Premier festival de l’archéologie à Beyrouth : Museolab’ et Bonne Pioche

En octobre 2017, les associations MuseoLab’ et Bonne Pioche ont uni leur savoir-faire afin de proposer à Beyrouth le tout premier festival de l’archéologie à destination du jeune public.

L’association MuséoLab

Fig. 1 : Logo de l’association MuséoLab’

MuseoLab’ (fig. 1) est une association libanaise fondée en 2017 par deux archéologues libanaises: Nelly Abboud, médiatrice, et Jwana Chahoud, maître de conférence à l’Université Libanaise. L’objectif principal de MuseoLab’ est de promouvoir l’Archéologie et ses métiers.
Dans cet objectif, l’association organise des ateliers en milieu scolaire, universitaire, muséal, municipal et bien d’autres. Elle conçoit et réalise des outils pédagogiques adaptés au contexte proche-oriental. MuseoLab’ favorise aussi la recherche en archéologie et développe des projets de recherche en partenariat avec des universités libanaises et étrangères.

L’association Bonne Pioche

Fig. 2 : logo de l’association Bonne Pioche

L’association lyonnaise Bonne Pioche (fig. 2), a été fondée en 2010 par Arnaud Galliègue, Kathleen Dupinay et Modwene Poulmarc’h et fait suite au projet « Des archéologues à l’hôpital », initié par Séverine Sanz, qui proposait des animations aux enfants hospitalisés de l’IHOP (Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique).

L’association regroupe des étudiants et des anciens étudiants en archéologie de l’Université Lumière-Lyon 2. L’intention principale de Bonne Pioche est de faire découvrir l’archéologie aux enfants, tout particulièrement à ceux qui, pour diverses raisons, sont à l’écart des animations et manifestations scientifiques classiques (à l’origine, les actions de l’association se concentraient à l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique de Lyon – IHOP – avec des activités deux fois par mois pour les enfants hospitalisés, en savoir plus dans ce billet).

Plus généralement, l’association s’adresse à toutes les structures d’éducation et d’apprentissage pour enfants : écoles, centres aérés, musées (notamment lors d’événements scientifiques nationaux comme la Fête de la Science). Les ateliers qu’elle anime ont pour objectifs de présenter l’archéologie et ses nombreuses disciplines (anthropologie, architecture, céramologie, archéozoologie, étude de la stratigraphie, etc.), d’expliquer les différentes méthodes de fouille et d’étude ou encore de faire découvrir les civilisations du passé aux enfants.

La médiation culturelle en archéologique passe donc par une vulgarisation des disciplines, tout en maintenant les exigences de la rigueur scientifique, avec l’intervention de chercheurs spécialisés. En outre, Bonne Pioche s’est donné pour mission de familiariser et former ses bénévoles aux outils et méthodes de la médiation scientifique (création de supports pédagogiques, de jeux, mallette pédagogique, animation, gestion de groupe, etc.).

Le festival d’archéologie à Beyrouth

L’objectif de ce festival était l’animation d’ateliers pédagogiques afin de sensibiliser le public aux métiers de l’archéologie. Le festival s’est déroulé du 9 au 11 octobre 2017 sur le Campus France à Beyrouth, lieu qui réunit l’Ambassade de France, l’Institut Français du Proche-Orient et l’Institut Français. La journée du 7 octobre a été dédiée à l’installation des ateliers mais également à la rencontre et à la formation des étudiants de l’Université Libanaise qui nous ont aidé pendant le festival à tenir les ateliers (fig. 3).

Fig. 3 : Séance de formation des étudiants en archéologie de l’Université Libanaise

Pendant trois jours, les écoliers ont pu découvrir l’archéologie autour de cinq ateliers :

  • Atelier lithique (fig. 4) : l’objectif de cet atelier est de faire découvrir aux enfants les gestes et les techniques des hommes préhistoriques, de se familiariser avec l’utilisation des outils en pierre. L’accent est mis sur la fonction de ces objets et leur(s) usage(s). À partir d’une sélection d’outils du Néolithique, fidèlement reproduits, les enfants apprennent à reconnaître ces outils et les actions qui y étaient associées, comme dans un jeu de mots à relier. Les outils – une hache polie, une herminette, un couteau, une faucille, une armature de flèche et un poignard – sont emmanchés et permettent, de fait, une prise en main directe pour reproduire toute une gamme de gestes (couper, scier, broyer, moudre, percuter, etc.) sur des supports divers (os, bois, peau, céréales et grains, etc.).

Fig. 4 : atelier lithique

  • Atelier céramique (fig. 5) : du collage de la céramique au dessin à l’aide d’un conformateur, cet atelier permet de découvrir l’ensemble des tâches effectuées par un céramologue et de comprendre comment il procède pour étudier ce matériel qui permet notamment à l’archéologue de dater les couches archéologiques.

Fig. 5 : atelier céramique

  • Atelier fouille (fig. 6) : munis de truelles, de pinceaux et de petits seaux, les enfants se familiarisent avec les méthodes et les techniques de fouille grâce au fac-similé d’une tombe néolithique.

Fig. 6 : atelier fouille

  • Atelier archéozoologie (fig. 7) : entourés d’ossements d’animaux, les enfants s’initient aux principes de l’anatomie comparée et essayent d’identifier les ossements qui leur sont présentés. Ils se rendent compte ainsi que le travail de l’archéozoologue aide à mieux comprendre les relations entre l’Homme et l’animal et l’évolution de cette relation au cours du temps.

Fig. 7 a & b : atelier archéozoologie

  • Atelier anthropologie (fig. 8) : l’objectif de cet atelier et d’inviter les enfants à reconnaître les os du corps humain en les replaçant dans la logique anatomique. Une fois le squelette reconstitué, l’atelier aborde ce qu’un anthropologue peut apprendre sur les squelettes en les étudiant : comment déterminer l’âge des défunts ? comment définir leur sexe ? Cela est-il toujours possible ?

Fig. 8 : atelier anthropologie

Une conférence intitulée « La médiation scientifique en archéologie. MuseoLab’ et Bonne Pioche, projets, actions » a également été donnée le mardi 10 octobre à l’Institut Français du Liban, ce qui a permis à MuseoLab’ et Bonne Pioche de présenter au grand public, ainsi qu’à des chercheurs et des professeurs de l’Université, leurs actions et les ateliers mis en place pendant le festival (fig. 9).

Fig. 9 : présentation de l’atelier archéozoologie après la conférence grand public

Ce tout premier festival de l’archéologie a connu un franc succès (fig. 10) : près de 950 enfants, de 8 à 17 ans, du niveau CE2 au secondaire, venus de 8 établissements scolaires ont pu profiter de cette manifestation culturelle exceptionnelle.

Fig. 10 : équipes MuseoLab’ et Bonne Pioche

La réussite du Festival de l’Archéologie est un bon départ pour MuseoLab’. Mais ce n’est que le début ! L’association a plusieurs projets pour 2018.

Une collaboration est prévue en avril 2018 avec une galerie d’art pour un projet qui traite de la sensibilisation à la préservation et la conservation des sites archéologiques.
Un des objectifs principaux de MuseoLab’ est la conception et la réalisation de mallettes pédagogiques. Cinq mallettes vont voir le jour en 2018, réparties en 3 catégories: Chronologique, Thématique et Professionnalisante (métiers de l’Archéologie). Le catalogue complet sera mis en ligne prochainement.

Le festival de l’Archéologie a eu beaucoup de succès et l’équipe de MuseoLab’ a été sollicitée pour 2018 à Beyrouth et dans plusieurs villes libanaises comme Tripoli, Zahlé et Saïda.

En 2018-2019, MuseoLab’ va également intervenir au sein de plusieurs établissements scolaires et universitaires pour animer des ateliers pédagogiques.

MuseoLab’ est une association naissante et a besoin de votre soutien. Si vous souhaitez adhérer à l’association et la soutenir, n’hésitez pas à nous écrire : museolab.lb@gmail.com et suivez-nous sur Facebook: Museolab’.

Remerciements :

Nous tenons à remercier l’ensemble de nos partenaires qui ont permis de réaliser ce tout premier festival : l’Ambassade de France, l’Institut Français du Proche-Orient, l’Institut Français, l’Université Libanaise, la commission FSDIE de l’Université Lumière Lyon 2, ainsi que F. Abbès (laboratoire Archéorient) et Amjad el Qadi (Université de Genève) pour la fabrication des outils lithiques et Corinne Yazbeck (Université Libanaise) pour le prêt de certains outils lithiques. Enfin, nous tenons à remercier Sarkis Khoury, Directeur Général des Antiquités, pour son soutien et ses encouragements.

Les auteurs

Modwene Poulmarc’h est présidente de l’association Bonne Pioche, archéo-anthropologue, spécialiste des pratiques funéraires du Sud-Caucase, chercheuse associée au laboratoire Archéorient-UMR 5133.

Nelly Abboud est co-fondatrice de l’association MuseoLab’, conservatrice du Musée Ethnographique de l’Université Balamand.

Jwana Chahoud est co-fondatrice de l’association MuseoLab’, archéozoologue, Maître de Conférence à l’Université Libanaise, chercheuse associée au laboratoire Archéorient-UMR 5133.

Pour citer ce billet : Modwene Poulmarc'h, Nelly Abboud et Jwana Chahoud. Premier festival de l’archéologie à Beyrouth : Museolab’ et Bonne Pioche, ArchéOrient - Le Blog, 19 janvier 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8113

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29 mai 2018

    […] Pour citer ce billet : Modwene Poulmarc’h, Nelly Abboud et Jwana Chahoud. Premier festival de l’archéologie à Beyrouth : Museolab’ et Bonne Pioche, ArchéOrient – Le Blog, 19 janvier 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8113 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.