Aménagement et défense dans la steppe syrienne à l’âge du Bronze

Les travaux de la mission de prospection des « Marges arides de la Syrie du Nord », dirigée par Nazir Awad (DGAMS), Bernard Geyer (CNRS, Archéorient, Lyon) et Ronald Jaubert (IHEID, Genève), ont renouvelé en profondeur la connaissance du peuplement des régions steppiques pour toutes les périodes de l’histoire de la Syrie et du Proche-Orient. Ils sont basés sur l’exploitation des informations recueillies au cours de plus d’une douzaine de missions de terrain réalisées entre 1995 et 2002, puis au cours d’une ultime mission de vérification en 2010, dans la région à l’est de Hama. Dans cette zone d’environ 7 000 km2, à l’interface entre les régions les plus peuplées du Croissant fertile et la steppe aride, nous avons découvert plus d’un millier de sites.

Les Marges arides : un terrain de prospection bien particulier

Généralement, les travaux de prospection ne permettent pas de caractériser le type d’occupation d’une période donnée, notamment pour les sites occupés sur une longue durée, qui forment des tells (collines constituées par l’accumulation de niveaux archéologiques) dont les vestiges observés peuvent appartenir à plusieurs périodes. Dans d’autres cas, une ébauche de chronologie relative semble possible, lorsque les vestiges sont suffisamment bien conservés et les plans, les matériaux et les techniques de construction clairement différentiables ; une datation des différentes phases ou unités archéologiques peut alors être proposée, par comparaison avec des installations similaires datées. Cette datation est renforcée lorsque les grandes périodes chronologiques déterminées par l’analyse de la céramique sont en nombre réduit. Enfin, le cas idéal est celui des sites avec une structure bien visible, associée à une seule période d’occupation. Nous avons cette chance dans la région des Marges arides, où le terrain a été très peu remanié jusqu’en 2010, du fait d’une occupation contemporaine encore très clairsemée. Les sites y sont donc particulièrement bien conservés, voire, pour certains, dans un état de préservation exceptionnel (fig. 1).

Fig. 1 : Mur de l’enclos de Jabal Farimha 2 (cliché M.-O. Rousset ©mission Marges arides).

Un autre atout de ce programme a été la prise en compte systématique de la composante géographique dans l’analyse des modes d’implantation et de mise en valeur ; elle a été déterminante dans la compréhension des logiques de peuplement propres à chaque période (Besançon et Geyer 2006). Par ailleurs, le type de prospection que nous avons conduit, qui s’intéresse à toutes les formes d’anthropisation du paysage, sans négliger aucune période (de la fin du Pléistocène à nos jours) ni aucun mode d’occupation, a permis d’aborder sans parti-pris l’ensemble de ces périodes et d’établir une chronologie relative des installations, à l’échelle régionale. Enfin, soulignons une nouvelle fois tout l’intérêt de travailler avec une équipe scientifique pluridisciplinaire (géographes, archéologues, anthropologues, architectes, agronomes…).

Depuis 2004, les images satellitaires GoogleEarth, Microsoft et Corona (de 1968, 1969 et 1970) complètent les images aériennes (1958), les cartes topographiques (notamment les cartes syriennes au 1:50 000) et les observations de terrain, ce dernier restant bien entendu indispensable à la compréhension des images. C’est la confrontation de l’ensemble de cette documentation qui a rendu possible une analyse spatiale fine.

Les sites répertoriés témoignent de la variabilité des modes d’occupation selon la période considérée, en fonction de critères géopolitiques, économiques, démographiques, éventuellement climatiques et de l’attractivité des différents secteurs. Ces modes d’occupation vont d’un maillage dense d’agglomérations qui s’étend jusque dans les zones les plus arides, par exemple à l’âge du Bronze ancien (IIIe millénaire) et à l’époque byzantine (Ve et VIe siècles après J.-C.), à la quasi absence de sites à l’âge du Bronze récent (1600-1200 av. J.-C.) ou à l’époque mamelouke (XIVe siècle ap. J.-C.). Chaque période a livré des vestiges remarquables, tel le « Très Long Mur » (de 230 km de long ! Geyer et al. 2010) que nous rattachons à l’âge du Bronze ancien IV.

Les agglomérations du Bronze moyen

Le propos de ce billet sera de montrer comment les travaux de la mission Marges arides de Syrie du Nord permettent de repenser l’organisation spatiale du peuplement régional à l’âge du Bronze moyen. Cette période n’avait été que brièvement évoquée dans nos précédentes publications (Calvet 2002 : 105 ; Geyer et al. 2004-2005 : 27-28 et fig. 8 ; Geyer et al. 2007 : 277-280 ; Geyer et al. 2010 : 65-66 ; Rousset et Duvette 2015) et un article plus conséquent vient de sortir sur ce sujet (Rousset et al. 2017).

Fig. 2 : Carte générale des Marges arides avec les sites et fortifications de hauteur de l’âge du Bronze moyen (cartographie MOM, O. Barge, M.-O. Rousset ©mission Marges arides).

Le corpus se compose de près d’une centaine de sites (fig. 2) dont 87 présentent une occupation assurée à l’âge du Bronze moyen, tandis que 16 sites n’ont pas livré suffisamment de matériel diagnostique pour l’affirmer (la quantité et la qualité des céramiques collectées ne permettent pas toujours de préciser la datation au-delà de la période et de la sous-période, dans ce cas l’âge du Bronze moyen). Une majorité de ces sites sont des tells (55 sites), localisés dans les plaines et vallées, souvent à la confluence de deux oueds. Parmi ceux-ci, 43 sont déjà occupés à l’âge du Bronze ancien. La moitié des tells ont des fossés bien visibles (27 sur 55), dont la largeur varie entre 10 m et 25 m. On notera que, sur l’ensemble des tells datés de l’âge du Bronze ancien, des fossés n’ont été repérés que sur un quart d’entre eux (20 sur 80 tells). Il est évident que nombre de fossés, aujourd’hui comblés ou recouverts par des constructions modernes, nous ont échappé. Cependant, ces chiffres pourraient aussi indiquer qu’il y a, à l’âge du Bronze moyen et/ou dans certains cas à l’âge du Fer, des fossés plus importants ou des fossés antérieurs recreusés, qui sont par conséquent restés mieux visibles. Si la présence de remparts a été observée de manière récurrente tout au long de l’âge du Bronze, les fossés en revanche paraissent plus fréquents au Bronze moyen. De fait, une constante des agglomérations de cette période serait le renforcement des aménagements défensifs.

Fig. 3 : Image satellite du site de Wadi al-Salila 2 (Google Earth).

Seize sites du Bronze moyen non occupés à l’âge du Bronze ancien, du Bronze récent ou du Fer nous permettent d’évaluer quels ont pu être les types d’installations propres à cette période. En particulier, quatre tells circulaires datés uniquement de l’âge du Bronze moyen II fournissent des exemples de la morphologie des établissements sédentaires de cette période. Le premier est un petit tell de 65 m de diamètre. Le deuxième est à peu près circulaire (100 m de diamètre à la base) entouré d’un fossé d’environ 10 m de largeur creusé à travers la dalle calcaire, avec des flancs raides et un glacis sur le côté nord. Il est daté de l’âge du Bronze moyen II par la céramique et une figurine féminine. Le troisième exemple est un tell labouré de 120 m de diamètre, entouré d’un fossé d’une dizaine de mètres de largeur (fig. 3). La céramique, abondante, date de la fin de l’âge du Bronze moyen I et du Bronze moyen II. Le quatrième site (fig. 4) est très bien conservé ; son mur d’enceinte de 1,50 m d’épaisseur, réalisé en blocs métriques de basalte bruts, à segments rectilignes et décrochements, dessine un plan circulaire de 63 m de diamètre. Il est doublé d’un autre mur circulaire, à l’intérieur. Entre les deux, des murs perpendiculaires aménagent des pièces de 3 m x 2 m. La porte, côté sud-ouest, est encadrée de contreforts de 3,20 m de largeur. Un bâtiment de deux pièces s’appuie contre la muraille à l’extérieur, au sud-est (13 m x 8 m). Il ne comporte pas de fossé ; il s’agit probablement d’une ferme.

Fig. 4 : Le mur d’enceinte de Jaduʿiyyat al-Shamaliyya 1 vu vers le nord (cliché M.-O. Rousset ©mission Marges arides).

On retrouve des aménagements tout à fait semblables (par exemple une taille de 120 m de diamètre) dans les sites multi-périodes ; certaines de leurs constructions sont donc à un moment donné contemporaines de ces sites modèles. La répétition de ces plans, tous circulaires (ou plus précisément polygonaux), et celle des assemblages céramiques associés montrent qu’ils ont coexisté. Peut-on aller jusqu’à proposer que l’utilisation de plans répétitifs à une même période soit le signe d’un aménagement programmé, voire d’une colonisation de la région ?

Un réseau fortifié

L’analyse du peuplement de l’âge du Bronze moyen dans les Marges arides fait ressortir un groupe de 24 sites particuliers : des fortifications établies sur des hauteurs, qui se distinguent des autres établissements. Les deux tiers des sites occupés à la fin de l’âge du Bronze moyen I et la moitié des sites datés de l’âge du Bronze moyen II correspondent à ce type d’édifices. Ils sont régulièrement espacés et, situés sur des points hauts avec une vue panoramique, sont toujours en vue d’une ou de plusieurs des autres fortifications. Ils dominent la zone de steppe à proprement parler. Ces forteresses, par leur localisation, bénéficient peu ou prou de la ressource en eau constituée par les nappes perchées infra-basaltiques (Besançon et Geyer 2006 : 40) lorsqu’elles sont implantées sur les mesas basaltiques ou sur leurs pentes. Elles sont situées dans ou en lisière d’une aire écogéographique qui correspond à des terroirs relativement favorisés, ne connaissant qu’une aridité climatique modérée. Pourtant, elles sont le plus souvent implantées sur des corniches de roche à nu, répulsives et peu adaptées à la mise en valeur agricole. Cette disposition est donc avant tout stratégique et semble répondre à des impératifs militaires de surveillance des territoires de l’est et de protection des terres fertiles de l’ouest. Elle explique aussi pourquoi très peu de ces sites ont été prospectés, n’étant pas localisés dans les zones traditionnelles des tells à savoir les plaines.

La région étudiée compte, parmi ces installations, huit constructions similaires, des forteresses de 0,9 à 3,1 ha dont sept ont été prospectées par la mission Marges arides. Ce dispositif est complété par des fortins d’environ 60 m de diamètre, par des tours d’environ 30 m de diamètre et par de petites tours de plan carré, de 12 m à 15 m de côté, dont certaines sont associées à des enclos (fig. 5). Certaines de ces constructions avaient été remarquées lors d’anciennes prospections (Butler 1920, Lassus 1935, Mouterde et Poidebard 1945) et évoquées comme des « forteresses primitives » mais n’avaient pas été perçues comme pouvant appartenir à un même système de défense et l’ensemble n’avait donc pas été envisagé dans sa globalité. Or, il apparaît aujourd’hui qu’il s’agit d’un système cohérent et précisément structuré.

Fig. 5 : Plans de la citadelle de Rahiyya (relevé B. Chalich, C. Duvette, J.-C. Moncel et H. Morel ©mission Marges arides), du fortin de Tall al-‘Albawi 2 (relevé Y. Calvet, C. Duvette ©mission Marges arides) et de la tour de Fahr (relevé Y. Calvet, C. Duvette ©mission Marges arides). État des lieux novembre 2000. Le village à l’intérieur de la forteresse du Bronze moyen de Rahiyya est médiéval.

La taille des différents types d’implantations semble répondre à un rapport simple (1 : 2) : plus de 120 m de diamètre pour les forteresses, en moyenne 60 m de diamètre pour les fortins, 30 m pour les grandes tours et de 15 à 9 m pour les petites tours. La taille des sites, mais aussi leur disposition les uns par rapport aux autres, reflètent une hiérarchisation des installations défensives. Les forteresses sont disposées selon une ligne nord-est / sud-ouest et espacées de 13 à 20 km. La plupart disposent d’un angle de vision très ouvert sur la steppe. Lorsque des reliefs s’interposent entre la forteresse et la steppe, des tours avancées ont été érigées pour pouvoir surveiller la totalité du paysage. Les forteresses les plus vastes (fig. 6-7) sont installées dans les secteurs à plus forte densité de sites et au potentiel agricole le plus élevé. Pouvaient-elles servir de refuge pour les populations en cas d’attaque, en complément des fortifications des agglomérations ?

Fig. 6 : Le rempart de Qal‘at al-Rahiyya, côté est (cliché B. Geyer ©mission Marges arides).

La limite de la zone fortifiée correspond peu ou prou à l’isohyète des 200 mm de précipitations annuelles, traditionnellement considérée comme la limite des cultures pluviales. Les forteresses sont dans le domaine des sédentaires ; les tours et fortins plus proches de la zone « vide », où circulaient probablement des nomades. L’élaboration et la construction de ce réseau défensif semblent par conséquent liées à cette distinction sociale et environnementale. Cependant, contrairement aux autres périodes chronologiques, nous n’avons pas pu, pour l’instant, identifier sur le terrain, par des traces matérielles, les nomades de l’âge du Bronze moyen. Il est peu probable que leurs traces aient entièrement disparu, le très bon état de conservation des sites dans les secteurs les plus arides nous ayant permis de retrouver de très petites installations beaucoup plus anciennes. C’est pourquoi leur absence à l’âge du Bronze moyen interroge : ont-il eu une culture matérielle différente de celle des sédentaires et qui nous échapperait encore ? Auraient-ils pour l’essentiel été repoussés plus loin vers l’est, hors des limites de notre zone d’étude ? Auraient-ils été tous sédentarisés ?

Fig. 7 : La forteresse de Rubba (image GoogleEarth du 27 janvier 2007)

L’étude de la répartition des différentes installations montre qu’une logique précise semble avoir prévalu lors du choix de leur implantation, favorisant les meilleurs emplacements en termes de défense, de surveillance et de communication (par signaux lumineux ou de fumée ; nous développerons cet aspect dans un prochain billet). Le choix topographique des différentes positions est une constante pour tous les sites du réseau : le critère de choix dominant est celui d’un lieu permettant une vue large, même lorsqu’un point plus élevé se situe à proximité et même si cela nécessite parfois l’édification d’un remblai artificiel. La position en hauteur, sur le pourtour de la dépression centrale, entérine l’idée d’une surveillance tournée vers l’est et vers la steppe aride.

Quand et par qui ?

Le système mis en évidence par la prospection s’étale sur toute la zone prospectée, soit un arc de cercle d’une centaine de kilomètres au minimum. On peut supposer qu’on trouve là la majeure partie du réseau défensif avancé. Se pose inévitablement la question de l’articulation de ce réseau avec les grandes villes contemporaines du pourtour de la steppe, notamment Qatna et Ebla.

On notera déjà que l’emplacement de ces très gros sites, du strict point de vue de la répartition des implantations, s’insère bien dans le maillage régulier observé pour les forteresses. Plusieurs établissements qui n’ont pas été visités par l’équipe des Marges arides pourraient s’intégrer au réseau de défense ou de surveillance et de communication : ils répondent aux mêmes critères géographiques, morphologiques et topographiques. Certains se trouvent à l’intérieur de la zone : ce sont les sites qui n’ont pas été vus du fait de leur localisation à l’intérieur de camps militaires contemporains ou qui ont été détruits récemment par l’installation du réseau de téléphonie mobile ; pour ces cas-là, la pérennité de l’occupation militaire et le potentiel en terme de télécommunication sont, en eux-mêmes, une confirmation de leur valeur dans un réseau défensif et de surveillance. Les autres ont fait l’objet d’une prospection « virtuelle » à partir des images satellitaires. Selon cette logique, nous avons pu restituer la suite de ce réseau bien au-delà des limites de la zone que nous avons prospectée, sur une distance nord-sud d’environ 150 km. C’est ainsi que nous avons découvert des sites inédits, dont la surface atteint pour certains jusqu’à 50 ha. Enfin, les caractéristiques géométriques de leur répartition géographique, trop régulières pour être dues au hasard, montrent qu’il y a une unité entre ce réseau et les grandes villes contemporaines connues par les fouilles sur le pourtour de la steppe : amhad (Alep), Qatna (Tall Mishrifa), Ebla (Tall Mardikh), Tall al-Nasiriya, Tall al-Tukan et Tall al-Sur.

La datation de cet ensemble de fortifications repose sur la datation des sites, elle-même fondée sur l’étude de la céramique. Celle-ci révèle que les forteresses ont été mises en place à l’âge du Bronze moyen, sans doute dès la fin de l’âge du Bronze moyen I (2000-1800 av. J.-C.), puis que ce réseau a été en activité à l’âge du Bronze moyen II (1800-1600/1550 av. J.-C.). Ceci n’exclut pas que certains éléments du réseau, notamment des tours, aient déjà existé à l’âge du Bronze ancien et que d’autres positions (principalement des forteresses) aient été réutilisées et intégrées à un système de défense plus tardif. L’analyse du peuplement montre une prise en compte systématique de la défense dans la conception des agglomérations. De fait, cette accentuation de la protection et de la défense des populations à cette période a été mise en évidence sur la plupart des sites fouillés.

Ces nouvelles analyses montrent que, dès la fin de l’âge du Bronze moyen I, c’est-à-dire au tout début du second millénaire av. J.-C., l’organisation de la défense s’est effectuée à une échelle régionale, par la coordination des systèmes défensifs liés aux très grandes villes. La fortification, aspect fondamental des sociétés de l’âge du Bronze moyen, n’avait jusqu’alors été étudiée, du fait des sources disponibles, que du point de vue de la défense des agglomérations et du territoire des villes. C’est la première fois qu’un système fortifié d’une telle ampleur est mis en évidence sur le terrain. Les découvertes de la mission des Marges arides de Syrie du Nord permettent donc de réinterpréter les résultats des travaux archéologiques sur les régions et les sites limitrophes et d’envisager l’ensemble d’un point de vue à la fois plus large et systémique. Établi pour l’essentiel à la lisière orientale de fertiles plateaux basaltiques, tirant le meilleur parti du relief, incontestablement tourné vers l’est, le réseau des fortifications aurait eu pour vocations la défense du territoire et des agglomérations sédentaires, la surveillance et la protection des axes de circulation (le tracé de certains ayant été précisé par notre étude ; nous en reparlerons dans un prochain billet), la communication (par signaux), mais aussi et surtout la protection des terres les plus attractives en terme de potentiel de peuplement et de mise en valeur agricole.

Ces résultats ne sont dus qu’à l’analyse des traces matérielles et leur interprétation ouvre de nombreuses questions historiques. S’il paraît difficile d’admettre qu’un tel ensemble soit la conséquence d’un peuplement informel, alors quel est le pouvoir central ou la coalition de pouvoirs à l’initiative d’un tel aménagement du territoire ?

A suivre…

Bibliographie

Bibliographie complète de la mission dans Rousset M.-O., Geyer B., P.-L. Gatier, Awad N. 2016. Introduction, in : Rousset M.-O., Geyer B., P.-L. Gatier, Awad N. (éds), Habitat et environnement. Prospections dans les Marges arides de la Syrie du Nord, TMO 71, Lyon, 9-18.

Besançon J. et Geyer B. 2006. Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol, in : Jaubert R. et Geyer B. (éds), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, Lyon, 11-53.

Butler H.C. 1907-1920. Ancient architecture in Syria. Section B, Northern Syria. Publications of the Princeton Archeological Expeditions to Syria in 1904-1905 and 1909. Leyde, E.J. Brill, 6 vol.

Calvet Y. 2002. Early Middle Bronze Age Sites in the area of Salamiyah (Syria), in : Bietak M. (ed.), The Middle Bronze Age in the Levant, Proceedings of an International Conference on MB IIA Ceramic Material, Vienna, 24th-26th of January 2001, Denkschriften der Gesamtakademie XXVI, Wien, 103-112.

Geyer B., Rousset M.-O., al-Dbiyat M., Awad N., Barge O., Besançon J. (†), Calvet Y., Gatier P.-L. et Jaubert R. 2004-2005. Les Marges arides de la Syrie du Nord : première synthèse d’une prospection géoarchéologique, Annales Archéologiques Arabes Syriennes 47-48, 17-34.

Geyer B., al-Dbiyat M., Awad N., Barge O., Besançon J., Calvet Y. and Jaubert R. 2007. The Arid Margins of Northern Syria: Occupation of the Land and Modes of Exploitation in the Bronze Age, in : Morandi Bonacossi D. (ed.), Urban and Natural Landscapes of an Ancient Syrian Capital. Settlement and Environment at Tell Mishrifeh/Qatna and in Central-Western Syria, Proceedings of the International Conference held in Udine, 9-11 December 2004, Studi Archeologici su Qatna 1, Forum Editrice, Udine, 269-281.

Geyer B., Awad N., al-Dbiyat M., Calvet Y. et Rousset M.-O. 2010. Un « Très long Mur » dans la steppe syrienne, Paléorient 36/2, 57-72.

Lassus J. 1935. Inventaire archéologique de la région au nord-est de Hama. 2 vol., Beyrouth.

Mouterde R. et Poidebard A. 1945. Le limes de Chalcis. Organisation de la steppe en haute Syrie romaine. B.A.H. 38, Geuthner, Paris.

Rousset M.-O. et Duvette C. 2015. Un village médiéval dans une forteresse de l’âge du Bronze : Qal‘at al-Rahiyya, in : Geyer B., Matoïan V. et Al-Maqdissi M. (éds), De l’île d’Aphrodite au Paradis perdu, itinéraire d’un gentilhomme lyonnais. En hommage à Yves Calvet. Ras Shamra – Ougarit XXII, Louvain, Éditions Peeters, 245-274.

Rousset M.-O., Geyer B., Awad N., Shabo Sh. 2017. Un réseau défensif de l’âge du Bronze Moyen dans les Marges Arides de Syrie du Nord, Paléorient 43.2, 115-163.

Les auteurs

Marie-Odile Rousset est chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Bernard Geyer est Directeur de Recherche au CNRS. Géographe spécialiste du Proche-Orient et des marges arides. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Nazir Awad  est préhistorien, Directeur général des musées de Syrie (DGAMS), membre de la mission « Marges arides » depuis 1995.

Shadi Shabo est doctorant de l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483. Spécialiste de la céramique de l’âge du Bronze moyen. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Odile Rousset, Bernard Geyer, Nazir Awad, Shadi Shabo. Aménagement et défense dans la steppe syrienne à l’âge du Bronze, ArchéOrient - Le Blog, 12 janvier 2018, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/8071

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *