Du nouveau en technologie osseuse : l’étude des techniques de fracture par l’expérimentation !

Les techniques de fracture ont longtemps été le parent pauvre de la technologie osseuse. Difficiles à dissocier des procédés de boucherie, elles ont été peu étudiées. Pour autant, dans certaines régions du monde, elles ont largement été utilisées par les sociétés de chasseurs-cueilleurs pour produire leurs objets à partir des os longs d’ongulés. Les découvertes de telles industries au cours des dernières décennies, notamment pour le Mésolithique d’Europe de l’Est (Treuillot, 2016), ont considérablement relancé l’intérêt des chercheurs pour ces techniques. Au sein de l’équipe d’ethnologie préhistorique (UMR 7041 – ArScAn), ce sujet a été au cœur du thème de recherche sur Les ressources animales : acquisition, transformation et utilisation de 2012 à 2017 (Christensen et Goutas, sous presse). C’est dans ce cadre que j’ai décidé de faire appel à la démarche expérimentale. Le but était de mieux cerner les stigmates liés aux techniques utilisées pour diviser longitudinalement les métapodes dans les contextes mésolithiques russes que j’étudiais en thèse  (ibid.). Dans ces contextes, les métapodes d’élan sont les os les plus utilisés pour fabriquer l’industrie osseuse : leur longueur et leur rectitude permettent de fabriquer des supports de presque 30 centimètres de long ! Des travaux expérimentaux ont déjà été réalisés sur métapode (David 1996), mais il s’agit de la première étude qui permette de comparer les stigmates produits par éclatement et par fendage. Les résultats détaillés de cette expérimentation sont en cours de publication et c’est ici une version synthétique que je vous propose (Treuillot, sous presse).

Au préalable de l’expérimentation, j’ai débité 27 métapodes de cerf pour me familiariser avec les techniques à mettre en œuvre. L’objectif était de m’assurer de la reproductibilité de mon expérience. Ces tests se sont déroulés au printemps 2014 et m’ont permis de mettre en place un protocole clairement établi.

Fig. 1: Préparation des pattes avant débitage : 1. Dépeçage des métapodes à l’aide d’une lame en silex, 2. Prélèvement des tendons avec une lame en silex, 3. Raclage du périoste avec une lame en silex.

Fig. 2 : Outils utilisés pour les débitages : 1-2. Percuteurs en galet de silex, 3. Lame polie insérée dans une gaine en bois de cerf, 4. Dalle calcaire, 5. Billot en bois, 6. Billot creusé.

Pendant l’été 2014, j’ai débité 34 métapodes de cerf selon ce protocole. Ces pattes ont été collectées dans le département du Cher sur des carcasses d’animaux tués à la chasse en bonne santé. Elles ont été congelées au retour de la chasse et décongelées la veille de leur débitage. Toutes ont été préparées selon les mêmes actions : j’ai commencé par les dépecer avec une lame en silex et à désarticuler les phalanges en tranchant les tendons puis en effectuant une torsion. Les tendons ont été extraits avec la même lame puis le périoste a été raclé pour éviter que la surface ne soit trop glissante et fasse déraper les outils au moment de la percussion, ainsi que pour enregistrer plus facilement les stigmates (fig.1). Par la suite, j’ai supprimé les tubérosités latérales au moyen d’un enlèvement en percussion tranchante indirecte avec une hache polie. L’objectif était de retirer cette portion spongieuse de l’os pour faciliter la division longitudinale et éviter que la ligne de fracture ne dévie. La dernière étape consistait à diviser l’os longitudinalement depuis le bord médial ou latéral au moyen de plusieurs percuteurs et sur plusieurs surfaces de débitage (fig.2). Plusieurs variables ont ainsi été testées lors de cette étape :

  1. La première série a été réalisée par éclatement par percussion diffuse directe. Huit métapodes ont été débités avec un galet de 129 x 65 x 39 mm pesant 833 g en les plaçant sur une dalle calcaire à surface plane. Les onze autres ont été débités avec un percuteur plus petit, donc plus facile à contrôler : un galet de 105 x 39 x 40 mm pesant 533 g. Ces os étaient placés sur un billot en bois de chêne à surface plane.
  2. La deuxième série a été réalisée par fendage par percussion linéaire indirecte avec une lame en pierre polie à front rectiligne. Dans six cas, j’ai procédé avec un collègue qui maintenait l’os sur un billot en bois de chêne. Les neuf autres métapodes ont été placés dans une bûche creusée pour les caler.

Les os ont été percutés en moyenne 4 coups : dans 95% des cas, ils ont été fracturés longitudinalement, ce qui correspondait à l’objectif du débitage. Dans 75% des cas, ces débitages n’ont pas produit plus de trois éclats. Après division des os, 109 produits de débitage ont ainsi été étudiés et 227 stigmates décrits et comparés (fig.3).

Fig. 3. Produits des débitages expérimentaux de métapodes : 1. Bloc de débitage obtenu en percussion diffuse directe, 2. Support bipartite.

Fig. 4 : Principes du débitage par percussion diffuse directe (Treuillot, sous presse, fig.6, DAO : P. Zedouard)

L’éclatement consiste à diviser l’os au moyen d’une percussion diffuse directe. Dans le cadre de cette étude, j’ai utilisé un percuteur à partie active arrondie, dont la forme et les dimensions étaient bien adaptées à celle de l’os à éclater. L’os était maintenu à plat sur une enclume à l’aide de ma main gauche et percuté selon un mouvement linéaire vertical (fig.4). Quand le coup n’était pas assez puissant, j’ai dû percuter le métapode sur les deux faces. Ces coups ont généré des stigmates plus ou moins faciles à interpréter :

  1. L’enlèvement adhérent se manifeste par une fissure radiale. Ce type de stigmate s’observe sur 60% des pièces liées à un éclatement. Le plus souvent l’enlèvement adhérent se développe au niveau de la plage de percussion (N=49), mais dans douze cas il s’est aussi développé sur la zone de contre-coup. Ce stigmate est donc difficile à interpréter (fig.5, n°1).
  2. L’encoche de percussion permet de localiser la zone de percussion. Elle découle de fissures arciformes qui se rejoignent et provoque le détachement d’un éclat qui laisse un négatif : l’encoche. Dans les faits, c’est un enlèvement adhérent qui s’est détaché. Si on a souvent utilisé l’encoche pour attester du recours à une percussion diffuse directe (Bonnichsen 1979), cette expérience m’a permis de voir que l’encoche de percussion pouvait aussi découler d’une percussion linéaire indirecte. Quoi qu’il en soit, les caractéristiques du stigmate varient en fonction de la technique employée. Dans cette série, l’encoche est scalariforme et souvent envahissante avec un contre-bulbe plus ou moins proéminent, des lancettes, des ondes de percussion et des étoilures (fig.5, n°2).
  3. La cupule est une dépression plus ou moins circulaire au niveau du point d’impact. C’est le stigmate le plus diagnostique de l’éclatement, mais dans ces séries il est assez rare : on observe des cupules sur seulement sept fragments de cette série (fig.5, n°3). Dans certains cas, les cupules peuvent être associées à des stries qui peuvent provenir de l’irrégularité de la partie active du percuteur ou du dérapage de l’os ou du percuteur à l’impact. Ces stries sont bien connues dans la littérature (Blumenschine et Selvaggio 1988).

Fig. 5 : Stigmates d’éclatement : 1. Enlèvement adhérent, 2. Encoche de percussion, 3. Cupule.

Fig. 6 : Principes du débitage par percussion linéaire indirecte (Treuillot, sous presse, fig.12, DAO : P. Zedouard)

Le fendage par percussion linéaire indirecte vise à déchirer les fibres de l’os à l’aide d’un outil intermédiaire qui est apposé sur l’os. Au cours de cette expérience, l’outil intermédiaire était frappé avec un percuteur en chêne manié selon un mouvement linéaire oblique (fig.6). Il s’insérait alors dans la matière, ce qui génèrait des stigmates typiques :

  1. L’impression  correspond à l’empreinte que laisse l’outil intermédiaire quand il s’insère dans la matière. C’est la première fois qu’une impression laissée par une hache polie à tranchant mousse est observée et étudiée systématiquement pour en proposer une définition. Sur ce matériel expérimental, j’ai étudié 77 impressions. Elles s’apparentent toutes à une dépression linéaire composée de deux pans et d’un fond bombé. Si cette dépression est symétrique, l’impression s’apparente à un enfoncement (fig.7, n°1) ; sinon elle est composée d’un pan abrupt et d’un pan d’arrachement moins régulier (fig.7, n°2). C’est l’impression qui est à l’origine de la formation de la fissure qui fend l’os. Ce stigmate est donc difficile à observer puisqu’il est souvent divisé par le pan de fracture (fig.7, n°3). Dans certains cas, il est associé à une encoche de percussion.
  2. L’encoche de percussion laissée par la percussion linéaire indirecte est différente de celle produite en percussion diffuse directe. Dans ce cas, l’encoche est plus petite et de forme rectangulaire. Il n’y a pas de contre-bulbe ni d’ondes de percussion (fig.8).

Fig. 7. Stigmates de fendage : 1. Impression symétrique, 2. Impression asymétrique, 3. Impression recoupée par un pan de fracture

Fig. 8. Stigmate de fendage : l’encoche de percussion

Pour conclure, ces expérimentations m’ont permis de mettre en place une grille de lecture pour analyser les techniques de fracture. On peut en retenir qu’il existe une importante variabilité des stigmates de percussion en fonction de la technique utilisée. Bien que certaines traces se retrouvent quel que soit le type de fracture mis en œuvre (l’encoche de percussion, par exemple) on notera que la cupule est diagnostique de l’éclatement et que l’impression est typique de la percussion linéaire indirecte. Dans les deux cas, la fracture de l’os peut se contrôler aisément de manière à produire des supports bipartites.

Bibliographie

Blumenschine R.J., Selvaggio M.M. 1988. Percussion marks on bone surfaces as a new diagnostic of hominid behaviour, Nature, 333, 6175, p. 763-765.

Bonnichsen R. 1979. Pleistocene bone technology in the Beringian Refugium, Ottawa, Canada, National Museums of Canada.

Christensen M., Goutas N. (sous presse). À coups d’éclats ! La fracturation des matières osseuses en Préhistoire : discussions autour d’une modalité d’exploitation en apparence simple et pourtant mal connue, actes de la séance de la Société préhistorique française (Paris, 25 avril 2017), Paris, Séances de la Société Préhistorique française, n°13.

David E., Johansen L. 1997. Maglemosian Barbed Points Made of Metapodials: Reconstructing the Chaine Operatoire by Experiments. Rapport dactylographié, Centre Expérimental de Lejre (Danemark) – HAF 26/96.

Treuillot J. 2016. À l’Est quoi de nouveau ? L’exploitation technique de l’élan en Russie centrale au cours de la transition entre pêcheurs-chasseurs-cueilleurs sans céramique (« Mésolithique récent ») et avec céramique (« Néolithique ancien »), Thèse de Doctorat, Université Paris 1.

Treuillot J. (sous presse). L’apport de l’expérimentation à l’étude des techniques de fracture : le cas de la bipartition des métapodes au Mésolithique à Zamostje 2 (région de Moscou, Russie), in M. Christensen et N. Goutas (dir.), À coups d’éclats ! La fracturation des matières osseuses en Préhistoire : discussions autour d’une modalité d’exploitation en apparence simple et pourtant mal connue, actes de la séance de la Société préhistorique française (Paris, 25 avril 2017), Paris, Séances de la Société Préhistorique française, n°13, 13 pages, 20 figures.

L’auteur

Julien Treuillot est titulaire d’un doctorat (Université Paris 1) et chercheur associé à l’équipe d’ethnologie préhistorique, ArScAn UMR 7041. Spécialiste de la technologie osseuse d’Europe de l’Est (de la fin du Mésolithique au début du Néolithique).

Pour citer ce billet : Julien Treuillot. Du nouveau en technologie osseuse : l’étude des techniques de fracture par l’expérimentation !, ArchéOrient - Le Blog, 6 avril 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8408

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.