Kourganes et pratiques funéraires protohistoriques du Caucase

Le kourgane, mot d’origine tatare en usage dans les steppes russes, le Caucase et les régions avoisinantes, désigne un tertre artificiel, ou tumulus, recouvrant une ou plusieurs sépultures (fig. 1). C’est à cette forme d’architecture funéraire qu’était consacré le workshop international qui s’est tenu à Florence les 29-30 mars 2018, sous le titre Constructing Kurgans. Burial mounds and funerary customs in the Caucasus, northwestern Iran and eastern Anatolia.

Fig. 1. Affiche du workshop (DAO G. Guarducci).

Cette manifestation, organisée conjointement par le CAMNES (Guido Guarducci, Nicola Laneri et Stefano Valentini) et le laboratoire Archéorient (Sylvie Müller Celka et Giulio Palumbi), s’est déroulée dans l’ancienne église San Jacopo (fig. 2), qui fait aujourd’hui partie de l’Institut Italien International Lorenzo de’ Medici (fig. 3). L’église, fondée au début du XIIIe s., est actuellement insérée dans le bâti qui borde la via Faenza, dans la vieille ville de Florence. Le reste des locaux comprend des salles de cours et une cafétéria qui a accueilli les participants pour les pauses et les repas, grâce à la parfaite organisation mise en place par les membres du CAMNES.

Fig. 2. Salle de conférence dans l’ancienne église San Jacopo de Florence.

Fig. 3a. L’Institut Lorenzo de’ Medici à Florence, via Faenza 43.

Fig. 3b. Façade de l’ancienne église San Jacopo.

Le workshop visait à étudier, d’une part, l’origine de la pratique qui consiste à enfouir une sépulture dans une tombe recouverte d’une colline artificielle (dont les plus anciennes occurrences sont apparues au nord du Caucase pour ce qui concerne l’Eurasie), d’autre part l’évolution et la distribution de cette pratique durant les âges du Bronze et du Fer dans les régions situées plus au sud (pays du Caucase, Anatolie orientale et nord-ouest de l’Iran, cf. fig. 4). Parmi les objectifs majeurs, on peut citer une meilleure compréhension de la dimension culturelle, politique, sociale et territoriale de cette tradition (à travers la relation physique et symbolique des kourganes avec le paysage environnant), mais aussi une attention accrue aux données anthropologiques, aux divers aspects du rituel funéraire et aux univers conceptuels qui sous-tendent le recours à cette forme de sépulture. Un autre point important concerne les dynamiques culturelles intra- et inter-régionales qui ont pu connecter entre elles les populations construisant des kourganes.

Fig. 4. Carte topographique des régions ciblées par le workshop « Constructing Kurgans ».

Vingt-cinq contributeurs présentaient une quinzaine de communications, s’adressant à un public de spécialistes d’une trentaine de personnes. Le programme et les résumés des communications sont consultables ici. Il faut déplorer l’absence des collègues iraniens, retenus par des problèmes de visa, ainsi que des annulations de dernière minute (Viktor Trifonov, Artavazd Zakyan, Michèle Casanova)

Après le discours d’ouverture d’Ettore Janulardo, représentant l’archéologie et les patrimoines culturels au Ministère italien des Affaires Etrangères, le professeur Adam T. Smith a présenté une conférence inaugurale intitulée Bronze Age Metaphysics: Burial and Being in the South Caucasus.

5. Taureau en or provenant du tumulus de Maïkop.

Il a rappelé les découvertes exceptionnelles faites, dès la fin du 19e s., dans les kourganes du Caucase du Nord (en particulier celui de Maïkop, fig. 5) et leur impact négatif sur l’archéologie de ces régions, qui s’est longtemps cantonnée à une forme de chasse au trésor, au détriment de véritables programmes de recherche sur les pratiques funéraires. Cependant, il a aussi regretté que les recherches conduites dans ce domaine en Europe occidentale se soient bornées à voir le rituel funéraire comme un lieu de négociation des identités sociales, propre à nous renseigner uniquement sur la société des vivants, comme le font aussi les progrès récents des analyses ADN et bio-archéologiques. Il souligne que la mort, plutôt qu’une fin, est un processus de transformation qui fait passer le défunt d’un statut (dans le monde des vivants) à un autre (dans l’au-delà), comme l’ont démontré il y a déjà plus d’un siècle des sociologues comme Robert Hertz. Selon A. Smith, la place attribuée à la mort dans l’univers métaphysique d’une population (c’est-à-dire sa conception de l’organisation de l’existence des êtres et des choses) conditionne le rituel funéraire qu’elle met en place, rituel que l’archéologue peut et doit analyser dans cette perspective. C’est sous cet angle qu’il a présenté l’évolution des pratiques funéraires de l’âge du Bronze dans la plaine de Tsaghkahovit, dans le nord-ouest de l’Arménie, où il a prospecté et fouillé depuis une vingtaine d’années dans le cadre du projet ArAGATS avec son collègue Ruben Badalyan. Il a montré, en particulier, la rupture que constituait l’apparition de petits kourganes dans la plaine à la fin du Bronze moyen (16e s. av. n. è.), couplée à l’abandon des villages sédentaires, et la parenté du nouveau rituel funéraire avec celui des premiers kourganes monumentaux apparus dans le Sud Caucase (Géorgie orientale) peu après 2600 av. n. è. : inhumations individuelles primaires dotées d’un mobilier riche, comprenant des denrées alimentaires, parfois des animaux sacrifiés, et dans un cas un chariot tiré par des chevaux. Le défunt est apparemment appelé à reproduire son mode de vie dans l’au-delà et est définitivement séparé du monde des vivants, où il ne fait plus l’objet de l’attention de ces derniers, contrairement à ce qui se passait au Bronze ancien (fosses et cistes collectives, manipulations post-mortem). En conclusion, A. Smith précise qu’il est conscient des difficultés d’interprétation de ces rituels complexes : il ne prétend pas que les conceptions métaphysiques et leur évolution ont directement induit de nouvelles formes et pratiques funéraires dans le Caucase au cours de l’âge du Bronze, mais qu’elles ont sans doute établi les conditions préalables à l’émergence des changements.

Une introduction (fig. 6) partagée entre Nicola Laneri (CAMNES), Giulio Palumbi  et Sylvie Müller Celka (Archéorient) a ensuite été présentée. Le premier a d’abord rappelé que les tertres funéraires apparaissent dans le monde entier et à toutes les époques, les pyramides égyptiennes en offrant une variante particulièrement élaborée. Il s’est interrogé sur les raisons de cette récurrence et a suggéré que cette forme funéraire imitait la nature et tentait ainsi de matérialiser le lien entre le sous-sol, où le corps est enterré, et le ciel, où les hommes placent généralement l’essence divine, ce qui conduit à lui reconnaître une valeur cosmologique universelle.

Fig. 6. N. Laneri pendant la présentation de l’introduction au workshop.

Le second a ensuite cherché à analyser le rôle des premiers kourganes du Caucase qui, dès le début du 4e millénaire av. n. è., traduisent l’émergence d’une élite probablement guerrière, caractérisée par un mobilier funéraire spectaculairement riche, surtout constitué d’armes et d’outils en bronze et de bijoux en or et pierres semi-précieuses. Ces faits s’accompagnent probablement d’une idéologie nouvelle, qui se perpétue au 3e millénaire av. n. è. dans la culture de Novosnobodnaya puis au 2e millénaire av. n. è. dans celle de Trialeti. Il a évoqué la différenciation sociale verticale qu’illustrent les tombes monumentales recouvrant une sépulture individuelle dans le Caucase du Nord, mais aussi la différenciation horizontale exprimée dans le Sud du Caucase, dès la seconde moitié du 4e millénaire av. n. è., par les kourganes de la culture Kura-Araxes recouvrant des sépultures collectives de plusieurs dizaines d’individus. Il a également abordé la question de la visibilité des kourganes et de leur rôle de marqueurs territoriaux, qui pourrait être lié à la mobilité de populations de pasteurs nomades dans la mesure où les rares sites d’habitats connus à ce jour semblent inversement proportionnels aux sépultures en termes de taille et de pérennité.

Fig. 7. Distribution de l’haplo-groupe R1b, supposé caractériser génétiquement les populations indo-européennes.

La dernière a abordé la question de la relation des kourganes avec les différentes formes de tertres funéraires présents en Europe occidentale. Elle a brièvement évoqué les travaux de M. Gimbutas qui, à partir des années 1950, a fait des kourganes le principal traceur de la diffusion des langues indo-européennes, introduisant les termes de « Peuple des Kourganes » et de « kourganisation ». Bien que l’on ait mis l’accent, durant les dernières décennies, sur la difficulté qu’il y a à corréler artéfacts archéologiques et populations, la question réapparaît de plus belle aujourd’hui via les analyses ADN d’individus enterrés sous tumulus et la reconstitution d’haplo-groupes spécifiques (fig. 7), qui s’attachent à retracer des mouvements migratoires en provenance du Caucase et des steppes russes vers l’Europe occidentale pendant la Protohistoire. Cependant, l’étude des tumuli du sud-est européen, qui a fait l’objet d’un colloque intitulé Ancestral Landscapes en 2008, fait surtout ressortir l’énorme diversité des formes et des pratiques. Elle engage à dissocier l’étude des kourganes de celle de la question indo-européenne et à mettre l’accent sur la signification de l’architecture tumulaire dans les différents contextes où elle a émergé, en particulier sur son rôle de marqueur tant spatial que temporel – un aspect crucial dans des sociétés sans écriture.

Après ces propos préliminaires, qui n’ont pas fait l’objet de résumés en ligne, la première session était consacrée à l’origine de la tradition des kourganes. Cette dernière est perçue soit comme le résultat d’une influence trouvant sa source dans le nord-est de l’Iran (Maria Ivanova-Bieg), soit comme une évolution locale, contemporaine de développements similaires dans les steppes de la mer Noire mais enrichie d’influences venues de Mésopotamie, où l’élitisme social avait déjà une longue tradition (Sabine Reinhold).

La session suivante portait principalement sur l’analyse des données anthropologiques (Yilmaz Selim Erdal, Ömür Dilek Erdal et Bakhtiyar Jalilov, Brenna Hassett, Modwene Poulmarc’h). Les cistes du Bronze ancien (fin du 4e millénaire av. n. è.) de  la nécropole de Başur Höyük en Anatolie orientale (B. Hassett), de tailles très variables, ont révélé un rituel funéraire analogue à celui des grands kourganes, avec des mobiliers très riches et la pratique du sacrifice humain. Eleonora Carminati a d’autre part réexaminé la séquence chronologique des kourganes du Caucase du Sud et distingué deux phases à la fin du Bronze ancien (Early Kurgans I-II), entre le Kura-Araxes et la Culture de Trialeti.

Fig. 8. Reconstitution du kourgane 6 de Zurtaketi (d’après par G. Narimanishvili 2006, Trialeti dzveli tseltaaghritskhvis II atascleulshi [Trialeti in the second millennium B.C.])

La dernière session du jeudi était dédiée aux pratiques rituelles. On retiendra en particulier les extraordinaires voies processionnelles, de plusieurs centaines de mètres de longueur et de 5-6 m de largeur (fig. 6), qui ont été mises en évidence aux abords de très grands kourganes de la Culture de Trialeti (Géorgie, première moitié du 2e millénaire av. n. è.), aujourd’hui disparus sous les eaux d’un barrage. Ces voies sur radier de pierres, aménagées perpendiculairement au bord du tertre en direction de l’est, étaient connectées à une entrée qui menait elle-même à une vaste tombe centrale, abritant une sépulture individuelle (Goderdzi Narimanishvili, George Narimanishvili et Nino Shanshashvili). Aynur Özfirat a présenté les résultats d’une prospection archéologique dans la région du Mont Ağri et du lac de Van. La céramique de surface repérée autour des kourganes date du Bronze moyen et récent et de l’âge du Fer, sans qu’on puisse déterminer pour le moment s’il y a eu réutilisation. La session s’est terminée sur une étude des sépultures de chevaux en Anatolie au début de l’âge du Fer (Şevket Dönmez), sans trace de chariot. Elles sont considérées comme l’apanage d’une culture nouvelle dans cette région qui témoignerait d’influences en provenance du Caucase du Nord.

La session de vendredi matin concernait les kourganes et pratiques funéraires du Bronze récent et du Fer. Les assemblages archéologiques utilisés pour définir les Scythes et la réalité d’une population scythe dans le Caucase ont été discutés (Lorenzo Crescioli), en particulier à partir de la typologie des éléments de mors et de harnais en métal et des influences diverses qu’ils trahissent (Zaur Hasanov).

Chargées de diriger la discussion finale, Elena Rova et Alessandra Gilibert ont proposé de revenir sur les questions de définition, les disparités de distribution géographique, les activités et installations autour et à proximité des kourganes, la réutilisation d’anciens kourganes à des périodes ultérieures, les liens avec le nomadisme et le pastoralisme transhumant. Ce dernier point va de pair avec la question de la visibilité, qui s’avère discutable. Si la steppe a sans doute toujours été un paysage ouvert, certains tumuli n’excèdent pas 1 m de hauteur et ne sont visibles que lorsqu’on s’en approche très près. La question se pose a fortiori pour les environnements boisés.

Concernant la définition, il est clair que la diversité des formes, tailles, pratiques funéraires et contextes ne permet pas de faire des kourganes un groupe à part, ni géographiquement ni chronologiquement ; ils s’insèrent dans la vaste catégorie des tertres funéraires (ce que traduit de manière idéalement neutre le terme anglais burial mound), au sein de laquelle se distinguent des sous-groupes régionaux. Cette conclusion vaut plus généralement pour les diverses formes de tertres funéraires, quel que soit le nom qu’on leur donne (kourgane, tumulus, barrow, Hügelgrab, tymvos…), dans les nombreuses cultures où ils apparaissent.

D’autres questions restent ouvertes, par exemple celle du recrutement : à ce jour, rien ne prouve que les sépultures collectives, ou les sépultures individuelles enfouies dans un même kourgane, appartenaient à une seule et même famille ; il est à souhaiter que les progrès réalisés récemment dans les analyses d’ADN apportent bientôt des réponses à cette question.

On peut aussi se demander qui construisait les kourganes. Il faut souligner que, quelle que soit leur taille, leur édification a requis une importante main d’œuvre et une coordination centralisée, pour des chantiers qui ont pu durer, dans le cas des kourganes monumentaux, plusieurs mois, voire plusieurs années. Ce constat implique presque certainement que leur construction était planifiée à l’avance et réalisée du vivant de leurs futurs « occupants », sinon à leur initiative. Le fait que les grands kourganes aient conservé leur forme et leur hauteur jusqu’à nos jours révèle d’ailleurs l’existence d’une véritable architecture tumulaire, comme en témoignent aussi les noyaux en pierres et des cas d’armatures internes en bois.

Les actes de cette rencontre seront publiés dans un volume de la série SANEM et incluront les communications de tous les participants initialement inscrits, qu’ils aient été présents à Florence ou non.

L’auteur

Sylvie Müller Celka est archéologue, chargée de recherche au CNRS (Archéorient-UMR 5133, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), spécialiste du monde égéen protohistorique.

 
Pour citer ce billet : Sylvie Müller Celka. Kourganes et pratiques funéraires protohistoriques du Caucase, ArchéOrient - Le Blog, 13 avril 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8427

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *