Les tombes protohistoriques d’Arabie Saoudite : Bilan et nouvelles perspectives (1/2)

Des dizaines de milliers de structures funéraires en pierres sèches ponctuent les paysages d’Arabie Saoudite (Fig.1). Elles sont par convention attribuées à la période de l’Âge du Bronze (3200-1200 av. J.-C.). Ces monuments funéraires constituent sur le territoire saoudien les vestiges archéologiques presque exclusifs de la période protohistorique (env. 5e-1er millénaire av. J.-C.), avec les kites (Barge et al. 2015a et 2015b, Crassard et al. 2014) et les gravures rupestres (Bednarik et Khan 2005, Jennings et al. 2013 et 2014, Poliakoff 2014). Aucun site d’habitat de l’Âge du Bronze n’étant pour le moment clairement identifié, l’étude de ces tombes est incontournable pour appréhender les sociétés protohistoriques ouest- et centre-arabiques. Or, les recherches sur ce thème sont très récentes en Arabie Saoudite ce qui conduit à des lacunes et des présupposés encore importants.

Fig.1 : Tombes de la nécropole d’Abrak Farzan (région d’al-Kharj) (A. Chevalier)

Brève historiographie de la recherche en Arabie Saoudite et problèmes de chronologie

Les récits des voyageurs et explorateurs de la péninsule Arabique aux XIXe et XXe siècles constituent une première documentation précieuse des vestiges archéologiques d’Arabie Saoudite, avec notamment les explorations de Ch. Doughty en 1876 (1888), de Ch. Huber en 1883-1884 (1891), de A. Jaussen et R. Savignac en 1907 (1997), de St. H. J. B. Philby (1920 et 1933) et l’expédition Philby-Rychmans-Lippens en 1951 (Grohmann 1962, Lippens 1956). La présence des nombreux monuments funéraires en pierres sèches, localisés sur les sommets des reliefs que ces explorateurs ont parcourus, n’a pas échappé à leurs observations et ces structures ont parfois fait l’objet de descriptions précises.

Cependant, malgré la découverte relativement précoce de la richesse du patrimoine saoudien, de véritables recherches archéologiques dans le Royaume n’ont été mises en place qu’assez tardivement. En effet, hormis quelques initiatives ponctuelles (Bibby 1966 et 1973, Gaury 1945), il a fallu attendre 1976 pour qu’une volonté de documenter de manière systématique le patrimoine saoudien soit réellement manifestée par le Royaume. Celui-ci, à travers la SCTH (« Saudi Commission for Tourism & National Heritage », le service des antiquités saoudien), décida à ce moment-là d’organiser des prospections à grande échelle à travers les différentes provinces d’Arabie Saoudite. Ce projet ambitieux, qui s’est déroulé sur plusieurs années, visait à enregistrer et à documenter tout le matériel et les vestiges archéologiques rencontrés, quelle que soit leur période chronologique. Les rapports préliminaires de ces prospections (publiés dans la revue saoudienne Atlal) font bien sûr mention des monuments funéraires en pierres sèches (Fig.2). Ceux-ci ont fait l’objet d’un enregistrement succinct et sont généralement simplement localisés sur des cartes malheureusement approximatives. Les connaissances relatives à ces tombes étant très limitées, ces monuments funéraires sont la plupart du temps présentés sur le même plan que d’autres structures en pierres sèches qui ne bénéficient pas d’identification claire de leur fonction ni d’une datation précise. Ainsi, malgré cette base de documentation importante du patrimoine saoudien, l’Âge du Bronze demeure une période très méconnue.

Fig.2 : Localisation des prospections réalisées dans les années 1970-1980 et répartition générale des sites où des tombes protohistoriques ont été enregistrées (Données obtenues depuis les rapports préliminaires publiés dans la revue Atlal (Adams et al 1977, Gilmore et al 1982, Ingraham et al 1981, Parr et al 1978, Potts el al 1978, Whalen et al 1981, Zarins et al 1979, 1980, 1981, 1982)) (A. Chevalier / Fond de carte fourni par ESRI (ArcGis 10), Copyright © 2013 National Geographic Society, i-bubed)

Un réel déséquilibre s’est alors fait sentir, d’un point de vue quantitatif et qualitatif, dans la documentation des différentes régions de la péninsule Arabique. Les riches corpus constitués sur les tombes de l’Âge du Bronze observées au Yémen (Crassard et al. 2008 et 2010, Edens 1999, Maigret 1990, McCorriston et al. 2011, Steimer-Herbet 1999a et b pour les principales études), en péninsule Omanaise (Voir Cleuziou & Tosi 2007 et références citées), à Bahreïn (Højlund 2007, Laursen 2008 et 201, Lombard 1999) et dans une moindre mesure à Koweït (Rutkowski 2011 et 2014) sont venus contrebalancer les lacunes importantes de l’Arabie Saoudite. Des études transversales ont même été tentées pour rapprocher les observations faites dans différents pays du Levant et de la péninsule Arabique (Steimer-Herbet 2001). Par suite, la datation de ces structures funéraires bien documentées a influencé l’interprétation des tombes d’Arabie Saoudite. Celles-ci ont donc été attribuées à l’Âge du Bronze, alors que les maigres informations chronologiques obtenues dans le Royaume ne permettaient pas d’établir une telle périodisation pour ce vaste territoire.

Depuis maintenant une dizaine d’années, les programmes de recherches se sont multipliés en Arabie Saoudite. Ces missions collaboratives avec des équipes internationales sont souvent centrées sur une oasis et son environnement immédiat. Certains de ces programmes de recherches s’intéressent de plus en plus à ces monuments funéraires en pierres sèches. C’est le cas par exemple de la mission franco-saoudienne de Madâ’in Sâlih (Nehmé et al. 2011 et 2015), de la mission italo-franco-saoudienne de Dûmat-al-Jandal (Loreto & Marcolongo 2016 et rapports 2015 et 2016 (à paraître)), de la mission germano-saoudienne de Tayma (Hausleiter 2015 et 2016) et de la mission franco-saoudienne d’al-Kharj (Chevalier et al. 2018, Schiettecatte et al. 2013, 2016 et à paraître) (Fig.3). Cet intérêt récent pour les tombes protohistoriques d’Arabie Saoudite permet progressivement de collecter du matériel archéologique et des datations associées à ces tombes, par le biais de fouilles et de prospections.

Fig. 3 : Carte de situation des principaux sites sur lesquels des tombes protohistoriques sont étudiées par des missions internationales en Arabie Saoudite (A. Chevalier / Fond de carte fourni par ESRI (ArcGis 10), Copyright © 2013 National Geographic Society, i-bubed)

Cependant, pour le moment, le matériel archéologique et/ou anthropologique associé à ces monuments est encore relativement limité. La datation de ces tombes reste ainsi délicate. Les premiers résultats de ces recherches apportent tout de même des éléments prometteurs. C’est le cas pour certaines datations – qui devraient être publiées prochainement – qui remontent au minimum au 4e millénaire av. J.-C. et semblent ainsi se rapprocher de certains résultats obtenus en Jordanie (Abu Azizeh 2010, 2011 et 2013). Par ailleurs, plusieurs tombes s’avèrent avoir été réutilisées au 1er millénaire av. J.-C. après une première utilisation pour une inhumation au 3e millénaire av. J.-C. (Chevalier et al. 2018, Schiettecatte et al. 2013). Or, des cas similaires avaient déjà été observés pour quelques tombes au Yémen (Crassard et al. 2008 et 2010). Enfin, des réutilisations de ces tombes après le 1er millénaire ne sont pas à exclure, comme l’attestent déjà certaines datations plus récentes. C’est le cas par exemple d’une tombe « cunéiforme » (appelée aussi « tapered structures » (Zarins et al. 1979)), fouillée à al-Rayn (Chevalier à paraître). Ainsi, les résultats à venir concernant ces tombes amèneront à reconsidérer les bornes chronologiques admises jusqu’à présent pour l’Arabie centrale et occidentale.

Le terme « protohistorique » paraît donc, au moins pour le moment, le plus adapté pour qualifier les tombes en pierres sèches d’Arabie Saoudite. Couvrant une vaste période du 5e au 1er millénaire av. J.-C., ce terme permet d’englober les périodes de construction et d’utilisation possibles de ces tombes. Par ailleurs, parler de « protohistoire » permet d’éviter de s’attacher à des concepts liés à l’Âge du Bronze dont on ne sait pas encore quand ils peuvent s’appliquer au vaste territoire qui correspond à l’actuelle Arabie Saoudite.

La multiplication des recherches sur le terrain saoudien participe donc à combler au fur et à mesure des lacunes encore trop importantes concernant les tombes protohistoriques. Les données de fouilles et de prospections fourniront à terme les éléments nécessaires à l’élaboration d’une chronologie adaptée à ces structures funéraires. Cependant, en parallèle de la poursuite de ces recherches de terrain, une autre approche qui offre des perspectives d’études intéressantes est envisageable ; celle de l’analyse spatiale de ces monuments funéraires.

Bibliographie

Abu-Azizeh W. 2010. Occupation et mise en valeur des périphéries désertiques du Proche-Orient au Chalcolithique/Bronze ancien : Le cas de la région de al-Thulaythuwat dans le sud de la Jordanie, Thèse de doctorat en Histoire et Archéologie des Mondes Anciens, sous la direction de Pascal Butterlin, Versailles St Quentin en Yvelines, Université de Versailles St Quentin en Yvelines.

— 2011. Structures cultuelles et funéraires des IV-IIIe millénaires dans le sud jordanien désertique : l’occupation de la région d’Al-Thulaythuwat, in T. Steimer-Herbet (éd.), Pierres levées, stèles anthropomorphes et dolmens : Aspects cultuels des IVe et IIIe millénaires au Levant et en péninsule Arabique, Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen – British Archaeological Reports (Int. Series 2317), 21–39.

— 2013. Prospections et fouilles archéologiques dans la région d’Al-Thulaythuwat : Modalités d’occupation et analyse structurelle des campements de pasteurs nomades du Chalcolithique/Bronze Ancien dans une zone de périphérie désertique du sud jordanien, in W. Abu-Azizeh, M. Tarawneh (éds.), Recherches actuelles sur l’occupation des périphéries désertiques de la Jordanie aux périodes protohistoriques, Actes de la table ronde organisée en coopération avec l’IFPO et la Faculté d’Archéolgie de l’Université al-Hussein Bin Talal (Wadi Mussa, 11-13 Juillet 2011), Dossier thématique, Syria 90, 13–48.

Adams Mc C., Ibrahim M., Parr P.J., Mughannum A. 1977. Saudi Arabian Archaeological Reconnaissance 1976. The Preliminary Report on the First Phase of the Comprehensive Archaeological Survey Program, Atlal 1, 21-40.

Barge O., Brochier J. E., Crassard R. 2015a. Morphological diversity and regionalisation of kites in the Middle East and Central Asia, Arabian Archaeology and Epigraphy 26/2, 162-176.

Barge O., Brochier J. E., Chahoud J., Chambrade M.-L., Chataigner C., Crassard R., Régagnon E., Seba H. 2015b. GLOBALKITES, une étude intégrée des « desert-kites », in Actes du premier congrès du réseau national des MSH (Décembre 2012), Caen, Maison de la Recherche en Sciences Humaines, 123-124.

Bednarik R.G., Khan M. 2005. Scientific studies of Saudi Arabian rock art, Rock Art Research 22/1, 49-81.

Bibby G. 1966. Arabian Gulf Archaeology, The Tenth Campaign of the Danish Archaeological Expedition, Kuml 1965, 144–152.

— 1973. Preliminary Survey in East Arabia 1968, Reports of the Danish Archaeological Expedition to the Arabian Gulf, Copenhagen, Gyldendal (Vol. 2).

Charloux G., Loreto R. (éds.), à paraitre, The 2015 Report of the Saudi-Italian-French Archaeological Project at Dumat al-Jandal (Saudi Arabia), Riyadh, Saudi Commission for Tourism and Antiquities.

Charloux G., Loreto R. (éds.), à paraitre, The 2016 Report of the Saudi-Italian-French Archaeological Project at Dumat al-Jandal (Saudi Arabia), Riyadh, Saudi Commission for Tourism and Antiquities.

Chevalier A. à paraitre. The protohistoric funerary structures of al-Rayn (Governorate of Riyadh), Conference proceedings of the 1srt Saudi Antiquities Forum (Riyadh, 7-9 November 2017).

Chevalier A., Schiettecatte J., Tzortzis S., Wermuth E. 2018 (sous press). The Bronze and Iron Age funerary landscape in central Arabia, in M. Luciani (ed.) Archaeology of the Arabian Peninsula: Connecting the Evidence (Oriental and European Archaeology), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Cleuziou S., Tosi M. 2007. In the Shadow of the Ancestors. The Prehistoric Foundations of the Early Arabian Civilization in Oman, Mascate, Ministry of Heritage and Culture of Oman.

Crassard R., Hitgen H., Gerlach I., 2008. Rescue excavations along the Yemen LNG pipeline from Marib to Balhaf. Sana’a, Yemen LNG Company.

Crassard R., Schiettecatte J., Hitgen H. 2010. Reuse of tombs or cultural continuity? The case of tower-tomb in Shabwa governorate (Yemen), in L. Weeks (éd.), Death and Burial in Arabia and Beyond, Multidisciplinary perspectives, Oxford, Archaeopress, 173-177.

Crassard R., Barge O., Bichot Ch.-E., Brochier J. E., Chahoud J., Chambrade M.-L., Chataigner Ch., Madi K., Régagnon E., Seba H., Vila E. 2014. Addressing the Desert Kites Phenomenon and Its Global Range Through a Multi-proxy Approach, Journal of Archaeological Method and Theory 22/4, 1093-1121.

Doughty Ch. M. 1888. Travels in Arabia Deserta, London, Jonathan Cape.

Edens C. 1999. The Bronze Age of Highland Yemen, Chronological and Spatial Variability of Pottery and settlement, Paléorient 25/2, 105-128.

Gaury (de) G. 1945. A Burial Ground in Al-Kharj, The Geographic Journal 106 3/4, 152-153.

Gilmore M., Ibrahim M., Murad Abd al. J. 1982. Comprehensive Archaeological Survey Program: Preliminary Report on the Northwestern and Northern Region Survey 1981 (1404), Atlal 6, 9-23.

Grohmann A. 1962. Expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie, Louvain, Publications universitaires.

Hausleiter A. 2015. Tayma, Saudi-Arabien. Rettungsgrabungen im Gräberfeld von al-Nasim. Die Arbeiten des Jahres 2014, in Deutsches Archäologisches Institut (éd.), e-Forschungsberichte 2015, Berlin, Deutsches Archäologisches Institut, 74-76 (Vol.2).

— 2016. Tayma, Saudi-Arabien. Multidisziplinäre Forschungen in der Oase. Die Arbeiten des Jahres 2015, in Deutsches Archäologisches Institut (éd.), e-Forschungsberichte 2016, Berlin, Deutsches Archäologisches Institut, 147-154 (Vol.3).

Højlund F. 2007. The Burial Mounds of Bahrain: Social Complexity in Early Dilmun, Aarhus, Aarhus University Press, Jutland Archaeological Society Publications 58.

Hubert Ch. 1891. Journal d’un Voyage en Arabie : 1883-1884, Paris, Imprimerie Nationale.

Ingraham L., Johnson T.D., Rihani B., Shatla I. 1981. Saudi Arabian Comprehensive Survey Program: Preliminary Report on a Reconnaissance Survey of the Northwestern Province (with a Note on a Brief Survey of the Northern Province), Atlal 5, 59-84.

Jaussen A., Savignac R. 1997. Mission archéologique en Arabie (mars-mai 1907), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 3 vol.

Jennings R., Shipton C., Al-Omari A., Alsharekh A., Crassard R., Groucutt H., Petraglia M.D. 2013. Rock art landscapes beside the Jubbah palaeolake, Saudi Arabia, Antiquity 87, 666-683.

Jennings R., Parton A., Groucutt H.S., Clark-Balzan L., Breeze P., Drake N.A., Alsharekh A., Petraglia M.D. 2014. High-resolution geospatial surveying techniques provide new insights into rock-art landscapes at Shuwaymis, Saudi Arabia, Arabian Archaeology and Epigraphy 25/1, 1-21.

Laursen S. T. 2008. Early Dilmun and its rulers: new evidence of the burial mounds of the elite and the development of social complexity, c. 2200-1750 BC. Arabian Archaeology and Epigraphy 19, 156–67.

— 2010. The emergence of mound cemeteries in Early Dilmun: New evidence of a proto-cemetery and its genesis c.2050-2000 BC, in L. Weeks (éd.), Death and Burial in Arabia and Beyond, Multidisciplinary perspectives, Oxford, Archaeopress, 115-139.

Lippens Ph. 1956. Expédition en Arabie centrale, Paris, Adrien Maisonneuve.

Lombard P. (dir.) 1999. Bahreïn. La civilisation des Deux Mers : de Dilmoun à Tylos, Paris, Institut du Monde Arabe.

Loreto R., Marcolongo B. 2016. Geomorphological & Geoarchaeological Survey in Dûmat al-Jandal and al-Jawf Area, in G. Charloux, Loreto R. (éds.), DUMA 4. The 2013 Report of the Saudi-Italian-French Archaeological Project at Dumat al-Jandal (Saudi Arabia), Riyadh, Saudi Commission for Tourism and Antiquities, 37-68.

Maigret (de) A., 1990. The Bronze Age culture of Hawlan at Tiyal and Al Hada (Republic of Yemen): a rst general report, Rome, Ismeo (Vol. 1).

McCorriston J., Steimer-Herbet T., Harrower M., Williams K., Saliège J.-Fr., Aqil Ab. 2011. Gazetteer of Small scale monuments in the prehistoric Hadramwat (Yemen): a radiocarbon chronology from the RASA-AHSD project research 1996-2008, Arabian Archaeology and Epigraphy 22/1, 1-23.

Nehmé L., Abu-Azizeh W., Benech C., Charloux G., Delhopital N., et al. 2011. Report on the Fourth Excavation Season (2011) of the Madâ’in Sâlih Archaeological Project. [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00671451

Nehmé L., Abu-Azizeh W., Bauzou T., Durand C., Rohmer J., et al. 2015. Report on the Fifth Season (2014) of the Madâ’in Sâlih Archaeological Project. [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01122002

Parr P.J., Zarins J., Ibrahim M. 1978. Comprehensive Archaeological Survey Program. Preliminary Report on the Second Phase of the Northern Province Survey 1397/1997, Atlal 2, 29-50.

Philby H. St J. B. 1920. Southern Najd, The Geographical Journal 55/ 3, 161–185.

— 1933. The Empty Quarter: Being a Description of the Great South Desert of Arabia Known as Rub’ al-Khali, London, Constable & Campany LTD.

Poliakoff C. 2014. Étude des gravures rupestres du jabal al-Kawkab (Arabie Saoudite), Mémoire de Master 2 en Archéologie, sous la direction de Pascal Butterlin, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Potts D.T., Mughannum A., Frye J., Sanders D. 1978. Comprehensive Archaeological Survey Program. Preliminary Report on the Second Phase of the Eastern Province Survey 1397/1997, Atlal 2, 7-28.

Rutkowski Ł. (éd.), 2011. Kuwaiti-Polish Archaeological Investigations in Northern Kuwait. As-Sabbiya 2007-2010. Varsovie, National Council for Culture, Arts and Letters, Kuwait – Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw.

— 2014. Tumulus burial field on the north coast of Kuwait Bay. Preliminary excavation report on the spring season in 2011 Polish Archaeology in the Mediterranean 23, 431–61.

Schiettecatte J., al-Ghazzi A. (éds.) 2013. Preliminary report. Third season of the Saudi French Mission in al-Kharj. [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01062149.

Schiettecatte J. (éd.) 2016. Preliminary Report. Fifth season of the Saudi-French mission in al-Kharj. [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01485741.

Schiettecatte J., Chevalier A. (éds.) à paraitre. Preliminary Report. Sixth season of the Saudi-French mission in al-Kharj.

Steimer-Herbet T. 1999a. Jabal Ruwaik: Megaliths in Yemen, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 29, 179-182.

— 1999b. Results of the Excavation in Jabal Jidran (February 1999), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 31, 221-226.

— 2001. Les tombes en blocs mégalithiques et en maçonnerie de pierres sèches dans le Levant et la Péninsule arabique aux IVe et IIIe millénaires avant J.-C., Thèse de doctorat en Archéologie, sous la direction de Jean-Louis Huot, Paris, Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne.

Whalen N., Killick A., James N., Morsi G., Kamal M. 1981. Saudi Arabian Archaeological Reconnaissance 1980. Preliminary Report on the Western Province Survey, Atlal 5, 43-59.

Zarins J., Ibrahim M., Potts D.T., Edens C. 1979. Saudi Arabian Archaeological Reconnaissance 1978. The Preliminary Report of the Third Phase of the Comprehensive Archaeological Survey Program of the Central Province, Atlal 3, 9-43.

Zarins J., Ibrahim M., Whalen N., Mursi A., Khan M. 1980. Comprehensive Archaeological Survey Program. Preliminary Report on the Central and Southwestern Provinces Survey, 1979, Atlal 4, 9-37.

Zarins J., Mughannum A.S., Kamal M. 1984. Dhahran Tumuli. Excavations at Dhahran South – The Tumuli Field (208-91), 1403/1983. A Preliminary Report, Atlal 8, 25-29.

Zarins J., Murad Abd al. J., AL YISH K.S. 1981. The Comprehensive Archaeological Survey Program. The Second Preliminary Report on the Southwestern Province, Atlal 5, 9-43.

Zarins J., Rahbini A.A., Kamal M. 1982. Comprehensive Archaeological Survey Program: Preliminary Report on the Archaeological Survey of the Riyadh Area, Atlal 6, 25-37.

L’auteur

Anaïs Chevalier est doctorante contractuelle à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattachée au laboratoire ArScAn – UMR 7041. Elle fait une thèse sous la direction de Pascal Butterlin et le tutorat de Jérémie Schiettecatte, intitulée « De la tombe à la construction de lieux de mémoires et d’identité : structuration du paysage par les monuments funéraires protohistoriques d’Arabie centrale et occidentale ».

Pour citer ce billet : Anaïs Chevalier. Les tombes protohistoriques d’Arabie Saoudite : Bilan et nouvelles perspectives (1/2), ArchéOrient - Le Blog, 1 décembre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7969

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *