La guerre d’Alep 2012-2016. Vivre autrefois dans la maison Ghazalé : le patrimoine détruit (2/2)

Vivre dans la maison Ghazalé avant 1880 : architecture, espaces, fonctions.

Fig.1 : Jeune femme en vêtements orientaux d’intérieur, au XVIIIe siècle. Tableau peint vers 1750 par Jean-Etienne Liotard.

Une maison traditionnelle est un milieu protégé. Les fenêtres ou les moucharabiés sont rares et rien à l’extérieur n’annonce l’importance de la maison : pas de façades décorées, pas de porte monumentale. Seuls les bruits et les voix, les parfums, portent vers l’extérieur quelque chose de la vie cachée. La maison, enceinte quasiment sacrée, est dans son ensemble vouée à la vie familiale : le harem est l’espace de la gestion de l’économie domestique, de l’éducation des enfants, de la préparation des provisions alimentaires et de la cuisine, de tout un calendrier d’activités dont la maîtresse de maison a la responsabilité. Le harem de la maison Ghazalé, famille chrétienne monogame, était limité à l’épouse du maître de maison, aux épouses de ses fils vivant sous son toit et à leur famille, aux enfants des différents couples mariés, à des servantes et enfin aux hommes de la famille. Les deux espaces de la maison, le haremlik familial et le sélamlik masculin et plus public étaient moins individualisés que dans les maisons musulmanes.

La maison Ghazalé était l’une des plus grandes demeures des quartiers chrétiens. Au XVIIIe siècle, elle couvrait près de 1600 m2 dont 570 m2 pour les six cours qui existaient alors (35 % de l’espace au sol). Les cours sont beaucoup plus qu’un patio qui permet d’ouvrir des façades sur un extérieur interne, elles sont le cœur de la maison. Autour de la cour principale, la maison pouvait être agrandie ou réduite : passages murés et réaménagements indiquent qu’il s’agit d’un habitat évolutif. Dans une maison orientale ancienne, aucune fonction domestique ne nécessite d’aménagement architectural spécifique permanent à l’exception des toilettes qui existent toujours, de la cuisine et du hammam que l’on ne trouve que dans les maisons riches. Dans la maison Ghazalé, rien ne permettait de dire que telle pièce avait une fonction stable, réception ou salon, coucher, repas. Par contre toutes les pièces d’habitation avaient à l’entrée, une ‘atabé, sorte de vestibule sans murs défini par une différence de niveau du sol d’une cinquantaine de centimètres qui participait à la pratique de deux attitudes corporelles, debout et mobile ou arrêté et assis au sol. Chaque fonction trouvait sa place dans une pièce ou dans la cour, suivant la saison et le moment de la journée, dans l’une des deux attitudes.

La superficie actuelle de la maison est de 1 052 m2 dont 360 m2 pour les cours. La maison Atchiqbach, maison chrétienne proche de la maison Ghazalé, occupe une parcelle de 512 m2, avec une cour de 176 m2 et une cour de service de 12 m2, soit 188 m2 de cour, ou 36,6% de la parcelle.

Fig. 2 : Vue de la cour avec le bassin et l’iwan en 2010, actuellement détruit. (Photo J.-C.David, 2010.)

Les espaces de service, les cuisines, le bain privé, se trouvent dans la moitié nord, loin des pièces nobles. L’iwan, pièce en forme de niche monumentale, est toujours dans l’aile sud, ouvert vers le nord. Sa forme et son orientation évoquent la recherche de fraîcheur et d’ombre tout en étant en plein air. Un auvent en bois augmente la surface ombragée devant l’iwan. Comme la cour, l’iwan est un espace des intersaisons, des heures fraîches du début de la journée et du soir en été et de moments ensoleillés des journées d’hiver. Le passé pluri-millénaire de cette forme architecturale et son importance dans des architectures d’Orient avant l’islam la font reconnaître aussi comme un signe de pouvoir (de majesté ou de sainteté) : l’iwan est une « salle du trône » pour un maître de maison qui dispose d’un pouvoir, même petit. Depuis l’iwan, il peut observer tout ce qui traverse la cour, l’ensemble de la vie domestique et des visiteurs. Dans l’iwan, il est visible, seul ou en compagnie. L’iwan peut être aussi espace domestique, comme une pièce ordinaire, où l’on peut recevoir, manger, faire la cuisine, dormir.

Fig. 3 : L’aile sud détruite, notamment l’iwan. Au premier plan la coupole de la qâ‘a ébranlée. (Photo Agopian, 2017)

La plupart des pièces d’habitation alignent leurs fenêtres et leur porte en façade sur la cour. Les niches et des placards muraux sont plutôt dans le mur long en face des ouvertures. Devant la porte d’entrée, une partie du sol est à un niveau inférieur à celui de la pièce, définissant la ‘atabé, sorte de vestibule sans murs. Dans les cultures orientales, l’architecture distingue les espaces de deux attitudes : à la circulation et à l’attitude debout correspondent la cour, les couloirs et les ‘atabé-s (Les solutions adoptées au japon, où l’assise est traditionnellement au sol, sont plutôt caractérisées par des différences de matériau couvre sol). La différence de niveau facilite le dialogue entre gens debout dans l’espace bas et gens assis sur la partie élevée, et marque la différence de statut : être debout dans la ‘atabé est un état d’attente dans une sorte d’extérieur interne, l’attitude d’un inférieur. L’assise au sol définit aussi le niveau de la ligne du regard, la hauteur des coussins et de l’appui du bras dans l’attitude assise adossé au mur, la hauteur des allèges des fenêtres et la hauteur des fenêtres, donc l’organisation des niveaux des planchers et de la façade. La différence de niveau du sol définit aussi une caractéristique essentielle des pièces, le sec ou l’humide. Le sol dallé de la ‘atabé est prévu pour recevoir de l’eau. On pouvait y faire sa toilette ou ses ablutions majeures ou mineures comme au hammam, installer un brasero pour cuisiner des produits préparés dans la pièce ou dans la cour, faire écouler l’eau par l’orifice de la pierre du seuil, pour évacuer les impuretés apportées de l’extérieur avec les chaussures. L’eau y joue un rôle essentiel, à la fois symbole de propreté et agent d’évacuation des impuretés.

L’aile ouest de la maison a été reconstruite entre 1747 et 1751 (fig. 4). Cette reconstruction a apporté un nouveau confort. Les espaces qui la constituent sont communicants : chacun est accessible depuis la cour et communique aussi avec le précédent et le suivant dans une enfilade qui se poursuit de l’iwan jusqu’au hammam, en passant par le salon d’hiver. Le salon d’hiver, la plus grande pièce de la maison, présente la particularité d’être entre cour et jardin, avec deux façades percées d’une porte et de fenêtres donnant sur ces espaces. Une ‘atabé traversante, où l’on pouvait rester chaussé, permettait de passer de la grande cour à l‘espace à ciel ouvert au sud, peut-être un jardin. Une cheminée en marbre et mosaïques occupait le milieu du mur ouest de la pièce entre des placards muraux. Sous la pièce, une vaste cave avec un petit bassin octogonal pouvait être utilisée comme séjour d’été. Elle était accessible depuis le jardin.

Fig. 4 : Plan de la maison avec ses extensions. (Relevé et dessin T. Grandin, 2010.)

La grande qâ‘a au milieu de l’aile ouest est une pièce à plan en T, combinaison d’iwan-s autour d’une ‘atabé centrale ornée d’un petit bassin, couverte d’une coupole. Le quatrième côté de la ‘atabé ouvre sur la cour par une porte entre deux fenêtres. Le décor intérieur comprend des dallages géométriques dans la ‘atabé et les sols des trois iwan-s. Les murs étaient habillés de lambris en bois à décor peint, jusqu’au niveau de la corniche ; ils ont été volés en 2012. La partie supérieure des murs ainsi que l’intérieur de la coupole étaient couverts d’un enduit blanc à la chaux. Les plafonds des trois iwan-s étaient garnis de coffrages en bois peint, encadrés de plusieurs moulures et d’un bandeau d’inscriptions.

Fig. 5 : Plafond et coupole de la qaa avant les restaurations et la guerre. (Photo J.-C. David 1985)

Quatre panneaux de lambris du fond de l’iwan axial étaient décorés de cerfs alternant avec de grosses fleurs et des oiseaux, représentés en léger relief sur fond vert sombre. Ces cervidés pourraient être l’indice d’une origine extérieure pour l’inspiration de ce décor. La grande qâ‘a est en général la plus belle pièce de la maison, celle qui doit apporter le plus de fraîcheur en été, grâce à son bassin central et à l’existence de gaines d’aération (batenj ou bâdahenj) conduisant l’air frais des vents d’ouest capté sur les terrasses. Plusieurs indices permettent de penser que cette qâ‘a, comme d’autres ou comme des grandes salles de maisons chrétiennes, pouvait servir de chapelle privée pour la famille Ghazalé, de confession grecque catholique.

Le hammam ressemble beaucoup à un petit bain public, avec une vaste salle chaude, mais sans salle de déshabillage. Sans doute la grande qâ‘a, avec laquelle il existait une communication, en tenait lieu. Lieu d’hygiène et de purification, le hammam était aussi un espace de repos et de convivialité. La salle chaude est organisée autour d’un espace central couvert d’une coupole, entouré de quatre iwan-s alternant avec quatre alcôves.

Fig. 6 : La salle chaude du hammam de la maison, partiellement détruite en 2017. (Photo Agopian).

Les cuisines, les greniers et entrepôts de provisions, les caves, les « grottes », les écuries et les communs sont des lieux mal connus, ayant été désaffectés lors de la transformation en école. Une cuisine dans l’angle nord-est, accessible depuis la grande cour, contient un foyer de cuisson dans le mur oriental, des margelles de puits et de citernes. Elle pouvait communiquer avec les espaces au nord de la maison, l’entrée nord et l’extérieur. La superficie des caves est considérable. Construites sous les pièces du rez-de-chaussée, autour des cours, elles couvrent près de 300 m2, auxquels on peut ajouter une cinquantaine de mètres carrés de caves creusées dans le rocher, de citernes et de souterrains généralement situés sous les cours. L’eau était atteinte par des puits : eau de pluie conservée dans des citernes, eau de la nappe phréatique, saumâtre. Deux fontaines publiques toutes proches étaient alimentées en eau de source par un aqueduc antique.

La maison Ghazalé n’était plus habitée depuis la fin du XIXe siècle. Le quartier était de moins en moins le lieu d’un mode de vie. Le tourisme avait-il sauvé le quartier ?

Jdeidé et ses souks formaient encore dans les années 1980 un centre de quartier traditionnel populaire et dynamique où se trouvaient des commerces florissants, répondant aux besoins alimentaires quotidiens aussi bien qu’aux occasions festives et à l’élaboration des réserves alimentaires que certaines familles constituaient encore. Les plus grandes familles chrétiennes étaient parties dans les quartiers modernes et la plupart des belles demeures étaient devenues des écoles, des orphelinats, des sièges d’associations, etc. Mais les commerces de Jdeidé restaient synonymes de qualité. Les pratiques traditionnelles disparaissaient progressivement, avec l’accès au travail salarié d’une partie des femmes, l’utilisation des congélateurs, le développement de souks d’alimentation dans les nouveaux quartiers. En 1980 les anciennes activités de fabrication textiles avaient disparu.

Fig.7 : la rue devant la maison Ghazalé en 2017 (Photo Agopian)

Vingt ans plus tard, les fonctions touristiques se sont substituées aux anciennes activités, avec des investissements immobiliers et des restaurations discutables. Les habitants cherchent à vendre au meilleur prix leurs belles maisons à des investisseurs qui aménagent des restaurants et des hôtels. Dans les années 1970-80 les derniers locataires chrétiens pauvres sont partis. Les rares tentatives de restauration de belles maisons par quelques idéalistes, pour leur propre usage, ont été des échecs et ils y ont finalement installé des bureaux ou des activités touristiques. Les investissements touristiques surtout destinés aux étrangers de passage, sont-il le mirage d’un nouveau miracle économique largement déconnecté des traditions et de la culture locale ? Ce détournement du patrimoine était-il un moyen de le conserver, jusqu’à ce que la guerre le détruise ?

L’auteur

Jean-Claude David est chercheur au CNRS, retraité. Géographe, spécialiste des villes du Proche-Orient. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Jean-Claude David. La guerre d’Alep 2012-2016. Vivre autrefois dans la maison Ghazalé : le patrimoine détruit (2/2), ArchéOrient - Le Blog, 16 mars 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8332

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.