A la recherche des sites achéménides en Bactriane afghane

Il est bien difficile de trouver les traces des Achéménides en Afghanistan. Pourtant c’est là, dans le nord du pays, que se trouvait le cœur des provinces centrasiatiques de l’Empire, et les sources historiques présentent Bactres, au centre de la cité moderne de Balkh, comme la capitale de la satrapie achéménide de Bactriane.
Un groupe de parchemins et de bâtonnets inscrits en bois, que l’on suppose provenir de cette région, est récemment venu illustrer la réalité de la présence administrative et politique achéménide en Bactriane (Naveh & Shaked 2012). Des tablettes en élamite provenant de Kandahar, dans le sud du pays, ont également contribué à notre connaissance de l’exercice du pouvoir achéménide dans la satrapie d’Arachosie (Fisher & Stolper 2015).
Sur le terrain archéologique pourtant, les données demeurent fort réduites et la période achéménide est bien souvent englobée dans une nébuleuse « pré-achéménide/achéménide » qui couvre environ sept siècles, du début du Ier millénaire avant J.-C. à la conquête de l’Asie centrale par Alexandre le Grand. Néanmoins, la récente reprise des recherches en Afghanistan est venue relancer la question, et c’est ce sur quoi cette courte note entend faire le point.

Fig. 1 : Localisation de l’oasis de Bactres (© J. Lhuillier)

Fig. 1 : Localisation de l’oasis de Bactres (© J. Lhuillier)

A cet égard, les fouilles menées depuis 2004 par la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) sur le site même de Bactres et dans son oasis (Fig. 1) contribuent à clarifier l’évolution de la ville et à replacer l’occupation achéménide dans son contexte chronologique large (Bernard, Besenval & Marquis 2006 ; Besenval & Marquis 2007, 2008). Ces travaux, auxquels j’ai l’occasion de collaborer depuis 2014, ont été dirigés successivement par R. Besenval, Ph. Marquis et J. Bendezu Sarmiento. De plus, l’obtention d’un financement par le Shelby White and Leon Levy Program for Archaeological Publications doit nous permettre de préciser la datation des sites protohistoriques de l’oasis de Bactres grâce à l’étude et la préparation de la publication des données des travaux effectuées entre 2004 et 2009.

Après les premières fouilles de Bactres en 1924-1925, Alfred Foucher n’avait pas caché son désappointement face à l’absence d’architecture en pierre de type grec, parlant de « mirage bactrien », et avait conclu que Bactres n’avait été occupée que tardivement. Dès la reprise des travaux sur le site, l’ancienneté du peuplement du site est apparue (Bernard, Besenval & Marquis 2006) et l’étude croisée du matériel céramique issu des fouilles dans les trois zones principales de la ville – le Bala Hissar, le Tepe Zargaran et le Rempart nord (Fig. 2) – a permis de distinguer plus précisément les zones peuplées lors de la période d’occupation achéménide (Lhuillier, Marquis & Bendezu Sarmiento sous presse). Il apparaît clairement que l’on peut faire remonter l’occupation du site au milieu du IIe millénaire avant J.-C. et que Bactres n’est nullement une fondation achéménide, ni même une « ville » achéménide comparable à celles que l’on connaît dans les provinces centrales de l’empire, et que les travaux de deux membres d’Archéorient, Sébastien Gondet et Rémy Boucharlat (à lire ici), contribuent à définir.

Fig. 2 : Plan de Bactres (d’ap. Le Berre 1964 Monuments préislamiques d’Afghanistan, Paris)

Fig. 2 : Plan de Bactres (d’ap. Le Berre 1964 Monuments préislamiques d’Afghanistan, Paris)

En l’état actuel de nos recherches, la plus ancienne zone occupée semble être le Bala Hissar, où la première véritable occupation remonte à ce que l’on nomme en Asie centrale l’âge du Fer ancien (env. 1500-1000 av. J.-C.). Elle est représentée par un complexe céramique typique de la période, mais aucun vestige architectural n’a été découvert. Une vaste structure en briques crues, plateforme ou puissant mur, peut être datée de l’âge du Fer moyen (période pré-achéménide) grâce à la céramique associée, notamment des gobelets cylindro-coniques tournés et des jarres à base moulée et lèvre en bec ou en méplat (Fig. 3). Certaines de ces formes vont évoluer jusqu’à l’âge du Fer récent (période achéménide), mais pour le moment aucun indice ne permet d’établir la nature et l’ampleur de l’occupation du Bala Hissar durant cette période.

Des niveaux que l’on peut plus précisément attribuer à la fin de la période achéménide et au début de la période hellénistique ont été fouillés dans le Tepe Zargaran et dans le Rempart nord, deux zones qui ne semblent pas avoir été peuplées plus anciennement. La céramique de ces niveaux comprend pour l’essentiel des jarres à base moulée et lèvre en méplat, du même type que celles évoquées précédemment mais qui présentent une bien plus grande variété dans la forme des méplats et des carènes très anguleuses, ce qui peut être considéré comme un critère d’identification de la céramique de l’âge du Fer récent (achéménide).

Fig. 3 : Céramique pré-achéménide du Bala Hissar de Bactres (© J. Lhuillier/DAFA)

Fig. 3 : Céramique pré-achéménide du Bala Hissar de Bactres (© J. Lhuillier/DAFA)

La découverte d’une structure funéraire dans le Tepe Zargaran contribue à combler nos lacunes sur les pratiques de traitement des défunts en Asie centrale durant la période achéménide. S’y trouvaient des corps partiellement conservés et en connexion, appartenant à des individus adultes et immatures et portant parfois des traces de découpe sur os frais (Bendezu Sarmiento, Marquis & Lhuillier, sous presse). Cette découverte met en perspective les propos de Strabon lors de la conquête d’Alexandre sur les Bactriens (Géographie, XI.11.3) :

« […] tous ceux d’entre eux qui, pour vieillesse ou pour maladie, étaient déclarés incurables, étaient jetés vivants en proie à des chiens dressés et entretenus exprès et qu’on appelait dans la langue du pays d’un mot qui équivaut à notre locution de fossoyeurs ou de croque-morts, et que, par suite de cet usage, tandis que les alentours de leur capitale n’offraient aux yeux aucun objet impur, presque tous les quartiers de l’intérieur n’étaient remplis que d’ossements humains ».

Il est délicat de conclure à la véracité de ce récit, et notamment en ce qui concerne des individus jetés en pâture aux chiens, mais il indique qu’on pouvait, durant la période achéménide, décharner et manipuler les cadavres à l’intérieur même de la cité comme cela est attesté ailleurs en Asie centrale dès le début de l’âge du Fer (Bendezu Sarmiento & Lhuillier 2015).

D’après les données actuelles, la ville de Bactres semble s’agrandir durant la période achéménide, mais il demeure impossible d’associer ce processus au développement du pouvoir central : les zones peuplées le sont plus anciennement (Bala Hissar) ou bien ne se développent réellement que vers la période de transition hellénistique (Tepe Zargaran et Rempart Nord), tandis qu’aucun marqueur typiquement achéménide n’a été identifié.

Des données complémentaires sur la présence achéménide en Bactriane afghane viennent d’un site voisin découvert en 2007, Cheshme-Shafa, à 20 km au sud de Balkh. Même si on ne peut exclure l’hypothèse que le site date de la période pré-achéménide, c’est durant la période achéménide qu’il devient un site urbain majeur, avant d’être abandonné vers la fin de cette période ou au début de la période hellénistique. L’emplacement stratégique du site sur la route menant de l’Inde à la Bactriane, là où la rivière de Balkh franchit par une étroite gorge les contreforts de l’Hindu Kush, ainsi que l’ampleur du rempart creux qui l’entoure (Fig. 4) en font un site clé pour le contrôle des frontières de la Bactriane. Un feu important a précédé l’abandon de la Ville basse, peut-être en rapport avec une action militaire : les fouilles menées en 2015 par la DAFA ont permis de découvrir une concentration d’armes.

Fig. 4 : Le rempart de Cheshme-Shafa (© DAFA)

Fig. 4 : Le rempart de Cheshme-Shafa (© DAFA)

Mais le site n’était pas qu’une forteresse. De nombreux fragments de grands vases de stockage indiquent que les espaces internes du rempart avaient une fonction domestique, probablement de stockage et d’habitat de la garnison. L’architecture domestique du site est encore très mal connue, mais une prospection magnétique menée récemment par S. Gondet a montré la présence à faible profondeur de grands bâtiments dans la Ville Basse. La céramique collectée en surface dans cette zone, tout comme celle provenant des fouilles du rempart, est, d’après un examen préliminaire, caractéristique des assemblages de la période achéménide.

Par ailleurs, une découverte, isolée mais de grande portée, jette un éclairage nouveau sur notre connaissance de la vie religieuse lors de la période achéménide : c’est celle d’un autel du feu (Fig. 5), constitué d’un grand bloc de calcaire taillé en forme de pyramide inversée à deux degrés, installé à l’air libre sur un méplat dominant la Ville Basse (Besenval & Marquis 2008 : 987-988). Une cupule circulaire creusée sur la surface supérieure paraît pouvoir accueillir un feu sacré similaire à ceux représentés sur des monnaies et sceaux achéménides et sassanides.

Fig. 5 : L’autel du feu de Cheshme-Shafa (© DAFA)

Fig. 5 : L’autel du feu de Cheshme-Shafa (© DAFA)

Cheshme-Shafa n’est pourtant pas le seul site fortifié que l’on peut attribuer à la période achéménide dans la région de l’oasis de Bactres. Altyn-Dilyar-tepe est le plus fameux depuis les fouilles menées dans les années 1970 par une équipe soviétique dirigée par I. Kruglikova et V. Sarianidi (Fig. 6). Ce site circulaire, d’environ 650 m de diamètre, est bordé par un mur d’enceinte flanqué de plus de 40 tours ; seule une « citadelle » est aménagée en son centre (Kruglikova 2005 : 344-345). Les prospections menées récemment par la DAFA ont montré la présence d’une série de forteresses de plan similaire (par exemple l’une dans le Bargah Dasht : Besenval & Marquis 2008 : fig. 10). Un peu plus à l’est, mentionnons encore un site identifié juste à côté de la grande cité hellénistique d’Aï Khanoum, Kohna Qala “Ville Ronde”, qui semble tout à fait similaire bien qu’une large moitié ait disparu sous l’effet de l’érosion (Gardin 1998 : 42, pl. IXb). Il semble donc que des sites circulaires agissaient en complément de Cheshme-Shafa comme des forteresses lorsque la Bactriane était sous contrôle achéménide. Il s’agissait certainement de protéger les frontières de la satrapie ou ses points-clés comme l’important réseau d’irrigation développé à cette époque (Fouache et al. 2012), d’autant plus qu’on observe la présence de deux sites comparables dans le nord de la Bactriane sur la rive ouzbèke de l’Amou-Daria, à Talashkan-tepe (Shajdullaev 2000) et à Kyzyl-tepe (Sverchkov, Wu & Boroffka 2013).

Fig. 6 : Prospection de la DAFA à Altyn-Dilyar-tepe (© DAFA)

Fig. 6 : Prospection de la DAFA à Altyn-Dilyar-tepe (© DAFA)

En conclusion, d’après nos connaissances actuelles, le paysage urbain en tant que tel subit peu de modifications durant la période achéménide, en tout cas à Bactres, pourtant capitale de la satrapie de Bactriane, et si la ville s’étend durant la période achéménide, il demeure difficile d’y voir la main directe des grands rois. C’est plutôt à l’échelle de l’oasis de Bactres que les modifications sont perceptibles, avec l’extension de la surface occupée dans l’oasis et des zones d’exploitation agricole, des aménagements hydrauliques majeurs et la construction de forteresses de types divers. La réouverture aujourd’hui de l’Afghanistan aux recherches archéologiques permettra, nous l’espérons, d’apporter de nouveaux éléments. Il nous reste encore beaucoup à découvrir et à comprendre sur les satrapies orientales de l’Empire.

 Bibliographie

Bendezu-Sarmiento J., Lhuillier J. 2015. Sine sepulchro cultural complex of Transoxiana (between 1500 and the middle of the 1st millenium BC). Funerary practices of the Iron Age in Southern Central Asia: recent work, old data, and new hypotheses, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 45 (2013), 283-317.

Bendezu Sarmiento J., Marquis Ph., Lhuillier J. sous presse. A Sepulchral pit from Late Iron Age in Balkh. The site of Tepe Zargaran (Afghanistan), in : Lhuillier, J., Boroffka, N. (dir.), A millennium of history: The Iron Age in southern Central Asia (2nd and 1st millennia BC), Proceedings of the conference held in Berlin (June 23-25, 2014), Berlin, Archäologie in Iran und Turan.

Bernard P., Besenval R., Marquis Ph. 2006. Du “mirage bactrien” aux réalités archéologiques : nouvelles fouilles de la DAFA à Bactres (2004–2005), Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 150/2, 1175–1254.

Besenval R., Marquis Ph. 2007. Le rêve accompli d’Alfred Foucher à Bactres : nouvelles fouilles de la DAFA 2002–2007, Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 151/4, 1847–1874.

Besenval R., Marquis Ph. 2008. Les travaux de la délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) : résultats des campagnes de l’automne 2007-printemps 2008 en Bactriane et à Kaboul, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 152/3, 973-995.

Fisher M.T., Stolper M.W. 2015. Achaemenid Elamite Administrative Tablets, 3, Fragments from Old Kandahar, Afghanistan, Arta 2015.001. [En ligne] http://www.achemenet.com/pdf/arta/ARTA_2015.001-Fisher-Stolper.pdf

Fouache E., Besenval R., Cosandey Cl., Coussot C., Ghilardi M., Huot S., Lamothe M. 2012. Palaeochannels of the Balkh River (northern Afghanistan) and human occupation since the Bronze Age period, Journal of Archaeological Science 39, 3415-3427.

Gardin J.-Cl. 1998. Description des sites et notes de synthèse, Prospections archéologiques en Bactriane orientale (1974-1978) 3, Paris, Editions Recherche sur les Civilisations.

Kruglikova I. T. 2005. Razvedka arkheologicheskikh pamjatnikov, provodivshajacja sotrudnikami sovetsko-afganskoj arkheologicheskoj ekspedicii (SAE) na severe i severo-zapade Afganistan v 1969-1976 gg, Problemy istorii, filologii, kul’tury XV, 309-437.

Lhuillier J., Marquis Ph., Bendezu Sarmiento J. sous presse. Ancient Bactra: new elements on the Iron Age occupation of Bactra oasis, in: Lhuillier J., Wagner M. (dir.), Archaeology of Central Asia during the first millennium BC, Proceedings of the workshop held during the 10th ICAANE, Vienna, April 25, 2016, Institute for Oriental and European Archaeology Austrian Academy of Sciences, OREA/Austrian Academy of Sciences Press.

Naveh J., Shaked Sh., 2012. Aramaic Documents from Ancient Bactria, from the Khalili Collections, Londres, Khalili Collections.

Shajdullaev Sh. B. 2000. Severnaja Baktria v epokhu rannego zheleznogo veka, Tashkent, Abdulla Kodiriy.

Sverchkov L.M., Wu Xin, Boroffka N. 2013. Gorodishche Kizyltepa (VI-IV vv. do n.e.): novye dannye, Scripta Antiqua 3, 31–74.

L’auteur

Johanna Lhuillier est Chargée de Recherche au CNRS. Archéologue, spécialiste de l’Asie centrale protohistorique. Membre du laboratoire UMR 5133 Archéorient (CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Pour citer ce billet : Johanna Lhuillier. A la recherche des sites achéménides en Bactriane afghane, ArchéOrient - Le Blog, 20 janvier 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7019

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22 janvier 2017

    […] Il est bien difficile de trouver les traces des Achéménides en Afghanistan. Pourtant c’est là, dans le nord du pays, que se trouvait le cœur des provinces centrasiatiques de l’Empire, et les sources historiques présenten  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *