Sur les traces de savoir-faire anciens : la parure néolithique en pierre à l’épreuve de l’expérimentation

La perforation est certainement l’un des plus ingénieux moyens que l’Homme ait inventé pour suspendre, fixer et décorer des objets. Il s’agit aussi de l’une des opérations les plus délicates et les plus complexes dans le processus de fabrication des objets de parure, en raison des contraintes physiques exercées par certains matériaux, notamment la pierre.

Parmi les différentes techniques artisanales de perforation, l’utilisation du forage mécanique est attestée au Proche-Orient dès le début du Néolithique Précéramique A pour le travail de matières osseuses (Stordeur 1988) mais aussi de pierres tendres et dures (Unger-Hamilton et al. 1989, Maréchal et Alarashi 2008, Alarashi 2016a). Il a été notamment privilégié pour la fabrication des objets à perforation longue telle que les perles en pierre (Alarashi 2014, 2016b). Plus élaboré que le forage manuel (où l’outil est maintenu et activé directement par la main), ce système intègre l’outil dans un dispositif articulé, simple ou complexe, permettant une activation généralement plus aisée, sollicitant certaines parties du corps humain (mains, bouche, jambes, etc.). Différents dispositifs de perforation mécanique existent et sont documentés par la littérature archéologique et ethnographique, tels que le foret à corde, le foret à l’archet et le foret à pompe (Leroi-Gourhan 1971). Pour d’autres types de dispositifs mécaniques, cf. Morero 2014.

Fig. 1 : Différents systèmes de forage mécanique : a. Foret à corde ; b. Foret à l’archet ; c. Forage à pompe (d’après Leroi-Gourhan, 1971, p. 56).

La plus ancienne attestation du foret à pompe semble remonter au Néolithique en Afrique du Nord avec la découverte de volants (Camps-Febrer 1989, le volant étant la masse positionnée sur l’axe vertical cf. Fig. 1c :). Son emploi, ainsi que celle du foret à l’archet, est aussi explicité dans l’iconographie de l’Égypte pharaonique (e.g., Stocks, 2003). Pour la Préhistoire du Proche-Orient, ce type de système à pompe pourrait être suggéré par certains indices, tels que la présence de pierres lourdes perforées (Tell Mureybet ; cf. Ibáñez (éd), 2008) ou de boules de plâtre (El-Kowm ; Stordeur 2000).

Le forage mécanique laisse des stigmates réguliers sur les objets perforés et sur les perçoirs, qui le distinguent de la perforation manuelle et qui permettent également ainsi de suggérer son utilisation pour ces périodes anciennes (Fig. 2).

Fig. 2 : Ébauche de perle en phosphate (PPNA, Mureybet-IB) dont la perforation a été juste amorcée. a. Vue générale de la perforation : contour sub-circulaire, parois sub-verticales. b. Zoom sur la base de la perforation : stries fines, continues et parallèles. Clichés : H. Alarashi.

La plupart des expérimentations qui ont été menées à ce jour se sont attachées à distinguer, sur la base des traces de perforation sur les outils ou sur la parure, l’utilisation du forage manuel de celle du forage mécanique selon la nature des matériaux travaillés (e.g., Grace 1990, Kenoyer and Vidale 1992, Groman-Yarolasvki and Bar-Yosef 2015). Mais qu’en est-il des traces issues des différents dispositifs mécaniques ? Varient-elles selon la complexité des systèmes, la force et le degré de maniabilité qu’ils exigent ? Y a-t-il des dispositifs plus efficaces en termes de rapidité, de maniabilité, de régularité et de qualité d’exécution selon les matériaux travaillés ? Leur utilisation sur des pierres moyennement dures et dures requière-t-elle des gestes et forces particuliers ou des compétences techniques spécialisées ?

Afin de répondre à ces questions, nous développons une approche expérimentale fondée sur la perforation des matières minérales, en particulier des pierres dites « semi-précieuses », telles que l’amazonite, la cornaline, la serpentine et la turquoise. Ces matériaux attrayants, en raison de leur couleur, de leur transparence, leur résistance ou de leur rareté, ont en effet été convoités par les sociétés néolithiques dès le 10ème millénaire BC, et se diffusent considérablement au cours du 8ème millénaire BC, bien avant la révolution urbaine et l’émergence des cités-états de « l’Orient ancien ». S’il est très probable que des outils en bois, en os ou encore en cuivre aient servi à perforer ces matières minérales, ceux qui nous parviennent dans les contextes néolithiques du Proche-Orient sont essentiellement en matières siliceuses, et surtout en silex. Ce programme expérimental associe et confronte ainsi les observations macro- et microscopiques effectuées sur diverses pierres ornementales (H. Alarashi) et sur les outils perçants en silex (F. Pichon), dans une perspective archéologique.

Le fonctionnement des dispositifs de forage mécanique évoqués précédemment diffère par les gestes et les forces que chacun d’entre eux mobilise :

  • le foret à corde nécessite l’usage simultané des deux mains selon un mouvement de va-et-vient parallèle au sol et une force exercée à la verticale de l’archet (Fig. 1a) ;
  • le foret à l’archet mobilise les deux mains, l’une pour exercer la pression verticale, l’autre pour le mouvement de va-et-vient horizontal (Fig. 1b) ;
  • le foret à pompe peut être utilisé avec une seule main — à la condition que le dispositif ne soit pas trop grand — qui exerce une pression de bas en haut sur la baguette par l’inertie du volant (Fig. 1c).

L’efficacité de ces dispositifs varie également selon le matériau travaillé (minéral ou roche, dure ou tendre, compact ou friable, etc.), la morphométrie du produit désiré, la qualité de la pointe perforante, le dispositif de fixation de l’objet travaillé et l’expérience de l’artisan. Des substances auxiliaires, tels que de l’eau, de la graisse et/ou du sable, peuvent être ajoutées pour améliorer l’efficacité de l’opération (fonction abrasive pour les sables et les poudres et fonction entrainante pour les liquides) ou pour refroidir la zone de contact entre la pointe et la pierre perforée. Une adaptabilité des moyens techniques, des outils et des dispositifs est donc indispensable pour mener avec succès les procédés et méthodes techniques.

Les expériences antérieures sur le forage mécanique ont surtout concerné des matériaux de faible épaisseur, ce qui produit des perforations courtes généralement inférieures à 6 mm. Or, pour comprendre l’évolution de la morphologie des perforations, l’enregistrement et la dynamique des traces, ainsi que pour disposer d’une meilleure cartographie des stigmates, il est nécessaire de référencer les traces du forage mécanique sur de faibles et de grandes épaisseurs, c’est-à-dire sur des perforations courtes et longues.
Le volet expérimental que nous développons emploie les trois dispositifs mécaniques mentionnés ci-dessus — le foret à l’archet « FA », le foret à la pompe « FP » et le foret à la corde « FC » — sur des blocs sciés en amazonite, en serpentine, et en cornaline.

Dans un premier temps, nos efforts se sont concentrés sur la technique de perforation bipolaire au foret à l’archet. Pour cela, nous avons organisé une première session expérimentale du 12 au 16 Février 2018 au laboratoire du CEPAM – UMR 7264 à Nice (Fig. 3).

Fig. 3 : Session expérimentale de forage mécanique sur pierres semi-précieuses et de documentation. Volet 1 : forage à l’archet. Février 2018, CEPAM- UMR 7264, Nice. Cliché : F. Pichon et H. Alarashi.

Pour fabriquer les outils de perforation, nous avons utilisé des manches en bois de dimensions identiques. Des perçoirs et des chutes de burins, taillés par F. Abbès (Archéorient-UMR 5133) dans un silex à grain fin provenant de Fécamp en Normandie, ont été emmanchés à l’extrémité de ces manches (Fig. 4a). Les pièces en silex, dont nous avons parfois dû raccourcir dans la longueur, ont été insérées dans une rainure profonde puis maintenues par une ligature (Fig. 4b). Il s’agissait d’une étape délicate qui conditionne le bon déroulement de l’expérimentation : en effet, le forage des perles exige l’utilisation d’outils parfaitement rectilignes, sous peine de voir la pointe perforante se briser sous l’effet, par exemple, du désaxement de la trajectoire du foret. Le diamètre des zones actives était inférieur à 5 mm et la longueur comprise entre 2,5/3,5 mm et 7,5/8,5 mm.

Afin de mieux contrôler les variables liées aux facteurs individuels (i.e. expérience de l’artisan), nous avons utilisé, pour les roches moyennement dures et dures, un système permettant de stabiliser et de maintenir le manche parfaitement à la verticale de la roche perforée (Fig. 4c). Les roches ont été maintenues fermement dans un étau (Fig. 4d).

Le choix des pierres se fonde sur celles les plus couramment employées pour la parure au Proche-Orient et qui se déclinent en différentes propriétés physiques. Ici, nous nous intéressons notamment à leur dureté relative (estimée sur l’échelle de Mohs) : la serpentine (entre 3 et 4), l’amazonite (entre 5.5 et 6.5) et la cornaline (entre 6 et 7). Notre objectif principal étant de caractériser les stigmates liés aux différents systèmes de forage mécanique, nous avons choisi de nous concentrer sur l’étape de perforation — et non pas sur l’ensemble de la chaîne opératoire de production des perles. Nous avons donc utilisé des blocs de pierre déjà préparés à la scie électrique, correspondant à deux groupes d’épaisseurs : entre 5 et 8 mm, ce qui est conforme à l‘épaisseur des rondelles archéologiques (perforations courtes) et entre 12 et 17 mm, ce qui est conforme à l’épaisseur des perles archéologiques (perforations longues).
Différents paramètres ont été variés : l’épaisseur et l’ajout d’agents extérieurs (eau et sable). L’eau était distribuée à l’aide d’un système de goutte à goutte permettant de contrôler la quantité d’eau apportée. Le sable utilisé, très fin et homogène (après tamisage à 0.5 mm d’ouverture) provient des dunes sableuses de quartz de la région de Palmyre en Syrie. L’étude de sa granulométrie et de sa composition est actuellement en cours.

Fig. 4 : Détail des outils de perforation et du dispositif de forage à l’archet. Cliché : F. Pichon et H. Alarashi.

Selon les variables définies concernant la dureté des pierres travaillées, la longueur de perforation et l’ajout des ingrédients auxiliaires, les objectifs étaient de :

  • Caractériser les stigmates produits synchroniquement sur les outils et les pierres travaillées et comprendre leurs interactions ;
  • Caractériser les sections et les dimensions des perforations diachroniquement et conjointement à l’évolution morphométrique des outils ;
  • Identifier les difficultés liées à la réalisation de chaque perforation ;
  • Identifier les solutions pour contourner les difficultés.

Dans le temps qui nous était imparti et en raison des aléas de l’expérimentation, nous avons travaillé des blocs sciés de serpentine (d’épaisseurs équivalentes aux perles et aux rondelles), d’amazonite (d’épaisseurs équivalentes aux rondelles) et de cornaline (d’épaisseur équivalente aux rondelles) (Fig. 5).

Les serpentines et les amazonites ont été travaillées avec un forage à sec, un forage à l’eau et un forage à l’eau et au sable. La perforation des blocs de serpentine de faible épaisseur n’a posé aucune difficulté technique au niveau de la pierre ou de l’outil (Fig. 5a). Les pointes, après un forage bipolaire complet, sont d’ailleurs encore performantes. En revanche, la perforation des blocs de serpentine plus épais (type perles) s’est avérée plus complexe étant donné que le désaxement de la trajectoire du foret a entraîné soit la déviation de la perforation, soit la cassure du perçoirs (Fig. 5b). Quant aux blocs en amazonite (type rondelles), le forage pendant une heure n’a permis que la réalisation des trous de moins 3 mm de profondeur (Fig. 5c). Enfin, il a fallu 5h30 pour produire un trou d’à peine 3 mm sur le bloc en cornaline (Fig. 5d).

Fig. 5 : Outils de perforation et objets perforés après le forage mécanique à l’archet. a. Forage des blocs sciés en serpentine (type rondelles) ; b. Forage des blocs sciés en serpentine (type perles). c. Forage non abouti blocs sciés en amazonite (type rondelles). d. Forage non abouti d’un bloc en cornaline (type rondelle).

Un travail conséquent de documentation photographique et filmographique durant les expérimentations a été effectué. Des empreintes en silicone des perforations et des outils ont été prises avant l’utilisation et à intervalles réguliers en cours de forage. Toutes ces données sont actuellement en cours de traitement et d’analyse. Les objectifs et les enjeux généraux de cette recherche ainsi que les premiers résultats obtenus à l’issue de cette session expérimentale seront présentés au prochain colloque international de l’AWRANA qui se déroulera à Nice les 29 et 30 mai 2018. La suite des expérimentations, forage à la corde et à la pompe, est programmée pour le début l’année 2019.

En élaborant un référentiel expérimental inédit à double support sur les techniques de forage mécanique, nous souhaitons préciser la complexité des techniques employées pour la perforation des pierres et définir le degré d’habileté et de spécialisation impliqué dans la fabrication de la parure néolithique au Proche-Orient. Les données obtenues à partir de ce programme expérimental permettront en effet de mieux caractériser les stigmates observés à la fois sur la parure néolithique et sur les outils perçants provenant de sites néolithiques proche-orientaux.

En adoptant une perspective interdisciplinaire, nous entendons évaluer le statut des productions (spécialisée vs domestique, locale vs importée) et préciser la configuration des réseaux de circulation des matériaux et des techniques (Alarashi, Chambrade, 2010).

Cette démarche s’inscrit ainsi dans une vaste problématique, liée aux notions fondamentales de savoir-faire techniques et à celles de leur apprentissage et de leur transmission au sein/et entre les communautés. L’artisanat de la parure représente ainsi un champ d’investigation privilégié pour appréhender la nature des comportements individuels, collectifs et identitaires dans des sociétés qui vont progressivement se complexifier.

Remerciements

Ce programme a été en partie financé par le laboratoire Archéorient que nous tenons à remercier en premier lieu. Nous sommes très reconnaissantes envers F. Abbès (UMR 5133-Archéorient) dont le soutien n’a jamais cessé dans toutes nos démarches expérimentales. Nous le remercions pour ses conseils avisés et pour les précieux perçoirs, chutes de burins et autres outils en silex qu’il a préparés pour ce programme. Merci à Maxime Delongvert pour la soigneuse fabrication du dispositif de fixation multiple en bois et pour les améliorations ingénieuses apportées à la conception originale. Merci aussi à Lionel Gourichon pour son aide à la conception de ce dispositif ainsi que pour l’aide lors de la préparation des blocs de pierre à la scie électrique.

Nos sincères remerciements vont également au CEPAM (UMR 7264) à Nice pour l’agréable accueil durant cette première session expérimentale. Merci à Claire Delhon pour le secourisme et le précieux temps passé avec nous aux urgences (heureusement sans de graves conséquences, cf. pansements sur doigt Fig. 3), à Alain Carré pour la logistique, les outils et pour sa bienveillance ainsi qu’à Sylvie Beyries pour avoir facilité l’organisation des expérimentations, pour ses conseils et son soutien.

Bibliographie

Alarashi H. 2014. La parure épipaléolithique et néolithique de la Syrie (12e au 7e millénaire avant J.-C.) : Techniques et usages, échanges et identités, Thèse de doctorat, Université de Lyon 2 : Langues, Histoire et Archéologie des Mondes Anciens, Lyon.

Alarashi H., 2016a. Butterfly Beads in the Neolithic Near East: Evolution, Technology and Socio-cultural Implications, Cambridge Archaeological Journal 26, 493–512.

Alarashi H., 2016b. PPNA Stone Grooved Pendants from the Middle Euphrates Valley: Markers of Cultural Identity?, Neo-Lithics 16, 20–29.

Camps-Fabrer H. 1989. Archet, Antilopes – Arzuges 6, 1-5.

Grace R. 1990. The Use-wear analysis of Drill Bits from Kumartepe, Anatolica 16, 145-155.

Groman-Yaroslavski I., Bar-Yosef Mayer D.E. 2015. Lapidary Technology Revealed by Functional Analysis of Carnelian Beads from the Early Neolithic Site of Nahal Hemar Cave, Southern Levant, Journal of Archaeological Science 58, 77-88.

Ibáñez J. J. (ed) 2008. Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord), En hommage à Jacques Cauvin, Oxford, BAR International Series 1843, Archaeopress.

Kenoyer, J.M., Vidale, M., 1992. A New Look at Stone Drills of the Indus Valley Tradition. Materials Research Society Proceedings 267, 495–518.

Maréchal C., Alarashi H. 2008. Les éléments de parure de Mureybet. in J. J. Ibáñez (ed), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord), En hommage à Jacques Cauvin, Oxford, BAR international Series 1843, Archaeopress, 576-617.

Morero, E. Reconstitution expérimentale des techniques de forage de la pierre en Crète minoenne. ArchéOrient – Le Blog, 25 septembre 2014, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/3151

Stocks D. 2003. Experiments in Egyptian Archaeology, Stoneworking Technology in Ancient Egypt, Londres, Routledge.

Stordeur D. 1988. L’industrie osseuse de Çafer dans son contexte anatolien et proche oriental. Note préliminaire, Anatolica 15, 203–213.

Stordeur D. (ed) 2000. El Kowm 2. Une île dans le désert. La fin du Néolithique précéramique dans la steppe syrienne, Paris, CNRS Éditions.

Unger-Hamilton R., Lechevallier M., Ronen A. 1989. A preliminary microwear analysis of borers from Hatula, Israel, Quärtar 39/40, 141-149.

Les auteurs

Fiona Pichon est docteure en Archéologie, spécialiste de la production et de l’utilisation des outillages néolithiques en pierre taillée. Elle est post-doctorante à l’UMR 8167-Orient et Méditerranée.

Hala Alarashi est docteure en Archéologie, spécialiste de la parure néolithique au Proche-Orient. Elle est chercheuse associée à l’UMR 5133-Archéorient.

Pour citer ce billet : Fiona Pichon et Hala Alarashi. Sur les traces de savoir-faire anciens : la parure néolithique en pierre à l’épreuve de l’expérimentation, ArchéOrient - Le Blog, 20 avril 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8468


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *