Les tombes protohistoriques d’Arabie Saoudite : de la nécessité d’une approche spatiale (2/2)

Durant les premières phases d’explorations du Royaume saoudien (Cf. billet précédent), la majorité des tombes protohistoriques ont été repérées sur le sommet des reliefs. Ces observations ont laissé supposer que ces structures funéraires étaient construites systématiquement sur les points les plus hauts du paysage (Hashim 1996 : 107, Ingraham et al 1981 : 69, Steimer-Herbet 2001 :187, 188, 283). La construction en élévation de ces monuments funéraires et le choix de positions topographiques privilégiées (sur les sommets des massifs rocheux et aux extrémités des escarpements) confèrent effectivement à un grand nombre de ces structures une très bonne visibilité dans le paysage. Pourtant, les récentes investigations de terrain ont montré que ces tombes ne sont pas systématiquement construites sur ce type de position.

Des tombes funéraires protohistoriques caractérisées par la diversité

Une grande variété de configurations est observable dans l’organisation spatiale de ces monuments. Ceux-ci peuvent aussi bien être localisés en bordure de plateaux qu’aux sommets de hautes montagnes, mais aussi aux pieds des reliefs, voire dans les vallées, le long des wâdîs (« wâdî » : lit de rivière éphémère). Ces tombes sont parfois isolées mais peuvent aussi être rassemblées en groupes d’une dizaine à plusieurs milliers de structures funéraires, constituant ainsi des nécropoles de tailles très variées. (Fig.1)

Fig.1 : Vues satellites de quatre nécropoles différentes
1 : Nécropole d’Ayn al-Dila dans la région de al-Kharj (Images © 2018 Digital Globe (Google Earth)) / 2 : Nécropole dans la région d’al-Faw au pied du Jabal Tuwaiq (Images © 2017 Digital Globe (Google Earth)) / 3 : Nécropole dans la région de Khaybar (Images © 2018 CNES/ Airbus (Google Earth)) / 4 : Nécropole située dans un wâdî au nord-ouest de Madâ’in Sâlih (Images © 2018 CNES/ Airbus (Google Earth))

La variabilité de la distribution spatiale de ces tombes se combine par ailleurs avec la grande diversité des formes architecturales rencontrées. Plusieurs typologies ont été proposées jusqu’à présent mais elles n’offrent pas pour autant de clés d’interprétation de ces différences (Chevalier 2015, Hashim 1996 : 108-111, Parr et al 1978 : 39, Steimer-Herbet 2001, Zarins et al 1979 : 23). En effet, les tombes peuvent être circulaires ou quadrangulaires, parfois accompagnées d’enclos funéraires ou d’éléments rectilignes comme des « traînes-mur » ou encore des « traînes de pile de pierres ». Il existe également des formes encore plus originales, comme les « tombes cunéiformes » ou les tombes « en trou de serrure ». Les premières sont constituées d’une tête triangulaire ou trapézoïdale complétée parfois d’un mur qui prolonge l’un des sommets de la structure, tandis que les secondes sont composées d’une partie triangulaire accolée à une partie circulaire (Fig.2).

Fig.2 : Exemples de différents types de tombes présentes en Arabie Saoudite (1 : Tombe quadrangulaire (région d’al-Kharj) (A. Chevalier) / 2 : Tombe circulaire à couronnes étagées (région d’al-Kharj) (A. Chevalier) / 3 : Tombe à enclos (région d’al-Kharj) (A. Chevalier) / 4 : Tombe à traine-mur dans le Nejd (A. Chevalier) / 5 : Tombe cunéiforme sur le site 217-44 (région de Bi’r Himà) (A. Chevalier) / 6 : Tombe « en trou de serrure » dans les environs de Sulayyil (Ch. Poliakoff)

Il arrive que des groupes de tombes d’un même type soient disposés de manière à dessiner des alignements, le long de reliefs ou de wâdîs, mais aussi dans l’intérieur de plateaux. (Fig.3) Que ce soit pour l’orientation des alignements de ces groupes de tombes ou d’une tombe isolée (pour celles possédant une direction fournie par leur forme allongée, telles que les tombes cunéiformes, ou par un aménagement rectiligne tel que les traînes), une grande variabilité est observable, aussi bien à l’échelle du site qu’à l’échelle régionale. Les orientations données à ces tombes ne semblent ainsi pas suivre de règles particulières, ce qui rend difficile leur compréhension et leur interprétation.

Fig.3 : Vue satellite de différents alignements de tombes cunéiformes localisées au sommet du Jabal Tuwaiq, région d’al-Faw (Images © 2017 Digital Globe (Google Earth))

L’omniprésence des tombes dans le paysage, la recherche de visibilité pour certaines d’entre elles, ainsi que leur taille imposante (augmentée par des aménagements pouvant faire plusieurs centaines de mètres de long) sont autant d’éléments qui permettent d’affirmer que ces monuments constituent un marquage spatial important. Il se pourrait donc que les populations protohistoriques qui ont construit ces tombes aient accordé une signification particulière à cette dimension spatiale et qu’elles aient cherché à l’exprimer à travers leurs pratiques funéraires.

Télédétection et analyse spatiale au service de l’étude des pratiques funéraires

Compte tenu de leur construction en élévation, ces monuments funéraires sont aussi bien visibles dans le paysage que sur les images satellites (Fig.4). En dehors des prospections pédestres et des fouilles, d’autres méthodes d’investigations sont alors possibles. Elles se basent sur les principes de télédétection, comme la photo-interprétation des images satellites ou l’auto-détection en utilisant un algorithme.

Fig.4 : Sommet de la nécropole d’Abrak Farzan dans la région d’al-Kharj, vu depuis le terrain (A. Chevalier) et depuis les images satellites (Images © 2015 Digital Globe (Google Earth))

Utiliser les images satellites pour étudier les monuments funéraires est une démarche qui avait déjà été mise en œuvre dans différentes régions de la péninsule Arabique (Harrower et al 2013, Schuetter et al 2013 au Yémen, Giraud 2007 en Oman et Abu-Azizeh 2010 en Jordanie ; pour ne citer que quelques exemples). En Arabie Saoudite, seul Kennedy et Bishop avaient jusqu’à présent fait quelques observations dans l’ouest du pays à partir de la photo-interprétation d’images satellites (Kennedy 2011, Kennedy et Bishop 2011). Grâce à l’augmentation récente de la disponibilité d’images satellites de bonne qualité sur Google Earth, cette approche peut désormais être appliquée dans de nombreuses autres régions du Royaume saoudien.

C’est pourquoi une étude expérimentale a été entreprise à ce sujet en 2015 sur trois zones d’Arabie Saoudite (Dûmat al-Jandal, al-Kharj et Bi’r Himà/An Halkan) (Chevalier 2015). Les premiers résultats ont montré que de nouvelles perspectives de recherches étaient possibles (Chevalier 2016). Cette approche est maintenant étendue dans le cadre d’une thèse de doctorat à quatre régions supplémentaires (Madâ’in Sâlih, Khaybar, Harrat Rahat et al-Faw) afin de réaliser des études spatiales comparatives (Fig.5).

Fig.5 : Carte de situation des régions étudiées dans le cadre du doctorat de l’auteur (A. Chevalier/ Fond de carte : © 2013 National Geographic Society, i-cubed (fourni par ESRI))

Pour chacune de ces sept régions, des fenêtres de 1500 km² sont observées sur des images satellites, afin de relever toutes les structures funéraires potentielles visibles depuis le ciel. L’observation de ces fenêtres régionales permet un enregistrement systématique de la plupart des tombes protohistoriques. L’approche de terrain est bien évidemment indispensable pour valider la réalité de ces données et acquérir des informations plus précises. Ce travail se fait donc en collaboration avec les missions archéologiques implantées dans ces régions. Les données ainsi collectées viennent compléter de manière significative la base de données de ces missions. Concernant les régions dont l’accessibilité pose encore problème et où aucune mission archéologique n’est implantée actuellement, cette méthode permet de collecter des données à distance et de constituer une première évaluation du potentiel archéologique d’une zone.

Cette approche permet d’identifier et de localiser différentes entités : divers types de tombes, des nécropoles et des groupes de structures à la distribution spatiale originale (comme des alignements). Une analyse spatiale couplée à une étude statistique est réalisée sur l’ensemble des données collectées en prenant en compte différents critères (géologiques, topographiques, proximité avec les ressources en eau, visibilité, etc…). L’objectif est de constater les similitudes et les disparités régionales à l’échelle de la péninsule Arabique pour tenter de mieux comprendre les pratiques funéraires associées à ces monuments.

Fig.6 : Vue satellite d’un « Chemin de tombes » localisé sur le plateau nord-ouest de Bi’r Himà (Images © 2015 Digital Globe (Google Earth))

Par la mise en pratique de cette méthode, il a par ailleurs été possible de découvrir un phénomène encore méconnu comme des « chemins de tombes ». Des monuments funéraires sont disposés les uns en face des autres et forment un alignement sur une longue distance, déterminant ainsi un axe. Ces monuments sont très visibles dans le paysage mais, en raison de leur espacement sur plusieurs kilomètres, il est parfois difficile de se rendre compte de l’ensemble qu’ils composent. Ces tombes paraissent encadrer un itinéraire ou donner une direction. Ces dispositions spatiales sont très ponctuelles et ont pour le moment été identifiées dans les régions d’al-Faw, de Khaybar, de Madâ’in Sâlih et de Bi’r Himà (Fig.6). Dans la plupart des cas observés, ces « chemins de tombes » semblent relier deux wâdîs en passant par l’intérieur des plateaux, ce qui soulève de nombreuses questions.

Conclusion

La multiplication des recherches portant sur les tombes protohistoriques en Arabie Saoudite permettra à terme de pallier les lacunes matérielles et chronologiques actuelles. Il sera alors possible de mieux appréhender la datation de ces monuments et les pratiques funéraires associées. Les données actuelles permettent déjà de constater que la construction de ces monuments funéraires s’est faite en accordant beaucoup d’importance à la dimension spatiale. L’emplacement de ces tombes pourrait bien avoir une signification particulière, en lien avec les pratiques funéraires et la place de ces tombes dans les sociétés protohistoriques. Chercher à mieux comprendre la distribution spatiale de ces tombes, c’est donc tenter d’appréhender leur rôle symbolique, rituel ou idéologique.

Actuellement, le nombre des missions archéologiques implantées en Arabie Saoudite est encore limité. Et, au-delà du fait que certaines de ces missions se concentrent sur des problématiques de recherches « plus prometteuses » et négligent l’enregistrement des tombes protohistoriques, leur approche demeure en général très régionalisée. Aussi, les cadres actuels de la recherche archéologique en Arabie Saoudite pourraient bien constituer une autre limite importante pour la compréhension de ces pratiques funéraires. C’est pourquoi l’analyse spatiale de ces tombes protohistoriques doit être encouragée à différentes échelles en parallèle des recherches de terrain. En effet, ce n’est qu’en couplant ces approches qu’il sera possible d’appréhender les spécificités régionales par-delà le vaste territoire saoudien.

Bibliographie

Abu-Azizeh W. 2010. Occupation et mise en valeur des périphéries désertiques du Proche-Orient au Chalcolithique/Bronze ancien : Le cas de la région de al-Thulaythuwat dans le sud de la Jordanie, Thèse de doctorat en Histoire et Archéologie des Mondes Anciens, sous la direction de Pascal Butterlin, Versailles St Quentin en Yvelines, Université de Versailles St Quentin en Yvelines.

Chevalier A. 2015. Les pratiques funéraires en Arabie Déserte à l’Âge du Bronze : Analyse typologique, chronologique et spatiale, Mémoire de Master 1 en Archéologie, sous la direction de Pascal Butterlin, Paris, Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne.

Chevalier A. 2016. Les monuments funéraires protohistoriques d’Arabie centrale et occidentale : nouvelles perspectives de recherche combinant archéologie funéraire et analyse spatiale, Routes de l’Orient Hors-série n°2, 39-51.

Giraud J. 2007. Restitution d’un espace géographique ancien : le Province du Ja’alan à l’Âge du Bronze, Thèse de doctorat en Archéologie, sous la direction de Serge Cleuziou, Paris, Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne.

Harrower M. J., Schuetter J., McCorriston J., Goel P. K., Senn M. J. 2013. Survey, Automated Detection, and Spatial Distribution Analysis of Cairns Tombs in Ancient Southern Arabia, in: D. Comer, M. J. Harrower (éds), Mapping Archaeological Landscapes from Space, New York, SpringerBriefs in Archaeology 5, 259-268.

Hashim S.A. 1996. Typology, Evolutions and Development of Funerary Structures in Saudi Arabian Antiquities, Atlal 14, 102-129.

Ingraham L., Johnson T.D., Rihani B., Shatla I. 1981. Saudi Arabian Comprehensive Survey Program: Preliminary Report on a Reconnaissance Survey of the Northwestern Province (with a Note on a Brief Survey of the Northern Province), Atlal 5, 59-84.

Kennedy D. 2011. The “Works of the Old Men” in Arabia: remote sensing in interior Arabia, Journal of Archaeological Science 38/12, 3185-3203.

Kennedy D., Bishop M. 2011. Google earth and the archaeology of Saudi Arabia. A case study from the Jeddah area, Journal of Archaeological Science 38/6, 1284-1293.

Parr P.J., Zarins J., Ibrahim M. 1978. Comprehensive Archaeological Survey Program. Preliminary Report on the Second Phase of the Northern Province Survey 1397/1997, Atlal 2, 29-50.

Schuetter J., Goel P. K., McCorriston J., Park J., Senn M. J., Harrower M. J. 2013. Autodetection of ancient Arabian tombs in high-resolution satellite imagery, International Journal of Remote Sensing 34/19, 6611-6635.

Steimer-Herbet T. 2001. Les tombes en blocs mégalithiques et en maçonnerie de pierres sèches dans le Levant et la Péninsule arabique aux IVe et IIIe millénaires avant J.-C., Thèse de doctorat en Archéologie, sous la direction de Jean-Louis Huot, Paris, Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne.

Zarins J., Ibrahim M., Potts D.T., Edens C. 1979. Saudi Arabian Archaeological Reconnaissance 1978. The Preliminary Report of the Third Phase of the Comprehensive Archaeological Survey Program of the Central Province, Atlal 3, 9-43.

L’auteur

Anaïs Chevalier est doctorante contractuelle à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattachée au laboratoire ArScAn – UMR 7041. Elle fait une thèse sous la direction de Pascal Butterlin et le tutorat de Jérémie Schiettecatte, intitulée « De la tombe à la construction de lieux de mémoires et d’identité : structuration du paysage par les monuments funéraires protohistoriques d’Arabie centrale et occidentale ».

Pour citer ce billet : Anaïs Chevalier. Les tombes protohistoriques d’Arabie Saoudite : de la nécessité d’une approche spatiale (2/2), ArchéOrient - Le Blog, 2 mars 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8277

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *