La ronde aux moutons : pratiques de gardiennage collectif des troupeaux communaux en Arménie

Les missions ethnographiques cofinancées par le Laboratoire International Associé NHASA (France-Arménie) porté par l’UMR 5133-Archéorient, le laboratoire URMIS (CNRS UMR 8245 – IRD UMR 205) de Paris 7 Diderot, et le Centre International de recherche agronomique pour le Développement (CIRAD) par l’intermédiaire du laboratoire « Animal, santé, territoires, risques, écosystèmes » (ASTRE, UMR 117) ont pour but d’étudier les pratiques pastorales actuelles en Arménie. Ces missions ont fait l’objet de deux billets en 2017 (Thevenin, Hovsepyan et Mikhikian) et 2018 (Thevenin). Outre les transhumances saisonnières, les rituels festifs ou les enjeux géopolitiques (territoriaux et commerciaux) liés à l’élevage mobile, la pratique de gardiennage des troupeaux dans les villages arméniens a également été étudiée.

La garde d’un troupeau collectif (constitué des bêtes de plusieurs familles d’un même village), effectuée par un berger salarié ou un éleveur berger, est assez commune dans le monde rural. Cependant parfois, les villageois qui n’ont pas les moyens de rémunérer un berger, ou tout simplement qui n’en trouvent pas, utilisent un système de gardiennage par rotation dans lequel chacun vient garder le troupeau collectif à tour de rôle un certain nombre de jours en fonction du nombre de bêtes qu’il possède. En Arménie, ce système, qui tourne autour d’un planning parfois fixé sur des registres, nécessite un calcul complexe et volontairement (?) peu précis. Cela laisse la part belle à l’appréciation et la confiance mutuelle entre les protagonistes. Le nombre de bêtes déclarées par chaque villageois étant fluctuant au cours de l’année pour des raisons socio-économiques, culturelles, ou géopolitiques comme nous le verrons, cela nécessite régulièrement un nouveau calcul et, pour celui qui gère le planning, des capacités de négociation et de rigueur indéniables. Ainsi, à travers ce système, c’est la question de la gestion des biens communs dans la ruralité arménienne qui peut être analysée.

Contexte et origine du système      

Dans le contexte actuel socio-économique et géopolitique de l’Arménie, exposé par ailleurs (Hovanessian 2017, Thevenin 2018), la nécessité de compléter les maigres revenus par une économie d’autosubsistance a maintenu un petit élevage villageois dans les familles. Les ménages pauvres n’ayant pas les moyens d’une vie mobile (motorisation, équipement d’estive, location d’alpage) sont dans l’obligation de garder leur troupeau autour du village. L’importance numérique du bétail possédé dépendra donc des possibilités de le nourrir à l’année, et donc de la superficie des terres cultivées autour de la commune, des pâturages et de leur facilité d’accès. Les quatre villages cités ici sont tous situés entre 1400 et 2000 m d’altitude et ont des pâturages, des cultures et des prairies de fauche disponibles et proches une grande partie de l’année. Ce qui n’est pas le cas pour l’ensemble de l’Arménie, certains villageois ayant dû abandonner l’élevage à la sortie du collectivisme en raison de l’éloignement des pâturages (Ardilliers-Carras 2004). Grâce à cette proximité, le troupeau est ramené au village chaque soir à leurs propriétaires, ce qui évite un gardiennage nocturne et économise ainsi de la main d’œuvre. Les bovins sont traits au village, dans la ferme familiale, et il n’y a pas ou peu de traite chez les petits ruminants, le lait étant gardé pour les agneaux.

Photo 1 – Le quartier des étables dans le village de Kechut (M. Thevenin)

D’après nos enquêtes, le système de garde par rotation que nous allons décrire ici succinctement était déjà en place dans certains villages arméniens durant la période soviétique, notamment en raison de l’existence, parallèlement au collectivisme, d’une petite économie qui permettait aux paysans et aux artisans l’usage de biens individuels de production, fondée sur le travail personnel et excluant l’exploitation du travail d’autrui. C’était le ‘lopin’ (Ardillier-Carras 2004).  Cependant, la collectivisation n’en est pas à l’origine. En Iran, parmi les éleveurs sédentaires du Qara Dâg, massif situé sur les bords de l’Araxe au sud du massif du Zangezour et qui comptait encore des populations arméniennes jusqu’en 1965, le gros bétail était gardé à tour de rôle par les paysans à la fin des années soixante-dix. Si le troupeau approchait de l’effectif optimum de 200 têtes, il était alors confié à un salarié (Bazin 1982). Dans le village de Yörük Yayla en Turquie, les habitants, d’anciens nomades sédentarisés en 1870 sur leur lieu d’estive, ont mis en place progressivement après leur stabilisation un gardiennage collectif par rotation quotidienne. Les bovins étaient groupés en deux troupeaux (mâles et femelles) et leur garde était assurée à tour de rôle par un homme adulte représentant une famille. La durée du tour de garde était fixée à un jour pour chaque famille, sans tenir compte des différences d’importance du bétail possédé. Pour les ovins, la rotation était hebdomadaire et le gardiennage assuré par une famille, hommes, femmes et enfants (Collin Delavaud 1958). En Arménie, le système de tour de garde par rotation est également utilisé chez les éleveurs ovins spécialisés ayant constitué des troupeaux collectifs. Les rotations de garde d’une semaine assurées par une famille et des salariés (gardien du troupeau des agneaux) durant l’estive, ou par un membre de la famille à partir de septembre (quand les femmes et les enfants rejoignent le village), sont fréquentes et s’inscrivent plus globalement dans une culture de mobilité propre aux enjeux géopolitiques de l’Etat-nation arménien (Hovanessian 2017 ; Thevenin 2018).

Concernant les troupeaux ovins sédentaires, la rotation est calculée selon cinq unités de mesure : (A) le nombre total de jours de garde sur une année, (B) le nombre total de petits ruminants à garder, (C) le nombre d’unités familiales concernées, (D) le nombre de petits ruminants par unité familiale, et enfin le cycle de rotation. Ce cycle dépend des unités de mesures B, C et D et s’inscrit généralement à l’intérieur du nombre total de jours de garde sur l’année (A). Si la fin du gardiennage annuel intervient en milieu d’un cycle pour des raisons climatiques (neige), on ne recommence pas à zéro l’année suivante. On repart généralement de là où on s’est arrêté dans le cycle en cours. Ainsi, dans un village du marz (région administrative arménienne) du Syunik, une rotation tourne sans aucune interruption depuis 43 ans.

Photo 2- La feuille des tours de garde affichée à l’entrée des étables du village d’Amasia (M. Thevenin)

L’unité de mesure A varie en fonction de la disponibilité des pâturages (conditions climatiques et géographiques). Au village de Tatev situé à 1600 m d’altitude (marz du Syunik), le nombre total de jours de garde tourne autour de 260 jours en moyenne. Dans le village de Kechut (1900 m) dans le marz du Vayots Dzor, il était en 2016 de 220 jours, du 19 avril au 30 novembre. A Amasia (1800 m), situé au cœur de « la petite Sibérie » (marz du Shirak), de 180 jours. Les unités de mesure B, C et D, peuvent également différer en cours d’année en fonction des choix et des contraintes qui s’imposent aux éleveurs. A Kechut, en 2016 le troupeau comptait 260 bêtes pour 43 unités familiales. L’année précédente, il y en avait 10 de moins pour 46. A Amasia, un des troupeaux de la commune comptait 480 têtes en 2017 et réunissait 30 familles qui avaient entre 5 et 30 brebis et agneaux chacune. Les béliers ne sont pas comptabilisés. Ils sont les reproducteurs pour toutes les brebis sans distinction. Comme dans la majorité des cas les béliers sont laissés à l’année dans le troupeau, le nombre d’agneaux varie d’une saison à l’autre. La diminution du nombre de bêtes dépend des opportunités de ventes qui s’offrent aux villageois (vente à un maquignon, à un particulier) ou de raisons culturelles (rituel sacrificiel pour un madagh). Parfois, le conflit du Haut-Karabagh intervient et pour l’effort de guerre, l’ensemble de bêtes est ‘donné’ aux combattants arméniens comme ce fut le cas dans le Syunik en 2015.

Exemple de système de calcul à Tatev, Kechut et Amasia (voir tableau 1)

Le système de calcul peut différer selon les villages. Les raisons de ces variations restent encore à étudier. A Tatev, on divise le nombre total de bêtes (B) – qui est aussi, ici, le cycle de rotation  –  par le nombre de têtes que possède une unité familiale (D) afin d’obtenir le nombre de jours de garde que celle-ci doit faire dans un cycle (N). Le troupeau comptait 190 bêtes en 2016.  Si une unité familiale a une brebis (D), elle gardera le troupeau tous les 190 jours sur un nombre total de jours de garde de 260 (A) ; si elle a deux brebis, tous les 85 jours, etc. Dans ce village, l’organisateur du registre est dispensé de garde à hauteur de la moitié du nombre de bêtes qu’il possède en compensation du travail effectué. A Kechut et à Amasia, on divise le nombre total de jours de garde sur l’année (A) – qui est ici le cycle – par le nombre total de bêtes dans le troupeau (B) afin d’obtenir un ratio (R). Ensuite, le nombre de bêtes possédées par une unité familiale (D) sera multiplié par ce ratio afin d’obtenir le nombre de jours de garde par unité durant le cycle (N). Par exemple, si le troupeau compte 190 bêtes gardées durant 220 jours, et si une famille a 28 brebis, cela fait 28 multiplié par 1,15 (le ratio). Ce qui fait 32 jours environ de garde sur 220.

A Tatev, pour décider des jours de garde dans le cycle, on utilise des petits bâtons sur lesquels est inscrit le numéro du jour et des mois. Si l’on a 2 brebis, on va tirer 2 bâtonnets. Si l’on en a 7,  7 bâtonnets, etc. On saura ainsi quel jour et quel mois dans le cycle on devra aller garder. Si un villageois a un empêchement, il peut payer quelqu’un pour le remplacer. A Kechut, parfois les villageois demandent au gestionnaire de ne pouvoir garder que les samedis ou les dimanches, ou bien de ne pas donner de jours pendant la saison des foins. Parfois, ceux qui n’ont pas beaucoup de bêtes concentrent leurs jours en août, afin d’éviter à ceux qui en ont plus d’être tout l’été sur le pâturage au moment des fenaisons (qui est une période chargée). En compensation et en remerciement pour ce travail fastidieux, le gestionnaire du planning est dispensé de garde.

Tableau 1 – Système de calcul des rotations de garde du troupeau collectif (M. Thevenin)

Exemple du village de Tegh (voir tableau 1)

Dans le village de Tegh, le cycle de garde dépend d’un ratio correspondant à la moyenne minimale du nombre de bêtes par éleveur d’un même quartier. Le nouveau village de Tegh est typique des villages créés par la collectivisation : des voies rectilignes où s’alignent sur une surface plane des maisons cubiques à toit en tôle séparées entre elles par l’espace du lopin (Ardillier-Carras 2004). Le quartier est donc le regroupement des familles d’une même rue possédant des petits ruminants. Dans celui nommé 18, il y a sept unités familiales qui s’organisent ensemble pour garder 133 brebis et agneaux (chiffre en septembre 2017). A Tegh, les unités familiales possédant moins de 20 brebis (quel que soit le nombre d’agneaux) peuvent rester au village. Le ratio (R) est ici de 10. Cela veut dire que si l’on possède 10 bêtes, cela équivaudra à 1 jour de garde durant le cycle. Si on a 20 bêtes, on gardera 2 jours, etc. L’ordre de garde durant le cycle est établi en fonction de la position des maisons dans la rue. Ici, le cycle de jours de garde est de 13 jours (qui correspondent donc à la somme des jours de garde des unités familiales). Comme nous le voyons sur le tableau, le nombre de bêtes par famille n’est jamais un chiffre rond. Il faut donc ajuster ces chiffres au plus près du ratio. Par exemple, la famille F possède 28 bêtes, mais garde tout de même 3 jours. Pour autant, elle ne récupère pas ces 2 jours car, quand elle avait 32 bêtes, elle ne gardait également que 3 jours. Autre exemple, la famille D a 13 brebis, elle gardera 2 jours tous les 3 cycles.

Conclusion 

Lors de l’étude des systèmes de rotation de tour de garde, plusieurs questions sont restées en suspens. Notamment : quelles sont les conditions pour que ce système se mette en place, fonctionne et pour qu’il se maintienne ; quelles sont les raisons de la variabilité des systèmes de calculs rencontrés dans les villages ; et quels sont ses liens avec le problème du surpâturage autour des villages (Tumanian 2006) ? Sans prétendre pouvoir y répondre ici, nous pouvons néanmoins pour la première question avancer des pistes de réflexions en se basant sur la grille d’analyse proposée par E. Ostrom (2010) concernant la gouvernance des biens communs.

Tout d’abord, en absence d’Etat fort, la gestion des pâturages a été donnée aux communautés de communes. Les nombreux vétérinaires et zootechniciens locaux issus du collectivisme, toujours en fonction ou non, encadrent ce système et agissent comme une institution extérieure respectée, quand ce ne sont pas les anciens chefs de brigade ou administrateurs des sovkhozes/kolkhozes qui gèrent les registres. Ils bénéficient des connaissances agropastorales scientifiques acquises durant la période soviétique. Là où les nomades Yörük tâtonnaient dans le contexte d’une nouvelle vie sédentaire, le productivisme a laissé un héritage qui encadre le savoir-faire villageois. De plus, les limites sont posées, du moins en théorie. Si une famille souhaite avoir plus de brebis, elle doit négocier avec les autres familles et le gestionnaire, ou garder son troupeau plus loin séparément (terres communales inexploitées en raison de leur distance, transhumance) ce qui nécessite dés lors une organisation spécifique qui sort celle-ci du système. Par ailleurs, le nationaliste arménien par son souci d’espace vital apporte un cadre idéologique valorisant, à la fois pour les notables locaux, mais aussi pour la population villageoise. L’économie d’autosubsistance participe à l’occupation du territoire national et à la lutte contre l’hémorragie migratoire. Elle reçoit l’appui des nombreuses ONG qui irriguent les campagnes arméniennes de programmes de développement (amélioration des races bovines, accès aux marchés, création d’événements valorisants tel le festival de la tonte du mouton dans le Syunik). Les gestionnaires obtiennent eux aussi une reconnaissance par le système de compensation effective (dispense de gardiennage), mais aussi symbolique (savoir-faire d’un ancien statut prestigieux : chef de brigade, de sovkhoze, vétérinaire, etc). Le calcul parfois compliqué et imprécis assoie ceux-ci dans leur rôle de médiateur d’autant plus qu’il décourage les petits éleveurs à les remplacer. Enfin, l’environnement villageois offre un contexte de surveillance mutuelle. Les familles se connaissent :

« c’est notre vie de village. Tous les soirs, tous viennent à l’entrée du village pour récupérer leurs bêtes, donc ça discute… Tout le monde connaît tout sur tout le monde ».

La fluctuation du nombre de bêtes possédées par les familles concerne tout le monde, et la rotation apporte des avantages et des contraintes à tous. Cet ensemble d’éléments maintiendrait l’engagement des uns et des autres à respecter le système.

Concernant les conditions de sa mise en place, nous pouvons pour l’instant remarquer des constantes parmi les exemples cités, que la population ait ou non une tradition d’élevage mobile : une injonction de sédentarité (maintient des populations dans les villages à l’année, sédentarisation), une paupérisation (on ne peut pas payer un berger, contexte d’autosubsistance), et la gestion d’un cheptel bovin villageois (le mouton semblant être l’exception, car plus compliqué à garder).
L’ensemble des questions soulevées ici reste encore à approfondir lors des prochaines missions et doit être confronté à d’autres exemples de gardiennage collectifs à travers le monde.

Bibliographie

Ardillier-Carras F. 2004. L’Arménie des campagnes, Paris, Harmattan.

Bazin M. 1982. Le Qara Dâğ d’après Asghar Nazariân. Revue Géographique de l’Est, tome 22, n°1-2. Monde turco-iranien. 19-59.

Collin Delavaud C. 1958. Monographie humaine du terroir rural de Yörük Yayla (Phrygie, Turquie). Annales de Géographie, t. 67, n°364, 521-539.

Hovanessian M. 2017. Le paysage migratoire en Arménie, indicateur d’une société désenchantée, Migrations Société, Vol. 29, n° 169 juillet – septembre 2017, 119-134.

Ostrom E., 2010. Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Bruxelles, éd de Boeck.

Thevenin M., 2018.  Mission ethnographique sur le pastoralisme en Arménie (suite). De la « géopolitique du mouton »., ArchéOrient – Le Blog, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8172

Thevenin M., Hovsepyan R., Mkhikian, A. 2017. Mission ethnographique sur le pastoralisme en Arménie: exemples actuels de pratiques et de rituels festifs, ArchéOrient – Le Blog [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7077

Tumanian R. 2006. Country pastures/forage resources profile: Armenia, Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) [En ligne] http://www.fao.org/ag/agp/agpc/doc/counprof/PDF%20files/Armenia.pdf

Les auteurs

Michael Thevenin est doctorant en anthropologie au laboratoire URMIS, Paris 7, et boursier AMI à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), antenne d’Erbil. Sa thèse a pour sujet les nouveaux lieux de mémoire du pastoralisme nomade et transhumant dans la zone nord de l’ancien Croissant fertile (Turquie, Arménie, Kurdistan irakien) sous la direction de Martine Hovanessian (URMIS) et Hakem Halkawt (Inalco).

Anna Mikhkian est interprète depuis 2003. Elle parle couramment 5 langues dont l’arménien et le russe. Elle travaille auprès des populations demandeuses d’asile en France, des organisations qui les aident et pour le milieu judiciaire.

Pour citer ce billet : Michaël Thevenin et Anna Mikhkian. La ronde aux moutons : pratiques de gardiennage collectif des troupeaux communaux en Arménie, ArchéOrient - Le Blog, 23 mars 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8360

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.