Les occupations médiévales et chalcolithiques de la grotte de Getahovit 2 : Résultats préliminaires des campagnes 2010-2016

La grotte de Getahovit 2 a été découverte en 2010 lors d’une prospection archéologique organisée par la Mission Caucase du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI) en coopération avec l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Arménie dans la vallée de l’Aghshtev et de ses affluents. La mission Caucase a été fondée et dirigée par Christine Chataigner (UMR 5133-Archéorient) jusqu’en 2015 et par Bérengère Perello (UMR 5133-Archéorient) depuis 2016. Cette mission est financée par le MAEDI et le CNRS.

Getahovit 2 est fouillée depuis 2011. Les opérations de terrain sont assurées par une co-direction entre les responsables français (Frédéric Abbès, (UMR 5133-Archéorient), en 2013 et 2015 ; Imad Alhussein, (chercheur associé, UMR 5140-Archéologie des Sociétés Méditerranéennes), en 2014 ; moi-même (chercheur associé, UMR 5133-Archéorient) en 2016) et la responsable arménienne (Irène Kalantaryan, Institut d’archéologie et d’ethnographie d’Arménie). Les campagnes de fouilles précédentes ont mis au jour plusieurs niveaux d’occupation du Haut Moyen Âge. Sous les niveaux médiévaux, une séquence stratigraphique allant du Chalcolithique au Paléolithique supérieur a également été repérée et fouillée sur de petites surfaces. Les niveaux préhistoriques, rares dans un tel contexte, sont particulièrement bien conservés.

tardy_fig1

Fig. 1 : Localisation de Getahovit 2 (d’après Kalantaryan et al. 2012, fig.1, p.17)

La grotte et la terrasse

La grotte est située à flanc de falaise dans la partie supérieure de la vallée du Khachakhpyur à environ 960 m d’altitude (fig. 2). On y accède soit depuis le plateau dominant la vallée, soit par la vallée elle-même, par un chemin abrupt. L’accès n’est pas aisé et confère au lieu une protection naturelle et une large visibilité sur la vallée. La vallée du Khachakhpyur est une région forestière du nord-est de l’Arménie, peu explorée et riche en grottes et abris sous roche. Elle est étroite et encaissée entre des falaises parfois abruptes au nord et des collines boisées au sud. Les grottes y sont nombreuses et présentent encore aujourd’hui pour certaines d’entre elles des traces d’occupations et des aménagements pour en faciliter l’accès.

La grotte de Getahovit 2 s’ouvre sur un porche de 12m de large. Elle est dotée de deux salles, une salle principale de 64 m2 et une seconde salle d’une dizaine de m2 dont l’accès se fait par un boyau étroit. Devant le porche, une terrasse de 60m2 donne sur la vallée (fig. 2, 1).

Fig. 2 : 1 : vue de la vallée depuis la grotte ; 2 : vue de la grotte depuis la terrasse. © Mission Caucase.

Fig. 2 : 1 : vue de la vallée depuis la grotte ; 2 : vue de la grotte depuis la terrasse. © Mission Caucase.

Les occupations médiévales

Les diverses campagnes de fouilles ont mis en évidence quatre niveaux d’occupation attribués au Haut Moyen Age (11e-14e siècle.) sur une puissance stratigraphique de plus d’1 m d’épaisseur. Les niveaux médiévaux sont les mieux documentés jusqu’à présent car ils ont été fouillés sur la totalité de la superficie de la première salle de la grotte.

L’occupation médiévale se caractérise par une alternance de phases d’occupation plus ou moins denses, d’abandons et de réoccupations saisonnières. Certains niveaux ne comportent que des foyers et des fosses sur un espace réduit évoquant un passage limité dans la durée (niveaux 1 et 2). D’autres niveaux offrent des aménagements divers (silos, fours à pain, structures de cuisson et foyers complexes, sépultures) sur une superficie étendue témoignant d’une installation pérenne (fig.3). En outre, la présence de trois sépultures dans cette grotte pose de nombreuses questions. Aux époques médiévales chrétiennes, les défunts sont généralement enterrés dans les cimetières. Ces niveaux à sépultures pourraient alors correspondre à une période de troubles politiques et religieux, les grottes de la région ayant servi de refuge.

Lors de la campagne de 2016, l’ouverture de la terrasse de la grotte sur une superficie de 9m2 a délivré un premier niveau d’occupation médiéval avec une grande jarre de stockage en place posée au dessus d’une dépression comblée par des roches ainsi qu’une fosse circulaire d’une trentaine de centimètres de profondeur dans laquelle quelques ossements d’animaux, fragments d’obsidienne et de céramique ont été retrouvés (fig.4). Ces témoignages indiquent que la terrasse, comme la grotte, a bel et bien été investie par les populations médiévales. La présence de la jarre en place laisse en outre espérer une bonne conservation des niveaux médiévaux dans cette zone.

Fig. 3 : Sépultures médiévales de Getahovit 2. 1 : tombe en ciste à deux chambres sépulcrales (d’après Kalantaryan et al. 2012, tabl.III, p.159) ; 2 : sépulture d’enfant (B’) dans une fosse coupée par une structure de stockage (A’). © Mission Caucase.

Fig. 3 : Sépultures médiévales de Getahovit 2. 1 : tombe en ciste à deux chambres sépulcrales (d’après Kalantaryan et al. 2012, tabl.III, p.159) ; 2 : sépulture d’enfant (B’) dans une fosse coupée par une structure de stockage (A’). © Mission Caucase.

Fig. 4 : Jarre de stockage médiévale découverte in situ sur la terrasse de la grotte. © Mission Caucase

Fig. 4 : Jarre de stockage médiévale découverte in situ sur la terrasse de la grotte. © Mission Caucase

Le matériel archéologique des niveaux médiévaux

Fig. 5 : Céramiques médiévales (1) et bague en métal (2). © Mission Caucase.

Fig. 5 : Céramiques médiévales (1) et bague en métal (2). © Mission Caucase.

Il est principalement composé d’ossements d’animaux et de fragments de céramique. Quelques éléments en métal et en verre ont aussi été découverts (fig.5). L’étude préliminaire des poteries suggère une occupation de la grotte comprise entre les 11e et 14e siècles, ce qui est confirmé par une datation C14 sur charbon pour le niveau 3 (1021-1207 cal. A.D.). D’autres datations sont à venir.

Les occupations chalcolithiques

Les niveaux chalcolithiques sont séparés des niveaux médiévaux par une épaisse couche d’argile claire qui signe une phase d’abandon de la grotte. Sous cette couche, la stratigraphie des niveaux chalcolithiques se présente sous la forme d’un feuilletage sédimentaire de couches plus ou moins fines et de couleurs bien distinctes sur une épaisseur de plus d’1,5 m. D’une manière générale, la stratigraphie se présente sous la forme d’une succession de liserés noirs d’épaisseur fine (entre 1 et 2 cm, fig.6, US 39) sur lequel repose toujours une couche de sédiment blanchâtre (fig.6, US45) ou grisâtre (fig.6, US36) très compacte et d’épaisseur parfois importante (entre 2 et 10 cm). Dans certains cas, on trouve au-dessus de ce sédiment blanchâtre une couche brun clair d’épaisseur variable (fig.6, US 44). Selon S. R. Nahapetyan (géomorphologue), ces unités stratigraphiques correspondent à des coprolithes carbonisés (gris et blanc) ou non (brun clair) ; les couches brunes consistent en résidus organiques brûlés. Le liseré noir pourrait correspondre aux phases d’assainissement de la grotte par incinération d’un fumier de bétail. Les couches grises ou blanches pourraient ainsi représenter un niveau de cendres minéralisées issu de la combustion du fumier qui peut durer plus d’un mois (L. Martin, comm. pers. 2016). Les couches brun clair correspondraient alors à une sédimentation naturelle et/ou anthropique de la grotte. La venue d’un micro-morphologue lors des futures campagnes de fouille nous permettra de comprendre de manière plus détaillée la succession des couches chalcolithiques.

Fig. 6 : coupe Nord-Sud et unités sédimentaires fouillés lors de la campagne de 2016. © Mission Caucase

Fig. 6 : coupe Nord-Sud et unités sédimentaires fouillés lors de la campagne de 2016. © Mission Caucase

D’une manière générale, les niveaux chalcolithiques ont été fortement perturbés par le creusement de fosses médiévales profondes. Toutefois, au moins deux niveaux d’occupation ont été mis en évidence par la découverte de diverses structures (foyers aménagés, aires de combustion, fosses, épandages de terre cuite) indiquant une occupation saisonnière de la grotte probablement à mettre en lien avec le parcage du bétail et une certaine forme de transhumance dont la saisonnalité reste à élucider. A cette période, l’aménagement de la première salle de la grotte s’effectue sur des espaces restreints, la majeure partie de l’étendue étant destinée au bétail. Toutefois, une aire centrale à l’entrée de la grotte concentre la majorité des aménagements observés (fig.6, 7). Une datation C14 du niveau supérieur délivre une date de 4440-4262 cal. BC (Kalantaryan et al. 2012, fig.7, p.22). D’autres datations sont attendues afin d’estimer la durée de l’occupation chalcolithique de la grotte.

Fig. 7 : Deux états d'une même fosse circulaire (structure 158) avec tessons de céramique (à droite) et un fragment de bois de cervidé (à gauche). © Mission Caucase.

Fig. 7 : Deux états d’une même fosse circulaire (structure 158) avec tessons de céramique (à droite) et un fragment de bois de cervidé (à gauche). © Mission Caucase.

Fig. 8 : Deux états d’un même foyer semi circulaire (structure 148) coupé par la fosse médiévale n°146. Le foyer est aménagé par la disposition de petites pierres de calibre similaire en sa périphérie. © Mission Caucase.

Fig. 8 : Deux états d’un même foyer semi circulaire (structure 148) coupé par la fosse médiévale n°146. Le foyer est aménagé par la disposition de petites pierres de calibre similaire en sa périphérie. © Mission Caucase.

Le matériel archéologique des niveaux chalcolithiques

Il s’agit majoritairement de fragments d’os d’animaux. Le matériel archéozoologique est en cours d’étude par J. Chahoud (UMR 5133-Archéorient). Notons une concentration importante de matériel archéologique dans l’US 36 qui occupe la quasi-totalité de la grotte excepté les zones accolées aux parois. Ce niveau, que l’on peut considérer comme un niveau d’activité, a délivré en quantité des ossements, des outils en os et bois de cervidé, silex et obsidienne ainsi que de la céramique. Pour le reste des unités stratigraphiques, le matériel archéologique provient majoritairement des fosses, bien que quelques concentrations d’éléments aient été observées notamment dans la moitié est de la cavité.

Fig. 9 : Poinçon en os des niveaux chalcolithiques. © Mission Caucase.

Fig. 9 : Poinçon en os des niveaux chalcolithiques. © Mission Caucase.

Fig. 10 : Industrie en bois de cervidé. © Mission Caucase.

Fig. 10 : Industrie en bois de cervidé. © Mission Caucase.

Fig. 11 : Fragments de céramique chalcolithique. © Mission Caucase.

Fig. 11 : Fragments de céramique chalcolithique. © Mission Caucase.

L’industrie lithique taillée

Elle se compose principalement d’obsidienne et de quelques éléments en silex. Pour ce qui est de l’obsidienne, la présence de diverses catégories de supports indique qu’au moins trois chaînes opératoires de débitage sont représentées sur le site.

  • Une chaîne opératoire de débitage par pression ou par percussion indirecte particulièrement bien maîtrisée, représentée exclusivement par des lames et fragments de lames régulières à profil et nervures rectilignes et à trois pans (fig.12). Les largeurs de ces lames, qui portent souvent des retouches bilatérales, sont en dessous des 20 mm, ce qui n’est pas incompatible avec un débitage par pression à la béquille pour ce genre de matériau. Ces lames, présentes en petites quantités semblent faire l’objet d’une importation sur le site sous la forme de produits bruts ou retouchés.

    Fig. 12 : Lames régulières à retouches bilatérales (dessins L. Quaranta). © Mission Caucase.

    Fig. 12 : Lames régulières à retouches bilatérales (dessins L. Quaranta). © Mission Caucase.

  • Une chaîne opératoire de débitage laminaire menée au percuteur tendre ou au punch, représentée par quelques lames à profil généralement courbe, à talon épais et à bords et nervures irréguliers (fig.13). Ici aussi, ces produits semblent avoir été apportés au sein de la grotte sous leur forme brute ou retouchée.
Fig. 13 : Lames irrégulières. 1 : lame appointée à retouches bilatérales ; 2. lame à retouches denticulée. © Mission Caucase.

Fig. 13 : Lames irrégulières. 1 : lame appointée à retouches bilatérales ; 2. lame à retouches denticulée. © Mission Caucase.

  • La présence de quelques éclats épais sur le site pourrait indiquer une production d’éclats en percussion à la pierre (dure ou tendre) (fig.14). Ces supports présentent généralement des talons épais avec point d’impact visible. Du fait de la présence en faible quantité de ces éléments, il est possible qu’ils aient aussi été apportés sur le site pour leur transformation en outil, ou comme réserve de matière première pour une production de petits éléments par percussion sur enclume.
Fig. 14 : Eclats épais. 1 : pièce à large coche latérale et à bord abattu ; 2 : grattoir ; 3 : éclat brut. © Mission Caucase.

Fig. 14 : Eclats épais. 1 : pièce à large coche latérale et à bord abattu ; 2 : grattoir ; 3 : éclat brut. © Mission Caucase.

  • La présence de petits éclats, d’esquilles et de pièces esquillées, tous de dimensions particulièrement restreintes, permet de suggérer que la percussion sur enclume a non seulement été utilisée, mais qu’il s’agit peut-être du seul type de production qui a eu lieu sur le site (fig.15). Ces produits pourraient en effet tous résulter de la percussion sur enclume d’éclats épais ou d’outils usés, bien qu’une utilisation de supports usés pour des activités de découpe par percussion indirecte puisse être envisageable. Quoiqu’il en soit, ces éléments traduisent une réelle volonté d’optimisation de la matière première apportée dans la grotte. Notons aussi qu’une partie des esquilles peut tout à fait provenir de la transformation de supports en outils ou d’un ravivage des bords tranchants de ces mêmes outils.
Fig. 15 : Pièces esquillées. © Mission Caucase.

Fig. 15 : Pièces esquillées. © Mission Caucase.

Une occupation du paléolithique supérieur

Cette occupation n’est documentée que sur une surface très restreinte (4m2), obtenue à la suite d’un sondage profond opéré en 2014. Ce sondage a révélé la présence d’un niveau à outillage microlithique reposant sur la roche-mère et séparé des niveaux chalcolithiques par deux couches stériles d’épaisseur importante. La fouille de cette surface a livré une industrie lithique sous forme de lamelles et de microlithes à bords abattus caractéristiques de la fin du Pléistocène et du début de l’Holocène (fig.16).

Fig. 16 : Industrie lithique paléolithique supérieur. 1 : nucléus ; 2-3 : éclat et lamelle d’entretien ; 4-8 : lamelles brutes ; 9-18 : lamelles à bord abattu microlithiques ; 19-24 : esquilles ; 25, 28 : microburins. © Mission Caucase.

Fig. 16 : Industrie lithique paléolithique supérieur. 1 : nucléus ; 2-3 : éclat et lamelle d’entretien ; 4-8 : lamelles brutes ; 9-18 : lamelles à bord abattu microlithiques ; 19-24 : esquilles ; 25, 28 : microburins. © Mission Caucase.

Conclusions préliminaires

La grotte de Getahovit 2 offre un potentiel riche et inédit. Les installations médiévales fouillées dans la grotte vont être désormais analysées en parallèle de l’occupation de la terrasse. Il n’existe pas en Arménie de fouilles médiévales comparables. S’agit-il réellement d’une grotte-refuge ou d’un habitat pérenne ou saisonnier ? Ces questions seront au centre des études à venir. Concernant les occupations chalcolithiques en grotte-bergerie, il s’agit là aussi de l’unique site arménien connu présentant ce type d’occupation. La fouille de cette cavité constitue une opportunité d’appréhender l’exploitation du milieu naturel par ces populations. En outre, la présence d’une occupation datant de du Paléolithique Supérieur offre aussi une occasion exceptionnelle de documenter ces périodes très peu connues dans cette région.

Les campagnes futures viseront à continuer la fouille des niveaux préhistoriques dans la grotte et à investir la deuxième salle par la fouille. La présence d’un micro-morphologue spécialisé dans les dépôts de grotte-bergerie sur le terrain sera indispensable pour mieux comprendre l’accumulation sédimentaire des niveaux chalcolithiques. En complément, l’un des travaux majeur des prochaines campagnes de terrain consistera à ouvrir la fouille sur une surface plus étendue sur la terrasse, afin de mettre en évidence la gestion spatiale de cet espace durant les périodes médiévales et chalcolithiques.

Remerciements

La mission de Getahovit 2 a été comme chaque année le théâtre d’un large investissement humain et scientifique. Arméniens et Français ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour permettre ce qui a été accompli. Que tous soient remerciés.

Bibliographie

Kalantaryan I., Arimura M., Hovsepyan R., Chataignier C., 2012. The Archaeological investigations of Getahovit 2 Cave (Arménia) in 2011-2012. The Preliminary results, Aramazd 7(1), 7-23.

L’auteur

Nicolas Tardy est docteur en archéologie préhistorique, spécialiste des industries lithiques néolithiques et chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Nicolas Tardy. Les occupations médiévales et chalcolithiques de la grotte de Getahovit 2 : Résultats préliminaires des campagnes 2010-2016, ArchéOrient - Le Blog, 25 novembre 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6842


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *