Du punch à Jalès !

En novembre dernier à Jalès, trois tailleurs et une doctorante ont participé à une session d’expérimentation d’une technique de taille de silex, la percussion indirecte : Frédéric Abbès (CNRS, Archéorient, Lyon), François Briois (EHESS, Traces, Toulouse), Jérémie Vosges (chercheur associé à Archéorient) et Cécile Ménager (Archéorient) (fig. 1). La session était organisée par cette dernière dans le cadre de sa thèse portant sur l’apparition et la diffusion de la percussion indirecte dans le monde égéen (VIIIe-IVe millénaires av. J.-C.).

Fig. 1 : Jérémie Vosges, Frédéric Abbès, François Briois et Cécile Ménager (© C. Ménager)

La percussion indirecte consiste à exploiter un bloc de pierre pour en tirer des supports d’outils non pas en le frappant directement avec un percuteur (technique de la percussion directe) mais en utilisant une pièce intermédiaire (en bois végétal ou animal, en os, ou en métal pour les périodes les plus tardives) entre le bloc de silex et le percuteur appelée punch, ou chasse-lame, ou tout simplement pièce intermédiaire (fig. 2). Cette technique allie la force de la percussion lancée et la précision de la percussion posée et permet de fabriquer de manière plus précise et efficace des produits dont on contrôle parfaitement la morphologie.

Fig. 2 : Débitage d’un nucléus lamellaire à la percussion indirecte, in Tixier 1995, p.31, remanié

L’identification de la percussion indirecte pose problème dans bon nombre d’assemblages archéologiques. Les stigmates présents sur les produits peuvent parfois se confondre avec ceux de la percussion directe et de la pression. Le but de la session expérimentale était donc de développer une méthode de reconnaissance claire de cette technique, méthode qui fait pour l’instant défaut aux préhistoriens, en essayant de déterminer ses limites et la variabilité des stigmates qu’elle laisse sur les pièces débitées et ses limites.

Des travaux expérimentaux ont déjà été réalisés sur cette technique de taille mais aucun n’a mis en confrontation les résultats de plusieurs tailleurs. Or un des facteurs que l’on voulait faire varier était justement le tailleur lui-même car la démarche était orientée sur la recherche des limites de la technique. La question principale était de savoir si le « style » de taille de chacun pouvait faire varier les stigmates présents sur les supports débités, ou plus exactement, pouvait faire varier les proportions de ces stigmates dans les séries.
Cette notion de style n’est pas récente : Sylvie Ploux expliquait dans sa thèse en 1988 que les artefacts lithiques portent la trace de l’originalité psychomotrice des individus et que

« la variabilité observée entre ces productions constituaient leur signature respective. (…) Particularités morphotechniques résultant d’un geste technique, elles caractérisent le comportement moteur habituel du tailleur » (p. 42).

Même si l’imaginaire créatif des tailleurs préhistoriques et actuels est soumis aux besoins et aux représentations du complexe techno-culturel auxquels ils appartiennent, chaque individu possède également une manière de tailler propre à lui-même, à sa gestuelle, à sa position et à son caractère.

Pendant quatre jours, les trois tailleurs ont réalisé dix-neuf séries de lames. Ils ont utilisé leurs propres outils : punchs, maillets et peaux de protection. Cela nous semblait important afin qu’ils soient à l’aise et que les stigmates obtenus soient représentatifs du « style » de chacun.

Les variables ont été :

  1. la matière première
  2. la nature du punch
  3. le maillet
  4. la position du tailleur
  5. les modalités et le but du débitage

1. Nous avons utilisé deux sortes de matières premières. Pour l’essentiel des séries expérimentales, nous avons taillé avec du silex de Normandie à grain très fin de très bonne qualité mécanique. Deux séries ont également été faites en opale résinite de Saumur (Maine-et-Loire), matériau plus tendre que le silex mais moins homogène.

Fig. 3 : Punchs utilisés lors de la session expérimentale : 1 à 13, bois de cervidés ; 14, pointe en os ; 1, punch en buis ; 16, punch en micaschiste (© C. Ménager)

2. Les punchs utilisés étaient pour la plupart en andouillers de bois de cerf ou de bois d’élan (fig. 3 n°1 à 13). Le seul punch en bois végétal était en buis (fig. 3 n°15). Aucune autre essence de bois n’a été testée faute de matière première suffisamment solide. Peu d’essences sont assez robustes pour supporter la violence du choc et la dureté du silex. Deux séries ont été réalisées avec un punch en pierre : un galet en micaschiste du Chassezac, affluent de l’Ardèche situé à quelques kilomètres de Jalès (fig. 3 n°16). Aucun tailleur présent n’avait déjà utilisé de pièce intermédiaire en pierre. Les lames réalisées étaient robustes, avec un talon toujours très épais, mais relativement régulières. Un tailleur a essayé une pièce intermédiaire en os sur une série (fig. 3 n°14) mais nous n’avons pu nous procurer de l’os frais en quantité suffisante pour en réaliser d’autres. Le punch en os était sec, cassant, demandant sans cesse d’être entretenu lors du débitage.

3. Chaque tailleur a utilisé à sa guise ses différents maillets pendant les débitages. Leurs poids et leurs formes variaient largement (figure 4).

Fig. 4 : Maillets utilisés lors de la session expérimentale : 1 à 5, 7 et 8, buis ; 6, silex (© C. Ménager)

4. L’essentiel des débitages a été réalisé par les tailleurs assis sur une chaise, position à laquelle ils étaient le plus habitués. Dans cette posture, deux personnes ont taillé en maintenant le bloc vertical entre leurs cuisses, la surface de débitage légèrement inclinée vers le haut contre la cuisse gauche, la main droite tenant le maillet et la gauche le punch, position la plus répandue pour cette technique (fig. 5 n°1) En revanche, un des tailleurs préférait poser le bloc obliquement, le bord du plan de frappe contre la cuisse droite et la base du nucléus en appui sur la cuisse gauche (fig. 5 n°2). On notera que cette différence dans les latéralisations correspond à une différence de pratique individuelle car tous les tailleurs impliqués étaient droitiers. Une série a également été réalisée par un tailleur assis par terre, le nucléus tenu entre les pieds (fig. 6). Cette position lui permettait une bonne immobilisation du bloc mais un inconfort dans les jambes l’empêchant de rester très longtemps dans cette position.

Fig. 5 : Deux maintiens différents du nucléus lors de la taille à la percussion indirecte (© C. Ménager)

Fig. 6 : Taille à la percussion indirecte en position assise au sol (© C. Ménager)

5. Concernant les modalités de débitage, tous les dégrossissages des blocs ont été réalisés en percussion directe, à la pierre dure ou tendre. Les mises en forme ont été faites soit en percussion directe, soit au punch. L’intégralité des déchets de taille a été conservée.
Deux types de débitage ont été réalisés. Soit le tailleur était libre de choisir les modalités de débitage, la seule contrainte étant de réaliser une production lamino-lamellaire en percussion indirecte. Soit le tailleur tentait de reproduire une collection néolithique grecque type Franchti, avec des nucléus pyramidaux ou quadrangulaires possédant deux ou trois crêtes, un plan de frappe lisse ou facetté mais toujours abrasé avant le débitage et de petites dimensions (une dizaine de centimètres de haut) (fig. 7, Perlès 2004 p.18).

Fig. 7 : Schéma d’un nucléus à trois crêtes de Franchti (Argolide), Néolithique, in Perlès 2004, p. 18

Les séries comprenaient entre 40 et plus de 170 lame(lle)s. Les tailleurs s’arrêtaient lorsqu’ils jugeaient que le nucléus était en état d’exhaustion et ne permettait plus la production de lamelles, souvent à cause de ses dimensions trop réduites empêchant une bonne stabilisation ou un entretien de la surface de débitage suite à un éventuel accident.

Les proportions entre la variabilité des stigmates obtenus sont importantes et a priori il semble qu’elles soient en partie liées à la gestuelle de chaque tailleur. Les variables que nous observons dans nos études sont les suivantes : dimensions et morphologie générale des pièces, présence de cortex (fig. 8 n°1), état de fracturation lors du débitage, profil (fig. 8 n°2), section, (fig. 8 n°3), parallélisme des bords, rectitude des nervures, développement du bulbe (fig. 8 n°4), esquillement du bulbe ou esquille bulbaire (fig. 8 n°5), morphologie du talon et éventuelle fissuration (fig. 8 n°6), inclinaison du plan de frappe, angle de chasse (fig. 8 n°7), présence d’une lèvre (fig. 8 n°8), lancettes sur la face inférieure (fig. 8 n°9), lancettes particulières en partie proximale de la face inférieure (fig. 8 n°10), localisation et amplitude des ondes sur la face inférieure (fig. 8 n°11), retouches spontanées sur les bords des produits (fig. 8 n°12).

Fig. 8 : Stigmates observés sur les pièces expérimentales (lame débitée à la percussion indirecte avec un punch en bois de cerf). (© C.Ménager)

Chaque variable est examinée sur toutes les pièces et les informations sont en cours d’enregistrement dans une base de données. Un traitement statistique de ces informations sera réalisé avec le logiciel « R ».
Les séries lithiques expérimentales sont donc en cours d’étude et feront l’objet d’un article collectif réunissant l’ensemble des expérimentateurs en 2018. Toutes les remarques et les critiques à propos de ce travail expérimental sont les bienvenues et sont même souhaitées par les quatre expérimentateurs, curieux de nouvelles idées.

Bibliographie

Perlès C. 2004. Les industries lithiques taillées de Franchti (Argolide, Grèce), Les industries du Néolithique ancien au Néolithique final, Indiana University Press, tome III.

Ploux S. 1988. Approche archéologique de la variabilité des comportements individuels. L’exemple de quelques tailleurs magdaléniens à Pincevent, Thèse de doctorat, Université de Nanterre – Paris X, Archéologie et Préhistoire, deux volumes. [En ligne] https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00761111/

L’auteur

Cécile Ménager est doctorante à Archéorient en archéologie du Néolithique de la Grèce, spécialiste en technologie lithique, sous la direction d’Eric Thirault (UMR 5133), Sophie de Beaune (UMR 7041) et le tutorat de Frédéric Abbès (UMR 5133).

Pour citer ce billet : Cécile Ménager. Du punch à Jalès !, ArchéOrient - Le Blog, 15 décembre 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/8004


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *