A la recherche de l’ “instrumentum inscriptum”

Dès qu’une société adopte l’écriture, c’est tout naturellement que les objets de la vie quotidienne en deviennent des supports. Au Proche-Orient, en Grèce, à Rome et jusqu’à nos jours, les objets peuvent parler, même involontairement, quand l’organisation de l’atelier a amené les artisans à leur apposer des estampilles, lettres ou marques diverses liées à la fabrication. Par leur intermédiaire, les hommes communiquent entre eux, avec des courriers, des vœux ou des avertissements ou s’adressent aux dieux en faisant porter à des offrandes leurs invocations, leurs souhaits ou leurs malédictions. L’ensemble de ces inscriptions, souvent courtes mais toujours riches de sens, forme un corpus que les épigraphistes n’ont pas toujours considéré d’un très bon œil. C’est en effet une documentation marquée socialement et techniquement : les inscriptions sont souvent brèves, parfois obscures et éventuellement maladroites. Peu de scripteurs maîtrisent les finesses de la langue, voire de la grammaire. Ils utilisent volontiers des termes vernaculaires et leurs graphies peuvent refléter des accents locaux. A ce titre, le corpus de l’instrumentum inscriptum constitue une source originale et précieuse, parfaitement complémentaire de l’épigraphie lapidaire, qui représente surtout les classes plus favorisées (fig. 1).

Fig. 1 : Quelques exemples d’objets inscrits de Gaule romaine : 1, signaculum de M. Cornelius Narb(onensis) ; 2 et 3, étiquettes estampillées au nom de Mar. (ou Var.) Ruf(…) ; 4, anneau estampillé de Q. Iulius Priscus (ou bien d’un esclave de Q. Iulius Primus) ; 5, plaquette votive de Pontaix, au musée de Die : Cinna æd(ilis) iter Larib(us) de suo (pecunia) dat (1-4, d’ap. Feugère 1998 ; 5, ph. Y. Teyssoneyre) (présentation détaillée de ces objets dans Artefacts.mom.fr, fiches SIG-4001, ETQ-4001, AES-4002 et EVO-4010).

C’est une des rares sources, et sans doute la plus fiable, à partir de laquelle on peut mesurer les progrès de la ‘literacy’ dans une société antique. Sans équivalent précis en français, ce terme concerne la maîtrise de la lecture et de l’écriture chez ceux qui l’ignoraient auparavant. Ce rapport complexe à l’écrit, qui fonde chez nous les débuts de l’Histoire, marque pour les sociétés anciennes une étape majeure, celle d’une véritable révolution culturelle. Au cours de ce processus, la mémoire, la tradition, mais aussi l’autorité, changent de camp : ce qui se fondait autrefois sur la parole repose désormais sur le document écrit, qu’on peut archiver, recopier, transmettre, envoyer mais aussi falsifier et détruire (Feugère 2013) …

Il y a une trentaine d’années, dans plusieurs pays européens, diverses initiatives ont relancé ce thème de recherche quelque peu oublié depuis les travaux pionniers du début du XXe siècle. Sous l’impulsion de S.S. Frere et de R. Tomlin, rompus au déchiffrement de la cursive romaine, les chercheurs anglais commencent à réunir dans le volume II des Roman Inscriptions of Britain tous les documents sur instrumentum, répertoriés auparavant dans une chronique de Britannia. Dans son impressionnante variété, ce corpus forme aujourd’hui un modèle pour qui veut embrasser d’un seul regard les inscriptions sur objets, tous supports confondus (Frere, Roxan, Tomlin 1990 ; Frere, Tomlin 1991a et b ; 1992). Dans le même temps naît, sur le continent, un projet de corpus des inscriptions sur instrumentum en Autriche romaine (Hainzmann 1988), et c’est en Hongrie que M. Hainzmann et Zs. Visy organisent, en 1991, le premier colloque Instrumenta Inscripta Latina, accompagné d’une exposition et d’un catalogue (Cat. Pécs 1991).

La deuxième édition de ce colloque, tenue à Klagenfurt en 2005, illustre quinze années de progrès de la dynamique ouverte sur ce sujet (Hainzmann, Wedenig 2008). Peu après est créée, en Suisse, l’association Ductus consacrée aux « inscriptions mineures », dont le premier colloque est publié en 2012 (Fuchs, Sylvestre, Schmidt Heidenreich 2012). En France, divers projets de corpus ont été lancés pour des catégories spécifiques et une partie de ces démarches ont été regroupées en 2004 dans un dossier de la revue Gallia. On ne peut plus dire aujourd’hui que l’épigraphie de l’objet est une discipline oubliée, elle est désormais bien reconnue comme une source majeure de l’histoire économique et sociale (Feugère, Lambert 2004, Feugère 2008). Mais en France, du moins, cette prise de conscience se heurte encore à l’absence de corpus général de ces inscriptions, qu’il s’agisse d’apprécier la variabilité des usages au sein d’une même catégorie, ou plus encore si on souhaite comparer des formules attestées sur des supports différents.

Prenons l’exemple des « inscriptions amoureuses », ces objets surtout attestés dans le Nord-Est de la Gaule et sur lesquels on a relevé des formules volontairement ambiguës, se prêtant notamment à une lecture à double sens, anodine et/ou sexuelle. Comme ils ont attiré l’attention de plusieurs chercheurs depuis quelques décennies, ces textes sont assez bien répertoriés, mais on ne les a jusqu’à présent répertoriés que par catégorie : fusaïoles (Dondin-Payre 2005), fibules (Martin-Kilcher 1998, Feugère 2010 ; Feugère, Lambert 2011), stylets (Feugère 2000). On s’aperçoit aujourd’hui, d’une part, que l’essentiel des inscriptions de ce type se rencontrent dans la même région, le Nord-Est de la Gaule et les provinces limitrophes, et, par ailleurs, que les mêmes formules apparaissent sur des objets très différents. Ainsi, l’inscription ave vimpi (« bonjour ma belle », en langue gauloise) se retrouve à la fois sur une fusaïole de Nyon et sur des fibules découvertes à Laon et à Cirencester. Il y a donc là, non seulement un phénomène culturel transrégional, mais aussi une adaptation des fabricants à une demande sociale qu’il importe d’étudier en tant que telle (Fig. 2 et 3).

Fig. 2 : Quelques inscriptions « amoureuses » sur des objets gallo-romains : 1, fibule en forme de canif, spes ; 2, bague en or, ut(ere) fel(ix) ; 3, fusaïole, Nata vimpi, b(ene) sa(alve) v(ale) Totunci ; 4, fusaïole, Ave Domina / Sitio; 5, stylet, Amori / ars mea / cum studio / procedet ; 6, fibule, Amanti si me amas succurre (présentation détaillée de ces objets dans Artefacts.mom.fr, fiches FIB-4428, BAG-4039, FUS-4004, FUS-4005, STY-4130, FIB-4432, FIB-4427).

Fig. 3 : Inscriptions diverses sur des fibules gallo-romaines et romaines ; « amoureuses » : 1, en forme de couronne, spes. amor. si me amas ; 2, iudicio te amo ; 3, mihi valeas ; 4, av(e) vimpi ; marques moulées : 5, Munati ; 6, Iuli ; 7, Av(e) vimpi (présentation détaillée de ces objets dans Artefacts.mom.fr, fiches FIB-4811, -4427, -4429, -4944, 4046, -4140).

Une autre catégorie d’objets inscrits, les étiquettes commerciales en plomb, s’avère, au fur et à mesure qu’apparaissent les documents, d’une richesse insoupçonnée. Là encore, ce sont des chercheurs germanophones qui ont publié les premiers documents, à Trèves et en Autriche. Quelle que soit la région de découverte, le format des inscriptions suit un modèle de présentation assez régulier, ce qui facilite en partie le déchiffrement des inscriptions les plus difficiles. Le début mentionne le destinataire auquel la marchandise est destinée (on la stocke sans doute en attendant sa prochaine visite). Ensuite vient le nom de la denrée préparée pour ce client, souvent accompagnée d’un poids et plus rarement d’un prix en deniers, ou en asses (pluriel de as) pour les biens moins coûteux. Les premiers objets commerciaux révélés par ces étiquettes étaient souvent des épices ou des plantes rares : poivre, asperges, baies de myrte… On s’est aperçu depuis que les étiquettes étaient employées massivement dans les fullonicae (ateliers de traitement des textiles, qui effectuaient aussi des travaux de blanchisserie et de teinture) , et qu’elles pouvaient alors indiquer, outre le nom du propriétaire, la désignation du vêtement confié et parfois la nature du travail à effectuer : nettoyage, réparation, teinture, etc. Les quantités d’étiquettes les plus importantes qu’on connaisse à ce jour concernent cette catégorie et témoignent de l’existence de vastes ateliers, notamment à Siscia en Croatie (Radman-Livaja 2014) (Fig. 4).

Fig. 4 : Étiquette inscrite de Trèves : Novelu / pipera. vn.. // P VIII / n se XX[—] (d’ap. Schwinden 1985) et carte de répartition de ces étiquettes en Gaule ; la taille des points est proportionnelle au nombre de découvertes par site (maximum à Sisak, 1200 ex.) (Artefacts.mom.fr : ETQ-4001).

Certes, les objets inscrits correspondent à des cas de figure très différents suivant qu’on s’intéresse aux marques de production, aux inscriptions de propriété ou aux formules votives. Dans un cas, c’est l’organisation des ateliers qui sera l’objectif du chercheur, avec le recrutement des artisans et leur lien avec les propriétaires. Dans l’autre, on découvrira le nom des choses et on pourra étudier l’onomastique d’une population locale. Dans le cas des offrandes religieuses, enfin, c’est le lien entre les pèlerins et les dieux qui pourra être analysé à travers les noms des dédicants, les formules sacrées et les objets offerts. Si les objets diffèrent, les objectifs de toutes ces approches ont en commun la relation des hommes avec l’écrit. Aux premiers temps de l’alphabétisation, une partie de ceux qui apprenaient à écrire devaient se contenter de savoir tracer leur nom en « grandes lettres ». Mais avec le temps, les progrès de l’enseignement permirent à un nombre croissant d’accéder à des connaissances littéraires approfondies, dont témoignent quelques graffites élaborés.

Des travaux importants ont déjà été exécutés sur des séries importantes, comme les graffites sur vases, sur enduits muraux, les estampilles d’amphores ou de vaisselle de table, les inscriptions sur fibules ou autres objets. Il convient cependant de compléter et d’élargir la plupart d’entre elles. Quoi qu’il en soit, avec tous les dossiers ouverts en France, c’est sans doute le bon moment pour lancer le projet d’un « Corpus des inscriptions sur l’instrumentum romain », sur le modèle du volume II des Roman Inscriptions of Britain, comme cela a déjà été fait chez nous pour les seules inscriptions gauloises (RIG II, 2 ; Lambert 2002). Si différents inventaires régionaux existent déjà pour des séries particulières, ces projets doivent être regroupés et surtout indexés dans le cadre d’un projet global. Ce futur Corpus constitue, bien sûr, un projet ambitieux et qui ne portera ses fruits que dans plusieurs années ; mais c’est à ce prix que l’instrumentum inscriptum pourra prendre toute sa place parmi les sources mises à la disposition des chercheurs pour l’étude des sociétés antiques sur le territoire national.

Bibliographie

Cat. Pécs 1991 : Instrumenta Inscripta Latina. Das römische Leben im Spiegel der Kleininschriften, Pécs 1991.

Dondin-Payre M. 2005. Épigraphie et acculturation : l’apport des fusaïoles inscrites. In : Le monde romain à travers l’épigraphie : méthodes et pratiques. coll. UL 3, Lille, 2005, 133-146.

Feugère M. 2000. Stylet inscrit de Rouffach (Haut-Rhin). Gallia 57, 2000, 227-229.

Feugère M. 2008. Plaidoyer pour la « petite épigraphie » : l’exemple de la cité de Béziers. In : R. Häussler (dir.), Romanisation et épigraphie. Etudes interdisciplinaires sur l’acculturation et l’identité dans l’Empire romain (Archéologie et Histoire Romaine, 17), 2008, 119-134.

Feugère M. 2010. Comendo tibi amicitiam. Nouvelles fibules romaines à inscription ponctuée. In : Ch. Ebnöther, R. Schatzmann (Hrsg.). Oleum non perdidit. Festschrift für Stefanie Martin-Kilcher zu ihrem 65. Geburtstag (Antiqua 47), Bern 2010, 315-321.

Feugère M. 2013. Oralité et autorité en Gaule préromaine, d’après les monnaies gauloises méridionales. In : P.-M. Guihard, D. Hollard (éds.), De nummis gallicis. Mélanges de numismatique celtique offerts à Louis-Pol Delestrée (Rech. et Trav. SENA, 5), Paris 2013, 43-47, pl. 6.

Feugère M., Lambert P.-Y. 2004 (eds.). L’écriture dans la société gallo-romaine. Gallia 61, 2004, 3-171.

Feugère, Lambert 2011 : M. Feugère, P.-Y. Lambert, Une belle gauloise… A propos d’une fibule inscrite de laon. Etudes Celtiques XXXVII, 2011, 147-152.

Frere S.S., Roxan M., Tomlin R. 1990. The Roman Inscriptions of Britain, II. Instrumentum domesticum (Personal Belonging and the like), Fasc. 1, Stroud 1990.

Frere S.S., Tomlin R. (ed.) 1991a. The Roman Inscriptions of Britain, II. Instrumentum domesticum (Personal Belonging and the like), Fasc. 2, Stroud 1991.

Frere S.S., Tomlin R. (ed.) 1991b. The Roman Inscriptions of Britain, II. Instrumentum domesticum (Personal Belonging and the like), Fasc. 3, Stroud 1991.

Frere S.S., Tomlin R. (ed.) 1992. The Roman Inscriptions of Britain, II. Instrumentum domesticum (Personal Belonging and the like), Fasc. 4, Stroud 1992.

Fuchs M.E., Sylvestre R., Schmidt Heidenreich Chr. (eds.) 2012. Inscriptions mineures : nouveautés et réflexions (Actes du premier Colloque Ductus, Lausanne 2008), Bern 2012.

Hainzmann M. et al. 1988. Zum Fondsprojekt P-6373-G : Instrumentum Domesticum Inscriptum Austriae Romanae (Aufnahme und Dokumentation der Kleinschriften aus dem Römischen Österreich). Mitt. Archäol. Ges. Graz 2, 1988, 52-66.

Hainzmann M., Wedenig R. (Hrsg.) 2008. Instrumenta Latina II. Akten des 2. Internationalen Kolloquiums Klagenfurt Mai 2005), Klagenfurt 2008.

Lambert P.-Y. 2002. Recueil des inscriptions gauloises (R.I.G.). Volume II, fascicule 2. Textes gallo-romains sur instrumentum (Suppl. à Gallia, 45), Paris 2002.

Martin-Kilcher S. 1998. Ab aquis venio – zu römischen Fibeln mit punzierter Inschrift. In : R. Ebersbach, A.R. Furger (Hrsg.), Mille Fiori. Festschr. L. Berger (Forsch. Augst 25), Augst 1998, 147-154.

Radman-Livaja I. 2014. Tesserae Sisciensiae, Les plombs inscrits de Siscia / Olovne tesere iz Siscije (Musei Archaeol. Zagrebiensis Cat. et Monogr. 9), Zagreb 2014.

R.I.G. : Recueil des Inscriptions Gauloises

Schwinden L. 1985. Römerzeitliche Bleietiketten aus Trier. Zum Handel mit Pfeffer, Arznei und Kork. Trierer Zeitschrift 48, 1985, 121-137.

L’auteur

Michel Feugère, chercheur au CNRS, UMR 5138 (ArAr, Archéologie et Archéométrie)

Pour citer ce billet : Michel Feugère. A la recherche de l’ “instrumentum inscriptum”, ArchéOrient - Le Blog, 24 novembre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7956

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *