Le temps des grottes – 26ème Rencontre d’Octobre à la Commanderie de Jalès

Les 8 et 9 octobre 2016, une réunion « cavernicole » s’est tenue à la commanderie de Jalès accueillant une antenne d’Archéorient et connu des lecteurs du blog. Il s’agissait de la 26ème Rencontre d’Octobre qui, depuis un quart de siècle, regroupe chaque automne des spéléologues et des chercheurs travaillant sur le monde souterrain.

Ces rencontres ont été créées en 1991 par le Spéléo-Club de Paris (SCP), section spéléologique du Club Alpin Français (CAF) d’Ile de France. L’initiative en revient à Jacques Choppy (1926-2004), grande figure de la spéléologie « scientifique » et de la karstologie. Cette discipline étudie les régions calcaires dans lesquelles se trouve la majorité des grottes du monde. Son nom vient de la région éponyme du plateau du « Karst » situé entre la Slovénie, la Croatie et l’Italie.

Fig. 1 : Jacques Chabert ouvrant la 26e Rencontre d’Octobre (Photo Françoise Prudhomme)

Fig. 1 : Jacques Chabert ouvrant la 26e Rencontre d’Octobre
(Photo F. Prudhomme)

Jacques Choppy fut un chercheur amateur au meilleur sens du terme : il ne fit jamais métier de ses travaux, mais se hissa au niveau des meilleurs chercheurs professionnels dans ce domaine, par ses publications, par exemple le premier dictionnaire de karstologie digne de ce nom (Choppy 1985). J’eus la chance d’être de ses amis. Doué d’un sens de l’observation et d’une curiosité scientifique exceptionnels, il comprit très vite l’apport mutuel que pouvaient se fournir des spéléologues curieux et des chercheurs peu nombreux qui ne pouvaient aller partout, par manque de temps et souvent aussi par manque de capacités sportives. Il amorça ce processus d’échange par des réunions informelles dans les locaux du CAF de Paris. Je participai à certaines d’entre elles : de jeunes spéléologues y décrivirent des formes extraordinaires qu’eux seuls avaient vues au fond de grands gouffres. Puis il eut l’idée de créer en 1991 une rencontre annuelle (en octobre !) qu’il organisa jusqu’à sa mort. Jacques Chabert (fig. 1), grand ami de Jacques Choppy, ancien président du SCP et un des membres de l’équipe des expériences hors du temps de Michel Siffre (il a lui-même fait une expérience de quatre mois et demi), reprit alors le flambeau de la manifestation et l’organisa jusqu’à maintenant.

La rencontre, organisée toujours par une ou plusieurs structures locales, se tient chaque année en un lieu différent, en général une petite agglomération, pour faciliter l’organisation et surtout le logement. Un seul site, proche de Jalès, l’a accueillie deux fois : le musée de la Préhistoire d’Orgnac, lui aussi en Ardèche. La dernière, en 2015, s’est tenue à Azé, commune d’un millier d’habitants située à 15 km au nord de Mâcon.

Cette année, plusieurs structures ont collaboré à l’organisation :

  • Archéorient a fourni des logements, des emplacements de camping, des locaux pour la cuisine, et a organisé une visite du laboratoire.
  • Le Comité Départemental de Spéléologie de l’Ardèche (CDS 07), antenne locale de la Fédération française de Spéléologie (FFS) a envoyé son salarié Judicaël Arnaud (Fig. 2) pour l’aide à l’installation, au déroulement, et pour l’excursion « souterraine » ; la FFS a également tenu un stand de vente de livres sur le monde souterrain.
  • L’Association des amis de la commanderie de Jalès, notamment son président Jean Férole (fig. 3), a fourni les locaux pour les communications (le magnifique cellier du 12e siècle) et les pauses et repas (le « vestibule » du 18e siècle attenant au cellier). Elle a également organisé une visite de la Commanderie et l’une des excursions.

  • Le Spéléo-Club de Paris, dont de nombreux membres étaient venus de la capitale, a géré la rencontre, avec Jacques Chabert, organisateur. Jean-Yves Bigot s’est occupé de l’organisation des séances, des communications, avec l’aide de Didier Cailhol du laboratoire Edytem de Chambéry (fig. 4). D’autres membres ont assuré l’accueil et la tenue du stand des publications du club.

Fig. 2 : Judicaël Arnaud, présentant des actions de la Fédération Française de Spéléologie (Photo Françoise Prudhomme)

Fig. 2 : Judicaël Arnaud, présentant des actions de la Fédération Française de Spéléologie (Photo F. Prudhomme)

Fig. 3 : Jean Férole introduit la rencontre (Photo Françoise Prudhomme)

Fig. 3 : Jean Férole introduit la rencontre (Photo F. Prudhomme)

Fig. 4 : Jean-Yves Bigot et Didier Cailhol (Photo Françoise Prudhomme)

Fig. 4 : Jean-Yves Bigot et Didier Cailhol (Photo F. Prudhomme)

Le principe des Rencontres est celui d’un colloque « classique » : des interventions de dix minutes suivies d’une discussion de cinq minutes. Des actes des interventions dont les auteurs fournissent une version rédigée sont publiés. C’est un total de presque 3 000 pages de textes scientifiques qui ont été ainsi publiés depuis la création de ces rencontres.

Chaque année, un thème différent est proposé, sans être exclusif. Des interventions sur d’autres sujets peuvent être présentées, notamment sur des découvertes récentes, par exemple des interventions de spéléologues ayant rencontré une forme karstique originale et souhaitant la faire partager aux membres présents et parfois avoir leur avis.

Le thème de 2016 était :

LE TEMPS DES GROTTES : Temps de la géologie et temps des hommes

Ces deux thématiques peuvent sembler presque séparées : le temps long géologique et géomorphologique porte parfois sur des millions d’années alors que le temps court des hommes est limité à ce jour à quelques dizaines de milliers d’années, même si des découvertes récentes de structures néandertaliennes en grotte ont allongé cette durée. Mais le temps géologique et plus encore le temps géomorphologique sont aussi ceux d’événements aussi brefs qu’extrêmes, comme les crues, qui interfèrent avec le temps des hommes.

L’Ardèche était un lieu idéal pour traiter ce thème, où les trois aspects sont particulièrement bien représentés :

  • elle a été affectée par des évènements géologiques très violents, comme la « crise messinienne »,

Cet épisode de fermeture de la Méditerranée débuta vers six millions d’année pour se terminer 500 000 ans plus tard par un ennoiement très rapide de la mer. Cette crise provoqua l’évaporation de la mer qui devint une « méga-Mer-Morte ». Son niveau s’abaissa de 1 500 m (Gorini et al., 2015), provoquant une incision très rapide des grands fleuves méditerranéens comme le Nil ou le Rhône et le creusement de grands canyons. Le fond de la vallée du Rhône par exemple se trouvait à une profondeur de -236 m par rapport au niveau actuel de la mer à hauteur de l’embouchure de l’Ardèche. Les eaux des régions calcaires du pourtour de la Méditerranée ont rejoint souterrainement ces niveaux, créant de grands aquifères profonds et des sources qui sont les plus profondes du monde, comme la Fontaine de Vaucluse qui a donné son nom à ces « sources vauclusiennes ». En cas de pollution, ces aquifères entraineraient une extension considérable de la zone affectée.

  • ses grottes ont été visitées par les hommes depuis plusieurs dizaines de milliers de millénaires, comme la découverte de la grotte Chauvet l’a montrée,

  • elle est affectée par des phénomènes climatiques exceptionnels : les fameux épisodes cévenols provoquent des précipitations d’une rare violence (une des plus fortes mesurées en France a eu lieu à Joyeuse en 1826 : 792 mm en 21 heures !) qui entraînent des crues tout aussi fortes et d’une grande brièveté, comme la crue de l’Ardèche du 22 septembre 1890. Ces épisodes sont très importants en spéléologie scientifique car ils ont des effets considérables sur le fonctionnement des réseaux souterrains, et en spéléologie tout court, car ils sont extrêmement dangereux dans les cavernes inondables.

Fig. 5 : Le public dans le cellier de la Commanderie de Jalès (Photo Jean-Pierre Meric)

Fig. 5 : Le public dans le cellier de la Commanderie de Jalès (Photo Jean-Pierre Meric)

Cette thématique du temps des grottes a conduit à inviter comme participant d’honneur Michel Siffre, célèbre par ses expériences « hors du temps » dans les grottes, inventeur de la biochronologie et ami de longue date du Spéléo-Club de Paris. Enfin, la tenue de la rencontre dans un lieu historique comme la Commanderie, et abritant un laboratoire de Préhistoire de l’UMR Archéorient, rendait encore plus à propos le thème de cette année. Un certain nombre des 22 interventions portèrent sur ces points. Certaines furent proches des centres d’intérêt des archéologues : Les puits à eau, de l’Antiquité aux temps modernes ; techniques de puits et qanâts au Moyen Orient ; Problèmes d’eau liés à une abbaye cistercienne en milieu karstique : Boschaud, Villars, Dordogne ; La grotte préhistorique, exception ou tautologie ? L’exemple des grottes de la Lare à Saint-Benoît (04).

D’autres portèrent plus sur le temps long de la géologie ou sur des sujets variés, comme : Spéléo en tous genres (spéléologynie contre misogynie), sur la place des femmes dans l’histoire de la spéléologie), les karsts tropicaux, la gestion des cavités : Méthodologie de description et de hiérarchisation des systèmes karstiques et des cavités à enjeux, etc.

Fig. 6 : Les repas de la rencontre, au soleil, dans la cour de la commanderie (Photo Jean-Pierre Méric)

Fig. 6 : Les repas de la rencontre, au soleil, dans la cour de la commanderie (Photo Jean-Pierre Méric)

Fig. 7 : Les participants devant l’entrée du vestibule de la commanderie. Au premier rang, à gauche, Jacques Chabert et Michel Siffre (photo Françoise Prudhomme).

Fig. 7 : Les participants devant l’entrée du vestibule de la commanderie. Au premier rang, à gauche, Jacques Chabert et Michel Siffre (photo Françoise Prudhomme).

Après les interventions, l’après midi du dimanche fut consacrée à des excursions. L’une d’elles, animée par Judicaël Arnaud (CDS Ardèche), se fit sous terre, dans la résurgence de la Cotepatière, magnifique caverne débouchant au fond d’un aven. De nombreux géologues (ou passionnés de géologie) étant présents, une seconde excursion fut consacrée à la visite du stratotype de limite du Berriasien, premier étage du Crétacé. Comme son nom l’indique il est situé à Berrias, commune se trouve la Commanderie de Jalès. Un stratotype est un affleurement reconnu par la communauté géologique mondiale comme marquant le passage d’un étage à un autre. Enfin, une troisième excursion se fit dans un des sentiers du magnifique Bois de Païolive, où se trouvent de remarquables formes karstiques, tout à fait dans l’esprit des rencontres.

Fig. 8 : Visite du stratotype du Berriasien (Photo Jean Férole)

Fig. 8 : Visite du stratotype du Berriasien (Photo Jean Férole)

Fig. 9 : Pendant l’excursion dans le bois de Païolive (photo Sidonie Chevrier)

Fig. 9 : Pendant l’excursion dans le bois de Païolive (photo Sidonie Chevrier)

Références

Choppy J. 1985. Dictionnaire de spéléologie physique et karstologie. Paris, Spéléo-Club de Paris, 150 p.

Gorini C., Suc J.-P., Rabineau M. 2015. Le déluge et la Crise messinienne, in : Euzen A., Jeandel C., Mosseri R. (dirs), L’eau à découvert, Paris, CNRS, 98-99. <hal-01261506>

L’auteur

Yann Callot est Professeur émérite de Géographie – Université Lumière – Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Yann Callot. Le temps des grottes – 26ème Rencontre d’Octobre à la Commanderie de Jalès, ArchéOrient - Le Blog, 18 novembre 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6802


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *