Recherches archéologiques à Pasargades (Iran) : chronique d’un retour sur le terrain

Après plusieurs années d’interruption, liée à un arrêt des coopérations scientifiques entre la France et l’Iran de 2009 à 2014, l’année 2015 a été marquée par une relance des recherches archéologiques irano-françaises. Ainsi, en novembre 2015, le laboratoire Archéorient a réactivé ses travaux portant sur l’étude des fondations royales achéménides au sud de l’Iran. A la demande de nos partenaires de l’Iranian Center for Archaeological Research et de la Parsa-Pasargadae Research Foundation, nous avons décidé de construire un nouveau programme conjoint d’étude du site de Pasargades (fig. 1). Centré sur des travaux de prospections pluridisciplinaires, il est destiné à poursuivre la cartographie archéologique du site initiée dès 1999. Portant sur l’étude de l’organisation du site et de son territoire à l’époque achéménide (6e-4e s. av. J .-C.), ces recherches s’intègrent également dans les projets iraniens de mise en place d’une carte archéologique d’aide à la gestion des risques sur le patrimoine de Pasargades et de sa région. Avec le soutien du Ministère français des Affaires Étrangères, nous avons donc réactivé la mission « Shiraz » qui était dirigée de 1999 à 2009 par Rémy Boucharlat, directeur de recherche CNRS à Archéorient. En novembre 2015 et en juin 2016, deux campagnes de terrain ont eu lieu sous la direction conjointe des auteurs de cette note dans laquelle nous exposons les grandes lignes de notre programme ainsi qu’un rapide aperçu des premiers résultats obtenus.

Figure 1 : Localisation de Pasargades et de Persépolis. (© Mission irano-française « Shiraz »)

Figure 1 : Localisation de Pasargades et de Persépolis. © Mission irano-française « Shiraz »

Programmes irano-français à Pasargades : un bref historique

Le début des recherches lyonnaises sur l’Iran achéménide remonte à la fin des années 1990. Elles sont nées de la volonté de Rémy Boucharlat de relancer des collaborations archéologiques avec l’Iran alors que celles-ci avaient connu un coup d’arrêt suite à la révolution de 1979. Le pays cherchait alors à relancer les études sur son riche patrimoine. Pour le site de Pasargades, cette dynamique s’est traduite par le montage d’un dossier d’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est dans ce cadre qu’en 1999 la mission irano-française « Shiraz » a été l’une des premières à relancer un programme de terrain conjoint. Etant donnée la surface du site, au moins 300 ha en majeure partie non fouillés, les travaux ont été concentrés sur une cartographie à large échelle de ses vestiges. Avec la collaboration de Christophe Benech, chercheur CNRS à Archéorient, ils se sont appuyés sur la mise en œuvre de techniques de prospection géophysique. C’est en partie grâce à ces travaux que le site a été classé en 2004. Les recherches s’y sont poursuivies, avec des interruptions, jusqu’en 2009. Parallèlement, la mission a mené une étude du territoire de Pasargades en prenant part à plusieurs fouilles de sauvetage et en initiant des études sur des vestiges d’aménagements hydrauliques. Après ces années d’activité, les résultats et les pistes de recherches ouvertes ont été nombreux et constituent les bases du nouveau programme de recherches à Pasargades.

Une morphologie urbaine originale, un territoire largement réaménagé

Pasargades est un site-clé pour comprendre l’urbanisation de la Perse durant la période achéménide : première fondation urbaine de cette période, il constitue le prototype d’une conception perse de la ville. Résidence royale fondée aux alentours de 550 av. J.-C. par Cyrus, le premier Grand Roi, sa construction répond aussi à la nécessité de doter la province de Perse d’une capitale. Pasargades a dû jouer ce rôle durant une trentaine d’années avant que Darius ne décide vers 520 de déplacer la capitale à Persépolis, située 50 km plus au sud. Pasargades restera par la suite un lieu symbolique important ainsi qu’un centre administratif local.

Avant même nos prospections à Pasargades, des fouilles anciennes (Stronach 1978) avaient mis au jour une partie du plan original du site. Les différents édifices royaux ne sont pas regroupés en un complexe palatial mais répartis autour d’un jardin royal de plusieurs hectares parcouru de canaux en pierre, la tombe monumentale de Cyrus se situant pour sa part à près de 1 km plus au sud. À l’opposé, au nord, cet ensemble est dominé par une vaste plateforme en pierre, la « Citadelle », construite au sommet d’une colline. Les résultats de nos prospections (Boucharlat, Benech 2002 ; Benech, Boucharlat, Gondet 2012) ont permis d’élargir cette reconstitution de Pasargades (fig. 2 ; Boucharlat 2012). Elles ont démontré que le jardin ne constituait qu’une partie d’un parc plus vaste qui intégrait vers le nord-est un complexe architectural en arrière de la tour du « Zendan » et vers le sud-est un large bassin ainsi qu’un secteur de bâtiments très détruit par les activités agricoles récentes. Vers le nord, au-delà de la « Citadelle », un rempart courant sur les sommets de plusieurs collines délimite un secteur fortifié d’une vingtaine d’hectares où un bâti assez dense a été détecté.

Fig. 2 : Proposition de restitution du plan de Pasargades à l’issue des prospections 1999-2009 (repris et adapté de Benech, Boucharlat, Gondet 2012 : 29-Fig. 15). © Mission irano-française « Shiraz »

Fig. 2 : Proposition de restitution du plan de Pasargades à l’issue des prospections 1999-2009 (repris et adapté de Benech, Boucharlat, Gondet 2012 : 29-Fig. 15). © Mission irano-française « Shiraz »

La morphologie très ouverte de Pasargades est tout à fait singulière pour l’époque. Mis à part au nord de la citadelle, l’espace urbain n’est pas délimité par des fortifications. Les espaces paysagers (jardins, parcs) occupent une place prédominante où se répartissent de manière diffuse les différentes composantes de la ville (édifices royaux, habitats, secteurs d’activité). Outre qu’il offre un cadre de vie agréable, ce projet urbanistique vise aussi à démontrer la capacité du souverain à remodeler les paysages. Parallèlement, la création de Pasargades s’est accompagnée d’un réaménagement en profondeur de son territoire dont témoigne un vaste réseau de barrages et de canaux destinés à alimenter la ville en eau et à mettre en valeur les terres qui l’entourent.

Objectifs du nouveau programme

L’objectif de notre programme consiste à poursuivre l’étude de Pasargades et de son territoire. S’inscrivant dans la continuité des travaux entrepris jusqu’en 2009 il aborde, par la mise en œuvre de nouvelles méthodes, certaines des nombreuses questions restées en suspens.

Sur le site de Pasargades, l’objectif principal est de préciser notre reconstruction de la ville. Cela passe par une poursuite de la cartographie du site à l’aide des méthodes géophysiques et par un relevé topographique de l’ensemble des vestiges visibles en surface. Alors que des questions se posent sur la dynamique de développement de la ville, nous étudions la datation et la nature des occupations détectées en géophysique par une étude des céramiques de surface. Enfin nous ne savons encore rien des différentes essences végétales qui étaient cultivées dans le parc de Pasargades, les textes antiques nous informant toutefois que les rois perses souhaitaient démontrer la diversité de leur empire par la plantation d’espèces exotiques. Nous abordons cette thématique par des analyses palynologiques.

Concernant le territoire de Pasargades, les travaux sont conduits à deux échelles. Dans un rayon de 5 km autour du site, nous procédons à un enregistrement et à une cartographie de l’ensemble des données archéologiques repérables en surface. Pour la période achéménide, l’objectif est de définir la limite entre espace urbain et rural et d’obtenir une image précise de l’organisation du territoire aux alentours immédiats de la ville. La seconde échelle d’étude intègre l’ensemble du bassin versant du Pulvar, la rivière qui arrose la région. Nous comprenons encore mal la gestion achéménide des ressources en eau autour de Pasargades: la fonction des barrages ou l’alimentation en eau des canaux restent des points à éclaircir. Nous abordons ces questions par une cartographie précise de ces infrastructures couplée à des analyses géomorphologiques qui nous renseigneront les évolutions passées du régime hydrologique du bassin versant du Pulvar.

Cartographie de la ville et de son territoire (novembre 2015)

Notre première mission de quatre semaines s’est concentrée sur le travail de cartographie de Pasargades et sur la prospection d’une zone située à 4 km au nord du site. Les travaux entrepris seront détaillés dans une publication en cours de parution (Gondet et al. sous presse). L’équipe était composée de 14 membres : archéologues (M. Farjamirad, Université de Gand, Belgique ; N. Ibnoeirida, Université de Naples, Italie ; F. Zare Kordshouli et H.R. Karami, Centre de recherches de Pasargades ; cinq étudiants iraniens en formation), géophysiciens (C. Finck, Université Pierre et Marie Curie de Paris) ainsi qu’un topographe (D. Laisney, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Fig. 3 : Cartes magnétiques obtenues à Pasargades depuis 1999. Les secteurs prospectés en 2015 ont été délimitées en violet. Les résultats obtenus au bas de la colline de la Citadelle révèlent l’existence de nombreux bâtiments (échelle des cartes géophysiques : -/+ 2 nT du blanc au noir). © Mission irano-française « Shiraz »

Fig. 3 : Cartes magnétiques obtenues à Pasargades depuis 1999. Les secteurs prospectés en 2015 ont été délimitées en violet. Les résultats obtenus au bas de la colline de la Citadelle révèlent l’existence de nombreux bâtiments (échelle des cartes géophysiques : -/+ 2 nT du blanc au noir). © Mission irano-française « Shiraz »

Sur le site, nous avons poursuivi les prospections géophysiques par la méthode magnétique (fig. 3) et révélé un nouveau secteur bâti sur les pentes sud de la colline de la citadelle. Environ un tiers du site a été précisément topographié, ce qui a permis de localiser de nombreux aménagements probablement d’époque achéménide ainsi que des structures d’habitat et des installations postérieures. Enfin une étude des tessons de céramique de surface nous a permis de compléter notre étude de l’organisation spatiale du site et surtout d’aborder la question de la chronologie de son occupation. La cartographie des densités de tessons de type achéménide/post-achéménide a confirmé l’existence d’un secteur d’occupation au sud-est du grand bassin (fig. 4).

Fig. 4 : Carte de densité de la céramique de surface le long d’un profil de carrés de 20 m de côté (de 0,1 tessons/m² en vert à 2,5 tessons/m² en rouge) localisé au sud-est du grand bassin. Les zones de plus fortes densités de céramiques achéménides/post-achéménides au nord-est se superposent aux zones construites repérées sur les cartes magnétiques (ovale rouge). © Mission irano-française « Shiraz »

Fig. 4 : Carte de densité de la céramique de surface le long d’un profil de carrés de 20 m de côté (de 0,1 tessons/m² en vert à 2,5 tessons/m² en rouge) localisé au sud-est du grand bassin. Les zones de plus fortes densités de céramiques achéménides/post-achéménides au nord-est se superposent aux zones construites repérées sur les cartes magnétiques (ovale rouge). © Mission irano-française « Shiraz »

Dans la zone située au nord, nous avons repéré une douzaine de sites dont un, probablement achéménide, de près de 2 ha associé à un ancien canal relevé sur plus de 2 km de long. Parallèlement nous avons entrepris une étude systématique des nombreux vestiges funéraires (environ 200) présents sur les reliefs, pour l’essentiel des cairns à dater très certainement d’époques postérieures à l’Achéménide.

L’environnement ancien (juin 2016)

Une seconde campagne de deux semaines a rassemblé un palynologue (M. Djamali, chercheur CNRS à l’UMR 7263 IMBE), un géoarchéologue (J.-B. Rigot, maître de conférences à l’Université de Tours) ainsi qu’un hydrologue (D. Dumas, professeur à l’Université Lyon 3). Il s’agissait d’une mission exploratoire destinée à évaluer le potentiel de la région pour de futures études paléoenvironnementales. Nous avons procédé à des observations dans la plaine pour en décrire les grands ensembles géomorphologiques en se concentrant sur l’étude des dynamiques hydrologiques et des modes de gestion des ressources en eau. Parallèlement, des échantillons de sol ont été prélevés sur le site de Pasargades (fig. 5), dans le jardin royal, pour procéder à des analyses palynologiques qui sont en cours en France.

Fig. 5 : Prélèvement d’échantillons dans les jardins de Pasargades pour analyses palynologiques. © Mission irano-française « Shiraz »

Fig. 5 : Prélèvement d’échantillons dans les jardins de Pasargades pour analyses palynologiques. © Mission irano-française « Shiraz »

Et ensuite ?

Une nouvelle mission à Pasargades est programmée pour le mois de novembre 2016. Les travaux entrepris en 2015 seront poursuivis. Il s’agira également d’élargir le spectre des approches mises en œuvre afin de mieux comprendre le paysage achéménide de Pasargades. Nous prévoyons de tester sur le site une nouvelle méthode de prospection géophysique à l’aide d’un appareil récemment acquis par le laboratoire Archéorient. Cet instrument électromagnétique permettra de mesurer et de cartographier en même temps deux propriétés physiques du sol, magnétique et électrique, et de préciser certains des résultats obtenus depuis 1999. Une couverture photogrammétrique effectuée par drone est également programmée pour obtenir un relevé précis du relief et des anomalies liées à l’occupation. Enfin, une équipe de céramologues sera chargée d’étudier plus précisément les céramiques collectées en surface.

Bibliographie

Benech C., Boucharlat R., Gondet S. 2012. Organisation et aménagement de l’espace à Pasargades : Reconnaissances archéologiques de surface, 2003-2008, Arta 2012.003. [En ligne] http://www.achemenet.com/document/2012.003-Benech_Boucharlat_Gondet.pdf

Boucharlat R. 2012. Reconstitution 3D – Dialogue entre l’archéologue et l’infographiste – une expérience, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 30 novembre 2012. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/250

Boucharlat R., Benech C. 2002. Organisation et aménagement de l’espace à Pasargades. Reconnaissance archéologique de surface, 1999-2001, Arta 2002.001. [En ligne] http://www.achemenet.com/ressources/enligne/arta/pdf/2002.001-loc.pdf

Gondet S., Mohammadkhani K., Farjamirad M., Ibnoeirida N., Zare Kordshouli F., Karami H.R., Laisney D. sous presse. Field report on the 2015 current archaeological works of the joint Iran-French project on Pasargadae and its territory, International Journal of Iranian Heritage 1

Stronach D. 1978. Pasargadae: a report on the excavations conducted by the British institute of Persian studies from 1961 to 1963, Oxford.

Les auteurs

Sébastien Gondet est chargé de recherche au CNRS. Spécialiste en méthodes de prospection pour l’archéologie, en particulier des méthodes géophysiques, et de l’archéologie de l’Empire achéménide. Membre du laboratoire UMR 5133 Archéorient (CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Kourosh Mohammadkhani est maître de conférences à l’Université Shahid Beheshti de Téhéran (Iran). Spécialiste des méthodes de prospections géophysiques appliquées à l’archéologie et de la période achéménide en Iran. Membre associé au laboratoire Archéorient. Membre du comité scientifique du Parsa Pasargadae Research Foundation.

Pour citer ce billet : Sébastien Gondet et Kourosh Mohammadkhani. Recherches archéologiques à Pasargades (Iran) : chronique d’un retour sur le terrain, ArchéOrient - Le Blog, 7 octobre 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6643

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 10 octobre 2016

    […] Après plusieurs années d’interruption, liée à un arrêt des coopérations scientifiques avec l’Iran décidé par la France de 2009 à 2014, l’année 2015 a…  […]

  2. 20 janvier 2017

    […] et que les travaux de deux membres d’Archéorient, Sébastien Gondet et Rémy Boucharlat (à lire ici), contribuent à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *