Mission ethnographique sur le pastoralisme en Arménie (suite). De la « géopolitique du mouton ».

La mission ethnographique en Arménie est financée par le Laboratoire International Associé NHASA (LIA France-Arménie) porté par l’UMR 5133-Archéorient sous le responsabilité de B. Perello et P. Lombard côté français et A. Karakhanyan et P. Avetisyan coté arménien, et par le laboratoire URMIS (CNRS UMR 8245 – IRD UMR 205) de Paris 7 Diderot. La campagne qui s’est déroulée du 21 septembre au 10 octobre 2017 fait suite à un premier terrain prospectif en 2016. Cette prospection, qui a fait l’objet d’un précédent billet (Thevenin, Hovsepyan et Mikhikian 2017), avait pour objectif d’étudier les pratiques pastorales en Arménie. Des déplacements saisonniers complexes avec des plannings annuels pouvant compter jusqu’à 7 étapes où le troupeau séjourne dans des lieux différents avaient été ainsi observés. Une carte recensant les principales directions des transhumances recueillies avait pu être établie. Parallèlement, nous avions enquêté sur les pratiques de gardiennage communal des troupeaux et les rituels festifs en lien avec le pastoralisme, avec pour cible le festival de la tonte du mouton dans la région (Marz en arménien) du Syunik et la fête du Baran Bardân chez les éleveurs Yezidis et Kurdes yezidis.

La mission de 2017 a bénéficié de l’apport du Centre International de recherche agronomique pour le Développement (CIRAD) par l’intermédiaire du laboratoire « Animal, santé, territoires, risques, écosystèmes » (ASTRE, UMR 117) dirigé par T. Lefrançois. Elle a réuni une équipe de deux personnes : l’interprète franco-arménienne A. Mkhikian et moi-même. Les objectifs étaient de poursuivre l’étude des parcours de transhumance, d’enquêter sur les mobilités ovines commerciales nationales et transfrontalières, et enfin d’approfondir les questions de gardiennage et des rituels festifs (ces deux derniers sujets ne seront pas abordés ici, mais dans de prochains billets). Pour cela, dix-huit jours de terrain ont été réalisés dans sept marz et quarante-trois personnes ont été interrogées.

Carte 1: Carte des régions prospectées

Concernant les transhumances, nous avons particulièrement étudié les déplacements ovins depuis le marz du Syunik, et ceux reliant le marz d’Armavir aux alpages du Shirak vers la frontière géorgienne (Voir carte 1). Ils témoignent tous deux selon moi des enjeux politiques et géographiques qui prévalent en Arménie en ce début de XXIe siècle. A savoir :

  • Un souci d’occupation des territoires vidés de leurs habitants azéris (Ardillier-Carras 2004), et aussi du Haut-Karabagh qui focalise la nation arménienne sur la question de l’espace vital, de l’unité et du rattachement des territoires  (Hovanessian 2017);
  • l’hémorragie migratoire et une culture de la mobilité, influencés par la forte attraction des diasporas arméniennes (Ritter 2014), qui se caractérise par la quête du petit boulot répondant à des logiques de survie économique (Hovanessian 2017).

Ces enjeux s’inscrivent dans un passé récent dramatique marqué par le tremblement de terre de 1988, l’effondrement de l’URSS, et le conflit du Haut-Karabakh (Hovanessian 1993). Ce contexte m’a amené à emprunter le titre d’un article, « The Geopolitics of Sheep » (Brook 2013), en ajoutant à l’argumentaire de l’auteur des exemples issus de nos enquêtes.

Les transhumances dans le marz du Syunik 

Depuis le cessez-le-feu en 94 dans l’Artsakh (nom arménien du Haut-Karabakh), les éleveurs des communes de Goris et Tegh dans le marz du Syunik profitent du statu-quo du conflit pour relancer une activité pastorale transrégionale : une double transhumance, montante et descendante, pratiquée depuis leur village situé à 1200 m d’altitude environ en milieu du parcours, entre les alpages du village de Gorayk et les pâturages hivernaux des rives nord de l’Araxe à la frontière iranienne. Ces pâturages sont sur le territoire de l’Azerbaïdjan sous contrôle des Forces armées du Haut-Karabakh (voir carte). Des nuances climatiques favorables et la disponibilité des terres permettent à ces éleveurs d’atteindre aujourd’hui un effectif ovin de 50 000 têtes et de faire une rotation de 3 agnelages sur deux ans, ce qui est rare pour des élevages transhumants en Arménie. Cette complémentarité territoriale, entre les alpages du Syunik et les prairies de l’Araxe, n’est pas nouvelle. Tout au long du dernier millénaire, des nomades venant de la plaine du Moghan, du bassin de la Kura ou du bas Karabakh ont pris la route de Goris pour rejoindre ces estives (Tapper 1979). Lors de la guerre arméno-tatare du début du XXe siècle, ces déplacements furent le prétexte de conflits entre les éleveurs et les villageois arméniens (Ybert-Chabrier 2007). A l’époque soviétique, ce sont les bergers azéris qui remontaient la Vorotan, entraînant avec eux le petit cheptel arménien dans leur montée et leur descente. Aujourd’hui, les troupeaux font bien une halte au poste frontière des territoires contestés, mais c’est uniquement dans le but de contrôler l’état sanitaire des bêtes. Le contexte géopolitique actuel autour du Haut-Karabagh (pour la communauté internationale, ce territoire reste azéri) n’empêche semble-t-il pas le bétail et leur gardiens arméniens de passer dans un sens comme dans l’autre. Ce fait est particulièrement marquant pour être souligné.

Carte 2: Carte des directions des transhumances ovines en Arménie

Conséquence secondaire, ces transhumances produisent chez les habitants du Syunik un changement de paradigme. Par tradition, l’élevage ovin spécialisé a toujours été le fait des musulmans, et aujourd’hui des Yézidis. Les Azéris n’étant plus là « pour aller là-haut », et les Yézidis étant « trop éloignés » et « trop communautaires » pour venir dans le Syunik, les éleveurs sont donc arméniens, anciens ouvriers ou artisans, qui ont débuté dans le métier après le cessez-le-feu. Ils s’appuient sur l’expérience du petit élevage familial et des Sovkhozes et sur les membres de la famille et les amis : le « barekam », littéralement « ceux qui nous veulent du bien », la famille élargie à laquelle on adjoint une famille décidée (ce réseau, qui reste à étudier, est très prégnant dans la société arménienne actuelle en raison de la faiblesse de l’Etat). On s’aide d’employé(e)s, jeunes et moins jeunes, également novices, parfois issu(e)s des familles déplacées venant du Shirak ou du Lori, des zones touchées par le tremblement de terre, qui viennent s’installer dans les villages des territoires occupés, comme souvent après un épisode d’émigration en Russie.

Eleveurs et employés arméniens dans le Syunik ((© M. Thevenin)

Parallèlement, des entrepreneurs, oligarques issus de la classe dominante qui détient les ressources politiques et économiques du pays, investissent dans l’élevage spécialisé. Ce phénomène existe aussi en Azerbaïdjan (Neudert et Rühs 2013). Dans la région du Zangezour, l’un d’eux possède un cheptel de 1000 têtes, gardé par des employés, qui transhume sur les massifs environnants. Il détient aussi une fromagerie et un abattoir privé qui fait affaire essentiellement avec l’Iran tout proche, mettant à profit le réseau qu’il a construit dans ce pays du fait de ses activités dans les mines et le gros potentiel qu’offre le marché iranien en demande de viande ovine. Cet abattoir collecte des agneaux venant de toute l’Arménie, grâce notamment à deux bétaillères de grande capacité (450 têtes), unique dans le pays, qui lui appartiennent. Ainsi dans le Syunik, entrepreneurs, élus locaux et vétérinaires s’enorgueillissent aujourd’hui d’avoir stoppé l’émigration dans leur région.

Les transhumances vers le marz du Shirak

Sur la route qui relie le marz d’Armavir aux alpages du Shirak (régions d’Amasia ou du col de Kharakhatch), la transhumance longe la frontière turco-arménienne qui depuis le conflit du Haut-Karabakh est totalement fermée. Sur ce parcours, plus de 40 000 têtes profitent d’une route carrossable peu fréquentée et de points d’eau réguliers (la réserve d’eau puis la rivière Akhuryan) pour rejoindre la frontière géorgienne via la ville de Gyumri en 5-6 jours à pied. Si Gyumri fut une étape très active entre Kars et Tifflis (Ardillier-Carras 2004), nous ne savons pas pour l’heure si d’anciennes transhumances transitaient par elle. Les alpages du lac d’Arpi seraient fréquentés par des troupeaux transhumants depuis plusieurs siècles. Là, vivait une population sédentarisée d’azéris, appelée alors « Tatars », comme en témoigne de nombreux cimetières, depuis sans doute la deuxième moitié du XIXe siècle, grande période de sédentarisation des tribus nomades dans le Petit Caucase (Karapetian 2007). Avec une altitude moyenne supérieure de 2000 mètres et une température moyenne annuelle de 1°C (AUA en ligne), ce lieu est appelé « la petite Sibérie arménienne ». Durant la guerre du Karabakh, tous les azéris sont partis, et ce sont des arméniens venant du sud de la Géorgie ou fuyant les massacres de Bakou qui ont été installés dans la région. Si l’élevage familial, les prairies de fauche et le lopin de terre constituent un socle de subsistance, la location des alpages apporte un complément. Regroupés depuis 2010 en communautés de communes, les villages gèrent désormais les contrats de location de trois ans renouvelables avec les transhumants. Cette vie cependant reste une gageure dans un contexte d’hémorragie migratoire  et de culture de mobilité. Elle doit passer en outre par un autre changement de paradigme. Le villageois arménien s’établit depuis des siècles autour de 1200 m d’altitude. Cet étage était encore le plus recherché dans le petit Caucase jusqu’au début du XXe siècle à la fois pour des raisons sécuritaires, de santé, mais aussi pour le développement d’une économie agro-pastorale (Reclus 1881).

Campement d’éleveurs yezidis sur le col de Kharakhatch (© M. Thevenin)

Comme dans le Syunik, un entrepreneur oligarque fait transhumer sur les alpages d’Amasia son troupeau de brebis venu du marz d’Armavir. Possédant aussi de grandes fermes d’élevage bovin, dont une s’est installée près du lac d’Arpi, il achète et vend par ailleurs des agneaux venant de Russie ou de Géorgie destinés aux marchés du Moyen-Orient, ce qui l’amène à voyager régulièrement dans ces deux pays. Ainsi, au sein de l’activité pastorale, à la mobilité des bêtes liée aux parcours saisonniers dont nous savons qu’ils peuvent être complexes en Arménie (jusqu’à sept étapes), s’ajoute aussi celle des hommes. Outre la mobilité commerciale des entrepreneurs, celle des réfugiés ou des déplacés venant y chercher un travail, il y a aussi celle des éleveurs et des employés. Dans les troupeaux regroupant plusieurs propriétaires, on monte parfois garder sur l’estive par alternance. Chaque famille, ou quelquefois les membres d’une même famille, viennent surveiller le troupeau durant une période donnée avant d’être remplacés par un frère, un père ou une autre famille. Les employés, qu’ils soient intermittents comme ceux qui suivent la transhumance ou qui s’occupent des agneaux sur l’alpage, ou à temps complet, opèrent également des rotations qui leur font faire des allers retours hebdomadaires entre leurs occupations villageoises dans les zones hivernales, un travail complémentaire, et le troupeau. Ce système de rotation se décline également dans les villages autour de la gestion des fenaisons, des ramassages scolaires ou, comme nous en avons déjà parlé, du gardiennage du cheptel ovin et bovin communal.

Conclusion

Le pastoralisme transhumant et ses acteurs, éleveurs, employés, réfugiés et déplacés, entrepreneurs, s’inscrivent donc aujourd’hui dans les enjeux de territorialisation de l’Etat-nation arménien et du conflit du Haut-Karabakh. Si la fermeture des frontières entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie a mis fin à des complémentarités géographiques pastorales (le bassin de la Kura avec les alpages de l’Artsakh, du Syunik, du lac Sevan,  et du Tavush; le Nakhitchevan avec les alpages du Vayots Dzor), ces enjeux transforment ou parfois en maintiennent d’autres et ce malgré un contexte géopolitique régional et international défavorable. Les transhumances relient des territoires devenus périphériques, du fait de frontières nouvelles ou imaginées, à de nouvelles centralités (Hovanessian 2017): plaine de l’Ararat, les villages de Goris et de Tegh, mais aussi les abattoirs, le marché iranien, etc.

Certes, la mobilité liée aux pratiques d’élevage permet de vivre l’expérience d’un territoire devenu national, de sortir des achkhars (petites régions isolées se distinguant les unes des autres par leurs particularités physiques et humaines – Ardillier Carras 2004). Les rotations réinjectent une expérience de l’unité par la gestion commune d’un projet, d’un territoire. Cependant le statut d’employé dans un système devenu capitaliste est encore mal vécu, autant en raison des 70 ans de collectivisme qu’à cause de l’injustice, de la corruption, et de l’injonction du court-termisme qu’induit le pouvoir oligarchique, la situation précaire du pays et la culture de la mobilité. De plus, si les perspectives des marchés iraniens tout proches et des pays du Golfe, tout deux gros consommateurs de viandes ovines, font naître beaucoup d’espoirs de développement pour les éleveurs et participent à changer de vieux paradigmes, pour autant ils tranchent avec une réalité inquiétante : dans le Syunik, la dépendance des transhumants à des territoires contestés ; pour l’Arménie, celle de l’élevage ovin au seul marché iranien (les pays du Golfe représentant encore un débouché marginal). Ainsi, le processus d’appréhension d’un corps national est largement contrebalancé par un ensemble de forces centrifuges dans lequel partir devient encore le seul moyen d’échapper au désenchantement ambiant.

Les perspectives d’enquête pour 2018 seront de poursuivre l’étude du lien actuel entre pastoralisme et géopolitique en Arménie. Par ailleurs, des parcours de transhumances montantes devraient pouvoir être suivis, en particulier ceux de la route d’Amasia pour y déceler des témoignages d’anciennes mobilités ovines, mais également ceux qui relient le marz d’Ararat aux alpages des bourgs de Martuni et de Djermuck via le village de Vedi, déjà évoqués dans le billet de 2017. S’opérant en partie à travers les montagnes, étant une des plus longues transhumances répertoriées sur le sol arménien (7 jours à pied), et une des plus complexes, elle devra faire l’objet d’un repérage appuyé (points GPS, lieux remarquables, etc).

Bibliographie

Ardillier-Carras F. 2004. L’Arménie des campagnes, Harmattan, Paris

American University of Armenia (AUA). Lake Arpi, [En ligne] http://enrin.grida.no/htmls/armenia/soe_armenia/english/wetland/lakearpi.htm

Brook J. 2013. The Geopolitics of Sheep in an Armenian Region, The Moscow Times. [En ligne] http://www.themoscowtimes.com/opinion/article/the-geopolitics-of-sheep-in-an-armenian-region/477592.html

Hovanessian M. 1993. L’enchevêtrement des catastrophes en Arménie. Discontinuités de l’Histoire et continuité de mémoire, Journal des anthropologues 52, Printemps – été. Situations incertaines, 11-27.

Hovanessian M. 2017. Le paysage migratoire en Arménie, indicateur d’une société désenchantée, Migrations Société 29, n° 169 juillet – septembre 2017, 119-134.

Karapetian S. 2007. Northern Artsakh, RAA scientific research series, book 6, Gitutiun Publishing –House of the NAS RA, Yerevan.

Neudert R., Rühs M. 2013. The race for leasing rights Pasture Access and Institutional Change During Post-socialist Reforms in Azerbaijan, in : Beckmann V. and Hagedorn K. (ed.), Institutional Change in Agriculture and Natural Resources (ICAR), Berlin.

Reclus E. 1881. L’Asie Russe, chap. 2, La Caucasie, tome VI, in Nouvelles Géographie universelle, Hachette, Paris.

Tapper R. 1979. Pasture and Politics – Economics, conflict and ritual among Shahsevan nomads of northwestern Iran, London, Academic Press.

Thevenin M., Hovsepyan R., Mkhikian, A. 2017. Mission ethnographique sur le pastoralisme en Arménie: exemples actuels de pratiques et de rituels festifs, in ArchéOrient – Le blog. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7077

Ybert-Chabrier E. 2007. La pétition des musulmans du Caucase en réponse à l’Oukase du 18 février 1905, Cahiers du monde russe 48, 243-258.

L’auteur

Michael Thevenin est doctorant en anthropologie au laboratoire URMIS, Paris 7, et boursier AMI à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), antenne d’Erbil. Sa thèse a pour sujet les nouveaux lieux de mémoire du pastoralisme nomade et transhumant dans la zone nord de l’ancien Croissant fertile (Turquie, Arménie, Kurdistan irakien) sous la direction de Martine Hovanessian (URMIS) et Hakem Halkawt (Inalco).

Pour citer ce billet : Michaël Thevenin. Mission ethnographique sur le pastoralisme en Arménie (suite). De la « géopolitique du mouton »., ArchéOrient - Le Blog, 2 février 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8172

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.