L’apport des cultures syro-levantines en Mésopotamie au Ier millénaire av. J.-C.

L’échange et l’emprunt des idées culturelles sont principalement liés au mouvement des individus ou des objets mobiliers dans le cadre des relations sociales, commerciales ou parfois militaires entre populations différentes. Ce thème a été largement abordé et ses différents aspects ont été éclairés à travers les interventions de la section “Mobility in the Ancient Near East” du colloque international sur l’archéologie du Proche Orient Ancien (11th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, ICAANE), qui s’est tenu en Avril 2018 à Munich (Ludwig-Maximilians-Universität).

Dans mon intervention, je me suis concentrée sur l’apport et l’influence des cultures syro-levantines, et en particulier la culture qui s’est développée dans la région de la Syrie, sur l’art et l’architecture de l’empire néo-assyrien en Mésopotamie (fig. 1). Ce sujet étant très large, j’ai choisi de me limiter à certains éléments qui me semblent représentatifs de cet apport culturel.

Fig. 1 : Carte des sites mentionnés dans le texte. D’après Villard 2008, p. 31, modifiée par S. Dibo.

L’empire néo-assyrien (912-612 av. J.-C.), caractérisé par un système politique assez complexe, a connu une grande expansion au Proche-Orient. Son histoire a été marquée par divers changements sociaux ou culturels. Cet empire a pu élargir les limites de son territoire vers les régions voisines (Cf. Villard 2008), de sorte que le pays d’Assur est devenu le foyer de plusieurs cultures, dont la plus importante était fortement influencée par les Araméens et les Phéniciens.

En effet, dès le XIIe siècle av. J.-C., l’Assyrie a subi les rébellions des Araméens, qui représentaient un danger croissant, ce qui a amené les rois assyriens à les réprimer militairement afin de limiter leur présence dans les territoires assyriens. Après avoir stabilisé la région et éloigné le danger des Araméens, la reconquête assyrienne à la fin du Xe siècle av. J.-C. a porté prioritairement sur le contrôle des routes de commerce pour bien sécuriser les convois de marchandises (Postgate 2007). La campagne militaire la plus connue est celle d’Assurnazirpal II (883 av. J.-C.), considéré comme le premier roi qui a atteint la Méditerranée et qui a rançonné les cités phéniciennes. Celle de Tiglat-Phalasar III (745-727 av. J.-C.) a également été fructueuse : il a réussi à conquérir Damas et à transformer les régions soumises en provinces assyriennes. Les nouvelles autorités ont mis en place une politique de déportation des habitants.  Ainsi, entre le IXe et le VIIe siècle av. J.-C., le nombre estimé de personnes déplacées vers les territoires assyriens est de 4.5 millions (Parpola 2004: 8-9). Les annales des rois assyriens mentionnent cette déportation de l’ouest parmi les événements les plus marquants de leur histoire. Une telle  déportation massive vers la Mésopotamie avait des objectifs politiques et économiques et répondait aux projets des rois assyriens de se procurer de la main d’œuvre pour fonder et peupler de nouvelles capitales comme la Kalkhu (Nimrud) d’Assurnazirpal II (859 av. n. ère) (Karlsson 2013 : 239).

Parmi les groupes déportés, se trouvaient des Araméens et des Phéniciens qui ont laissé en héritage un grand nombre d’éléments de leur culture matérielle et quelques traditions architecturales et iconographiques. Or, au Ier millénaire av. J.-C., certains changements significatifs (au niveau de la langue, de l’art et de la société) distinguent clairement l’Assyrie de cette époque de celle de la période précédente (médio-assyrienne) puisqu’elle devient un foyer du pluriculturalisme. Ce processus d’acculturation semble dû à cet apport de nouvelles populations et aux interactions probables qui en ont résulté, mais aussi à l’adoption de styles, architecturaux ou autres, observés et admirés par les conquérants lors de leurs campagnes dans le Levant.

Fig. 2 : Obélisque noir de Shalmaneser III de Nimrud, London, © 2017 Trustees of the British Museum. (CC BY-NC-SA 4.0)

Avant de dresser un tableau illustrant cet apport culturel dans la culture assyrienne, il faut s’interroger sur les modalités de sa diffusion. Les objets ont-ils été transportés par les peuples déportés ou s’agit-il de tributs ou de pillages de guerre ? Les textes et les représentations iconographiques mettent ce point en lumière ; ils présentent différents groupes et ambassadeurs de l’ouest et d’autres régions qui transportaient des tributs variés (ivoires, animaux et plantes exotiques, trésors, etc..).

L’obélisque noir de Shalmanasar III (858 à 824 av. J.-C.) en offre un bon témoignage (fig. 2) : ses quatre faces couvertes de reliefs et d’inscriptions relatent les hauts faits et les victoires du roi Salmanazar III, énumérant également ses campagnes militaires et les tributs imposés aux villes vaincues. (Oates 2001 : 16-18).

Dans d’autres scènes militaires représentées sur les reliefs des palais assyriens figurent des soldats assyriens ravageant les villes conquises et emmenant des butins de guerre, comme des trésors et des objets précieux. C’est le cas des reliefs du Palais sud-ouest de Sennachérib (704-681 av. J.-C.), où se distingue clairement la scène du transport d’un butin composé d’objets et de mobilier d’une ville d’Occident (probablement en Syrie) (Cf. Russell 1991).

Enfin, il faut prendre en compte la présence, parmi les populations déportées vers la Mésopotamie, d’artisans spécialisés qui ont véhiculé leurs idées et ont probablement mis en place certains centres de production typiquement syriens.

Les éléments partagés et les éléments empruntés 

Tout d’abord, l’élément partagé par excellence, entre Syro-levantins et Mésopotamiens, est la langue araméenne. L’araméisation de la langue en Mésopotamie est un phénomène renforcé par la déportation des groupes araméens de Syrie.  Au IXe siècle av. J.-C., la chute des royaumes araméens a coïncidé avec la “victoire” de leur langue, qui est la principale langue parlée en Mésopotamie. Dès la fin du VIIIe siècle av. J.-C., l’araméen devient en effet la langue officielle de l’empire assyrien à côté de l’akkadien, réservé à la littérature religieuse. Le système d’écriture alphabétique de la langue araméenne, notée sur parchemin, est plus facile à utiliser que l’écriture cunéiforme sur tablettes. Cela a favorisé son usage dans les tâches administratives et commerciales (Parpola 2004 : 9). De plus, la langue araméenne était beaucoup plus connue que l’akkadien dans les régions reculées de l’empire. Les premières inscriptions araméennes, datant du IXe siècle av. J.-C., sont celles de Tell Fakhariya. Il s’agit d’une statue de « Hadad-Yis’i », roi Araméen de Gouzan, avec une inscription bilingue en alphabet araméen et en assyrien (Akkermans & Schwartz 2003: 377).

Quant aux éléments empruntés à la culture matérielle syro-levantine, on peut citer les ivoires, les orthostates sculptés, les sculptures des entrées monumentales et certains types architecturaux (bît Hilâni).

  • Les objets en ivoire 

Les rois assyriens appréciaient les objets en ivoire fabriqués dans la région syrienne et en Phénicie. Ainsi, des milliers d’objets en ivoire (levantins) ont été découverts dans les capitales assyriennes, à Nimrud, Ninive et Khorsabad. Ces objets, qui consistaient en éléments décoratifs de meubles, ornements animaliers et autres produits de luxe, dominaient dans les tributs et les cadeaux présentés par les villes assujetties. Certaines pièces font partie des butins de guerre et sont inscrites dans le registre du butin enlevé à Damas par Adad Nirari III. Dans l’inventaire de ce dernier sont répertoriés des lits et des tabourets en ivoire du palais royal (Lines 1955 : 235).

On voit clairement que ces ivoires sont produits en masse, soit par des ateliers levantins, soit par des artisans déportés, auxquels les annales néo-assyriennes font référence. Différents styles régionaux ont été distingués parmi les objets transportés dans les capitales assyriennes, à Nimrud et Dur Sharrukin : style nord syrien, style phénicien et style sud syrien (Oates 2001 ; Herrmann et al. 2009).

Les ivoires de style phénicien ont un caractère égyptisant et se distinguent par la finesse de leur exécution (fig. 3). Les Phéniciens fournissaient l’ivoire et la technique de travail. Les pièces trouvées en Assyrie sont majoritairement phéniciennes, mais certaines sont fabriquées en Mésopotamie par des artisans déplacés, sur ordre du roi assyrien pour meubler les grands palais. D’autres sont originaires des centres de productions hautement qualifiés de Phénicie, collectées officiellement par des gouverneurs comme tributs.

Fig. 3 : Ivoires de style phénicien et Syrian intermediate (citations sur la figure).

L’autre style syrien retrouvé dans les villes assyriennes est le style sud syrien ou Syrian-Intermediate (fig. 3), qui s’illustre dans des objets fabriqués par des Araméens et subit des influences phéniciennes. Ce style est propre à la partie sud du Levant. Les principaux centres de production sont Hamath et Damas (Cf. Herrmann & Laidlaw 2013 ; Herrmann et al. 2009).

Les Assyriens ont apparemment créé leur atelier de fabrication à Nimrud, où ont été découverts des objets en ivoire ayant un style nettement assyrien. De plus, une partie des ivoires commandés par Sargon (722-705 av. J.-C.) pour son palais de Khorsabad a été produite à Nimrud (Lines 1955: 235), et il est fort possible qu’une tradition locale se soit développée à cette époque.

Les orthostates et les sculptures

Les grandes dalles de pierre sculptées en bas-relief sont très fréquentes dans la décoration des bâtiments monumentaux à l’époque néo-assyrienne. Elles étaient alignées les unes à côté des autres pour former de longues frises couvrant les faces des murs.

Mais cette tradition trouve son origine dans l’architecture syrienne dès le début du IIe millénaire, où des orthostates non ornés ont été intégrés à la structure des portes des villes et des temples à Ebla/Tell Mardikh, Alep et Alalakh en Syrie (Tamur 2017: 40, cf. Harmanşah 2013).

L’utilisation d’orthostates décorés en relief, associés à de grandes sculptures monumentales de lions protégeant les entrées de la ville, caractérise particulièrement les capitales du sud-ouest de la Turquie et du nord de la Syrie à l’âge du Fer. C’est le cas de Tell Halaf et Zincirli (Xe-IXe siècles) dont les murs extérieurs des bâtiments étaient couverts d’orthostates décorés en relief (Tamur 2017: 26-28) (fig. 4). Il semble que les orthostates décorés ont été introduits en Assyrie sous le règne d’Assur-nasir-apli (Assurnasirpal II), qui s’est inspiré des dalles ornées de scènes mythologiques qu’il avait observées durant ses campagnes militaires en Syrie et sur l’Euphrate (Postgate 2007: 162). A partir de cette époque, les orthostates ornent régulièrement les palais et leur décor est utilisé à des fins de propagande.

Fig. 4 : Orthostates décorés de Zincirli (fin Xe – IXe s. av. J.-C.). D’après Tamur 2017, fig. 9.

Les sculptures de lions gardiens des portes sont aussi connues au Nord de la Syrie dès le deuxième millénaire, à Alalakh (Frankfort 1996: 285). Ces lions décoratifs ont été réalisés en différentes versions : simples ou hybrides (sphinx), sculptés en ronde bosse ou en relief. Des exemples en ont été découverts à Tell Ahmar (Barsib), Arslan Taş et Tell Halaf, où certains des lions ont la forme d’un sphinx et d’autres sont sculptés en relief (Xe siècle, fig. 5) (cf. Frankfort 1996) ; à Karkemish, les lions ont une tête d’homme barbus (cf. Le Maillot 2013).

Fig. 5 : Lions et sphinx de la façade restituée du bit hilani (Tell Halaf) à l’entrée du musée d’Alep. ©Dick Osseman

Les rois assyriens ont imité les œuvres de leurs voisins en réinterprétant les modèles pour créer de nouvelles formes adaptées à leur goût. Dès le IXe siècle av. J.-C., ils ont mis en place un nouveau programme décoratif inconnu auparavant en Assyrie, représenté cette fois par des lions et taureaux ailés androcéphales colossaux (lamassus), disposés aux entrées des palais et des villes pour les protéger (fig. 6). On trouve ce type de créatures sculptées dans la plupart des capitales assyriennes, par exemple à Kalkhu, Khorsabad et Ninive (Oates 2001 : 49-52).

Fig. 6 : Lion ailé du palais nord-ouest d’Ashurnasirpal II (salle B). Nimrud (© 2017 Trustees of the British Museum). (CC BY-NC-SA 4.0)

Le modèle architectural de bît Hilâni

Les Assyriens se sont avérés de grands amateurs de ce genre de construction et ont souhaité reproduire chez eux des palais de type bît Hilâni. Ce modèle est fréquent dans les bâtiments publics en Syrie durant le premier millénaire : il se caractérise par son entrée à portique composé de 2 ou 3 colonnes et souvent précédée par un escalier (fig. 5). La base des colonnes est souvent sculptée en forme d’animal supportant des statues de divinités.

Le modèle du bît Hilâni est communément considéré comme un bâtiment typique de l’architecture araméenne mais il semble s’être développé à partir de traditions architecturales plus anciennes que l’on trouve en Syrie, comme celle du bâtiment in antis. On suppose au bît Hilâni une origine anatolienne ou hittite, mais il faut prendre en considération le fait qu’on en trouve également des précurseurs dans le palais d’Alalakh IV (fig. 7) et à Ugarit en Syrie au Bronze récent (Frankfort 1996 : 282 ; Frankfort 1952 ; cf. Novák 2004 ; Akkermans & Schwartz 2003: 369).

Fig. 7 : Palais d’Alalakh IV. D’après Akkermans & Schwartz 2003, fig. 10.5.

Le plus ancien bît Hilâni connu en Syrie vient de Tell Halaf (l’ancien Guzana), capitale du royaume araméen bit Bahyani (cf. fig. 11, Novák 2004 : 346). Son roi, Kapara, est considéré comme le fondateur de ce type d’architecture dans son palais (Frankfort 1952 : 121).

Les Assyriens firent construire des portiques selon le modèle appelé bît Hilâni dans leurs villes nouvelles. Les sources assyriennes le confirment et mentionnent le terme bît Hilâni, qui témoigne de l’adoption d’un type de bâtiment du Hati, soit la région à l’Ouest de la Syrie (Oates 2001 : 77 ; Novák 2004 : 346). Mais ce nouveau style n’a pas remplacé les traditions architecturales préexistantes ; au contraire, il s’est intégré aux anciennes, donnant naissance à des plans de palais hybrides qui combinent des portiques bît Hilâni avec le plan assyrien. Précisons que le palais assyrien typique se caractérise par une division interne entre deux secteurs, secteur privé (bītānu) et secteur publique (babānu), reliés par la salle du trône (Oates 2001 : 36-38).

Le modèle du bît Hilâni semble très convoité par les rois assyriens qui prétendent explicitement avoir remodelé des parties de leur palais selon le plan du bît Hilâni : tous les rois assyriens se vantent dans leurs inscriptions d’avoir bâti un palais ou une construction à portique dans leur ville, comme le palais de Tiglat Pilateser III à Nimrud, le palais de Sargon II à Khorsabad, le palais de Sennachérib à Ninive (Ibid. : 77), le palais de Sheikh Hassan et le palais de Dur-Katlimmu (Tell Seikh Hamad), où un bît Hilâni a été intégré dans le secteur nord-est (Novák 2004 : 348-349 ). Les textes évoquent aussi des statues utilisées comme bases de colonnes qui ont sans doute servi dans la construction des portiques. Un exemple exceptionnel de base de colonne en forme de sphinx vient du palais d’Esarhaddon (Frankfort 1952). Or, ces données attestent que les colonnes ont été réalisées dans le style nord syrien de celles retrouvées à Tell Halaf.

Par ailleurs, dans les palais assyriens, ce type de portique (bît Hilâni) était décoré d’orthostates historiés. Ces derniers permettent de concevoir leur rôle, dans certains bâtiments : celui d’un lieu de repos et de relaxation lié aux jardins royaux, comme le montrent les bas-reliefs des palais de Ninive (fig. 8) et de Dur Sharrukin (Novák 2004 : 350-352). Il pourrait s’agir d’un cas d’emprunt adapté aux besoins de la culture locale.

Fig. 8 : Représentation du portique d’après un bas-relief du palais de Sennachérib.

En conclusion, différents éléments des cultures syro-levantines ont trouvé leurs chemins vers la Mésopotamie, soit par la diffusion de styles artistiques ou  de concepts, soit par le transport direct de certains objets via les populations déplacées, tant araméennes et phéniciennes, convois de déportés avec leurs tributs, soit encore par les population assyriennes conquérantes. Les Assyriens étaient amateurs de l’art syrien, qui se trouve dans leur héritage culturel et témoigne ainsi de leur ouverture aux différentes influences syro-levantines. Enfin, malgré les différentes influences arrivées en Mésopotamie, les Assyriens ont conservé leur identité culturelle, tout en reprenant certains concepts et en les adaptant pour donner naissance à un art hybride assyrien.

Bibliographie

Akkermans P. M.M.G., Schwartz G. M. 2003. The Archaeology of Syria. From Complex Hunter-Gatherers to Early Urban Societies (ca. 16 000-300 BC). Cambridge University Press.

Frankfort H.1952. The Origin of the Bît Hilani, Iraq, Volume 14 Issue 2, 120-131. DOI: 10.2307/4199559.

Frankfort H. 1996. The art and architecture of the ancient Orient, New Haven Yale University Press.

Herrmann G., Laidlaw S., Coffey H. 2009. Ivories from Nimrud VI, Ivories from the North West Palace (1845-1992). British Institute for the Study of Iraq: UK.

Herrmann G., Laidlaw S. 2013. Ivories From Rooms Sw11/12 And T10 Fort Shalmaneser, Ivories From Nimrud (1949-1963) Fascicule Vii, 1. British Institute For The Study Of Iraq (London).

Harmanşah  Ö. 2013. Cities and the Shaping of Memory in the Ancient Near East. Cambridge and New York: Cambridge University Press.

Karlsson M. 2013. Early Neo-Assyrian State Ideology : Relations of Power in the Inscriptions and Iconography of Ashurnasirpal II (883–859) and Shalmaneser III (858–824), Uppsala, Sweden.

Le Maillot A. 2013. Le dialogue culturel entre l’empire néo-assyrien et les cités araméennes et hittites : l’exemple des figures hybrides, in Q. Borderie, Ch. Bouchaud, T. Halabi, Ch.-É. Sauvin et Th. Vallette (éd.), Adoption – Adaptation, Archéo. Doct – 5, Publications de la Sorbonne, Paris, 89-110.

Lines J. 1955. Ivories from Nimrud. The Metropolitan Museum of Art Bulletin, vol. 13, no. 8, 233–243.

Novák M. 2004. Hilani und Lustgarten: Ein ‘Palast des Hethiter-Landes’ und ein ‘Garten nach dem Abbild des Amanus’ in Assyrien. Alter Orient und Altes Testament, 323 : 335-372.[En ligne] http://archiv.ub.uni-heidelberg.de/propylaeumdok/936/1/Novak_Hilani_und_Lustgarten_2004.pdf

Oates J. & D. 2001. Nimrud : an Assyrian imperial city revealed. British School of Archaeology in Iraq.

Parpola S. 2004. National and Ethnic Identity in the Neo-Assyrian Empire and Assyrian Identity in Post-Empire Times, Journal of Assyrian Academic Studies 18/2, 5-49.

Postgate J. N.  2007. The Land of Assur & the Yoke of Assur: Studies on Assyria, 1971-2005. Oxbow Books, Université du Michigan.

Russell J. M. 1991. Sennacherib’s palace without rival at Nineveh, Chicago by University of Chicago Press.

Tamur E. 2017. Style, Ethnicity and the Archaeology of the Aramaeans: The Problem of Ethnic Markers in the Art of the Syro-Anatolian Region in the Iron Age. Forum Kritische Archäologie 6:1-72.

Villard P. 2008. L’empire néo-assyrien In : Les empires : Antiquité et Moyen Âge. Analyse comparée. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

L’auteur

Suzanne Dibo est Enseignant-chercheur, spécialiste du Proche-Orient ancien (architecture et organisation urbaine de l’Age du Bronze), Université Lumière-Lyon 2 – UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Suzanne Dibo. L’apport des cultures syro-levantines en Mésopotamie au Ier millénaire av. J.-C., ArchéOrient - Le Blog, 8 juin 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8629

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.