabira Süd II (WVDOG 141), Wiesbaden, Harrassowitz, vol. 1, p. 215-233.

Stein G., Bernbeck R.,  Coursey  C., McMahon A., Miller N. F., Misir A., Nicola J., Pittman H., Pollock S., Wright H., 1996. Uruk colonies and Anatolian Communities: an interim report on the 1992-1993 Excavations at Hacinebi, Turkey, American Journal of Archaeology, 100-2, p. 205-260.

Thomalsky J. 2012. Lithische Industrien im Vorderasiatischen und Ägyptischen Raum.Untersuchungen zur Organisation lithischer Produktion vom späten 6. bis zum ausgehenden 4. Jahrtausend v. Chr., thèse de l’Université de Tübingen, ex. multigraph., 2 vol.

Tobler A. J. 1950. Excavations at Tepe Gawra, vol. II, Philadelphie.

Wright 1999. Excavations at Tell Brak 1998: preliminary Report. Middle and Late Uruk flaked-stone assemblage from the 1997 and 1998 seasons, Iraq, 61, 30-37.

L’auteur

Raphaël Angevin est préhistorien et archéologue. Conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Membre du laboratoire VEPMO de l’UMR 7041-ArScAn et doctorant de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est spécialiste des industries lithiques du Chalcolithique et de l’âge du Bronze et consacre sa thèse à l’étude technologique des productions en silex et en obsidienne du site de Mari (Tell Hariri, Syrie).

Pour citer ce billet : Raphaël Angevin. Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du Nord (Ve-IIIe millénaires) (2/4), ArchéOrient - Le Blog, 22 juin 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8683

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.