Réseau fortifié et royaumes de Syrie du Nord à l’âge du Bronze moyen

Nous avons vu, dans un précédent billet, comment les prospections géo-archéologiques conduites par la mission Marges arides de Syrie du Nord dans la région à l’est de Hama permettaient de repenser l’organisation spatiale du peuplement régional à l’âge du Bronze moyen.

L’interprétation des données accumulées lors des campagnes de prospection de terrain, complétées par l’étude de l’imagerie aérienne et satellitaire a mis en évidence un réseau fortifié de surveillance du territoire qui s’appuie sur un système régional hiérarchisé de forteresses, de fortins, de tours et d’enclos (Rousset et al. 2017). Le très bon état de conservation d’une grande partie de ces sites a permis d’en définir les principales caractéristiques morphologiques et le mode d’implantation. Construites en gros blocs cyclopéens, avec des murs de plusieurs mètres de largeur et de hauteur, les forteresses sont établies pour l’essentiel à la lisière orientale de fertiles plateaux basaltiques et longent le relief qui domine la steppe de Syrie centrale. D’après l’étude de la céramique, elles pourraient avoir été mises en place dès la fin de l’âge du Bronze moyen I (2000-1800 av. J.-C.) et avoir été en activité à l’âge du Bronze moyen II (1800-1600/1550 av. J.-C.).

Mais quelle relation peut-on établir entre ce réseau de forteresses, si vaste soit-il, et les grands sites contemporains fouillés dans les zones plus fertiles alentours ? Tel sera le propos de ce billet.

Les grandes villes du Bronze Moyen autour des Marges arides

La plupart des très gros sites des bordures septentrionale et occidentale de la steppe ont fait l’objet de fouilles archéologiques : Hama, Qatna (Tall Mishrifa), Ebla (Tall Mardikh), Tall al-Tukan, Tall al-Sur, Emar, Tall ’Umm al-Marra, Tall Afis et Tall al-Nasiriya. Tous témoignent d’une extension maximale à l’âge du Bronze moyen et de gigantesques travaux de fortification à cette période (Morandi-Bonnacossi 2014, Rey 2012). A ceux-ci s’ajoute Alep, dont seuls les niveaux supérieurs du tell et de trop rares sondages dans la ville basse ont été fouillés. Connue par la documentation écrite découverte à Ebla, Alep n’a été importante politiquement que durant l’âge du Bronze moyen, comme capitale du royaume de Yamhad (Knitter et al. 2014: 115-116).

Ces grands sites de la lisière de la steppe, connus pour avoir été occupés à l’âge du Bronze moyen, sont donc contemporains du réseau fortifié. Il s’agit des plus vastes installations repérées sur le pourtour de la steppe. Certaines d’entre elles sont clairement identifiées comme des capitales de royaumes : Qatna, Ebla et Alep. La plupart des autres présentent des traits communs par leurs proportions, leur disposition par rapport aux capitales et aux forteresses et leur emplacement le long des grands axes de circulation. Prenons les exemples explorés sur le terrain :

Tall al-Tukan a été prospecté à plusieurs reprises depuis 1925 et plusieurs campagnes de fouilles ont eu lieu depuis 1978 (voir en dernier lieu, Baffi and Peyronel 2014). Ce grand tell ovale, de 650 m x 500 m, s’élève jusqu’à 30 m de hauteur. La ville basse est entourée d’un rempart construit sur une levée de terre de 30 m de largeur et dominée par une acropole de 330 m x 250 m, au sud-ouest, également ceinte de murs défensifs. Le site a été occupé en continu de l’âge du Bronze ancien jusqu’à l’époque byzantine, avec une extension maximale à l’âge du Bronze moyen II.

Tall al-Sur a été prospecté dans les années 1950, fouillé en 1984, puis en 2009-2010 (en dernier lieu Mouamar 2014). Les travaux récents montrent que la première occupation, à l’âge du Bronze ancien IV, correspond à une ville pratiquement circulaire qui occupait la partie nord. Elle a été refondée à l’âge du Bronze moyen I avec un plan rectangulaire qui a englobé la première ville. C’est à cette époque que les fossés de 35 m de largeur ont été creusés ou agrandis et la terre qui en a été extraite a été utilisée pour renforcer les remparts en pierre du 3e millénaire. Le site est occupé aux âges du Bronze ancien IV, du Bronze moyen I et II, avec une occupation plus réduite au Bronze récent, au Fer II et enfin à l’époque byzantine.

fig. 1 : Qinnasrin. La fortification en brique crue sur le sommet de la montagne (cliché M.-O. Rousset).

Qinnasrin, sur le sommet de la montagne qui domine la ville antique, est situé à un emplacement stratégique majeur d’où la vue s’étend dans toutes les directions. Là, une forteresse, édifiée au début de l’époque islamique (Rousset 2013), s’appuie sur des vestiges antérieurs, dont un mur de brique crue large de plus d’une dizaine de mètres (fig. 1). D’après la céramique, la forteresse ancienne peut être attribuée à l’âge du Bronze moyen I et II (Kepinski à paraître). Elle répond aux mêmes critères géographiques et stratégiques que les forteresses de hauteur mais elle est beaucoup plus grande puisqu’elle mesure environ 700 m de côté. Elle est située à mi-chemin de deux capitales de royaumes : Yamhad (Alep) et Ebla (Tell Mardikh).

fig. 2 : Images satellites (Corona et Google Earth) des grandes villes fortifiées.

Le parallèle entre ces différents établissements est frappant lorsque l’on s’efforce de présenter les vestiges à la même échelle (fig. 2). En effet, il se révèle hasardeux de comparer les surfaces à partir de la documentation publiée, les mesures n’étant jamais prises de la même manière. Si l’on considère les surfaces externes et internes de ces sites, on obtient le tableau suivant. Comme on peut le voir, leurs surfaces sont très proches, bien inférieures dans leur ensemble à celles des capitales mais bien supérieures à celles des forteresses de hauteur dont la surface interne maximale n’excède pas 3 ha. (fig. 3)

fig. 3 : Dimensions des très grands sites autour des Marges arides (Surface tot. = surface maximale, Surf. int = surface intérieure, Surf. VB = surface de la ville basse, Surf. VH = surface de la ville haute).

La prospection sur le terrain et l’étude des images satellitaires ont permis d’identifier d’autres sites de mêmes proportions qui pourraient appartenir à ce système. Tall al-Shaykh ‘Ali a été prospecté et a livré de la céramique du Bronze ancien IV, du Bronze moyen et du Fer. Deux autres sites, découverts par la télédétection, sont totalement inédits : Tall Tayyibat al-Ism et Jabal al-Ghuwayhim.

Ces grandes villes contemporaines du réseau fortifié entretenaient donc des relations avec les forteresses.  Il s’agit à la fois de grosses villes fortifiées et de forteresses de hauteur, qui semblent bien s’imbriquer, du point de vue de leur taille et de leur répartition dans l’espace, entre le réseau défensif et les centres de pouvoir.

fig. 4 : Le système défensif et sa relation avec les villes majeures et les routes connues ou supposées à l’âge du Bronze moyen (d’après Joannès 1996). Le cadre représente la zone prospectée par la mission des Marges arides (E. Régagnon, M.-O. Rousset).

Selon la logique de répartition des différentes installations, favorisant les meilleurs emplacements en termes de défense, de surveillance et de communication (même lorsqu’un point plus élevé se situe à proximité et même si cela nécessite parfois l’édification d’un remblai artificiel), nous avons pu restituer les positions intermédiaires entre la ligne de front, les grandes villes fortifiées et les capitales de royaumes (fig. 4). La prise en compte des possibilités de communication visuelle, pour pouvoir transmettre les informations depuis les points d’observation jusqu’aux centres de commandement semble bien avoir été déterminante dans leur localisation. La hiérarchie des installations fortifiées observée dans la zone prospectée se poursuit ainsi jusqu’aux grandes villes (fig. 5).

fig. 5 : Essai de hiérarchisation des sites fortifiés du Bronze Moyen (Michel Rasse)

Les grands cercles représentent les « zones de contrôle » probables entre les sites de rang 1 et de rang 2 (le cas d’Emar est en pointillé car le secteur a été peu étudié). Les petits cercles expriment celles des forteresses (le rayon correspond à la moitié de la distance minimale entre les deux forteresses les plus proches). Les réseaux ont été représentés selon le même principe, en respectant la plus petite distance entre sites proches : épais pour le lien rang 1- rang 2, moyen entre rang 2 et rang 3 et fin entre rangs 3 et 4.

Et si Tell al-Nasiriya était une capitale de royaume de l’âge du Bronze ?

Tall al-Nasiriya n’a fait l’objet de travaux archéologiques que  depuis 2006, dirigés par D. Parayre et M. Al-Maqdissi. Ce site a connu une occupation continue depuis l’âge du Bronze ancien IV jusqu’à l’époque mamelouke. De plan grossièrement carré, il est très vaste (850 m de côté, soit 103 ha dans son emprise maximale et 45 ha intra-muros) entouré de grosses levées de terre, jusqu’à 40 m de hauteur pour 100 m de largeur, au nord et à l’est. Sur les deux autres côtés, l’Oronte fait office de défense naturelle. L’angle sud est occupé par une acropole rectangulaire de 300 m x 200 m (4,5 ha). Petit site ovale à l’âge du Bronze ancien, il serait devenu carré au début du IIe millénaire av. J.-C. (Al-Maqdissi et al. 2010a et b) et aurait atteint son extension maximale à l’âge du Bronze moyen Ib (comm. personnelle D. Parayre).

Sa « découverte » récente explique qu’il ne soit pas encore rentré dans le débat des identifications de toponymes qui apparaissent dans les sources épigraphiques. Mais, d’après l’analyse de ses relations spatiales et morphologiques avec le réseau fortifié des Marges arides, il pourrait s’agir d’un bon candidat au titre de capitale de royaume. En effet, la manière dont Tall al-Nasiriya s’insère dans le réseau régional est tout à fait similaire à celle de Qatna. Leur position géographique à l’est des grandes villes fortifiées présente des similitudes. Pour Qatna, les deux villes de Tall al-Shaykh ‘Ali et Tall al-Sur, sont disposées chacune à 28 km et à 27,3 km du centre de la première. Pour Tall al-Nasiriya, deux villes fortifiées inédites ont été découvertes par télédétection à 20,8 km (Tall Tayyibat al-Ism) et 19,9 km (Jabal al-Ghuwayhim). La première présente des dispositions très proches de celles de Tall al-Sur ; la seconde rappelle, par sa disposition et ses proportions, l’énorme fortification sur la montagne de Qinnasrin. Les deux paires sont disposées selon un angle de 41° dans le premier cas et de 43° dans le second !

Enfin, Tall al-Nasiriya a des dimensions comparables à celles d’Ebla (46 ha de surface intérieure pour Ebla). Là encore, des images à la même échelle parlent d’elles-mêmes. (fig. 6)

fig. 6 : Vues satellites (Google Earth) des sites d’Ebla et de Tall al-Nasiriya.

Ces éléments sont en accord avec la localisation d’une capitale (Tunip, dont l’identification avec Asharneh n’est pas complètement assurée ? Parga ? Ukulzat ?) dans la vallée de l’Oronte ; le dernier argument repose sur l’analyse pétrographique et chimique de l’argile des tablettes envoyées depuis cette ville, au XIVe s. av. J.-C., jusqu’à Amarna, en Egypte (Lafont 2016 : 91 ; Bonechi 2016 ; Finkelstein et al. 2004 : 91-92).

Une hiérarchie des fortifications

Nos travaux de terrain et notre analyse du réseau défensif permettent de mettre en évidence l’empreinte dans le paysage d’une organisation fortement hiérarchisée. Ils corroborent et complètent les conclusions sur l’organisation de la défense qui découlent de l’analyse de la documentation écrite (Burke 2008 : 122-124). La confrontation de nos résultats avec les textes de la période permettra sans aucun doute d’aller plus loin dans l’interprétation. Mais déjà, la cartographie de ces résultats  montre que les capitales de royaumes sont espacées de 70 à 44 km et que le site de Tall al-Nasiriya s’insérerait parfaitement dans ce premier type d’implantations majeures. En effet, il se trouve à 48 km de Qatna et à 64 km d’Ebla. Les grandes villes fortifiées, satellites des villes royales ont toutes une taille comprise entre 19 et 28 ha. Elle sont situées en avant des villes royales, côté steppe, à une distance de ces dernières qui varie entre 15 km (Ebla – Tall al-Tukan) et 28 km (Qatna – Tall al-Shaykh ‘Ali) soit à une journée de marche maximum (env. 30 km). Cependant, il est fort probable que ces villes ne constituaient pas les seuls satellites des capitales de royaumes des bordures de la steppe.

Si ces agglomérations ont parfois été interprétées comme des capitales de district (Burke 2008), nous pouvons proposer également une autre fonction, à partir de leurs taille, aspect et surtout position dans le paysage. En effet, ces implantations puissamment fortifiées sont pour certaines situées de manière à avoir une vue directe sur la totalité du paysage alentour (Qinnasrin, Jabal al-Ghuwayhim, Tall al-Shaykh ‘Ali), alors que les autres sont installées dans une plaine et parfois « cachées » derrière un relief (Tall al-Tukan, Tall Tayyibat al-Ism, Tall al-Sur). Pourrait-on envisager ces établissements, disposés le long des axes majeurs de l’âge du Bronze moyen, comme ayant été des villes de garnison, qui auraient accueilli les soldats chargés d’intervenir auprès des populations civiles retranchées derrière leurs murailles en cas d’attaque ? Cette interprétation n’exclut évidemment pas, pour ces grandes agglomérations, d’autres fonctions spécifiques, comme l’organisation de l’exploitation agricole du territoire. Comme une capitale de district, elles sont placées au centre, ou, pour Qinnasrin et Jabal al-Ghuwayhim, sur la limite entre deux régions au sens géographique du terme (un bassin endoréïque par exemple). La distance d’intervention des troupes serait par conséquent optimisée en fonction de la répartition du peuplement et des circulations.

Bibliographie

Al-Maqdissi M., Parayre D. et Sauvage M. 2010a. La mission conjointe syro-française de l’Oronte : première et deuxième campagnes (2007 et 2008), Chronique archéologique en Syrie IV, 193-198.

Al-Maqdissi M., Parayre D. et Sauvage M. 2010b. Mission archéologique syro-française de l’Oronte. Tell al-Nasriyah et Tell Massin : les sites quadrangulaires, nouveau regard. Rapport préliminaire sur les opérations des campagnes 2007-2008, Akkadica 131, 165-200.

Baffi F. and Peyronel L. 2014. Tell Tuqan and the Matkh Basin in a Regional Perspective. Thoughts and Questions Raised by the International Conference. In: Baffi F., Fiorentino R. and Peyronel L. (eds.), Tell Tuqan Excavations and Regional Perspectives. Cultural Developments in Inner Syria from the Early Bronze Age to the Persian/Hellenistic Period. Galatina: Congedo, 9-34.

Bonechi M. 2016. Thorny Geopolitical Problems in the Palace G Archives. The Ebla Southern Horizon, Part One: the Middle Orontes Basin. In: Parayre D. (éd.), Le fleuve rebelle. Géographie historique du moyen Oronte d’Ebla à l’époque médiévale. Beyrouth : IFPO (Syria, Supplément IV), 29-88.

Burke A.A. 2008. Walled up to Heaven: The Evolution of Middle Bronze Age Fortification Strategies in the Levant. Winona Lake: Eisenbrauns (Studies in the archaeology and history of the Levant 4)

Finkelstein I., Na’aman N. and Goren Y.  2004. Inscribed in clay: Provenance study of the Amarna tablets and other ancient near eastern texts. Tel Aviv: Tel Aviv University, Emery and Claire Yass Publications in Archaeology (Sonia and Marco Nadler Institute of Archaeology Monograph series 23).

Kepinski C. (à paraître). La céramique de l’âge du Bronze. In: Rousset M.-O. (dir.), Qinnasrin II, Chalcis / Qinnasrin. Évolution du site d’après les prospections (âge du Bronze moyen, IIe s. av. – XIVe s. ap. J.-C.).

Knitter D., Nakoinz O., Del Fabbro R., Kohlmeyer K., Schütt B. and Meyer M. 2014. The Centrality of Aleppo and its Environs. eTopoi. Journal for Ancient Studies 3, 107-127.

Lafont B. 2016. Que nous apprennent les textes de Mari sur l’Oronte ? In: Parayre D. (dir.), Le fleuve rebelle. Géographie historique du moyen Oronte d’Ebla à l’époque médiévale. Beyrouth : IFPO (Syria, Supplément IV), 89-95.

Morandi-Bonacossi D. 2014. The Northern Levant (Syria) during the Middle Bronze Age. In: Killebrew A.E. et Steiner M. (éd.), The Oxford Handbook of the Archaeology of the Levant (c. 8000–332 BCE), Oxford, 408‑427.

Mouamar G. 2014. Tell Al-Sūr/Al-Sankarī : une nouvelle agglomération circulaire du Bronze ancien IV à la lisière de la steppe syrienne. In: Baffi F., Fiorentino R. and Peyronel L. (eds.), Tell Tuqan Excavations and Regional Perspectives. Cultural Developments in Inner Syria from the Early Bronze Age to the Persian/Hellenistic Period. Galatina: Congedo, 95-114.

Rousset M.-O. 2013. Traces of the Banu Salih in the Syrian steppe? The Fortresses of Qinnasrin and Abu al-Khanadiq, Levant 45, 69-95.

Rousset M.-O., Geyer B., Awad N., Shabo Sh. 2017. Un réseau défensif de l’âge du Bronze Moyen dans les Marges Arides de Syrie du Nord, Paléorient 43.2, 115-163.

L’auteur

Marie-Odile Rousset est archéologue, chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. Elle travaille sur le peuplement diachronique des Marges arides depuis une vingtaine d’années. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Odile Rousset. Réseau fortifié et royaumes de Syrie du Nord à l’âge du Bronze moyen, ArchéOrient - Le Blog, 30 mars 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8388

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.