Comment faire découvrir les joies des SIG et de l’archéologie aérienne ? Une expérience auprès des lycéens

Si les SIG (Systèmes d’Information Géographique) sont d’admirables instruments scientifiques, ils n’en sont pas moins, à notre sens, un jeu amusant qui permet un transfert ludique mais véritable des connaissances. Aussi, lorsque nous avons été contactés par l’Institut Français d’Éducation (Ifé) à Lyon pour une animation auprès de lycéens sur l’archéologie aérienne et les SIG, l’occasion de faire un peu de prosélytisme auprès de la jeunesse nous a tout à fait réjouis.

L’Ifé est un institut de recherche, de formation et de médiation qui s’occupe d’éducation. Nous avons été contacté par l’équipe ACCES dirigée par Françoise Morel-Deville, pour présenter nos méthodes de reconnaissance aérienne et notre travail au CNRS. Dans le cadre du projet “Graines d’explorateurs”, l’équipe ACCES accompagne les projets développés par les professeurs avec leurs élèves sur la biodiversité, le suivi d’expéditions scientifiques de toutes sortes. Un axe fort du projet est de développer un partenariat avec le monde de la recherche.

En particulier Didier Montmasson, professeur au lycée de Charbonnières, avait monté pour ses élèves un projet pluridisciplinaire autour de « la terre vue du ciel », des images satellites, et de fil en aiguille, de l’archéologie aérienne. Les classes concernées sont en Première “Littéraire” et Première “Sciences et Technologies Industrielles” et notre intervention a permis de lancer le projet.

Si Olivier Barge et moi-même pratiquons humblement l’archéologie aérienne avec nos ballons, nos cerfs-volants ou nos cannes à pêche, notre activité est surtout centrée sur les SIG. D’un autre côté, s’il est facile d’expliquer l’histoire et l’utilité de l’archéologie aérienne, il est un petit peu plus compliqué de la mettre en pratique avec une troupe d’adolescents, tout frétillants à l’idée d’être divertis et d’échapper au quotidien scolaire. Outre le problème de faire voler un cerf-volant en ville (immeubles, câbles aériens divers, population innocente et potentiellement nombreuse sous l’objet en vol), le maniement des instruments est assez délicat, difficile à faire partager à un grand nombre en même temps.

Nous nous sommes donc sagement rangés à l’option d’un diaporama pour la question de l’aérien, mais, convaincus de la portée pédagogique de la manipulation des outils de recherche, nous avons choisi de conduire une petite initiation aux SIG. Expliquer les principes, faire chercher des informations et les structurer sous forme de base de données spatiale afin de les cartographier selon une problématique prédéfinie… un intéressant défi à relever en trois heures d’animation.

Le diaporama était aussi plaisant à préparer qu’à présenter. Inventoriant d’abord les différents indices qui, vus du ciel,  laissent présager la présence de vestiges archéologiques, l’exposé retraçait ensuite la naissance et l’invention de l’archéologie aérienne. S’amorçant au milieu du bouillonnant XIXe siècle, inépuisable de réalisations saugrenues qui ont changé la face du monde (avant d’inventer la photo aérienne, il a bien fallu inventer la photo et l’aéronautique, CQFD), l’histoire de la photo aérienne est parsemée d’anecdotes fameuses, émaillant le parcours d’hommes aussi géniaux qu’audacieux ; de véritables aventuriers scientifiques !

Ainsi l’archéologie aérienne est-elle née sur fond historique d’aviation militaire, où la bravoure au combat comptait plus que le camp d’appartenance, de mise en place du mandat français au Proche-Orient et de ses stratégies de pacification, du rôle de l’archéologie comme vecteur de gloire nationaliste, et de l’implication des archéologues dans l’espionnage… Un vrai roman d’aventures à rebondissements multiples, où des hommes curieux d’esprit et minutieux, pugnaces et toujours enthousiastes, surent construire toutes les bases des méthodes et des techniques qui font la richesse scientifique de l’archéologie aérienne d’aujourd’hui.

Les premiers plans archéologiques réalisés à partir de photos aériennes – ici Tell Brak – par A. Poidebard à la fin des années 1920. Portrait d’A. Poidebard préparant son plan de vol.

Les premiers plans archéologiques réalisés à partir de photos aériennes – ici Tell Brak – par A. Poidebard à la fin des années 1920. Portrait d’A. Poidebard préparant son plan de vol.

Cette vitalité reste décidément la signature de toute l’histoire de la photo aérienne : depuis qu’elle a été inventée par A. Poidebard – à qui ont si bien rendu hommage les membres de la MOM (Nordiguian et Salles 2000, Denise et Nordiguian 2003) – elle continue à s’épanouir aujourd’hui, notamment à travers la quantité d’informations collectées par nombre d’amateurs éclairés qui en ont fait leur passion.

Á la suite de cette présentation historique, venait le vif du sujet : à quoi correspond l’archéologie aérienne aujourd’hui, quels sont ses outils et ses apports. On approchait ici la présentation concrète de nos travaux au sein du laboratoire Archéorient. Après avoir présenté l’arsenal de nos instruments de photo aérienne, venait l’utilisation que nous pouvions en faire : Géoréférencement simple, mosaïquage, ou traitement photogrammétrique qui conduisent à la production d’orthophotographies et de MNS (Modèle Numérique de Surface), intégration dans un SIG. A travers plusieurs exemples de travaux menés au sein des missions, nous expliquions les supports de réponses qu’elles peuvent apporter aux  problématiques archéologiques.

Exemple d’application de la photo aérienne à l’échelle du chantier de fouille : la production d’orthophoto géoréférencée ; la résolution est suffisante pour l’illustration, et l’exactitude de la géométrie permet d’autres travaux, comme le dessin pierre à pierre. Mission Wakarida, O. Barge et E.  Régagnon, 2012.

Exemple d’application de la photo aérienne à l’échelle du chantier de fouille : la production d’orthophoto géoréférencée ; la résolution est suffisante pour l’illustration, et l’exactitude de la géométrie permet d’autres travaux, comme le dessin pierre à pierre. Mission Wakarida, O. Barge et E. Régagnon, 2012.

Afin de clore le chapitre de l’archéologie aérienne, il fallait dire un mot des travaux de nos collègues du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie) qui utilisent les radars type LIDAR. Les applications àl’archéologie aérienne montrent des résultats spectaculaires, comme la création de MNS dont on peut à loisir soustraire le couvert forestier actuel pour faire apparaître, par exemple, un parcellaire médiéval.

Venait ensuite le chapitre des SIG, outil central de nos travaux et objet de propagande constant dans nos formations aux méthodes de relevés en archéologie. A travers des exemples issus de travaux menés au sein du laboratoire, il était facile de montrer aux lycéens toute la pertinence de l’information attributaire appliquée à des entités spatiales (Rodier 2011).

En vue de la prise en main des outils SIG par les élèves, il importait ici de ciseler d’avantage l’aspect technique ; définir un peu plus précisément les SIG et leur principes, ainsi que les moyens de cartographier cette donnée (cartographie automatique et analyses spatiales simples). Nous devons dire que, probablement grâce aux talents pédagogiques d’Olivier Barge et à l’attention indubitable des élèves, ceux-ci ont ingurgité ce morceau assez coriace sans broncher. Nous pouvions donc enchaîner avec la présentation d’un travail mené actuellement au sein de l’ANR GlobalKite (billet du 10/12/12), où, par la collecte de données à partir de Google Earth, a été mis en place un corpus d’inventaire des “desert kites”.

C’est sur le même modèle d’investigation qu’était construit de TD suivant cet exposé. Il ne restait donc plus qu’à passer à la pratique, et à faire construire aux élèves leur propre SIG.

La recherche sur Google Earth a un aspect ludique très attractif, qui séduit immanquablement les adolescents comme les adultes. Ici, l’exercice consistait d’abord à faire rechercher aux lycéens des théâtres romains à travers la méditerranée, puis, selon une thématique définie en amont, à leur faire  consigner sous SIG une série de descripteurs dans une table attributaire.

Quelques théâtres romains visibles sur Google Earth.

Quelques théâtres romains visibles sur Google Earth.

Les critères de description des théâtres étaient variés : la “thématique archéologique” consignait par exemple la présence/absence des éléments constituant le théâtre (ce qui permettait au passage de glisser un mot sur le modèle structurel du théâtre romain ; pour un archéologue, il est toujours difficile de s’empêcher de parler d’archéologie… La “thématique patrimoine” s’intéressait d’avantage à la valorisation potentielle du vestige : état de conservation, localisation au cœur de la ville ou dans un site archéologique, voire, par de petits calculs à partir de la surface des gradins, l’estimation de capacité d’accueil. Enfin, la “thématique implantation” enregistrait les choix d’implantation, selon la surface topographique par exemple, ou l’orientation du bâtiment (tant il est préférable de regarder un spectacle sans avoir le soleil dans les yeux).

Il est vrai que nous ne nous attendions pas à un si grand nombre d’élèves (presque 40 !). Nous avions heureusement rallié à nos forces une collègue de SIG, Valérie Maldiney, dont les domaines d’applications sont pourtant fort éloignés des nôtres puisque elle est spécialiste dans la protection des espèces sauvages. Nous avions également préparé des pas à pas détaillés de l’exercice et des logiciels employés, Google Earth et Q Gis. Enfin, le confort technologique de la salle informatique de l’Ifé et le secours efficace des encadrants du projet ont permis de suivre au mieux les élèves.

D’abord un peu déroutés par la recherche sur les théâtres, la plupart des élèves (seuls ou en groupes) ont peu à peu réussi à les repérer. La thématique archéologique a été la plus suivie, en particulier la présence/absence des éléments du théâtre ou même, ce qui représentait plus de travail d’investigation puisque l’information n’était pas visible sur l’image, la date de construction ou le commanditaire. Même si les premiers pas dans Q Gis ont été un peu plus chaotiques, l’ensemble des élèves a tout de même réussi à créer leur fond de carte, à récupérer depuis Google Earth les entités repérées, et à leur affecter dans une base de données l’attribut de leur choix. Nous en avons bien perdu quelques-uns en route, qui ont préféré expérimenter l’archéologie aérienne avec le simulateur de vol de Google plutôt que par l’âpre description systématique des vénérables bâtiments antiques, mais les plus motivés ont réussi à mener l’exercice jusqu’au bout, et à cartographier selon un critère défini une vingtaine de théâtres romains.

L’intervention, menée sur trois heures de temps, diaporama compris, fut donc satisfaisante pour tous. Si elle a demandé un peu de temps de préparation, nous avons eu le plaisir de voir sortir nos élèves les yeux brillants, non pas de fatigue mais certainement tout à la joie d’avoir découvert le Système d’Information Géographique. Un clip vidéo portant sur le diaporama a été réalisé et mis en ligne par CH. H. Eyraud. De notre côté, portés par cette heureuse expérience, nous avons réitéré l’exercice avec des élèves de 3ème en stage à la MOM. Eux aussi ont aimé, et voici un exemple sans retouches de leur production.

Après avoir recherché des théâtres romains sur Google Earth, création du SIG et cartographie automatique, selon un critère descripteur (orientation des théâtres) consigné dans la base de données. Réalisation de Marie Tallon, collégienne en stage à la MOM.

Après avoir recherché des théâtres romains sur Google Earth, création du SIG et cartographie automatique, selon un critère descripteur (orientation des théâtres) consigné dans la base de données. Réalisation de Marie Tallon, collégienne en stage à la MOM.

Pour en savoir plus

Sur l’aviation militaire durant la première guerre mondiale, voir par exemple le cas des « messages lestés »,  (système d’échanges entre aviateurs de camps ennemis pour se donner des nouvelles d’escadrilles disparues) informant que des pilotes ennemis, tués en combat aérien, avaient été enterrés par leurs adversaires avec les honneurs militaires. Page 27  http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_81_001/viewer.html

Sur Antoine Poidebard :

L. Nordiguian et J.-F. Salles (dir.) 2000. Aux origines de l’archéologie aérienne. A. Poidebard (1878-1955), Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

F. Denise et L. Nordiguian (dir.) 2003. Une aventure archéologique, Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Beyrouth, Éditions USJ, Beyrouth & Éditions Parenthèses, Marseille, avec le concours de B. Geyer et C. Maréchal.

Voir aussi le musée virtuel consacré à A. Poidebard sur le site de l’Université Saint Joseph : http://www.usj.edu.lb/poidebard/

Sur la prospection aérienne :

Voir le site P. Joy, très complet sur l’histoire et les méthodes, et qui a largement inspiré notre animation : http://pfjoy.free.fr/index.htm. Qu’il en soit remercié.

Sur les SIG :

N’hésitez pas à consulter l’excellent manuel du réseau ISA : Rodier X. (dir.), Barge O., Saligny L., Nuninger L., Bertoncello F. 2011. Information spatiale et archéologie, collection Archéologiques, Errance.

Sur le projet de D. Montmasson au Lycée Charbonnières :

http://grainesdexplorateurs.ens-lyon.fr/projets-en-cours/biodiversite-et-environnement-2013/charbonnieres-2013

Sur nos prochains stages 

Stage photographie aérienne et photogrammétrie, du 28 au 30 mai 2013 : http://www.mom.fr/Stage-photographie-aerienne-et.html

Stage d’initiation aux SIG (http://www.mom.fr/Initiation-aux-SIG-appliques-en.html) reconduit du 18 au 20 juin 2013 ; Le même stage, réservé aux doctorants est proposé les 14-15 et 17 juin ;

Stage Cartographies : de la base de données spatiale au fichier d’édition : les 17 et 18 Octobre 2013

Stage relevés de terrain pour l’archéologie : topographie GPS et SIG : du 22 au 24 octobre

A plus long terme, consulter la page web de la plateforme Cartographies archéologiques

http://www.mom.fr/cartographies-archeologiques.html

Remerciements

Valérie Maldiney nous a aidés juste pour le plaisir ; nous la remercions chaleureusement.

L’auteur :
Emmanuelle Regagnon est Ingénieur d’Etude au CNRS
Topographe, Cartographe.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Régagnon E. 2013. Comment faire découvrir les joies des SIG et de l’archéologie aérienne ? Une expérience auprès des lycéens, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 22 mars 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/675


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. zakia dit :

    merci pour cette page web et pour l’information.Bon courage

  1. 4 avril 2013

    […] Si les SIG (Systèmes d’Information Géographique) sont d'admirables instruments scientifiques, ils n’en sont pas moins, &agra…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.