Les outils néolithiques en os d’Aknashen

Les tells d’Aknashen (anciennement Khatunarkh), d’Aratashen et de Masis Blur, situés à courte distance l’un de l’autre dans la plaine de l’Ararat (Arménie), sont des sites d’habitat fondés durant la première moitié du sixième millénaire av. n. è. (Badalyan et al. 2004, 2007, 2010 ; Bălăşescu et al. 2010 ; Martirosyan-Olshansky 2013 inter al.). Les séquences d’occupation néolithiques de ces sites, surmontées de niveaux chalcolithiques à Aknashen et à Aratashen, sont attribuées à la culture « Aratashen-Shulaveri-Shomutepe », qui est marquée par les premières installations permanentes de populations d’agriculteurs-éleveurs dans le sud Caucase (cf. Lyonnet et al. 2012 ; Nishiaki et al. 2015). Les niveaux inférieurs de la séquence d’Aknashen sont équivalents de celle de Hacı Elamxanlı, qui est le plus ancien site néolithique fouillé dans la vallée de la Kura ; le niveau VII, récemment défini à Aknashen, représente le premier établissement néolithique connu de la vallée de l’Araxe et peut-être de l’ensemble du sud Caucase. Il est caractérisé par des constructions rectangulaires, auxquelles succèdent, dans les niveaux postérieurs, des bâtiments circulaires, et par la rareté des tessons de poterie recueillis.

L’abondance et la diversité des artefacts osseux retrouvés sur les sites néolithiques de la plaine de l’Ararat ont déjà été signalées (Badalyan et al. 2004 : 406-408, 2007 : 49-50, 2010 : 199-200 ; Martirosyan-Olshansky 2013 : 146). Ce billet a pour but de souligner la variabilité des matières premières et des classes d’outils des niveaux V-VII d’Aknashen, les plus anciens atteints jusqu’à ce jour par la fouille. L’étude systématique de la production des outillages osseux du site a débuté en 2015 avec comme priorité l’enregistrement du matériel de ces niveaux. La publication des résultats de ce travail est en préparation. Elle devrait être complétée par l’analyse approfondie des usures de fabrication et d’utilisation sous forts grossissements, à partir d’échantillons sélectionnés dans l’ensemble des niveaux fouillés.

Les outils

Les observations rapportées ci dessous sont fondées sur les données enregistrées jusqu’en 2016 pour un total de 365 spécimens, dont 241 proviennent du niveau V d’Aknashen, fouillé sur une plus grande étendue que les niveaux inférieurs, VI et VII, auxquelles sont attribués respectivement 96 et 27 objets. Le niveau VI, quant à lui, montre des déplacements de l’habitat, probablement liés aux variations de la hauteur de la nappe phréatique, le village préhistorique ayant été construit dans la plaine humide (Armine Harutyunyan, communication personnelle, Octobre 2017).
Ce matériel indique une gestion différentielle des matières premières osseuses, associée à un répertoire d’outils varié. La production des grandes classes d’outils a été conçue à partir de matières premières différentes. Cette économie des matières (cf. Perlès 1991) caractérise les productions des trois sites néolithiques fouillés dans la plaine de l’Ararat depuis déjà le niveau VII d’Aknashen. Leur fond technique commun se reflète également dans les décors linéaires incisés sur des outils.

Fig. 1 : Poinçons sur demi-métapodes. Échelle : 3 cm (Clichés et croquis : R. Christidou).

Fig. 2 : Fragment de pointe de projectile. Échelle : 3 cm (Cliché et croquis : R. Christidou).

Fig. 3 : Bipointes. Échelle : 3 cm (Clichés et croquis : R. Christidou).

Fig. 4 : Fragment de palette. Échelle : 3 cm (Dessin : R. Christidou).

Les outils principaux des phases V-VII d’Aknashen sont des poinçons fabriqués à partir de métapodes de petits ruminants, essentiellement de caprinés, des projectiles taillés dans l’os compact de la diaphyse d’os longs de grands mammifères, probablement ruminants, des bipointes également sur des sections d’os compact, des « palettes » sur scapulas de bœufs, des outils tranchants biseautés en bois de cerf, des lissoirs et des outils tranchants sur côtes de grands ruminants, le plus souvent de bœufs (Fig. 1-6). Bien que peu présents à Aknashen, les tubes extraits d’os longs (ulnas et/ou tibias) d’oiseaux et dans un cas (Aknashen) d’un métapode de petit mammifère (taille lièvre ou renard) et les cuillères tirées d’os longs de grands mammifères devraient éventuellement être ajoutés à cette liste (Fig. 7-8). Ces groupes d’objets se retrouvent à Aratashen et à Masis Blur ; leurs fréquences varient. Plusieurs séries de tubes, extraits d’os longs d’oiseaux de tailles différentes, ont été découverts à Masis Blur ; les deux autres sites ont livré chacun un seul exemplaire mais, comme il a été signalé plus haut, le spécimen d’Aknashen se différencie des autres par la matière première et peut-être par sa fonction. L’utilisation des tubes, qui pourraient être des parures, des armes ou même des instruments musicaux, ne peut pas être étudiée sans recours à l’expérimentation et à l’analyse des usures sous forts grossissements. D’autre part, les cuillères, dont l’étude est en cours, semblent bien être trop diversifiées morphologiquement et technologiquement pour qu’on puisse en déduire des variations dans leur distribution spatiale et temporelle. Enfin, la fréquence des poinçons et des outils tranchants pris sur des os longs fracturés varie selon les niveaux et les sites. Ces variations seront examinées dans l’étude comparative des industries d’Aknashen et d’Aratashen.

Fig. 5 : Outils tranchants biseautés en bois de cerf. Échelle : 3 cm (Dessin, cliché et croquis : R. Christidou).

Fig. 6 : Lissoir sur fragment de corps de côte. Échelle : 3 cm (Dessin : R. Christidou).

Fig. 7 : Fragment de tube. Échelle : 3 cm (Cliché : R. Christidou).

Fig. 8 : Fragment de cuillère. Échelle : 3 cm (Cliché et croquis : R. Christidou).

Aknashen V-VII a aussi livré des objets uniques, telle une section proximale de merrain d’un bois de chute de cerf, ayant probablement été utilisé comme percuteur, une palette sur section transversale de bois de cerf et un lissoir sur le processus épineux d’une vertèbre thoracique de très grand mammifère, peut-être de bison (Fig. 9-11). Les parures en os sont, quant à elles, très rares. Deux imitations de craches de cerf proviennent des niveaux inférieurs du site, discutés ici.

Fig. 9 : Percuteur ( ?) en bois de cerf (Cliché : R. Christidou).

Fig. 10 : Palette en bois de cerf (Cliché : R. Christidou).

Fig. 11 : Processus épineux de vertèbre thoracique de grand mammifère (Cliché : R. Christidou)

La pauvreté des indices de débitage de pierre taillée à Aknashen a déjà été signalée (par exemple par Badalyan et al. 2010 : 196). Ceci pourrait expliquer la rareté des outils osseux employés pour travailler la pierre. Les témoins de débitage sur place de supports d’outils osseux sont aussi peu fréquents. Il s’agit d’une quinzaine de spécimens, qui ne représentent pas, a priori, des débris de fabrication mais des produits de débitage du bois de cerf, qui auraient pu être utilisés pour faire des outils, et de métapodes débités ou préparés pour être débités. En ce qui concerne le bois de cerf, si le débitage de cette matière avait lieu sur place, le choix, confirmé, des parties proximales du merrain pour fabriquer des outils tranchants biseautés aurait eu comme résultat l’abandon des parties peu ou pas utiles. Puisque les outils ont été fabriqués à partir de bois de chute, choisis car provenant d’individus adultes, il est possible que les parties utiles aient été prélevées loin de l’habitat. Le travail du bois animal trempé dans des zones humides à proximité de l’habitat est également envisageable. Ceci pourrait expliquer la récupération occasionnelle de portions de bois délaissées, comme la partie haute du merrain pour tailler la palette précitée. Les rejets de débitage de métapodes, quant à eux, sont des fragments d’épiphyses, difficiles à distinguer des autres restes de faune, qui sont le plus souvent des vestiges de boucherie et de consommation. Toutes les autres parties de cet os étaient utiles. Enfin, l’emploi d’os d’espèces sauvages rares pourrait indiquer la valorisation de matières extraordinaires par les artisans locaux, dont le savoir-faire était fondé sur la bonne connaissance et l’exploitation d’une gamme assez large d’os du squelette des mammifères. Il faut signaler ici que la connaissance des propriétés différentes des matières exploitées n’était pas associée à une standardisation stricte de la forme et des dimensions, voire de la quantité des produits visés. Nous donnerons ici deux exemples.

Les poinçons ont été habituellement produits à partir de métapodes rainurés longitudinalement pour être débités en deux parties égales. Cette division a été suivie par l’enlèvement, par fracture, de la demi-épiphyse proximale (rarement de l’extrémité opposée) du support produit et le façonnage d’un poinçon long d’environ 130 mm. La longueur relativement modeste (souvent inférieure à 60 mm) de la plupart des spécimens d’Aknashen V-VII peut être attribuée à des cycles multiples de ravivage et de réutilisation des outils. Parfois, le demi-métapode a été coupé à nouveau dans le sens de la longueur ; des quarts de l’os ont été obtenus. Des moitiés de métapodes, rainurées après l’ablation de l’extrémité, proximale, ont été retrouvées à Aknashen et à Masis Blur. Elles portent des incisions sciées sur le côté externe de l’os et sur le côté médullaire. Il est possible qu’à l’origine l’intention des fabricants n’ait pas été la production de quarts et que les métapodes débités en demis aient été des supports polyvalents. La polyvalence de ces produits pourrait aussi expliquer l’utilisation d’os de juvéniles, fréquents dans les restes alimentaires (Bălăşescu et al. 2010 : 30). L’analyse fonctionnelle aiderait à approfondir cette hypothèse.

À quelques exceptions près, les outils tranchants biseautés en bois de cerf ont été fabriqués à partir de fragments proximaux de ramures.. Leur forme et les traces d’utilisation, observées à l’œil nu et sous loupe binoculaire (5-40X), suggèrent l’emploi des outils pour travailler le bois végétal ou un matériau similaire par percussion indirecte (cette hypothèse doit être confirmée par l’analyse des traces d’utilisation sous forts grossissements.). Les spécimens étudiés montrent des variations de taille, de localisation précise dans le support, de degré de façonnage et de mode d’entretien des outils (par exemple, réaffûtage par raclage ou par abrasion, sectionnement transversal de l’extrémité active et fabrication d’un nouveau biseau). De surcroît, il existe quelques rares exemples d’outils munis de perforations transversales destinées à l’emmanchement.

Discussion

Cette présentation a mis l’accent sur l’utilisation différentielle des matières premières osseuses dans la séquence inférieure de la stratigraphie d’Aknashen. Cette variabilité se place bien en amont des chaînes de production des outils, dans le choix de supports anatomiques différents pour fabriquer des outils différenciés. Les quelques exemples d’emploi occasionnel de supports anatomiques rares, ou de fabrication d’outils d’habitude pris sur d’autres supports, ne doivent pas réduire le rôle dominant de ceux-ci dans les activités de production des outillages. Les modalités de fabrication, que nous présenterons dans un prochain billet rendent compte des spécificités de forme et de structure des matières osseuses et définissent des chaînes opératoires particulières pour chaque classe d’outillage. L’économie des matières observée à Aknashen caractérise aussi les industries osseuses des phases récentes de ce gisement ainsi que des sites voisins, qui peuvent ainsi être examinées comme un ensemble. Les variantes morphométriques et techniques des outils et l’utilisation devront être considérées dans ce cadre.

Remerciements

Je tiens à remercier Christine Chataigner de m’avoir intégrée au sein de la Mission MEAE Caucase et Bérengère Perello d’avoir soutenu cette participation. Ruben Badalyan, Adrian Bălăşescu, Armine Harutyunyan et Pierre Lombard sont aussi remerciés pour leurs conseils pratiques. En octobre 2015, j’ai effectué des observations sur le mobilier osseux de Masis Blur, à l’invitation de Kristine Martirosyan-Olshansky.
Les premières enquêtes sur les tells remontent aux années 1970 et 1980. Des fouilles programmées ont repris de 1999 à 2004 à Aratashen et sont en cours, depuis 2004, à Aknashen dans le cadre de la collaboration entre la Mission MEAE Caucase, dirigée entre 1997 et 2015 par Christine Chataigner et depuis 2016 par Bérengère Perello (CNRS/UMR 5133-Archéorient), avec l’IAE-Institut d’Archéologie et Ethnologie de l’Académie des Sciences de la République d’Arménie. La fouille d’Aratashen a été dirigée par Ruben Badalyan (IAE) et Pierre Lombard (CNRS/UMR 5133-Archéorient) ; celle d’Aknashen par Ruben Badalyan et Armine Harutyunyan (IAE). La nouvelle fouille à Masis Blur, placée depuis 2012 sous l’égide de CIOA-Cotsen Institute of Archaeology à UCLA et de l’IEA, est dirigée par Gregory Areshian, Charles Stanish (CIOA) et Pavel Avetisyan (IEA). Kristine Martirosyan-Olshansky (CIOA) dirige les travaux de terrain.

Références bibliographiques

Badalyan, R., Lombard, P., Chataigner, C., Avetisyan, P., 2004. The Neolithic and Chalcolithic phases in the Ararat plain (Armenia): The view from Aratashen. In : A. Sagona, ed. A view from the Highlands. Archaeological studies in honour of Charles Burney. Ancient Near Eastern Studies Supplement 12. Louvain: Peeters Publishers, 399-420.

Badalyan, R., Lombard, P., Avetisyan, P., Chataigner, C., Chabot, J., Vila, E., Hovsepyan, R., Willcox, G., Pessin, H., 2007. New data on the late Prehistory of the southern Caucasus. The excavations at Aratashen (Armenia): Preliminary report. In : B. Lyonnet, ed. Les cultures du Caucase (VIe-IIIe millénaires avant notre ère). Leurs relations avec le Proche-Orient. Paris : Éditions CNRS « Recherche sur les Civilisations », 37-61.

Badalyan, R.S., Harutyunyan, A.A., Chataigner, C., Le Mort, F., Chabot, J., Brochier, J.E., Balasescu, A., Radu, V., Hovsepyan, R., 2010. The settlement of Aknashen-Khatunarkh, A Neolithic site in the Ararat plain (Armenia). TÜBA-ar, 13, 185-218.

Bălăşescu, A., Vila, E., Radu, V., Badalyan, R., Chataigner, C., 2010. Production animale et économie de subsistance dans la plaine de l’Ararat (Arménie). Annales de l’Université « Valahia » Târgovişte, Section d’Archéologie et d’Histoire, 12(1), 25-38.

Lyonnet, B., Guliyev, F., Helwing, B., Aliyev, T., Hansen, S., Mirtskhulava, G., 2012. Ancient Kura 2010-2011. The first two seasons of joint fieldwork in the Southern Caucasus. Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, 4, 1-190.

Martirosyan-Olshansky, K., Areshian, G.E., Avetisyan, P., Harapetyan, A., 2013. Masis Blur: A Late Neolithic settlement in the plain of Ararat, Armenia. Backdirt (Annual Review of the Cotsen Institute of Archaeology at UCLA), 2013, 142-146.

Nishiaki, Y., Guliyev, F., Kadowaki, S., 2015. Chronological contexts of the earliest Pottery Neolithic in the Southern Caucasus: Radiocarbon dates from Göytepe and Hacı Elamxanlı Tepe, west Azerbaijan. American Journal of Archaeology, 119, 279-294.

Perlès, C., 1991. Économie des matières premières et économie du débitage ; deux conceptions opposées ? In : 25 ans d’études technologiques en préhistoire. XIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. Juan-les-Pins : Éditions APDCA, 37-45.

L’auteur

Rozalia Christidou est archéologue, chargée de l’étude des industries osseuses d’Aknashen et d’Aratashen. Chercheur associée à l’UMR 5133-Archéorient – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : Rozalia Christidou. Les outils néolithiques en os d’Aknashen, ArchéOrient - Le Blog, 22 décembre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/8029

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *