Du nouveau pour l’étude du royaume d’Ougarit : les dossiers cartographiques de Ras Shamra

L’étude géographique de la région de Ras Shamra – Ougarit, importante cité du second millénaire localisée sur la côte syrienne, a été relancée récemment au travers, d’une part, d’un programme d’analyse diachronique des paysages (XIXe-XXe siècles) fondé notamment sur la documentation photographique ancienne (Jacob-Rousseau et Geyer 2017) et, d’autre part, d’un programme de cartographie numérique thématique (Matoïan et al. 2017). Ce dernier, mené à l’échelle régionale, s’inscrit dans la lignée de nouvelles approches initiées par Valérie Matoïan dans le cadre de la mission syro-française de Ras Shamra – Ougarit (Matoïan 2016). Il est à mettre en parallèle avec des opérations plus spécifiques comme le projet d’élaboration d’un atlas archéologique et épigraphique concernant, dans un premier temps, les sites de Ras Shamra et de Minet el-Beida, l’antique Mahadou et principal port d’Ougarit.

Une documentation cartographique lacunaire

Jusqu’à présent, la cartographie thématique est restée peu développée dans le cadre de la mission. Ont été publiées une carte schématique replaçant « Le royaume d’Ougarit dans son environnement géographique et historique » (en niveaux de gris, Yon 1997 : 21, et en couleur, Calvet et Galliano 2004 : 19 ; fig. 1) ; une carte géologique simplifiée de la proche région de Ras Shamra (Elliott 1991, reprise et améliorée par Icart et al. 2008 : 160), réalisée pour l’étude de la disponibilité des ressources minérales locales ; un ensemble de cartes des installations côtières de Minet el-Beida et de Ras Ibn Hani (Marriner et al. 2012) ; et une carte des sources et des bassins-versants des nahrs (cours d’eau pérennes) qui encadrent Ras Shamra (Geyer, Calvet et al. 2013 ; fig. 1). Il y avait donc une lacune à combler et c’est ce qui est proposé avec le programme démarré en 2016 : « La région de Ras Shamra en cartes » (Matoïan et al. 2017).

Fig. 1 : De la documentation cartographique disponible aux cartes numériques thématiques.

Un thème, un dossier, des cartes

Ce programme se fonde sur l’élaboration et la publication régulière de dossiers thématiques. Chaque dossier est composé d’une ou plusieurs cartes et d’une courte notice, proposée en français, en anglais et en arabe, dans la lignée d’une politique de traduction des travaux des membres de la mission RSO initiée depuis quelques années. Ces cartes sont réalisées à l’aide d’un logiciel de SIG : une base de données spatialisées contenant les couches d’information géographique géoréférencées est ainsi disponible pour la mission.

Au-delà des cartes publiées, un thème donne lieu à la réalisation d’une déclinaison de cartes. Chaque carte thématique est produite à trois échelles, de la région au site, en passant par le royaume d’Ougarit (fig. 2). Puis, pour chacune des échelles, des versions en couleur et en niveaux de gris sont générées (fig. 1).

Fig. 2 : Déclinaison de cartes à trois échelles : de la région au site.

Exemples de dossiers cartographiques

La série de dossiers a été lancée avec trois thématiques qui permettent d’obtenir une première base cartographique pour l’étude de la géographie de la région de Ras Shamra, publiées dans le volume XXV de la collection RSO (Matoïan 2017) : « Le royaume d’Ougarit, entre mer et montagne », « Climat et variabilité dans la région de Ras Shamra – Ougarit », et « Ougarit et le Croissant fertile ».

La première carte (fig. 3) est fondée sur le relief de la région (Geyer et al. 2016 ; Geyer et Jacob-Rousseau 2017). En y superposant la limite du royaume, dont le tracé est proposé à partir de l’étude de sources textuelles (Van Soldt 2005), cette carte souligne la cohérence géographique de la frontière, manifeste à l’ouest, au nord et à l’est du fait de la présence de la mer et des reliefs. Au sud, le parallèle entre frontière politique et frontière naturelle est moins net mais il faut toutefois souligner la présence du Nahr es-Sinn, rivière aux eaux abondantes, et le resserrement de la plaine côtière.

Fig. 3 : Carte hypsométrique de la région de Ras Shamra (© Mission de Ras Shamra, cartographie M.-L. Chambrade, Geyer et Jacob-Rousseau 2017 : 386).

Le second thème est fondé sur les précipitations et leur variabilité. Les précipitations actuelles sont présentées sous la forme d’une planche contenant quatre cartes (fig. 4), réalisées à partir des données pluviométriques obtenues entre 1960-1961 et 1989-1990 et traitées par la climatologue Myriam Traboulsi de l’Université Libanaise de Beyrouth, chercheure associée à Archéorient (Traboulsi-Makké 2004). Ces cartes illustrent la « méditerranéité » de la région de Ras Shamra, bénéficiant d’un climat qui, couplé à la présence des barrières montagneuses orientales, offre des conditions bioclimatiques exceptionnelles. Cependant, elles ne doivent pas éluder le fait que des contraintes, telles que la longueur de la saison sèche estivale et l’irrégularité des précipitations, accompagnent aussi cette « méditerranéité », et ce depuis les débuts de l’Holocène (Geyer 2017a).

Fig. 4 : Les précipitations et leur variabilité dans la région de Ras Shamra – Ougarit (© Mission de Ras Shamra, sources M. Traboulsi, cartographie M.-L. Chambrade, Geyer 2017a : 394).

Le troisième dossier (fig. 5) illustre le fait que les thèmes abordés peuvent aussi prendre en compte des réalités qui dépassent plus largement le cadre du royaume d’Ougarit. En effet, au-delà du Djebel Ansariyé s’ouvre le monde du Croissant fertile, plus sec et voué à la steppe à graminées, aux plantes annuelles, aux céréales, et donc biogéographiquement différent mais complémentaire du monde euméditerranéen – zone littorale et façade occidentale des massifs levantins –, domaine des formations arborées (Geyer 2017b).

Fig. 5 : Ougarit et le Croissant fertile (© Mission de Ras Shamra, sources M. Traboulsi et B. Geyer, infographie E. Croidieu et B. Geyer, Geyer 2017b : 404).

Perspectives et prochaine livraison

Le programme « La région de Ras Shamra en cartes » est conçu sur le long terme et vise à développer des thématiques de recherche pluridisciplinaires associant des approches archéologiques, historiques, géographiques…, dynamique qu’il est important d’encourager par d’autres moyens lorsque le travail de terrain ne peut plus remplir ce rôle. Cette cartographie peut répondre à des besoins variés, qu’il s’agisse d’une simple illustration ou du croisement et de l’analyse de données.

Les trois dossiers thématiques suivants, publiés dans le volume XXVI de la série Ras Shamra – Ougarit (à paraître en 2018 aux Éditions Peeters), porteront sur l’hydrographie régionale (cours d’eau et bassins-versants), sur la répartition des sources, et sur la lithologie. Puis l’information géographique sera amenée à servir le propos archéologique. La thématique des établissements côtiers et celle de la vigne dans le royaume d’Ougarit sont au nombre des dossiers en cours d’élaboration.

Remerciements

Nous remercions tout particulièrement le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères qui soutient ce programme mené dans le cadre des activités de la mission syro-française de Ras Shamra.

Bibliographie

Calvet Y., Galliano G. (éds) 2004. Le royaume d’Ougarit aux origines de l’alphabet, catalogue d’exposition, Paris, Somogy éditions d’art.

Elliott C. 1991. The Ground Stone Industry, in: M. Yon (dir.), Arts et industries de la pierre, Ras Shamra – Ougarit VI, Paris, éd. Recherche sur les Civilisations, 9–99.

Geyer B. 2017a. Climat et variabilité dans la région de Ras-Shamra – Ougarit, in: V. Matoïan (dir.), Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Leuven, éd. Peeters, 393–401.

– 2017b. Ougarit et le Croissant fertile, in: V. Matoïan (dir.), Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Leuven, éd. Peeters, 403–415.

Geyer B., Calvet Y., avec la coll. de Matoïan V., Marriner N., Leconte M., Chambrade M.-L., Onnis F., Goiran J.-P. 2013. Le “pont-barrage” du Nahr ed-Delbé (Ras Shamra – Ougarit, Syrie), in: V. Matoïan et M. Al-Maqdissi (éds), Études ougaritiques III, Ras Shamra – Ougarit XXI, Leuven, éd. Peeters, 1–45.

Geyer B., Jacob-Rousseau N., Chambrade M.-L. 2016. La géographie d’un royaume levantin, in: V. Matoïan et T. Römer (dir.), Catalogue d’exposition : Ougarit entre Orient et Occident, Mission archéologique syro-française de Ras Shamra, Collège de France, 18–19.

Geyer B., Jacob-Rousseau N. 2017. Le royaume d’Ougarit, entre mer et montagne, in: V. Matoïan (dir.), Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Leuven, éd. Peeters, 385–392.

Icart J.-C., Chanut C., Matoïan V. 2008. Le matériel en pierre du Palais royal d’Ougarit : diagnose, nomenclature, provenance et usage, in: V. Matoïan (dir.), Le mobilier du Palais royal d’Ougarit, Ras Shamra – Ougarit XVII, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 157–190.

Jacob-Rousseau N., Geyer B. 2017. Des paysages du nord du Levant révélés par les photographies aériennes : l’apport du fonds Claude Schaeffer, in: V. Matoïan (dir.), Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Leuven, éd. Peeters, 349–378.

Marriner N., Goiran J.-P., Geyer B., Matoïan V., Al-Maqdissi M., Leconte M., Carbonel P. 2012. Ancient harbours and Holocene morphogenesis of the Ras Ibn Hani peninsula (Latakia, Syria), Quaternary Research 78, 35-49.

Matoïan V. 2016. La mission de Ras Shamra – Ougarit aujourd’hui, Les Nouvelles de l’archéologie 144, 38–42.

Matoïan V. (dir.) 2017. Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Leuven, éd. Peeters

Matoïan V., Geyer B., Chambrade M.-L. 2017. La région de Ras Shamra en cartes, in: V. Matoïan (dir.), Archéologie, patrimoine et archives, Les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I, Ras Shamra – Ougarit XXV, Leuven, éd. Peeters, 379–381.

Soldt W.H. van 2005. The Topography of the City-State of Ugarit, Münster, Ugarit-Verlag.

Traboulsi-Makké M. 2004. Les précipitations au Proche-Orient : variabilité spatio-temporelle et relations avec la dynamique de l’atmosphère (1960-61/1989-90), Thèse de doctorat, Diffusion ANRT.

Yon M. 1997. La cité d’Ougarit sur le tell de Ras Shamra, Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations, MAE.

Les auteurs

Marie-Laure Chambrade est géographe, spécialiste de l’étude des relations hommes-milieux et des paysages anciens des zones arides moyen-orientales. Elle est chercheure contractuelle à l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Valérie Matoïan est archéologue et historienne de l’art, spécialiste du Proche-Orient ancien. Chargée de recherche au CNRS et directrice française de la mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit, elle a rejoint en 2017 l’UMR 7192 Proclac – Proche-Orient, Caucase : langues, archéologie, cultures (CNRS – Collège de France).

Bernard Geyer est géographe et exerce son activité dans plusieurs pays du Proche-Orient, dont la Syrie, où il étudie l’environnement des grandes civilisations du passé et les liens qui unissent l’Homme et le milieu naturel. Il est directeur de recherche au CNRS, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Laure Chambrade, Valérie Matoïan et Bernard Geyer. Du nouveau pour l’étude du royaume d’Ougarit : les dossiers cartographiques de Ras Shamra, ArchéOrient - Le Blog, 27 avril 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8481

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *