De quelques petits points de géographie à l’usage des étudiants en archéologie…

Avec un titre comme celui-là, le lecteur comprend d’emblée que l’objectif de ce billet est de discuter (modestement) interdisciplinarité, liens entre la géographie et l’archéologie, apports réciproques, recherche d’une meilleure définition des concepts, etc… Car s’il est évident que nombre d’auteurs tentent souvent de concilier l’espace (du géographe) au temps (de l’archéologue), nul doute que les essais laissent à désirer, notamment chez les étudiants et les jeunes chercheurs, lesquels n’ont pas tous suivi une formation minimale aux concepts de base de la géographie actuelle et se trouvent donc désarmés face à un certain nombre de concepts et de méthodes. Nous essaierons donc ici de mettre l’accent sur des points précis, dans le but de dresser quelques lignes de réflexion sur les apports potentiels de la géographie à l’archéologie, sur l’intérêt de sortir de la « géographie comme cadre naturel » pour aborder les véritables préoccupations de l’organisation spatiale des sociétés du passé, que ce dernier soit perçu sur le temps long de la préhistoire ou sur les temps plus courts des sociétés historiques.

Du « géographique » ou du « spatial » ?

Si on considère la géographie comme l’inscription des hommes et de leurs activités dans leur(s) espace(s), la première des remarques qu’il me semble nécessaire de faire réside dans la distinction entre géographique que la plupart des auteurs utilisent dans leurs présentations, et spatial qu’il serait sans doute plus judicieux d’utiliser. En effet, par géographique, les auteurs suggèrent la plupart du temps le rapport des activités humaines à leur environnement naturel : localisation, topographie, conditions climatiques, etc… C’est un lien qui s’inscrit certes dans la grande histoire universitaire de la discipline (laquelle revendique néanmoins le géographique dans son approche) mais ce faisant, on introduit parfois, volontairement ou involontairement, un sous-entendu déterministe (= le milieu naturel déterminerait les activités).

Par spatial (mot beaucoup plus neutre), c’est la relation entre les lieux « porteurs de sociétés », inscrits dans l’espace « géographique », qui est soulignée. Ce sont les interactions entre les lieux eux-mêmes que l’on essaie, par une analyse spatiale, de comprendre.

Tout interagit avec tout, mais deux objets proches ont plus de chances de le faire que deux objets éloignés (« première loi géographique » de W. Tobler 1970).

C’est la recherche de l’organisation spatiale des lieux entre eux, des voisinages, des homogénéités ou hétérogénéités spatiales… dans une certaine « horizontalité ». Dans cette approche, on ne sous entend donc pas de relation(s) immédiate(s) avec les caractéristiques physiques (climats, sols, topographie…), pas de relations directes « homme/milieu » (qui s’exprimeraient, par opposition, plutôt dans la « verticalité »). Si indiscutablement, de tout temps, les hommes se sont adaptés à leur(s) environnement(s), bon nombre de leurs décisions d’implantations ne relèvent absolument pas d’un rapport déterminé par le milieu et, en utilisant la distinction géographique/spatial, on évite de retomber dans le piège déterministe (ce qui est souvent le cas des archéologues, et d’autant plus que la période étudiée est lointaine… – et cela est parfois encore plus évident chez ceux qui tentent de modéliser les pseudo « niches éco-culturelles » des sociétés paléo- ou néolithiques).

Dans toute recherche portant sur les vestiges matériels des sociétés du passé (lesquels sont souvent les seuls disponibles pour l’analyse), il conviendrait de mettre davantage en évidence les caractéristiques spatiales des éléments constitutifs de leur mode de vie (localisation, hiérarchie, maillage, etc… des habitats, des lieux funéraires, des lieux d’activités, etc…) que se poser la question de savoir si le cadre physique a eu une influence sur l’organisation et le comportement des hommes.

Cette distinction géographique/spatial est donc loin d’être anodine, premièrement parce qu’elle n’est pas évidente pour le « non habitué » à réfléchir spatialement, et ensuite parce que l’utilité de réfléchir spatialement et à différentes échelles n’est pas considérée comme démontrée de prime abord, puisque justement une bonne démarche spatiale est rarement menée.

Du problème de l’échelle

Un autre problème classique de l’appréhension de l’espace par l’archéologue est celui de l’échelle spatiale de l’analyse menée (l’échelle du temps étant plutôt bien abordée !).
Nous l’avons montré, nous semble-t-il, avec la diffusion du Néolithique en Europe (c.f billet ; Rasse 2008, 2015a et 2015b): ce que l’on peut dire à l’échelle locale, voire régionale, n’est pas systématiquement valable à l’échelle continentale.

Ainsi, si l’on comprend bien que les premiers cultivateurs ont sans doute été fortement influencés par les caractéristiques écosystémiques pour la mise en culture de céréales qu’il a fallu progressivement « ajuster » aux sols locaux, dire que les sols, que le climat, que la topographie… ont pu jouer un rôle important à l’échelle européenne est erroné, et cela est d’autant plus évident que la dynamique spatiale de cette diffusion, par la localisation des activités et par sa rapidité, montre le contraire. A l’échelle locale, de la parcelle agricole, du « terroir », le rôle des conditions naturelles (qualité des sols, régularité des pluies, exposition, etc …) était sans aucun doute crucial pour les premières mises en culture de terres nouvelles. Mais à l’échelle européenne de la néolithisation, la rapidité de la diffusion (que l’on peut aborder justement par l’analyse spatiale) montre que les conditions écosystémiques n’exercent pas le rôle fondamental que certains ont voulu leur attribuer (exemples des sols loessiques jugés très favorables alors qu’ils n’ont été utilisés que très tardivement ; des grands cours d’eau jugés privilégiés pour les déplacements alors que les principaux axes de diffusion utilisés en sont éloignés, etc… ).

Il paraît donc vital que toute réflexion sur l’organisation des sociétés se fasse simultanément à différentes échelles, à l’échelle des composantes du site fouillé (concession, maison, édifices, lieu cultuel…), à l’échelle locale du lieu étudié (village, site funéraire…), mais aussi aux échelles régionales et continentales, pour étudier les possibles relations avec les autres sites connus à la même période, leurs modes d’approvisionnement en matières premières, les influences subies dans les secteurs de marges d’entités plus dynamiques, etc…

Cette approche est certes sous-entendue dans de nombreuses publications, mais elle n’est pas directement pratiquée, l’analyse spatiale étant trop souvent limitée à celle du site fouillé (selon la conception de Leroi-Gourhan, par décapages successifs lors de fouilles des habitats préhistoriques pour en comprendre leur fonctionnement « interne »), ce qui est loin de correspondre aux différentes approches du géographe.

De la représentation et de l’analyse cartographiques, outils privilégiés…

Le géographe a un outil privilégié : la carte ! La représentation cartographique apporte un très grand nombre d’informations et l’analyse spatiale qui en découle apporte des réponses aux questions posées ou, à défaut, permet de poser les bonnes questions et de mettre en évidence les problèmes à résoudre.

Or il faut bien le reconnaître, bon nombre de documents cartographiques sont loin de répondre aux objectifs, non seulement parce que les simples règles de la sémiologie graphique ne sont pas toujours respectées, mais aussi parce que la démarche ne s’inscrit pas dans une réelle recherche spatiale. La carte peut se décliner en carte de localisation, mais aussi et surtout en carte d’exploitation et de présentation des données (qualitatives et/ou quantitatives) recueillies sur le terrain ou par analyse d’un corpus documentaire « spatialisable ». On peut ainsi, de manière très intéressante (et sans tenter les approches quantitatives complexes par SIG ou modélisation qui rebuteraient les non-spécialistes) passer de la simple localisation de découvertes à une cartographie des densités et/ou des réseaux potentiels de la circulation des objets en question (fig. 1). On gagnera beaucoup ensuite à comparer les résultats à d’autres exemples, à d’autres réseaux contemporains (si l’on veut confirmer les axes de circulation de l’époque) ou à des exemples chronologiquement bien différents (si l’on veut mettre en évidence des récurrences, des dynamiques spatiales identiques ou au contraire totalement différentes…).

Fig. 1 : Exemple de démarche cartographique (à partir de l’exemple des haches en roches vertes du V et VI émes millénaires issues des carrières alpines ; Pétrequin et al. 2002) : 1 : Localisation des découvertes ; carte tirée de Pétrequin et al. 2002 ; 2 : Discriminations spatiales ; 3 : Carte des densités des découvertes ; 4 : Carte des réseaux potentiels de distribution (Exemple de démarche tiré de Rasse 2010).

On peut aussi décliner les résultats dans des cartes de synthèse ou des chorèmes, lesquels ont le mérite de présenter les modèles d’organisation spatiale que l’analyse du corpus a rendu compréhensibles. Or les efforts fournis par R. Brunet (1986) ou par ses « suiveurs » (au sens du monde de l’art ; exemples avec Casanova Enault et Chatel, 2015a, 2015b) n’ont guère été couronnés de succès auprès des archéologues, alors même que les propositions (très « structuralistes ») sont à même de promouvoir, et de manière fortement heuristique, cette approche spatiale. Ainsi les différentes grilles chorématiques (fig. 2) proposées par lesdits auteurs sont à même d’appréhender, de simplifier pour des non-spécialistes, de proposer une ou des lectures des plus intéressantes pour recontextualiser les sites étudiés dans un ou des espaces multiformes et de permettre d’avancer sur la voie d’une meilleure compréhension générale, et ce à différentes échelles d’analyse.

Fig. 2 : « Le tableau des structures élémentaires de l’espace ou le socle de la chorématique » (Brunet, 1986)

On ne peut que se féliciter des essais d’intégrer cette démarche dans le cadre de travaux de préhistoire (très bon exemple avec Thirault, 2005), mais il faut reconnaître que les tentatives sont bien trop peu nombreuses.

De la nécessité d’un champ sémantique transdisciplinaire à adopter, à adapter, à perfectionner…

Enfin, dans cette présentation rapide des préoccupations du géographe travaillant avec des archéologues, il semble nécessaire d’adopter un champ sémantique transdisciplinaire, adaptable à des disciplines ayant des préoccupations différentes mais ayant toutes la volonté de prendre en compte les aspects spatiaux, fondamentaux, dans leurs recherches. Les quelques exemples concrets qui suivent ont pour objectif de montrer que cela est non seulement possible, mais aussi très heuristique (à la fois pour échanger avec les collègues des disciplines voisines sans laisser les incompréhensions dominer les discours, mais aussi ne pas retomber dans des à-peu-près explicatifs).

Ainsi, récemment, nous sommes tombés sur l’expression « paysage funéraire », expression qui nous paraît significative de la facilité avec laquelle l’étudiant (ou le chercheur) peut se créer, se forger un vocabulaire susceptible de répondre à ses préoccupations de recherche (au même titre qu’il peut s’inventer un langage cartographique s’il n’a pas été formé à la sémiologie graphique) et, simultanément, de la difficulté à aborder les mêmes préoccupations avec le vocabulaire d’une discipline habituée à l’approche spatiale. Ainsi le très « géographique » paysage (mot qui a été galvaudé dans le langage courant ; ex : paysage politique, médiatique, « thérapeutique »…) exprime l’insertion de la réflexion dans la géographie physique, dans l’environnement, dans l’anthropisation d’un « support », d’un milieu initialement entièrement naturel …  mais funéraire relève des pratiques culturelles de ladite société qui inscrit ses lieux funéraires dans cet espace, la plupart du temps indépendamment des conditions naturelles, du paysage (sauf peut-être quand les lieux funéraires sont des grottes définies par les conditions géomorphologiques locales… et en ce cas il ne s’agit là que d’une adaptation, d’une facilité, d’un possible proposé localement, sans qu’il faille y voir là une « inscription », une « résonance », culturelle et volontaire, avec tout ce que cela présuppose de « pratiques » funéraires, sauf à pouvoir le prouver évidemment !).

Le mot palimpseste, toujours fortement utilisé par les archéologues (et notamment par les paléolithiciens) pour décrire un niveau archéologique qui réunit plusieurs occupations successives en un même lieu, un même espace (on est loin de la définition initiale : étymologiquement « que l’on gratte pour écrire de nouveau » !), traduit la même difficulté à concevoir un champ sémantique susceptible de transcender les découpages disciplinaires, favoriser les échanges et ici, rendre possible une lecture spatio-temporelle des espaces préhistoriques.

Or paysage funéraire et palimpseste peuvent pourtant s’exprimer par des notions relativement simples, et moins sujettes à fausses interprétations.

Pour paysage funéraire, la notion « d’hétérotopies » (M. Foucault 1967) pourrait être utilisée. Ce sont des lieux qui n’émergent que dans un rapport déconnecté d’une fonctionnalité directe (les « lieux » sensu stricto du géographe), qui mêlent individus et collectivités dans un rapport particulier à l’espace. Appliqué aux sociétés occidentales actuelles, un des exemples les plus significatifs de ces hétérotopies serait les « rave parties » : rassemblements « de crise » qui créent un espace temporaire, mouvant, décalé par rapport au temps majoritaire, où s’opère davantage une socialisation qu’une rupture vis-à-vis de la société, où c’est l’action du participant qui prime, rassemblements qui unissent dans le même tempo jeunes urbains et « vieux » ruraux (obligés de supporter le voisinage), où disparaît toute notion de temps, heure, jour/nuit, lumière/obscurité… qui supposent une initiation (au moins aux espaces sonores…) et qui créent le temps d’un week-end l’illusion d’un « ailleurs »… (Sevin J.-C. 2003).

Cette notion nous paraît intéressante à retenir, en l’appliquant mutatis mutandis aux espaces et aux temps de l’archéologue. Elle pourrait être utilisable dans le cas « d’espaces du dehors » (hors lieux « fonctionnels ») plus ou moins sacralisés, que l’on pourrait nommer « hétérotopies du sacré », c’est-à-dire les lieux de réflexion individuelle et/ou de cérémonies collectives, voire les lieux d’initiation, comme les lieux de la mort (sépultures individuelles, collectives, monuments mégalithiques…) ou les lieux cultuels (grottes ornées de peintures rupestres…). Prise dans cette acception, la notion d’hétérotopie s’inscrit non pas dans le paysage, mais bien dans un espace qu’il faut comprendre dans toutes les relations avec tous les autres lieux (et à toutes les échelles spatiales, mais aussi individuelles/collectives…). On passe ainsi du paysage à l’espace, de « l’image » au « réseau spatial complexe », d’un rapport au paysage/milieu naturel à la relation exprimée par un réseau de croyances, de superstitions, d’interdits … que le « paysage » seul n’exprime que rarement, et souvent indirectement.

Pour palimpseste, l’équivalent dans le temps de la notion d’hétérotopie (dans l’espace) pourrait être à son tour appliqué. Le palimpseste est une hétérochronie, terme surtout utilisé en médecine pour désigner la modification de la durée ou de la vitesse du développement de l’organisme au cours de son évolution. M. Foucault l’a aussi utilisé, par analogie avec hétérotopie, pour désigner un « temps composé en réalité de plusieurs temporalités ». En l’occurrence ici, le terme pourrait désigner (mais cette proposition n’engage que nous) un enregistrement archéologique (ou sédimentaire) complexe, un palimpseste difficile à décomposer sur la seule caractérisation des vestiges (ou des sédiments) retrouvés, l’enregistrement archéologique (ou sédimentaire) ne pouvant être attribué à des temporalités précises (individuelles ou collectives dans le cas des niveaux archéologiques). En faisant la distinction archéologique/sédimentaire, on met en évidence le fait que cette notion (et évidemment celle d’hétérotopie) pourrait être utilisée par différentes disciplines, lesquelles échangeraient davantage sans perdre de vue que le but principal est la compréhension de l’insertion des sociétés dans leur(s) espace(s), certes naturel(s) au départ, mais transformé(s), approprié(s), transcendé(s)… par les hommes.

Fig. 3 : Organisation spatiale des lieux et hétérotopies : application aux quartiers du village ancien de Tyi (Pays Dogon ; Rasse 2010 ; carte établie à partir des travaux non publiés d’A. Mayor)

L’intérêt de définir les lieux funéraires comme des hétérotopies de la mort (et/ou du sacré) est donc ici de dépasser le trop fréquent rapport déterministe au milieu naturel pour analyser les réseaux en confrontant ces « espaces du dehors » aux lieux de tous les jours, pour voir, comme nous l’avions esquissé avec les différents noyaux du village ancien de Tyi (Pays Dogon ; fig. 3 ; Rasse 2010), comment s’organisent spatialement les différents espaces et temps des hommes, comment la différenciation spatiale par une mise en distance des sépultures montre bien que la seule insertion banale dans un paysage (qu’il soit favorable par ses caractéristiques géomorphologiques ou non) ne suffit pas à expliquer leur localisation.

Pour l’hétérochronie, l’intérêt est ici de dépasser les limites d’une réflexion « simple » (pour ne pas dire « simpliste ») et d’intégrer les enregistrements archéologiques complexes (les « archéoséquences » de Jaubert 2010) dans une vraie réflexion spatiale heuristique (cf. à ce sujet nos autres propositions sémantiques dans Rasse 2010).

Ces « quatre petits points de géographie » nous semblent extrêmement importants à souligner dans le cadre d’une meilleure formation à une démarche spatiale multiscalaire, laquelle enrichirait à notre avis grandement l’analyse des sociétés (pré-)historiques et la recontextualisation de leurs caractéristiques « géographiques ».

Evidemment, en une aussi courte présentation, bien des choses sont réduites à leur plus simple expression (et nous le reconnaissons volontiers, tout en nous en excusant !!) ; cela ne réduit pas la nécessité d’une approche véritablement trans- et inter-disciplinaire pour enrichir la lecture d’un passé certes plus ou moins lointain, mais dont les caractéristiques spatiales s’inscrivent (ou pas) dans une « continuité géohistorique » que l’archéologie ne cesse de préciser.

Bibliographie

Brunet R. 1986. La carte-modèle et les chorèmes. Mappemonde, (1986/4). [En ligne] http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M486/p2-6.pdf

Casanova Enault L. et Chatel C. 2015a. Une grille chorématique des dynamiques spatiales pour expliquer l’évolution des territoires ? Mappemonde, (2015.3). [En ligne] http://mappemonde.mgm.fr/119as3/

Casanova Enault L. et Chatel C. 2015b. La modélisation graphique de phénomènes émergents pour répondre aux besoins de la prospective. Mappemonde, (2015.3). [En ligne] http://mappemonde.mgm.fr/119as4/

Foucault M. 1967. Des espaces autres. Dits et écrits (IV. 1980-1988), Gallimard, 1994.

Jaubert J. 2010. Les archéoséquences du Paléolithique en Poitou-Charentes, in : J. Buisson-Catil et J. Primault (eds), Préhistoire entre Vienne et Charente – Homme et Sociétés au Paléolithique. Association des publications chauvinoises, Chauvigny, Mémoire 38, 51-55.

Petrequin P., Cassen S., Croutsh C., D’Amico C., Errera M. 2002. La valorisation sociale des longues haches dans l’Europe néolithique, in J. Guilaine (ed.), Matériaux, productions circulations du Néolithique à l’âge du bronze, Errance, Paris, 67-98.

Rasse M. 2008. La diffusion du Néolithique en Europe (7000-5000 av. J.-C.) et sa représentation cartographique, Mappemonde, 90 (2008-2) [En ligne] http://mappemonde.mgm.fr/num18/articles/art08205.html

Rasse M. 2010. Espaces et Temps des premières sociétés. Pour une approche des sociétés de la préhistoire par l’espace, Volume inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches, 225 p., Université de Rouen, non publié. Consultable en ligne sur la page personnelle Researchgate de l’auteur.

Rasse M. 2015a. Modélisation de la diffusion du Néolithique en Europe, Mappemonde, 115 (2014-3). [En ligne] http://mappemonde.mgm.fr/num43/articles/art14302.html

Rasse M. 2015b. Peut-on penser ensemble l’espace et le temps de la diffusion sans adopter un nouveau champ lexical ? Application à la diffusion du Néolithique en Europe, L’Information Géographique, 2, 12-27.

Sevin J.-C. 2003. Hétérotopie techno, Ethnographiques.org. 3 [En ligne] http://www.ethnographiques.org/2003/­Sevin

Thirault E. 2005. Diffusions de biens et structuration territoriale au Néolithique : le cas des lames de hache en roches tenaces polies dans les Alpes occidentales, in : J. Jaubert et M. Barbaza (Eds), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire. Actes du Congrès CTHS de Toulouse, avril 2001, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 537-557.

Tobler W. 1970. A Computer Movie Simulating Urban Growth in the Detroit Region, Economic Geography, 46, 2, 234–240.

L’auteur

Michel Rasse est Professeur de Géographie – Université Lumière-Lyon 2 – UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michel Rasse. De quelques petits points de géographie à l’usage des étudiants en archéologie…, ArchéOrient - Le Blog, 2 juin 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7563

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 28 juin 2017

    […] De quelques petits points de géographie à l’usage des étudiants en archéologie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *