La mission Melendiz – Cappadoce préhistorique

Le projet Melendiz Préhistorique est une mission archéologique française financée par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et placée sous l’égide administrative et scientifique de la Commission des fouilles du MEAE. Du côté turc, elle bénéficie du soutien du Projet de Recherche (BAP – numéro 25460), de l’Université d’Istanbul,  et de la Direction générale des Antiquités. Elle a débuté en 2016 sous la direction de Martin Godon (IFEA-chercheur associé à l’UMR 7264 CEPAM).

Fig. 1 : Le massif de la Melendiz et les sources d’obsidiennes du Göllü Dağ et du Nenzidağ. (M. Godon).

La mission s’insère dans le cadre de collaborations articulées autour de la fouille de Tepecik-Çiftlik, dirigée par Erhan Bıçakçı (Université d’Istanbul). Ce site, fouillé depuis 2001, est localisé dans la plaine de la Melendiz, région de Niğde en Turquie (fig. 1). Il couvre les périodes allant du Néolithique Céramique au Chalcolithique ancien, c’est-à-dire  de 7500 cal. BC à 5900 cal. BC environ (Bıçakçı et al. 2017). Le tell d’une superficie de plus de trois hectares s’élève à dix mètres au-dessus de la plaine (fig. 2).

Fig. 2 : Le site de Tepecik-Çiftlik, vue aérienne prise du nord nord-est (2014, © Tepecik-Çiftlik kazı arşivi).

La localisation du site, à proximité immédiate des sources d’obsidiennes affleurant sur les pentes des volcans Göllü Dağ et Nenezidağ positionne Tepecik-Çiftlik au cœur des problématiques de néolithisation en Anatolie Centrale et du développement culturel régional en lien avec l’exploitation de cette matière première lithique (Cauvin et al. 1986; Cauvin 2002; Binder 2002, 2005; Astruc 2011).
Les premiers témoignages du Néolithique dans la région proviennent du site d’Aşıklı Höyük  ainsi que des ateliers de taille d’obsidienne de Kaletepe et remontent au Néolithique Acéramique, peu avant 8100 cal. BC. Un substrat épipaléolithique local est attesté par la persistance d’industries sur microlithes dans les niveaux les plus anciens d’Aşıklı (Özbaşaran 2012) et, à l’ouest de la Cappadoce, dans les niveaux anciens des sites de Pınarbaşı et de Boncuklu (Baird 2012). Dès le Néolithique Acéramique, l’obsidienne de Cappadoce est diffusée sous forme d’outils aussi bien vers Chypre que la Haute Mésopotamie et le Levant (Binder 2005 ; Astruc 2011).

Les niveaux anciens de Tepecik-Çiftlik s’inscrivent dans une période de développement de plus petites communautés comme celles de Köşk Höyük ou de Pınarbaşı Bor. Alors qu’Aşıklı périclite et que Çatal Höyük, en plaine de Konya, se développe en incorporant pour partie l’organisation sociale ayant prévalu à Aşıklı. Ces nouvelles occupations favorisent des niches écologiques nouvelles ainsi qu’une économie de subsistance reposant sur une grande diversité des activités agricoles, d’élevage et d’utilisation des ressources naturelles locales. La séquence de Tepecik-Çiftlik permet d’appréhender les processus culturels, économiques mais aussi environnementaux qui sont à l’origine de ces phénomènes. Les niveaux datés de la fin du Néolithique et du Chalcolithique Ancien ouvrent de nouvelles perspectives pour identifier le développement des industries lithiques, la persistance de systèmes techniques sur plus d’un millénaire ainsi que le rôle des communautés locales dans la gestion économique des sources d’obsidiennes.

La Mission Melendiz a pour objectif de définir la place de la Cappadoce dans l’organisation des aires culturelles d’Anatolie Centrale durant le Néolithique Céramique jusqu’au début du Chalcolithique. Ainsi, ce programme doit permettre de définir la totalité de la séquence stratigraphique et confirmer la présence d’un Néolithique acéramique, de débuter l’étude techno-fonctionnelle des industries lithiques, de terminer l’analyse des productions céramiques et de définir le cadre environnemental des débuts de l’Holocène dans la plaine de la Mélendiz.

La campagne 2016, première campagne de la Mission Melendiz, a pu se dérouler malgré un contexte politique et sécuritaire particulièrement tendu en Turquie. Le programme de terrain a dû être abandonné du fait d’un calendrier administratif confus suite au coup d’Etat avorté du 15 juillet 2016 et de restrictions budgétaires du côté des financeurs turcs. L’équipe s’est consacrée à l’étude du matériel et au récolement des bases de données. Une nouvelle équipe de lithiciens a été formée et a pu se rendre sur place en vue de l’établissement d’un premier diagnostic de l’industrie lithique.

La campagne 2017 a permis de clarifier la stratigraphie entre le Néolithique Final et le Chalcolithique Ancien, en atteignant le niveau 3 au nord du secteur 15I et en arrivant sur les premiers restes d’architecture du niveau 3 dans le secteur 16I (fig. 3). Des prélèvements et flottations dans des silos permettront d’engager un programme de datation portant sur la période d’utilisation de ces structures de dépôt, et d’affiner l’échelle chronologique définissant la fin du Néolithique et le début du Chalcolithique. Avec la fouille des structures du niveau 2 dans les secteurs 15I et 16I, nos connaissances concernant l’architecture du Chalcolithique Ancien s’élargissent. Nous identifions sur l’ensemble du site quatre phases de réaménagement de l’habitat du niveau 2, suivant, à quelques glissements d’axe près, le même plan. A la différence de sites contemporains comme Çatalhöyük, ou plus anciens comme Aşıklı, Tepecik-Çiftlik présente un modèle architectural en constante évolution, sans jamais suivre un schéma préétabli et contraint. Il semble qu’à partir du Chalcolithique Ancien, un certain conformisme anatolien prenne place dans la plaine de la Melendiz, du moins concernant l’organisation spatiale du site.

Fig. 3 : Vue zénithale de la fouille et délimitation des secteurs fouillés durant la campagne 2017 (fouille Tepecik-Çiftlik).

L’équipe de lithiciens s’est concentrée sur le matériel provenant des fouilles 2017 afin d’avoir des données quantitatives et fonctionnelles sur l’industrie lithique. L’enregistrement exhaustif des caractères technologiques a pu être mené à bien sur la totalité de la collection, nous donnant les premières données chiffrées sur l’industrie. Plusieurs chaines opératoires destinées à des productions hétérogènes d’éclats et de lames ont été mises en évidence. Tout le matériel enregistré a bénéficié d’un diagnostic tracéologique et quelques outils ont pu être échantillonnés pour étude. A cause de la très faible conservation des traces d’usure, une majorité de l’assemblage a été écarté de l’échantillonnage. Un article discutant ces données plus en détail est à paraître courant 2018 dans la revue Anatolia Antiqua.

Une stratégie de carottages a été développée en Cappadoce du Sud pour caractériser le contexte climatique et environnemental dans le cadre du programme géomorphologique Go-West (Mistrals/PaléoMex/CNRS) partenaire du projet Melendiz (fig. 4). Les résultats préliminaires mettent en évidence une forte variabilité spatiale et temporelle pendant tout l’Holocène, de son début (d’env. 10 à env. ka 6 av. J.-C.), jusqu’aux périodes historiques (Kuzucuoğlu 2017).

Fig. 4 : Le carottier à l’œuvre avec l’équipe en contrebas de Tepeçik (A. Vinet).

Les opérations de terrain que nous envisageons d’entreprendre en 2018 se concentreront sur l’aire de fouille correspondant au niveau 6 ce qui nous permettra d’étendre nos investigations dans les niveaux anciens du site. Il s’agira également de poursuivre les études technologiques et fonctionnelles sur l’industrie lithique, et de terminer l’échantillonnage des céramiques des niveaux du Néolithique Céramique ancien.

Bibliographie

ASTRUC L. (2011) ‒ Du Gollü dağ à Shillourokambos : de l’utilisation d’obsidiennes anatoliennes en contexte insulaire, in J. Guilaine, F. Briois, et J.-D. Vigne dir, Shillourokambos: un établissement néolithique pré-céramique à Chypre, Paris, France, Grèce, Éd. Errance, p.727-744.

BAIRD D. (2012) ‒ Pınarbaşı, in M. Özdoğan, N. Başgelen, et P. I. Kuniholm dir, Central Turkey, Galatasaray İstanbul, Turquie, Archaeology and art publications, p.181-218.

BIÇAKÇI E., GODON M., BÜYÜKKARAKAYA A. M., ERTURAÇ K., KUZUCUOĞLU C., ÇAKAN Y. G., VINET A. (2017) ‒ Les fouilles de Tepecik-Çiftlik et les activités du programme Melendiz préhistorique, campagne 2016, Anatolia Antiqua, XXV, p.71-94.

BINDER D. (2006) ‒ Autour de l’obsidienne: un aspect des processus d’interaction entre agro-pasteurs et chasseurs-cueilleurs en Anatolie centrale, in J. Guilaine dir, Populations néolithiques et environnements, Paris, France, Éd. Errance, p.119-134.

BINDER D. (2002) ‒ Stones making sense: what obsidian could tell about the origins of the Central Anatolian Neolithic, in F. Gérard et L. C. Thissen dir, The Neolithic of central Anatolia: internal developments and external relations during the 9th-6th millennia CAL BC, Istanbul, Turquie, Ege Yayınları, p.79-90.

CAUVIN M.-C. (2002) ‒ L’obsidienne et sa diffusion dans le Proche-Orient Néolithique, in J. Guilaine dir, Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’Âge du bronze, Paris, France, Éd. Errance, DL 2002, p.13-30.

CAUVIN M.-C. et al. (1986) ‒ Origine de l’obsidienne de Cafer Höyük (Turquie) : premiers résultats, Paléorient, 12, 2, p.p. 89-97.

KUZUCUOĞLU C. (2017) ‒ Etude géomorphologique et paléoenvironnementale de la plaine de Çiftlik-Melendiz, Rapport de la campagne 2017, Fouilles de Tepecik-Çiftlik, p.17-34.

ÖZBASARAN M. (2012) ‒ Aşıklı, in M. Özdoğan, N. Başgelen, et P. I. Kuniholm dir, Central Turkey, Galatasaray İstanbul, Turquie, Archaeology and art publications, p.135-158.

VINET A., GUILBEAU D. (2018) – A first glimpse of the Late Neolithic and Early Chalcolithic in Cappadocia through the lithic industry of Tepecik-Çiftlik 2017, Anatolia Antiqua, XXVI

Les auteurs

Alice Vinet est doctorante à l’Université Paris 1, membre de de l’UMR 8215-Trajectoires et de l’UMR 7264-CEPAM, boursière AMI à l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes d’Istanbul (IFEA). Ses recherches s’intéressent aux relations entre la Cappadoce et la plaine de Konya autour de 6000 avant notre ère, à travers l’étude techno-fonctionnelle de l’industrie en obsidienne.

Martin Godon est directeur du Pôle archéologie de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes d’Istanbul (IFEA) et chercheur associé à l’UMR 7264-CEPAM. Ses recherches interrogent les phénomènes d’apparition et de développement des sociétés sédentaires en Anatolie Centrale durant le Néolithique et le début du Chalcolithique.

Pour citer ce billet : Alice Vinet et Martin Godon. La mission Melendiz – Cappadoce préhistorique, ArchéOrient - Le Blog, 23 février 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8267

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *