Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du nord (Ve-IIIe millénaires) (1/4)

Petit précis de globalisation technique

1ère partie : Les termes du problème

L’obsession cananéenne

La présence de grandes lames en silex dites cananéennes dans les assemblages protohistoriques du Proche et Moyen-Orient a fait l’objet – jusque dans les colonnes de ce carnet – de nombreux débats et commentaires.

Il faut dire que ces artefacts, de par leur morphologie singulière, se distinguaient nettement du reste des industries, volontiers présenté comme univoque et n’affichant qu’une faible « sensibilité » évolutive. Cet intérêt a prospéré, à telle enseigne que leur reconnaissance est devenue une préoccupation majeure de la recherche, délaissant par là-même d’autres aspects significatifs des systèmes techniques auxquels ils renvoyaient.

Cette attention n’a toutefois pas été suivie de rigueur et l’analyse de ce mobilier n’a que rarement bénéficié de l’appareil critique nécessaire à sa bonne interprétation : d’un point de vue technologique tout d’abord, car les études ont laissé se développer jusqu’à profusion les définitions typologiques, conduisant à qualifier de cananéennes des productions très diverses et qui n’avaient finalement que peu de points communs entre elles ; d’un point de vue stratigraphique ensuite car, en dépit d’un certain attrait pour l’évolution des outillages, les travaux des technologues ont refusé d’inscrire ces réalités dans une chronologie longue, comme l’aurait pourtant autorisé l’établissement de séries continues pour les deux millénaires et demi que couvrent, au Moyen-Orient, le Chalcolithique final et le Bronze ancien. En conséquence, le phénomène cananéen n’a eu de cesse d’ordonner une succession de motifs considérés comme synchrones ou équivalents dont les récents essais de synthèse cherchent encore, par nécessité plus que par conviction, à gommer les aspérités les plus saillantes.

Que décrivons-nous exactement ?

Nous le verrons par la suite : l’histoire du phénomène ressortit à une double problématique, technologique et chronologique. Nous aurons l’occasion de revenir sur sa périodisation qui peut être affinée à partir des données que nous avons collectées et qui s’étire désormais du milieu du Ve jusqu’à la fin du IIIe millénaire. Retenons pour le moment que le fait cananéen couvre, sous la plume de la majorité des auteurs, un intervalle plus ou moins long, ce qui pose la question de ses variations, dans le temps mais aussi dans l’espace. Dans une perspective anhistorique, s’est ainsi développée une approche réductrice du phénomène, fondée sur la recherche du plus petit dénominateur commun entre les productions examinées et confortant l’image d’une vaste « technologie-monde » qui s’accommodait fort bien, au demeurant, d’appellations trop génériques pour être réellement opérantes.

Forçant les coïncidences, sa caractérisation n’a jamais remis en question le postulat initial d’une communauté d’idées s’établissant sur des distances considérables : dans leur acception la plus large, les débitages de grandes lames ont souvent été envisagés sans discernement, sous le prisme d’une production homogène dont le consensus s’imposait du Delta du Nil jusqu’en Susiane, comme cela a parfois pu être postulé par l’historiographie (Rosen 2013). En cela, les contours des espaces cananéens se confondent, sans solution de continuité ou variation notable, avec ceux du grand croissant fertile (fig. 1).

Fig.1 : Une unité illusoire : la « technologie-monde » cananéenne.
Entendue ici dans son acception la plus large, elle voit ses contours se confondre avec ceux du grand Croissant fertile et du monde proto-urbain moyen-oriental.
En orange : aire de diffusion des lames cananéennes sensu ROSEN ; en rouge : pôles de production des lames cananéennes sensu ROSEN.
DAO R. ANGEVIN, d’après ROSEN 2013.

En miroir de la documentation disponible, l’affirmation de la parfaite homogénéité des traditions cananéennes a pourtant été contrariée, ces dernières années, par de nouvelles découvertes qui inscrivent le phénomène dans une histoire plurimillénaire. En la matière, notre objet s’est donc enrichi d’une délicate problématique chronologique : la contemporanéité des situations décrites se révèle beaucoup moins assurée qu’auparavant et pose, mutatis mutandis, le problème de l’évolution des systèmes techniques et de leurs interactions dans la longue durée. Face à ces ambiguïtés, le dossier des sources tient en réalité plus du symptôme que du syndrome, tant il condense, parfois jusqu’à la caricature, l’ensemble des systèmes techniques envisagés et semble ne devoir jamais être clos. La bibliographie disponible est tout à la fois ancienne et pléthorique et nous verrons que la quête frénétique des lames cananéennes a pu conduire à la définition d’une culture imaginaire appelée, tel un cas d’école, à s’étendre indéfiniment, hors de toute perspective anthropologique.

Premières observations, premiers problèmes…

L’historiographie relative aux lames cananéennes a été exposée à plusieurs reprises dans les publications antérieures (Inizan, Anderson 1994 ; Chabot, Eid 2003) ; nous ne nous attarderons donc pas sur ses détails mais nous contenterons de poser ici quelques jalons qui pourront se révéler utiles à la poursuite de notre réflexion.

Historiquement, des critères d’ordres très différents ont été réunis pour définir les lames cananéennes. Les études réalisées dans le sillage des premières observations de R. Neuville en Palestine ont conduit à rassembler sous un même vocable des supports issus de débitages extrêmement normalisés, dont les produits s’apparentaient par des propriétés communes de longueur et de régularité mais qui relevaient, en dernière instance, de traditions techniques nettement différenciées. L’introduction de ce terme répondait donc à l’origine à une évidente plasticité typologique (fig. 2) : étaient désignés sous le terme cananéen l’ensemble des supports allongés, aux tranchants parfaitement rectilignes, présentant une large section trapézoïdale et des nervures parallèles (Neuville 1930).

Fig. 2 : Première description du couteau bifide, « fossile directeur » des industries cananéennes de l’âge du Bronze en Palestine.
D’après R. NEUVILLE 1930, p. 206.

J. Cauvin a repris à son compte cette définition, attachant la même dénomination aux lames retrouvées dans les niveaux supérieurs du tell de Byblos (Liban : Cauvin 1968). Il en précisa toutefois le contenu en développant une théorie économique des productions cananéennes : le débitage de ces grandes lames, majoritairement réalisé hors des sites d’habitat, renvoyait à des productions spécialisées qui intéressaient l’ensemble de la Syrie-Palestine du Chalcolithique et de l’âge du Bronze ancien.

Au cours des années 1970 et 1980, la diversité des formules typologiques et l’extension du terme à l’ensemble des productions laminaires régulières, quel que soit leur gabarit, entraîna d’importantes confusions terminologiques : celles-ci tenaient pour une large part à l’établissement d’une nomenclature fondée sur des critères strictement morphologiques, par ailleurs largement partagés au sein du cortège laminaire, et sans appréciation réelle des modalités d’exécution mises en jeu.

Fig. 3 : Des grandes lames obtenues par percussion indirecte à la pointe de cuivre ?
L’emploi d’un punch composite armé d’un indenteur en métal permet d’extraire des lames élancées et robustes mais à la régularité aléatoire. L’extrémité proximale des supports présente fréquemment un esquillement du bulbe qui a pu être un temps rapproché des stigmates observés sur le mobilier de l’Uruk final d’Hassek Höyük (Turquie, à droite). Cette attribution systématique a toutefois été récemment remise en question (Chabot et Pelegrin 2012 ; Pelegrin 2012b).
Séries expérimentales de J. Pelegrin (1988, à gauche : musée de Préhistoire de l’université de Liège, Belgique), en association avec le mobilier d’Hassek Höyük (à droite), clichés M. Otte et R. Angevin. Illustrations Otte et Behm-Blancke 1992 ; Inizan et al. 1995.

A la suite de nombreuses expérimentations, Jacques Pelegrin a proposé dans un premier temps de voir dans les lames de plus grand module la résultante d’un débitage calibré par percussion indirecte à la pointe de métal (Hassek Höyük, Turquie : fig. 3 ; Otte, Behm-Blancke 1992 ; Pelegrin, Otte 1992). Cette proposition n’était toutefois ni exclusive, ni assurée : les contraintes posées par l’usage d’une grande béquille (Mode 4 sensu Pelegrin 2012a) pouvaient tout aussi bien être levées par le recours à un débitage au levier (Mode 5 sensu Pelegrin 2012a : fig. 4), , seul en mesure d’outrepasser le seuil critique des 22/23 mm de largeur pour l’obtention de supports allongés et extrêmement réguliers par la technique de la pression (Pelegrin 2006 et 2012a).

Fig. 4 : Des grandes lames obtenues par pression au levier ?
L’exploitation d’un grand levier autorise le détachement de lames extrêmement régulières, de section gracile et peu arquées, à l’exception d’une légère inflexion distale. Ces caractères s’inscrivent dans la variabilité des assemblages dits cananéens de Mésopotamie du nord.
Séries expérimentales de J. Pelegrin, technothèque de l’UMR 7055-Pretech ; clichés Y. A Gòmez Coutouly 2011. Illustration Abbès 2013.

Cette éventualité a trouvé une première confirmation dans l’examen du matériel de Tell Atij’, sur le Moyen Khabour, en Syrie (Pelegrin 2002 ; Chabot et Pelegrin 2012). L’hypothèse, solidement argumentée depuis, fait aujourd’hui consensus, à telle enseigne que les spécialistes s’accordent désormais à restreindre l’emploi du terme cananéen aux seuls supports de grand module obtenus par pression au levier.

En écho à ces réflexions, les définitions typo-technologiques se sont enrichies dans les années 1990 d’une nouvelle grille de lecture, d’ordre fonctionnel cette fois. Dans le sillage des études fondatrices réalisées par P. C. Anderson sur le mobilier lithique de Tell Kutan, plusieurs analyses tracéologiques sont venues postuler l’exploitation préférentielle des lames cananéennes comme armatures de tribulum, sur le fondement de comparaisons ethnographiques et expérimentales (fig. 5 ; Anderson, Inizan 1994 ; Anderson et al. 2004). Le caractère dominant de cette interprétation, efficiente dans certains contextes, a toutefois été récemment contesté, au regard de la variabilité des traitements imposés aux outils cananéens au cours des phases de transformation et d’exploitation (Helms 2017 ; Marchand 2017). Elle révèle la polyvalence et la longue durée de vie de ce type d’objets, dans des contextes sociaux où leur vocation agricole reste malgré tout prédominante.

Fig. 5 : Des grandes lames comme inserts de tribulum ?
Les études tracéologiques conduites dans les années 1980 par P. C. Anderson ont permis d’identifier une utilisation des segments de grandes lames cananéennes comme armatures de planches à dépiquer le grain et hacher la paille (en haut, à gauche : exemple ethnographique d’utilisation du tribulum près de Yammouneh au Liban au début du XXe s.; à droite : tribulum d’Alep d’après J. Evans 1897 : fig. 194). Cette reconnaissance a été rendue possible par l’étude de l’assemblage lithique de Tell Kutan (Irak, culture de Ninive V : en bas).
D’après Evans 1897 et Anderson et Inizan 1994. Archives photographiques de la collection Matson, Library of Congress, Washington, États-Unis (négatif n°1729).

Des faits techniques à vocation emblématique ?

Essayons de faire la synthèse de ce qui vient d’être succinctement rappelé. Trois types de critères ont été mobilisés pour justifier la portée du phénomène cananéen : le premier, d’ordre économique, éclaire un vaste réseau de circulation et d’échange de supports à haute valeur ajoutée dont les centres de production restent en l’état spéculatifs, en l’absence de toute étude pétrographique fine permettant d’identifier au cas par cas les gîtes et les stratégies d’acquisition des matières premières ; le deuxième, de nature technologique, renvoie à la « mécanisation » du débitage laminaire, dans un contexte parfois présenté comme « proto-industriel » ou relevant, à tout le moins, d’un artisanat spécialisé à temps plein (Pelegrin 2012b) ; le troisième, d’ordre fonctionnel, associe étroitement le développement des équipements en silex avec une augmentation sensible des rendements agricoles, entraînant par là-même la concentration d’importants surplus par une élite politique et/ou religieuse. Quelle que soit l’orientation choisie, il est intéressant de constater que ces positions viennent conforter le cadre théorique classiquement retenu pour penser la révolution urbaine des IVe et IIIe millénaires (Childe 1950). Et explique, pour une part, la référence forcée au pays de Sumer comme partie prenante des espaces cananéens.

La systématisation de ces critères pose toutefois plus de problèmes qu’elle n’en résout car elle ne rend qu’imparfaitement compte de la diversité des productions laminaires reconnues en Mésopotamie et au Levant entre le Ve et le IIIe millénaire : certains schémas opératoires ou modalités d’exécution employés pour le détachement de grandes lames ont ainsi pu coexister ou se succéder dans le temps, donnant au phénomène un caractère protéiforme, très éloigné du modèle homogène décrit plus haut.

Dans le détail, chacun de ces postulats reste d’ailleurs sujet à caution et, en la matière, les mots jouent tout à la fois avec et contre nous. Car, sous l’influence des études mésopotamiennes et transcaucasiennes, l’intérêt de la recherche est venu inverser les pôles préalablement identifiés pour justifier ces mouvements de grande ampleur. C’est donc dans une dialectique ambiguë entre un centre palestinien et ses marges septentrionales que s’élabore désormais la notion d’industrie cananéenne, provoquant, par effet de balancier, la formulation d’un diffusionnisme à rebours entre des périphéries créatrices et un centre débiteur. Toute la démarche de la première historiographie a en effet tendu vers la recherche d’une coïncidence parfaite entre une tradition technique polymorphe – la production de grandes lames – et un contenu de civilisation en partie recomposé – pour faire simple, celui du monde proto-urbain moyen-oriental. Incidemment, elle a postulé la prééminence du substrat mésopotamien sur celui du Levant sud, retournant la logique initiale sous-tendue par l’éponymie. Or, la variabilité relevée au sein de l’aire de distribution cananéenne ne permet pas d’établir une hiérarchie évidente entre les industries : au contraire, la distinction d’un technocomplexe cananéen au sens strict – c’est-à-dire articulé autour des technologies des grandes lames – d’un technocomplexe sumérien – fondé sur des débitages calibrés de supports graciles par pression debout – en complique singulièrement les généalogies.

Une koinè technique ?

Dès lors, et si ce phénomène ne peut être assimilé à une tradition – puisqu’il traduit des « manières de faire » différenciées ne relevant pas d’une stricte reproduction des habitus, autrement dit de la transmission des schèmes culturels incorporés à travers l’apprentissage – ni à une culture – puisqu’il ne retranscrit pas un système cohérent de prescriptions et de choix techniques –, à quelle combinaison renvoie-t-il en définitive ? Au-delà des particularismes locaux sur lesquels nous reviendrons, il apparaît que nous devons plutôt rendre compte d’un impressionnant phénomène de « globalisation » technique (Valentin 2008)  issu de la diffusion à très vaste échelle d’une idée dominante dont on hésitera encore longtemps à apprécier l’ampleur géographique et chronologique.

Il nous interroge sur la nature des affinités, des convergences et des correspondances – mais aussi des disparités – mises en lumière à travers les matériaux archéologiques. Et questionne la capacité des sociétés traditionnelles à relayer d’importants flux d’idées, d’objets ou d’individus sur de très longues distances. La restitution uniforme de ces mouvements, à travers une propagation qui n’a pu s’effectuer que par déplacements de communautés – ou de quelques groupes de maîtres-tailleurs – ou par contacts suffisamment prolongés pour qu’il y ait eu conviction puis transmission (Valentin, ibid. : 75), constitue sans doute le principal obstacle à lever pour saisir efficacement la complexité du phénomène cananéen : pour ce faire, il convient de lui redonner sa dimension « polycentrique », autrement dit sa capacité à articuler des pôles de production et de consommation multiples.

L’enjeu réside de ce point de vue dans une archéologie de bassins économiques à la trajectoire autonome mais dont les limites rejoignent, recoupent ou transgressent parfois les grandes aires culturelles préalablement reconnues. In fine, leur mise en réseau inscrit – et institutionnalise ? –  la globalisation cananéenne au sein d’un vaste espace économique intégré dont les ressorts doivent désormais être examinés avec précision.

Appréhender la diversité des expériences cananéennes

Partant, comment pouvons-nous nous situer dans ce jeu de tension ?  Sans doute en nous tenant provisoirement à l’écart d’une ambition a priori trop normative et qui viserait à restreindre la qualification du phénomène cananéen pour mieux coloniser par la suite les réalités archéologiques. Par ce pas de côté, nous souhaitons au contraire maintenir largement ouvert le champ des possibles que recouvrent ces courants techniques au cours des presque deux millénaires et demi qui nous intéressent – et qui outrepassent largement la seule problématique des sociétés proto-urbaines et de leurs épigones –, au sein d’espaces géographiques par ailleurs extrêmement contrastés.

Nous qualifierons donc par la suite de cananéen – puisque la majorité des chercheurs se réfère encore à ce terme, à l’évidence abusif – l’ensemble des produits laminaires de grandes dimensions (largeur > ou = 22 mm) présentant des propriétés de régularité et de rectilinéarité compatibles avec l’exécution d’un débitage par percussion indirecte ou par pression au levier. Cet énoncé, volontairement inclusif et qui s’inscrit pour une part dans une situation d’attente, nous permettra, dans une seconde étape, d’esquisser un panorama des expériences laminaires déployées en Mésopotamie du nord entre le Ve et le IIIe millénaires ; bilan à même de susciter de nouveaux critères de distinction pour ordonner dans le temps leurs différentes expressions et en assurer une périodisation efficace.

Cette démarche est en partie dépendante d’une discrimination technologique fine des industries et, sous cet aspect, nos questionnements se recoupent. Dans une première étape, nous tenterons donc de dresser un tableau synoptique de ce que nous appelons par convention les projets cananéens : par une comparaison terme à terme des chaînes opératoires auxquelles ils se rapportent, nous essayerons de mettre en lumière leurs spécificités technologiques et de dégager de nouveaux critères pour en raffiner la sériation.

En se détournant provisoirement des constructions historiographiques que nous avons restituées à grands traits, nos réflexions viseront  à charpenter une trame sur laquelle viendront se tisser les réseaux, les connexions et les chocs qui traversent tout le Moyen-Orient au Chalcolithique final et au Bronze ancien. En prenant nos distances avec la longue durée qui donne parfois à la technologie lithique son caractère inéluctable, restreignant ses ambitions à la seule reconnaissance de « seuils  irréversibles », nous chercherons à investir les échelles de temps intermédiaires, et notamment la « tendance séculaire » où se nouent le succès de certaines idées, mais également les phénomènes de résistance à leur propagation. Nous touchons là au cœur de notre propos : modéliser l’information technologique pour tenter d’en extraire les matériaux nécessaires à une histoire économique des faits techniques.

Bibliographie

Abbès F. 2013. Quelques réflexions sur les débitages de lames par pression, ArchéOrient – Le Blog, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/1672.

Anderson P. C., Inizan M. L. 1994. Utilisation du tribulum au début du IIIe millénaire : des lames “cananéennes” lustrées à Kutan (Ninive V) dans la région de Mossoul (Iraq), Paléorient, 20, 85-103.

Anderson P. C., Chabot P., Van Gijn A. 2004. The Functional Riddle of ‘glossy’ Canaanean Blades and the Near Eastern Threshing Sledge, Journal of Mediterranean Archaeology 17, 87-130.

Cauvin J. 1968. Les outillages néolithiques de Byblos et du littoral libanais, Fouilles de Byblos IV, Paris, Adrien Maisonneuve, XVI-361 p.

Chabot J., Eid P. 2003. Le phénomène des lames cananéennes : état de la question en Mésopotamie du Nord et au Levant Sud, in : P. C. Anderson, L. S. Cummings & T. K. Schippers, (dir.), Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Actes des XXIIIe Rencontres internationales d’Histoire et d’Archéologie d’Antibes, 17-19 octobre 2002, CNRS éd., Nice, 401-416.

Chabot J., Pelegrin J. 2012. Two examples of pressure blade production with a lever: Recent research from the Southern Caucasus (Armenia) and Northern Mesopotamia (Syria, Iraq), in : P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, New York, Springer-Verlag, 181-198.

Childe V. G. 1950. The Urban Revolution, Town Planning Review, 21, 3-17.

Gomez Coutouly Y. A. 2011. Industries lithiques à composante lamellaire par pression du Nord Pacifique de la fin du Pléistocène au début de l’Holocène : de la diffusion d’une technique en Extrême-Orient au peuplement initial du Nouveau Monde, thèse de doctorat de l’université de Paris X Nanterre, 1 vol., 632 p.

Helms T. 2017. Steingeräteindustrien in frühurbanem Kontext. Eine wirtschaftsarchäologische Analyse der lithischen Funde aus Tell Chuēra und Kharab Sayyar (Nordsyrien) Ausgrabungen in Tell Chuera V, Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 2-V, Wiesbaden, Harrassowitz, 404 p.

Inizan M.-L., Reduron M., Roche H., Tixier J. Technologie de la pierre taillée, t. 4, Meudon, CNRS-université de Paris X Nanterre, CREP, 199 p.

Marchand F. 2017. Étude des grandes lames de Tell Arqa (Plaine du Akkar, Liban Nord), ArchéOrient – Le Blog, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7464.

Neuville R. 1930. Notes de préhistoire palestinienne, Journal of the Palestine Oriental Society, X, 193-221.

Otte M., Behm-Blancke R. 1992. Die Rekonstruktion Technischer Verfahrensweisen, in: M. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük. Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Istanbuler Forschungen, Band 38, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 165-215.

Pelegrin J. 2002. Annexe A. Principes de reconnaissance des méthodes et techniques de taille, in : J. Chabot, Tell Atij’ et Tell Gudeda, Industrie lithique. Analyse technologique et fonctionnelle, Québec, Université de Laval, Cahiers d’archéologie du Celat, 13, 215-226.

Pelegrin J. 2006. Long Blade Technology in the Old World: An Experimental Approach and some Archaeological Results, in : J. Apel et K. Knutsson (dir.), Skilled Production and Social Reproduction: Aspects on Traditional Stone-Tool Technologies, Uppsala, Societas Archaeologica Upsaliensis, 37‑68.

Pelegrin J. 2012a. New Experimental Observations for the Characterization of Pressure Blade Production Techniques, in : P. M. Desrosiers (dir.), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, New York, Springer-Verlag, 465-500.

Pelegrin J. 2012b. Conférence inaugurale grandes lames de l’Europe Néolithique et alentour, in : J.-C. Marquet & C. Verjux (éd.), L’Europe déjà, à la fin des temps préhistoriques. Actes de la table ronde internationale de Tours (Indre-et-Loire), vendredi 7 septembre 2007, Supplément à la Revue Archéologique du centre de la France 38, Archéa/Feracf, Tours, 15-43.

Pelegrin J., Otte M. 1992. Einige Bemerkungen zur Präparations und Ausbeuttechnik der Kernsteine aus Raum 29, in: M. Behm-Blancke (éd.), Hassek Höyük. Naturwissenschaftliche Untersuchungen und lithische Industrie, Istanbuler Forschungen, Band 38, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 219-224.

Rosen S. A. 2013. Arrowheads, Axes, Ad Hoc, and Sickles: An Introduction to Aspects of Lithic Variability across the Near East in the Bronze and Iron Ages, Lithic Technology, 38, 141-149.

Valentin B. 2008. De l’Oise à la Vienne, en passant par le Jourdain. Jalons pour une Paléohistoire des derniers chasseurs (XIVe-VIe millénaire av. J-C), Paris, publications de la Sorbonne, 325 p.

L’auteur

Raphaël Angevin est préhistorien et archéologue. Conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Membre du laboratoire VEPMO de l’UMR 7041-ArScAn et doctorant de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est spécialiste des industries lithiques du Chalcolithique et de l’âge du Bronze et consacre sa thèse à l’étude technologique des productions en silex et en obsidienne du site de Mari (Tell Hariri, Syrie).

Pour citer ce billet : Raphaël Angevin. Le phénomène des lames cananéennes en Mésopotamie du nord (Ve-IIIe millénaires) (1/4), ArchéOrient - Le Blog, 15 juin 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8657

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.