Des lœss de Matmata aux sels du Chott-el-Djérid : agriculture, environnement et désertification dans le Sud Tunisien.

Le Sud de la Tunisie est constitué d’espaces très hétérogènes, des étendues sableuses et peu exploitées du Grand Erg Oriental aux oasis intensément irriguées et aux plaines littorales progressivement transformées en grandes oliveraies en passant par les djebels aux versants largement aménagés. On distingue d’ordinaire, au sein de cette région, deux sous-ensembles, la Tunisie saharienne dont les limites débordent peu du Grand Erg Oriental et la Tunisie présaharienne, regroupant toutes les autres régions situées au sud de 34°30’N (Coque 1962, Floret et al. 1986, Akrimi et Khatteli 1998) qui constitue le cadre de nos travaux (fig. 1).

Fig. 1 : Sous-ensembles régionaux du Sud Tunisien. Les données d’altitude proviennent du SRTM30. N. Blond 2018.

La Tunisie présaharienne est caractérisée par une aridité prononcée, avec des précipitations annuelles moyennes comprises entre 230 et 88 mm selon un gradient nord-est/sud-ouest (Coudé-Gaussen et Rognon 1986, Akrimi et Khatteli 1998, Shahin 2011). Bien que l’on parle fréquemment d’une tendance contemporaine à la désertification du Sud Tunisien, un climat similaire à l’actuel s’est mis en place depuis au moins deux millénaires, malgré des fluctuations à plus ou moins long terme (Ballais 1991, Jaouadi et al. 2016). Les processus de désertification sont en fait plus largement liés à des modalités d’aménagement du territoire et à des pratiques récentes en lien avec la sédentarisation et le développement de l’agriculture qu’aux évolutions climatiques (Floret et al. 1989, Sandron 1998, Jaouadi et al. 2016). Les dynamiques environnementales actuelles sont ainsi le résultat d’une coévolution entre sociétés et milieux. Les étudier implique une analyse des interactions et rétroactions entre facteurs naturels (géomorphologiques, hydrogéologiques, hydrologiques, climatiques, orographiques, topographiques, édaphiques etc.) et facteurs anthropiques (démographiques, sociologiques, politiques, techniques, etc.) à différentes échelles spatiales et temporelles.

Ces thématiques font, depuis 2002, l’objet d’une collaboration étroite entre des membres d’Archéorient et de l’Institut des Régions Arides de Médenine (IRA Médenine), mise en place par Yann Callot et Houcine Khatteli. Cette collaboration a déjà mené à la réalisation de plusieurs masters et de deux thèses de doctorat (Ouerchefani 2012, Venard 2012) centrées sur le suivi des dynamiques éoliennes en Tunisie présaharienne. À la suite de ces premiers succès, une recherche commune se développe aujourd’hui, portée par des chercheurs issus des deux structures ; les travaux de doctorat de Ninon Blond et d’Afef Raddadi sur les relations entre agriculture et formation des paysages dans les monts de Matmata et dans les oasis du Nefzaoua ajoutent aux études préalables une profondeur temporelle et un questionnement patrimonial.

Fig. 2 : Couverture lœssique érodée en badlands entre Chemlali et Sidi Meta. N. Blond, 2016.

Les monts de Matmata appartiennent à l’ensemble du plateau lœssique qui s’étend du Sud Tunisien à la Tripolitaine libyenne (Coudé-Gaussen 1991). Dans cet espace, les accumulations lœssiques fortement entaillées forment un réseau dense de ravines qui incisent les versants par érosion régressive (fig. 2). Cet important ravinement se conjugue au caractère limité et irrégulier des ressources en eau des monts de Matmata, les précipitations moyennes y étant inférieures à 250 mm/an (Baduel 1980, Bonvallotet Ben Amar 1979). D’où un milieu à fortes contraintes. Pour pallier la rareté de la ressource hydrique, les populations montagnardes ont mis en place des ouvrages de conservation des eaux et des sols, les jessour (jesr au singulier). Ils sont constitués de digues (tabia) qui barrent de petits thalwegs (un thalweg est une ligne formée par l’ensemble des points les plus bas d’une vallée ou d’un vallon) et à l’amont desquels se stockent les sédiments transportés par l’érosion hydrique. Elles favorisent aussi l’infiltration des eaux tout en réduisant l’érosion (Hilali 2011), permettant ainsi la culture des céréales, des palmiers ou des oliviers. Auparavant occupés, habités, parcourus et aménagés, les monts des Matmata sont progressivement délaissés par les populations au profit de régions plus favorables à l’agriculture (plaine de la Djeffara) ou aux implantations modernes (Matmata Nouvelle). Cette déprise a pour conséquence l’érosion des sédiments dans les jessour, la destruction des tabia et/ou des murets et donc la dilapidation des sols auparavant cultivés (fig. 3). Le paysage montagnard se dégrade ainsi rapidement du fait l’abandon de cet espace (Arnaez et al. 2011, Romagny et al. 2006).

Fig. 3 : Conséquence de la déprise rurale : l’érosion régressive a éventré la tabia par soutirage et provoque l’ablation progressive du remplissage du champ à l’amont. N. Blond, 2017.

Fig. 4 : «Île» artésienne située dans le chott el Djérid, non loin de Telmine et constituée par un tertre de source et une palmeraie. N. Blond, 2016.

Les oasis du Nefzaoua se situent dans un secteur où les précipitations annuelles moyennes sont inférieures à 100 mm (Shahin 2011). Leur existence repose sur l’exploitation de sources artésiennes, dont certaines ont fonctionné au moins de l’époque romaine jusqu’aux années 1990 (Bédoucha Albergoni 1976, Trousset 1986). Des réseaux d’irrigation gravitaire captaient l’eau des sources au sommet de tertres formés d’un mélange d’éjectas et d’apports de sédiment éoliens (fig. 4) et la distribuait aux parcelles voisines. L’héritage de ces parcellaires rayonnants est encore visible dans l’organisation de certaines palmeraies (fig. 5, Côte 2012). Malgré le caractère ponctuel et limité des ressources en eau, des pratiques de partage de l’eau et d’entretien collectif des sources et des canaux ont permis le maintien et l’extension des oasis, sans toutefois écarter totalement la survenue de conflits occasionnels (Bédoucha Albergoni 1976). Il en découle la construction de structures socio-spatiales originales, bouleversées à la fin du vingtième siècle par une extension rapide des oasis liée à la sédentarisation de populations, à un contexte économique favorable à la culture des dattes, à la multiplication des motopompes privées et des forages profonds gouvernementaux (Bisson 1991, 2003). Actuellement, toutes les sources du Nefzaoua se sont taries et les tertres connaissent une destruction rapide par l’érosion éolienne et par des prélèvements anthropiques (fig. 5) visant à étendre les surfaces cultivées par l’épandage de sédiments non salés sur les terrains salins du chott (au Maghreb, un chott correspond à la bordure d’une dépression appelée sebkha dont les sols sont salés par l’évaporation de l’eau qui s’y concentre – dans le cas du chott el-Djerid le terme désigne à la fois le chott proprement dit et la sebkha). Ces modifications géomorphologiques profondes s’accompagnent d’une évolution des structures sociales et spatiales : les sources dont les eaux étaient partagées entre les parcelles par un système d’irrigation intégré cèdent la place à une multitude de motopompes privées irrigant en circuit fermé des jardins d’oasis. A l’inverse, dans certains secteurs, l’implantation de forages collectifs à proximité des sources taries a permis le maintien de l’ancien réseau d’irrigation gravitaire.

Fig. 5 : Tertres artésiens en cours de destruction et parcellaires rayonnants hérités de l’exploitation de sources aujourd’hui taries. M. Crépy et A. Raddadi, 2018.

En raison de l’unité des enjeux, de la proximité des thématiques et des processus à l’œuvre malgré des différences environnementales, les principaux acteurs de ces deux études se sont rapprochés afin de construire une comparaison entre les trajectoires socio-environnementales des deux régions, donnant naissance au projet « Paysages Hydro-Agricoles du Sud Tunisien » (PHAST-Télédétection) en novembre 2016. La nécessité d’étudier la zone de transition entre ces deux espaces s’est rapidement imposée, dans la mesure où elle constitue à la fois une interface et une marge. On y observe des vestiges liés aux activités humaines depuis l’époque romaine, alors que la région n’est plus actuellement qu’un espace de passage où les sables et une végétation rase dominent (fig. 6), sans aménagement visible, sans nom, et dont aucune publication ne traite spécifiquement. Sa grande surface (plus de 3000 km2) et la multiplicité des dynamiques observées y rendent les approches au sol difficiles : le recours à la télédétection sur imagerie satellitaire a donc été envisagé pour l’étudier et pour compléter les travaux menés sur le Nefzaoua et les monts de Matmata.

Fig. 6 : Paysage caractéristique des marges orientales du Nefzaoua. N. Blond 2016.

Le projet, intitulé « Paysages Hydro-Agricoles du Sud Tunisien – Approches des contraintes environnementales et des risques naturels par télédétection » (PHAST – Télédétection) a donc été soumis en avril 2017 pour obtenir un financement du Partenariat Hubert Curien – Utique afin de couvrir une partie des besoins du programme de recherche. Porté par Houcine Khatteli et Michel Rasse, il a été retenu pour un financement de trois ans à partir de janvier 2018. Cela permettra de développer des travaux sur le réseau hydrographique et le risque de crue, sur le suivi des stocks de sédiments éoliens et de l’ensablement, sur les modalités de gestion de l’eau et les pratiques agricoles actuelles et passées. Un second volet porte sur l’identification de lieux d’intérêt paysagers ou culturels pouvant faire l’objet d’une patrimonialisation ou d’une mise en valeur écotouristique et pédagogique. Ces travaux feront l’objet d’une thèse qui débutera à la rentrée 2018.

L’étude par télédétection portant sur la région comprise entre le Chott el Djérid et les monts des Matmata sera complétée par des prospections, des entretiens, l’étude sédimentologique de dépôts, ainsi que par un recours aux cartes anciennes et aux récits de voyageurs conduits par différents chercheurs. Ces analyses complémentaires doivent encore trouver des financements propres afin de mener à bien la totalité du projet.

Six membres d’Archéorient participent au projet PHAST – Télédétection : Ninon Blond, Yann Callot, Maël Crépy (coordinateur pour la partie française), Nicolas Jacob-Rousseau, Afef Raddadi et Michel Rasse. Un∙e doctorant∙e inscrit∙e en cotutelle avec l’IRA de Médenine rejoindra l’équipe pour la rentrée 2018. Deux instituts et trois laboratoires tunisiens collaborent au programme : le Laboratoire d’Érémologie et de Lutte Contre la Désertification (LELCD) de l’IRA de Médenine, à travers la participation de Khawla Ben Attia, Houcine Khatteli, Dalel Ouerchefani (coordinatrice pour la partie tunisienne) et Hanen Msadki Dhaou, le Laboratoire d’Économie et Sociétés Rurales (LESR) de l’IRA de Médenine par le travail de Mohamed Amir Bouzaïda et l’Institut Supérieur Agronomique de Chott Meriem (ISA – Chott Meriem) auquel est rattachée Faïza Khebour Allouche.

Ainsi, la riche collaboration initiée dans les années 2000 entre Archéorient et l’IRA de Médenine se renforce en incluant d’autres partenaires et s’étend à de nouveaux terrains de recherches.

Bibliographie

Akrimi N. et Khatteli H. 1998. Aménagement et lutte contre la désertification en Tunisie présaharienne, Aménagement et nature 129, 96-106.

Arnaez J., Lasanta T., Errea M.P., et al. 2011.Land abandonment, landscape evolution, and soil erosion in a Spanish Mediterranean mountain region: The case of Camero Viejo. Land Degradation & Development, 22(6), 537–550.

Baduel A. et P. 1980. Le pouvoir de l’eau dans le Sud-Tunisien. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 30 (1), 101–134.

Ballais J.-L. 1991. Évolution holocène de la Tunisie saharienne et présaharienne, Méditerranée 74, 31-38. DOI : 10.3406/medit.1991.2735

Bédoucha Albergoni G. 1976. Système hydraulique et société dans une oasis tunisienne, Études rurales 62, 39-72. DOI : 10.3406/rural.1976.2155

Bisson J. 1991. Un front pionnier au Sahara tunisien : le Nefzaoua, Bulletin de l’Association des Géographes Français 1991-4, 299-309. DOI : 10.3406/bagf.1991.1587

– 2003. Mythes et réalités d’un désert convoité, le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Bonvallot J. et Ben Amar M. 1979. Comportement des ouvrages de petite hydraulique dans la région de Médenine (Tunisie du Sud) au cours des pluies exceptionnelles de mars 1979. Études Spéciales – Division des Sols, Tunis, DRES.

Coque R. 1962. La Tunisie présaharienne, étude géomorphologique, Paris, A. Colin.

Côte M. 2012. Signatures Sahariennes. Terroirs et territoires vus du ciel. Presses Universitaires de Provence.

Coudé-Gaussen G. 1991. Les poussières sahariennes: cycle sédimentaire et place dans les environnements et paléoenvironnements désertiques. Universités francophones @Sciences en marche, Montrouge, Libbey

Coudé-Gaussen G. et Rognon P. 1986. Paléosols et lœss du Pléistocène supérieur de Tunisie et d’Israël, in : Bulletin de l’Association française pour l’étude du quaternaire 23, n°3-4, 223-231. DOI : 10.3406/quate.1986.1818

Floret C., Le Floc’h E. et Pontanier R. 1986. La désertification en Tunisie présaharienne, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 41-42, 291-236. DOI : 10.3406/remm.1986.2464

Floret C., Khatteli H., Le Floc’h E. et Pontanier R. 1989. Le risque de désertisation en Tunisie présaharienne : sa limitation par l’aménagement agro-pastoral, in : Eldin M. et Milleville P. (ed) Le risque en agriculture, Paris, ORSTOM, 291-307.

Genin D., Guillaume H., Ouessar M., Ouled Belgacem A., Romagny B., Sghaïer M., Taamallah H. (eds). 2006. Entre désertification et développement : la Jeffara tunisienne, Tunis, IRD, 355 p.

Hilali A. 2011. Le système des « jessour »  Témoignage d’un patrimoine hydro-agricole dans les oasis tunisiennes. Colloque international Usages écologiques, économiques et sociaux de l’eau agricole en Méditerranée : quels enjeux pour quels services ?, Marseille.

Jaouadi S., Lebreton V., Bout-Roumazeilles V., Siani G., Lakhdar R., Boussoffra R., Dezileau L., Kallel N., Mannai-Tayech B. et Combourieu-Nebout N. 2016. Environmental changes, climate and anthropogenic impact in south-east Tunisia during the last 8 kyr, Climate of the Past 12, 1339-1359.

DOI : 10.5194/cp-12-1339-2016

Ouerchefani D. 2012. Caractérisation et suivi des états de surface éolisés en Tunisie pré-saharienne: approche stationnelle et spatiale, thèse de doctorat, Université Lyon II, Université de Tunis.

Sandron 1998. L’impact anthropique en matière de désertification : une étude de cas en Tunisie. Espace, populations, sociétés, 1998-1, 45-51. DOI :10.3406/espos.1998.1821

Shahin 2011. Water Resources and Hydrometeorology of the Arab Region, Dordrecht, Springer.

Trousset P. 1986. Les oasis présahariennes dans l’Antiquité : partage de l’eau et division du temps, Antiquités africaines 22, 163-193. DOI :10.3406/antaf.1986.1130

Venard C. 2012. La morphodynamique éolienne en régions sèches : des échelles spatiales et temporelles aux outils, thèse de doctorat, Université Lumière-Lyon 2.

Les auteurs

Maël Crépy est docteur en géographie, spécialiste des interactions entre hommes et environnement sur le temps long en milieux arides et méditerranéens et chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Ninon Blond est doctorante contractuelle en Géographie, Aménagement et Urbanisme à l’Université Lumière-Lyon 2, sous la direction de Yann Callot et Nicolas Jacob. Elle est spécialisée en géographie, géoarchéologie et histoire des paysages. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Maël Crépy et Ninon Blond. Des lœss de Matmata aux sels du Chott-el-Djérid : agriculture, environnement et désertification dans le Sud Tunisien., ArchéOrient - Le Blog, 26 janvier 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8151

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ninon Blond dit :

    Bonjour,

    nous vous remercions d’avoir pris le temps de lire ce billet et d’y proposer des remarques et compléments, notamment bibliographiques.

    Ce billet de blog ne visait pas à l’exhaustivité dans la bibliographie, ce qui explique qu’elle soit relativement courte. Beaucoup des références que vous citez ne nous sont pas inconnues, mais nous avons tenté de sélectionner celles qui nous semblaient les plus représentatives. Il s’agissait surtout de présenter le programme auquel nous participons (PHC Utique), les objectifs et les espaces concernés. Dans la région des Matmata, il s’agit surtout de travailler sur le paysage des jessour et ses évolutions, et non directement sur la question des loess – même s’il va de soi que cette question soit importante dans ce contexte. Nous comptons, par exemple, utiliser les séminaires Désertification et aménagements pour traiter plus précisément de l’évolution récente de la région.

    Concernant la référence à votre thèse : il s’agit d’une erreur de référencement, qui est malheureusement présente sur de nombreux sites et qui provient ici de l’utilisation de l’outil Zotero. L’attribution de la fonction d’auteur à P. Rognon vient probablement du fait qu’il ait rédigé une préface. Nous allons corriger le référencement dans ce texte et vous prions de nous en excuser.

    Encore merci pour vos remarques.

    Bien à vous,

    N. Blond et M. Crépy

  2. Coudé-Gaussen Geneviève dit :

    Un petit complément en ce qui concerne les problèmes d’aménagement en milieu semi-aride (le cas du sud-tunisien y étant largement documenté en collaboration avec l’IRA de Médenine) voir aussi les travaux du Programme Européen Med-Campus n°8 « Désertification et Aménagement » dont les Séminaires ont été publiés de 1994 à 1996.
    G. Coudé-Gaussen

  3. Coudé-Gaussen Geneviève dit :

    Pour information et compléter votre Bibliographie vous pourriez consulter avec bénéfice les revues : C.R. Acad. Sci. ; Bull. Soc. Geol France ; Rev. Géol. dyn ; Géol. Médit. ; Sci. Géol. ; Earth Surf. Proc. Landf. ; J. Geophys. research ou Quatern . Intern. et tout cela dès 1982. Les auteurs principaux menant ces recherches étant G. Coudé-Gaussen et Pierre Rognon.
    Tous ces articles traitent pour une très grande partie des Matmata, voire en totalité !
    Petite rectification : ma thèse publiée en 1991 chez john Libbey Eurotext n’est pas une oeuvre « conjointe » avec P. Rognon comme semble l’indiquer votre texte, mais mais bien entendu d’un unique auteur : G. Coudé-Gaussen .
    A votre disposition si vous souhaitez d’autres informations
    Geneviève Coudé-Gaussen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.