Quatre vases pour une bière : servir à boire en Mésopotamie dans la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C.

Il est bien connu qu’en Mésopotamie la bière était probablement la boisson la plus consommée après l’eau. Il n’est donc guère surprenant d’observer une quantité considérable de vases et d’objets liés à sa fabrication, ainsi qu’une terminologie spécifique utilisée dans les textes (Faivre 2009a : 288-298 ; 2009b : 367). Un exemple du rôle important que la bière jouait dans la société mésopotamienne est donné par le célèbre « Hymne à Ninkasi », un poème mythique que nous connaissons en trois copies paléo-babyloniennes et qui fournit une description complète des différentes étapes de sa préparation (Civil 1964, Damerow 2012 : 2-3). Malgré son caractère poétique, l’hymne permet de lier, de façon générale, les informations sur le processus de production de la bière à la réalité archéologique. Les sites de Lagash, Kish, Tell Hadidi, Tell Bazi – pour ne citer que quelques exemples – ont fourni les témoignages matériels de ces étapes, avec la découverte d’une panoplie d’instruments comprenant des céramiques spécialement conçues pour cette finalité.

Fig. 1 : Four-part sets complets associés à sept sépultures de Abu Salabikh.

De même, à partir de la fin des années 1970, sous le sol des maisons d’Abu Salabikh, en Irak du sud, des fouilles anglaises ont mis au jour une série de sépultures équipées de mobiliers funéraires remarquables. Certaines d’entre elles contenaient des ensembles de vases apparemment liés sur le plan fonctionnel, par la suite dénommés Four-part sets (Postgate, Moorey 1976 : 151). Ceux-ci se composent d’un gobelet à fond plat, d’une passoire (ou un bol avec le fond percé), d’un support percé, et d’un vase ouvert de grande taille (une cuve), souvent retrouvés emboîtés les uns dans les autres (Fig. 1-3). Même si Abu Salabikh a fourni la plupart des assemblages (sept sépultures, Fig. 1), des ensembles identiques ont été trouvés sur d’autres sites à peu près contemporains (Fig. 4) : Kish (Fig. 5-6) et Tell al-Deylam (Fig. 7), Tell Madhhur (Fig. 8) et Tell Razuk (Fig. 9-10), dans la région du Hamrin.

Fig. 2 : Four-part set de la Tombe 96 d’Abu Salabikh (d’après Martin, Moon, Postgate 1985 : pl. XXVIc).

Fig. 3 : Four-part sets des Tombes 1 et 26 d’Abu Salabikh (d’après Postgate, Moorey 1976 : pl. XXVIc).

Fig. 4 : Carte de distribution des Four-part sets.

Fig. 5 : Assemblage des vases à bière de la Tombe 87 de Kish, Area A (d’après Hrouda – Karsten 1967 : taf. 5).

Fig. 6 : Mobilier funéraire de la Tombe 1 avec le Four-part set, Kish, Area P (© Oxford Archaeology Image Database).

Fig. 7 : Mobilier funéraire d’une tombe avec le Four-part set, Tell al-Deylam, Area C (d’après Armstrong 1992 : fig. en bas à droite p. 223).

Fig. 8 : Représentation de la Tombe 5G à Tell Madhhur avec certains éléments du Four-part set (d’après Roaf 1982 : fig. 34 ; Roaf, Moon 1984 : fig. 13, 7-9).

Fig. 9 : Tell Razuk, mobilier céramique de la Burial 12 : à droite l’assemblage de quatre vases avec le support à bec verseur (d’après Gibson 1981 : pl. 93, 1).

Fig. 10 : Tell Razuk, plan de la Burial 12 avec la disposition du mobilier funéraire : la jarre 323 est posée sur le support 326 (d’après Gibson 1981 : pl. 46, 1).

Ces assemblages sont souvent accompagnés par une forme céramique tout à fait singulière : un support creux dont la partie supérieure est fermée et dotée (dans sa version plus simple) d’un bec verseur ou (dans une variété plus élaborée) de trois anses en ruban, terminant directement dans la vasque du vase (Fig. 11). Dans les exemplaires de petite taille, les anses sont remplacées par trois ou quatre protubérances sur les côtés du bord supérieur (Kish, Fig. 5 – Moon 1987 : 45). Ce réceptacle a été fréquemment dessiné ou photographié à l’envers, comme un bol profond (voir, par exemple, Mackay 1929 : pl. LIV ; Parrot 1967 : fig. 314 ; Muller 2002 : fig. 217e) ou interprété comme une lampe (Muller – Weygand 2007 : 159).

Fig. 11 : Support avec anses en ruban provenant de : a) Tombe 6G à Tell Madhhur (d’après Roaf, Moon 1984 : fig. 12, 12) ; b) Burial 12 à Tell Razuk (d’après Gibson 1981 : pl. 97 : 3).

Néanmoins, la découverte en place de ce vase dans la Burial 12 de Tell Razuk (Fig. 11 : 336) montre clairement sa fonction : une jarre percée à la base était posée directement sur le support, de manière à que le fond perforé de la jarre et le bec du support soient en communication. Il convient de souligner que presque tous ces supports ont la partie supérieure aplatie, de manière à empêcher la rétention éventuelle de liquides. C’est pour toutes ces raisons que nous considérons ce vase comme un support et non pas comme une lampe ou un contenant à liquides. Pour autant, il n’est pas certain que la présence ou l’absence du support doive être considérée comme une variante des Four-part sets, formant un assemblage composé de facto de cinq éléments. Cependant, certaines sépultures à Abu Salabikh (Tombes 19, 143 et 173) étaient caractérisées par la présence de ce type de support (parfois même miniaturisé – Moon 1987 : 44-45) accompagné d’une jarre avec perforation à la base, sans que tous les autres composants de l’assemblage soient documentés. En ce sens, le fait que certaines sépultures aient été perturbées pourrait expliquer le caractère parfois incomplet des Four-part sets. Il a été suggéré (Gibson 1981 : 78 ; Wilson 1994 : 69) que la différenciation des formes céramiques composant les assemblages ait été dépendante de leur chronologie plutôt que de leur fonction. La datation attribuée par les fouilleurs aux sépultures de Kish et Abu Salabikh remonte au Dynastique Archaïque IIIB (2450-2350 av. J.-C. environ) ; celles de Tell al-Deylam semblent dater à la fin du Dynastique Archaïque IIIB/début de la période akkadienne (2400-2300 av. J.-C. environ), tandis que les tombes du Hamrin sont probablement plus récentes, datant de la pleine époque d’Akkad (troisième quart du IIIe millénaire). Sans rentrer dans le détail du débat chronologique, il suffit ici de souligner une connexion identifiable entre chronologie et contexte. En effet, le contexte de provenance des ensembles à quatre (ou cinq) vases des sites sud-mésopotamiens semble être uniquement funéraire et date très vraisemblablement du Dynastique Archaïque IIIB.

Fig. 12 : Assemblage céramique associé à la Maquette A. Les vases encadrés forment des ensembles de vases à bière (d’après Parrot 1967 : fig. 314).

Fig. 13 : Assemblage céramique associé à la Maquette C avec les vases à bière composant un ensemble (d’après Muller, Weygand 2007 : fig. 12).

Un cas de figure différent est représenté par le matériel associé aux maquettes architecturales découvertes à Mari, sur l’Euphrate syrien. Les Maquettes A et C (toutes les deux ayant 34 vases associés – Fig. 12-13), ainsi que la Maquette D (avec environ 25 pots associés – Muller 2015 : note 15 – Fig. 14), présentent des assemblages miniatures tout à fait identiques à ceux provenant des sépultures des autres sites mésopotamiens. Toutefois, les maquettes semblent liées à des niveaux architecturaux datant des premières phases de la Ville II, à savoir du Dynastique Archaïque IIIA (2600-2450 av. J.-C. environ) (Muller 2015 : 275).

Fig. 14 : Assemblage céramique associé à la Maquette D avec les vases à bière composant un ensemble (d’après Muller 2015 : fig. 8).

En ce qui concerne l’aspect fonctionnel des ensembles, on pourrait envisager un lien avec la dernière phase de fabrication de la bière, ou plutôt avec une certaine manière de la servir. Le liquide conservé en jarre était probablement versé dans l’entonnoir posé sur le support percé, sûrement revêtu par un tissu, compte tenu de la grandeur de ses perforations. Le breuvage déversé dans la cuve collectrice pouvait donc être savouré dans le gobelet, forme céramique évidemment liée à la consommation. Ainsi, la jarre perforée, posée sur le support à bec, jouait le même rôle en dispensant la boisson de manière différente (pour divers types de liqueurs ? Ou plutôt pour différents niveaux de filtrage et gradation d’un même liquide ?).

Selon P. Damerow (2012 : 5-6) et M. A. Powell (1994 : 116-117), les textes des archives de la ville mésopotamienne de Girsu parlent de différents types de bière (brune, brune sucré, rouge-brune, etc.), parmi lesquelles une bière filtrée dite kaš sura. Pour l’instant, il n’y a aucun indice pour lier directement ces ensembles à quatre vases avec les sources textuelles, sauf leur emploi pour filtrer un liquide. Néanmoins, l’utilisation des Four-part sets pourrait être associée à des occasions particulières dans la vie sociale des communautés mésopotamiennes, dont l’importance semble soulignée par la présence des Four-parts sets au sein de certains mobiliers funéraires.

L’attestation de ces assemblages à quatre ou cinq vases dans une région bien délimitée est encore plus intéressante à la lumière de leur présence à Mari, en association avec les maquettes architecturales.

À première vue, cette pratique, quelle qu’en soit sa nature, apparaît dans la partie septentrionale de la Mésopotamie du sud et se répand ensuite vers le Hamrin. La présence de formes miniatures plus anciennes à l’ouest, c’est-à-dire à Mari, semble suggérer qu’il s’agit d’une pratique insérée dans une procédure de production et consommation déjà existante auparavant.

D’un côté, chacun des éléments composant ces ensembles se retrouve dans différents contextes mésopotamiens, que ce soit au Nord ou au Sud. De l’autre, le support percé – forme fondamentale de l’assemblage à bière – est présent, par exemple, dans les répertoires céramiques de Nippur, d’Abu Salabikh et de Tell Sabra, dans les niveaux du Dynastique Archaïque III et du début de la période d’Akkad, mais n’apparaît pas dans les franges les plus méridionales de la Mésopotamie.

En l’état actuel des connaissances, les données archéologiques sont trop limitées pour parvenir à une vision plus claire de l’utilisation de ces ensembles à quatre vases et de leur influence dans la vie quotidienne en Mésopotamie.

Cependant, on peut affirmer en toute probabilité que la nature des contextes et les caractéristiques du Four-part set renvoient à une sphère de commensalité, dans laquelle la bière était sans doute la boisson jouant un rôle prédominant.

Bibliographie

Armstrong, J. A. 1992. West of Edin: Tell al-Deylam and the Babylonian City of Dilbat, The Biblical Archaeologist 55/4, 219-226.

Civil M. 1964. A Hymn to the Beer Goddess and a Drinking Song, in Studies Presented to A. Leo Oppenheim, June 7, 1964, Chicago, The University of Chicago Press, 67-89.

Damerow P. 2012. Sumerian Beer: The Origins of Brewing Technology in Ancient Mesopotamia, Cuneiform Digital Library Journal 2012/2, 1-20.

Faivre X. 2009a. Récipients, ustensiles et alimentation : fonctions et usages multiples… mais lesquels ?, Cahier des thèmes transversaux ArScAn IX, 277-294.

— 2009b. Vases à bière : de la production à la consommation, Cahier des thèmes transversaux ArScAn IX, 367-383.

Gibson, McG. (éd.) 1981. Uch Tepe I: Tell Razuk, Tell Ahmed al-Mughir, Tell Ajamat, Hamrin Report 10, Chicago – Copenhagen, Oriental Institute and University of Copenhagen.

Hrouda, B., Karstens, K. 1967. Zur inneren Chronologie des Friedhofes „A“ in Ingharra/Chursagkalama bei Kiš, Zeitschrift für Assyriologie und Vorderasiatische Archäologie 58, 256-298.

Killick, R. G., Roaf, M. D. 1979. Excavations at Tell Madhhur, Sumer 35, 534-542.

Mackay, E. 1929. A Sumerian Palace and the “A” Cemetery at Kish, Mesopotamia, Field Museum of Natural History, Anthropology Memoirs 1/2, Chicago, Field Museum Press.

Martin, H. P., Moon, J., Postgate, J. N. 1985. Graves 1 to 99, Abu Salabikh Excavations 2, London, British School of Archaeology in Iraq.

Moon, J. 1987. Catalogue of Early Dynastic Pottery, Abu Salabikh Excavations 3, London, British School of Archaeology in Iraq.

Moon, J., Roaf M. D. 1984, The Pottery from Tell Madhhur, Sumer 43, 128-158.

Muller, B. 2002. Les « maquettes architecturales » du Proche-Orient Ancien. Mésopotamie, Syrie, Palestine du IIIe au milieu du Ier millénaire av. J.-C., Bibliothèque Archéologique et Historique 160, Beyrouth, Institut français d’archéologie du Proche-Orient.

— 2015. Mari, chantier F (2000) : la « maquette architecturale » D, Akh Purattim 3, 261-275.

Muller, B., Weygand, I. 2007. Nouvelles données sur le « maquettes » circulaires de Mari, Akh Purattim 2, 135-166.

Parrot A. 1967, Mission archéologique de Mari, vol. III. Les temples d’Ishtarat et de Ninni-Zaza, Bibliothèque Archéologique et Historique 86, Paris, Libraire Orientaliste Paul Geuthner.

Postgate J. N., Moorey, P. R. S. 1976. Excavations at Abu Salabikh, 1975, Iraq 38, 133-169.

Powell, M. A. 1994. Metron Ariston: Measure as a Tool dor Studying Beer in Ancient Mesopotamia, in L. Milano (éd.), Drinking in Ancient Societies. History and Culture of Drinks in the Ancient Near East. Papers of a Symposium held in Rome, May 17-19 1990, History of the Ancient Near East / Studies VI, Padova, Sargon, 91-119.

Roaf, M. D. 1982. The Hamrin Sites, in J. Curtis (éd.), Fifty Years of Mesopotamian Discovery. The Work of the British School of Archaeology in Iraq, 1932-1982, London, British School of Archaeology in Iraq : 40-47.

Roaf, M. D., Moon, J. 1984. The Pottery from Tell Madhhur, Sumer 43: 128-158.

Wilson, K. 1994. Review of Catalogue of Early Dynastic Pottery, Abu Salabikh Excavations, vol. 3, Jane Moon 1987, Journal of Near Eastern Studies 53/1, 67-69.

L’auteur

Melania Zingarello est doctorante à l’Université de Strasbourg. Elle est archéologue et spécialiste des céramiques mésopotamiennes du IIIe millénaire av. J.-C.

Pour citer ce billet : Melania Zingarello. Quatre vases pour une bière : servir à boire en Mésopotamie dans la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C., ArchéOrient - Le Blog, 20 octobre 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7836

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *