Il a neigé sur Pasargades…

La mission irano-française à Pasargades : brefs rappels

La présente note traite des résultats de prospection aérienne à basse altitude obtenus sur le site de Pasargades (sud de l’Iran) après un épisode neigeux survenu en novembre 2016. Elle fait suite à deux autres publiées sur Archéorient – Le Blog. Une première, mise en ligne en octobre 2016, était consacrée à la reprise des programmes de recherche irano-français sur le site à l’automne 2015 dans le cadre de la mission conjointe « Shiraz » soutenue par l’Iranian Center for Archaeological Research, la Pasargadae World Heritage Site et le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères. Une deuxième note, publiée en avril 2017, présentait le projet de recherche franco-allemand ANR-DFG ‘Paradise’ qui intègre et finance une partie de nos travaux en Iran. Ces deux notes détaillent l’historique, depuis 1999, de cette mission archéologique, ses objectifs ainsi que son cadre institutionnel. Avant de décrire les données de 2016, nous ne procéderons donc qu’à de très brefs rappels historiques et archéologiques concernant le site et ce programme.

C’est aux alentours de 550 av. n. è. que Cyrus le Grand, le premier Grand Roi du vaste Empire achéménide qui s’étendait de l’Indus à l’Egée, entre les 6e et 4e s. av. n. è., a décidé de fonder Pasargades. Le site a certainement été conçu pour abriter le premier grand centre du pouvoir achéménide en Perse, région d’origine des souverains achéménides, et intégrait une résidence royale dont quelques vestiges sont encore visibles.  Il s’agit de bâtiments à colonnes, dont deux « palais », distribués autour d’un vaste jardin parcouru d’un réseau de canaux en pierre. Au-delà, plusieurs autres constructions monumentales marquent le paysage du site, comme l’emblématique tombe de Cyrus. Les résultats des travaux de la mission irano-française, dont l’objectif principal est de mieux comprendre l’organisation du site, ont démontré que ces installations royales étaient intégrées dans un vaste parc. L’ensemble de ces aménagements se distribue sur au moins 300 ha (fig. 1), zone au sein de laquelle nous cherchons aussi à repérer, par une combinaison de méthodes de prospection complémentaires (géophysique, topographique, cartographique et analyse du matériel céramique de surface), tous les autres éléments constitutifs de la ville : les zones d’habitations et d’activités, les secteurs administratifs etc…

Fig. 1 : Vue aérienne du site de Pasargades et localisation des différents monuments visibles. Cette image est un assemblage de photographies aériennes prises depuis un drone Ebee en novembre 2016 avant l’épisode neigeux. Les rectangles rouges délimitent le cadre des prises de vue aériennes des figures 3 et 5 (Iconem/Mission Irano-Française « Shiraz »).

Des drones à Pasargades

Notre étude de Pasargades s’est élargie en 2016 à des travaux de relevés photographiques systématiques. Ils ont été conduits grâce à un partenariat noué avec la société Iconem de Paris, spécialisée dans la création, par photogrammétrie, de modèles numériques 3D multiscalaires des sites patrimoniaux. Pour documenter les sites avec une grande densité de photographies, la société Iconem combine plusieurs modes de prise de vue : photographies au sol pour l’architecture et photographies aériennes par drones pour couvrir toute la surface d’un site. Etant donné l’étendue de Pasargades, la construction d’un modèle 3D à large échelle permettra à terme de replacer précisément les données archéologiques dans leur contexte topographique et environnemental actuel.

Nous avions également projeté d’utiliser les drones pour procéder à des prospections aériennes, c’est-à-dire à la visualisation et à la détection de vestiges par des photographies prises à basse altitude. Très utilisée en Europe, surtout depuis les années 1970, cette méthode de prospection est basée sur la détection et l’enregistrement photographique depuis les airs, généralement par avion, d’indices révélateurs de la présence de vestiges dans le sous-sol (Delétang 2006). L’exemple classique est celui des différences de croissance ou de couleur de la végétation, souvent repérées dans les champs cultivés, qui s’expliquent par la présence de vestiges dans le sous-sol et qui en suivent parfaitement le tracé. De cette manière, il est possible de repérer et d’enregistrer le plan de sites parfois dans leur totalité. A Pasargades, nous espérions nous servir du drone comme d’un outil de détection répondant parfaitement à la contrainte d’échelle du site. Les premiers clichés obtenus ne faisaient toutefois apparaître que peu de traces visibles. Il a fallu un coup de pouce météorologique sous la forme d’un épisode neigeux pour révéler toute une partie des installations anciennes du site.

Journal de mission du 24 novembre 2016

Une grande partie du territoire iranien est avant tout montagnard et les hivers y sont rudes. Pasargades, par exemple, est entouré de massifs culminants à près de 2500 m et son altitude moyenne est de 1850 m environ. Ainsi il n’est guère étonnant qu’au cours du mois de novembre 2016, le 24 très précisément, nous ayons connu un bref épisode neigeux. La hauteur de neige tombée ce jour-là n’a pas dépassé les 2 cm. Bien que mis au chômage forcé, nous nous sommes toutefois rendus à Pasargades à la recherche de quelques beaux et inhabituels clichés. Nous nous sommes alors rapidement aperçus que le fin manteau neigeux était marqué de traces linéaires plus sombres, témoins très probables du tracé des vestiges présents sous nos pieds. Toutefois, comme le montre une photographie prise au sol du versant sud de la colline du Tol-e Takht située au nord du site (fig. 2), si ces traces étaient visibles, il était impossible d’en déterminer le tracé précis depuis le sol. Nous avons donc fait appel aux drones pour obtenir une vue d’ensemble de ces marques apparues suite à la chute de neige.

Fig. 2 : Vue vers le nord des pentes sud de la colline du Tol-e Takht qui accueille la grande plateforme de pierre construite au début de la période achéménide (6e s. av. n. è.). Dans la partie basse du versant enneigé, des lignes plus sombres sont perceptibles et révèlent le tracé des vestiges présents dans le sous-sol (Mission Irano-Française « Shiraz »).

Les résultats obtenus par photographie aérienne ont été particulièrement remarquables sur les pentes des reliefs situés dans la partie nord du site. Les versants étant dénudés, la neige recouvrait directement le sol. L’épisode neigeux étant survenu après une longue période de beau temps, les structures enfouies, probablement faites de briques crues fondues reposant sur des fondations en pierre, avaient emmagasiné suffisamment de chaleur pour provoquer en surface une fonte plus rapide de la neige le long de leur tracé. Les clichés obtenus sont tout à fait exceptionnel pour deux secteurs situés autour de la colline du Tol-e Takht : sur les pentes sud de cette colline et, plus au nord, sur les pentes d’une autre colline située de l’autre côté d’un petit bassin sédimentaire (localisations fig. 1). Il s’agit de deux secteurs sur lesquels nous avions déjà repéré, et en partie cartographié, le plan d’installations anciennes mais les photographies obtenues ont considérablement enrichi cette documentation.

Au nord, une occupation fortifiée postérieure à la période achéménide ?

Le secteur fortifié nord est délimité par une levée de terre, peu élevée, que l’on peut suivre sur près d’1,5 km et qui correspond aux restes d’un rempart en brique crue délimitant une cuvette de 25 ha (tracé des fortifications en fig. 7). A l’intérieur de cette enceinte, les prospections géophysiques avaient révélé l’existence d’un bâti assez dense (Benech, Boucharlat, Gondet 2012). Sur les cartes obtenues par cette méthode, le plan des constructions était souvent difficile à détailler (fig. 3), suggérant un état de préservation assez médiocre des restes archéologiques. Le phénomène de fonte différentielle de la neige a donné à voir, sur les photographies aériennes par drone, un plan bien plus complet des fortifications et des installations qu’elles protégeaient (fig. 4).

Fig. 3 : Carte magnétique au nord-ouest du secteur fortifié nord de Pasargades. En rouge et à titre d’exemple, le plan d’un des bâtiments révélés au cours des prospections géophysiques a été dessiné ; les vestiges des fortifications en briques crues apparaissent sous la forme d’une longue ligne noire longeant ce bâtiment au nord (Mission Irano-Française « Shiraz »/Prospections C. Benech).

Les bâtiments révélés correspondent à des constructions oblongues formées d’une enfilade de pièces rectangulaires de module assez régulier. Ces bâtiments s’organisent parfois autour de grandes cours. Pour la région, et toutes périodes confondues, nous n’avons pour le moment pas trouvé de constructions comparables. Une des hypothèses avancée ferait de certaines d’entre elles des baraquements à usage militaire. Le plan de ce secteur, obtenu en prospection aérienne, donne en tout cas à voir une logique d’organisation de l’espace très différente de celle des installations achéménides très dispersées tel que décrit plus haut. Combinées aux résultats préliminaires de l’analyse des céramiques de surface, ces données suggèrent une occupation de date différente de celle de la fondation du site et probablement postérieure à la période achéménide (soit autour du 4e – 3e s. av. n. è.).

Fig. 4 : Vue aérienne après l’épisode neigeux de novembre 2016 au nord-ouest du secteur fortifié nord de Pasargades. Le cadrage de l’image est identique à celle présentant les résultats des prospections géophysiques (fig. 3) ; le bâtiment relevé sur la carte géophysique a été reporté sur cette image aérienne afin de comparer les deux résultats (Iconem/Mission Irano-Française « Shiraz »).

Un bourg « médiéval » sur le versant sud de la colline du Tol-e Takht

Sur les pentes sud de la colline du Tol-e Takht, avant la reprise de nos travaux en 2015, aucune occupation n’avait été signalée. Les prospections géophysiques et, surtout, les levés topographiques (fig. 5) des restes architecturaux affleurants ont permis de démontrer l’existence d’un bâti dense sur l’ensemble du versant ainsi qu’un segment des fondations d’une ligne de fortification à l’ouest (Gondet et al. 2015). A nouveau, les photographies aériennes ont permis d’enrichir la carte de l’occupation (fig. 6).

Fig. 5 : Carte topographique du versant sud de la colline du Tol-e Takht. Les structures affleurantes levées au cours des travaux topographiques sont dessinées en noir (Mission Irano-Française « Shiraz »/Travaux topographiques D. Laisney et S. Nazif).

Le versant sud présente lui aussi un plan d’organisation du bâti original comparé au reste du site. Les bâtiments de forme rectangulaire sont plutôt de type agglutinant et regroupés en îlots. L’analyse des céramiques recueillies en surface a très clairement montré une période d’occupation principale, à dater des quelques siècles autour de l’avènement de l’Islam en Perse (7e s. ap. J.-C.), soit à peu près la période du Haut Moyen-Age en Europe. Cette troisième période d’occupation de Pasargades se développe donc suivant un plan différent et dans un secteur distinct par rapport aux phases plus anciennes, achéménide et post-achéménide. Les réoccupations de Pasargades, au cours du millénaire qui a suivi la période achéménide, ne se sont pas superposées les unes aux autres comme c’est souvent le cas pour des sites à occupation longue. Elles semblent s’être articulées et déplacées autour de la grande terrasse achéménide construite sur la colline du Tol-e Takht.

Fig. 6 : Vue aérienne après l’épisode neigeux de novembre 2016 du versant sud de la colline du Tol-e Takht. Le cadrage de l’image est identique à celui de la carte topographique de ce secteur (fig. 5) (Iconem/Mission Irano-Française « Shiraz »).

Des images donnant à voir un site finalement bien occupé

Depuis le début des années 2000, les travaux archéologiques à Pasargades ont progressivement mis au jour le schéma d’organisation à large échelle du site pour l’époque achéménide et permis de préciser l’importance des phases de réoccupations postérieures, pour lesquelles les photographies aériennes par drone donnent un plan très complet (fig. 7). Surtout, ces vues aériennes inédites de Pasargades bousculent encore un peu plus cette idée, toujours profondément ancrée malgré les découvertes récentes, d’un site énigmatique, vide, de fonction uniquement symbolique et sans devenir après la chute du glorieux Empire achéménide. L’histoire de l’occupation à Pasargades est longue et complexe, son espace de plusieurs kilomètres carrés a été largement aménagé et occupé au cours des siècles et, par un heureux hasard, la neige tombée en 2016 nous a offert la chance de le donner à voir de manière incontestable.

Fig. 7 : Carte de synthèse du relevé des constructions et aménagements, en rouge, détectés au cours des différentes prospections mises en œuvre au nord du site de Pasargades et intégrant les données des prospections aériennes obtenues en novembre 2016 (Mission Irano-Française « Shiraz »).

Bibliographie

Benech C., Boucharlat R., Gondet S. 2012. Organisation et aménagement de l’espace à Pasargades : Reconnaissances archéologiques de surface, 2003-2008, Arta 2012.003. [En ligne] http://www.achemenet.com/document/2012.003-Benech_Boucharlat_Gondet.pdf

Delétang H. 2006. La prospection aérienne à basse altitude, in : La prospection, Paris, Editions Errance (Collection « Archéologiques »), 91-128.

Gondet S., Mohammadkhani K., Farjamirad M., Ibnoeirida N., Zare Kordshouli F., Karami H.R., Laisney D. 2016. Field report on the 2015 current archaeological works of the joint Iran-French project on Pasargadae and its territory, International Journal of Iranian Heritage 1, 60-87.

Les auteurs

Sébastien Gondet est chargé de recherche au CNRS, spécialiste en méthodes de prospection pour l’archéologie, en particulier des méthodes géophysiques, et de l’archéologie de l’Empire achéménide. Il est membre du laboratoire Archéorient (UMR 5133, CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée et co-directeur de la mission archéologique irano-française « Shiraz » à Pasargades.

Kourosh Mohammadkhani est maître de conférences à l’Université Shahid Beheshti de Téhéran (Iran), spécialiste des méthodes de prospections géophysiques appliquées à l’archéologie et de la période achéménide en Iran. Membre associé au laboratoire Archéorient, il est co-directeur de la mission archéologique irano-française « Shiraz » à Pasargades.

Pour citer ce billet : Sébastien Gondet et Kourosh Mohammadkhani. Il a neigé sur Pasargades…, ArchéOrient - Le Blog, 4 mai 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8507

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.