Le soutien des associations à la recherche : l’exemple de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient

La "Lettre de l'AAMO" (janvier 2013)

La « Lettre de l’AAMO » (janvier 2013)

Créée en 1989, soit 14 ans après la fondation de la Maison de l’Orient méditerranéen (devenue en 2001 la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux ou MOM), l’Association des Amis de la Maison de l’Orient (AAMO) a pour objet, selon ses statuts :

“1 : de développer et de promouvoir les recherches scientifiques et les activités culturelles de la MOM ;

  2 : de diffuser les résultats de ses recherches et travaux ;

  3 : de lui apporter son aide, financière notamment, dans le cadre de ses actions, ou pour ses dépenses d’investissements  ou d’entretien”.

Si, aujourd’hui, on retient plus aisément le troisième objectif, tel n’était pas, au départ, le souci premier de Jean Pouilloux, créateur de la MOM, et premier président de l’AAMO : en réunissant des personnalités lyonnaises et non lyonnaises extérieures au milieu universitaire, il voulait sensibiliser la “société civile“ aux travaux et aux recherches d’une communauté scientifique peu encline, par nature, à sortir de sa tour d’ivoire. On parlerait aujourd’hui de “décloisonnement“. Cette communication que Jean Pouilloux avait réussi à établir entre disciplines, en créant la MOM, il souhaitait l’élargir en construisant une passerelle entre le “monde savant“ et le “monde réel“. De fait, après que Jean Pouilloux eut abandonné la présidence de l’AAMO en 1995, elle fut confiée successivement à deux grands médecins lyonnais, Jean-François Cier de 1996 à 1999 et Alain Morgon de 2000 à 2001, puis à un industriel, Michel Brochier, de 2002 à 2003, enfin à Martine Chanon depuis 2004. A ses débuts et jusqu’en 2003, le fonctionnement de l’Association fut assuré par un duo féminin, Marie-Jo Chavane, membre de l’Institut Courby (l’ancêtre d’Hisoma), aidée, successivement, de Marie-Christine de Breyne puis Catherine Magnin.

Le Conseil d’administration (CA) est, en mars 2013, composé de dix représentants de la “société civile“, de cinq chercheurs de la MOM (deux venant d’Hisoma et trois d’Archéorient), de la secrétaire générale de la MOM, tous élus, et de la directrice de la MOM qui siège comme invitée permanente. De la même manière, le Conseil scientifique, qui examine en amont les demandes de subventions, est composé de trois représentants de la “société civile“, dont deux ne font pas partie du CA, et de deux chercheuses venant l’une d’Hisoma et l’autre du Gremmo, toutes deux extérieures au CA. L’association compte aujourd’hui 173 membres à jour de leur cotisation — elle a compté lors de sa création plus de 300 membres —, dont 40 membres de la MOM. L’association vit des cotisations de ses membres et d’une subvention du Conseil Général, chaque année remise en question.

Des membres de l'AAMO participent à un voyage en Crète (2009)

Des membres de l’AAMO participent à un voyage en Crète (2009)

Les formes d’aide de l’AAMO ont évolué avec le temps. Au départ, elle soutenait exclusivement la bibliothèque et les publications ; grâce à l’entregent de ses membres auprès du Conseil Régional, elle obtenait en outre des bourses destinées à des chercheurs étrangers. C’est ainsi que, de 1991 à 1996, dix-sept chercheurs (ou chercheuses) originaires de onze pays européens ou méditerranéens ont pu effectuer à Lyon, à la MOM, des séjours de plusieurs semaines, manière de faire connaître ses atouts au-delà des rives du Rhône. Puis, avec les changements de politique, ce filon s’est tari. Dès 1993, tout en maintenant jusqu’à aujourd’hui son aide à la bibliothèque — aide d’autant plus précieuse que la direction de la MOM a malheureusement réduit ce poste budgétaire depuis deux ans — ainsi qu’aux publications, l’AAMO a permis, et permet toujours, de co-financer des projets collectifs plus ponctuels, comme des tables rondes, des colloques ou des expositions. Il s’agit toujours d’aider à communiquer…Bon an mal an, le budget consacré à ces subventions est de l’ordre de 10 000 euros.

A deux reprises, grâce toujours à l’entregent de l’AAMO, la MOM a obtenu des subventions exceptionnelles de la Ville de Lyon, en 1993 pour l’édition de Lyon dans les textes grecs et latins présentés par G. Lucas et J.-Cl. Decourt, suivi en 2003 par Des chercheurs lyonnais à la découverte de l’Orient, où, interrogés par un journaliste, douze chercheurs appartenant à tous les laboratoires de la MOM ont présenté un aspect particulier de leurs recherches. Dix ans après, ne serait-il pas opportun de reconduire l’opération en 2013 avec une nouvelle génération de chercheurs (ou chercheuses — il y avait en 2003 sept chercheuses interrogées contre cinq chercheurs ! —). A bon entendeur (ou entendeuse)…

L’AAMO gère aussi le prix de thèse , destiné à un jeune chercheur (ou chercheuse) en fin de thèse. Financé par une donation récurrente de J.-J. Chavane, ce prix d’un montant de 1.500 euros a été décerné pour la première fois en 2012 à une doctorante libanaise d’Archéorient, Jwana Chahoud, pour ses travaux en archéozoologie.

 Toujours dans le but de faire connaître à l’extérieur les activités de la MOM, l’AAMO a organisé pendant plusieurs années des conférences publiques animées par des chercheurs (ou chercheuses) “maison“ ou venu(e)s de France ou de l’étranger. Ces conférences ont désormais été remplacées par un partenariat avec le cycle des Conférences Jean-Pouilloux proposé par la MOM (financement du déplacement d’un conférencier et d’une réception après la conférence).

Une autre des activités importantes de l’AAMO est l’organisation de voyages auxquels participent, comme “accompagnateurs scientifiques“, des chercheurs ou chercheuses de la MOM. Ainsi, en 2008, les adhérents ont pu découvrir les Emirats Arabes du Golfe en compagnie de Pierre Lombard, en 2009, la Crète et Santorin avec Sylvie Müller Celka, en 2010, Chypre sous la houlette de Marguerite Yon, en 2011 l’Ouzbékistan grâce à Rémy Boucharlat,  et en 2012 la Grèce du Nord sur les pas de Jean-Claude Decourt. La spécificité de ces voyages est que, sans faire double emploi avec les guides locaux, les accompagnateurs scientifiques proposent des visites de sites ou des rencontres avec des collègues que les tour operators n’ incluent pas, généralement,  dans leur programme. La longue familiarité des chercheurs avec les pays visités leur permet d’apporter compléments et mises en perspective aux discours  “officiels“ des guides professionnels.

Reproduction de la mosaïque de Madaba, hall de la Bibliothèque, Maison de l'Orient et de la Méditerranée

Reproduction de la mosaïque de Madaba, hall de la Bibliothèque, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Œuvrant sur le plus long terme, l’AAMO est à l’origine de plusieurs aménagements dans les locaux de la MOM. En 1995, pour le 20ème anniversaire de la MOM, elle a permis, sur ses fonds propres, la réalisation de la mosaïque installée dans le hall du rez-de-chaussée de la bibliothèque, qui reprend une partie de la “carte de Madaba“ dont l’original constitue le pavement d’une église byzantine de Jordanie. Le fragment reproduit à Lyon représente la vallée du Jourdain et la Mer Morte, avec les villes de Jérusalem et de Jéricho. Une inscription “originale“en grec, propre à la mosaïque de Lyon, est due à Pierre-Louis Gatier.

Pour le 25ème anniversaire, ce fut, cette fois-ci avec l’aide du Conseil Régional, la confection et la pose des toiles peintes sur les portes extérieures du même hall. Elles ont été réalisées par la Cité de la Création, collectif d’artistes installés à Oullins et connus à Lyon et dans le monde entier pour leurs “murals. Les différents panneaux représentent quelques-uns des chantiers de fouille ou de recherches de la MOM et leurs principaux acteurs au moment de sa création. Installées dans un premier temps au rez-de-chaussée, à hauteur d’homme, les toiles peintes ont été contraintes par les services de sécurité — les vrais maîtres de l’université — de migrer dans les hauteurs de l’empyrée. Plus tard encore, posée devant les portes, une grille hérissée de pointes est venue dissuader le passant de s’attarder. Tel est le sort, assumé, du street art

Les toiles peintes de la Cité de la Création à la MOM, vues depuis la rue Raulin (Lyon)

Les toiles peintes de la Cité de la Création à la MOM, vues depuis la rue Raulin (Lyon)

En 2003 encore, mais sur un support différent, la bande vidéo, l’AAMO est à l’origine d’un film, Jeux d’écritures, réalisé par Daniel Pelligra. Il met en scène, sur le thème de la naissance des écritures dans le Proche-Orient et la Méditerranée, plusieurs chercheurs ou chercheuses de la MOM face à une classe de 6ème du collège Jacques Duclos de Vaulx-en-Velin.

Celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’AAMO peuvent consulter à la bibliothèque les quarante numéros déjà parus de la Lettre de la Maison de l’Orient.

L’auteur :
Olivier Aurenche est Professeur de Préhistoire émérite – Université Lumière – Lyon 2.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Aurenche O. 2013. Le soutien des associations à la recherche : l’exemple de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 19 avril 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/843

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search