« ArchéoTERRA : archéologie et conservation des architectures de terre » au Musée gallo-romain de Lyon

L’exposition ArchéoTERRA a été inaugurée le 12 juillet 2016, en présence de Hugues Savay-Guerraz (directeur du Musée gallo-romain), Françoise Le Mort (directrice de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée), Hubert Guillaud (directeur scientifique du laboratoire CRAterre-ENSAG) et Myriam Picot, Vice-présidente de la métropole de Lyon en charge de la culture.

Fig. 2 : Stand d’accueil de l’exposition

Fig. 1 : Stand d’accueil de l’exposition

Cette exposition, initiée dans le cadre de l’événement « Lyon, Capitale de la terre 2016 ». (cf. billet précédent), se tient jusqu’au 8 janvier 2017 au musée gallo-romain de Lyon (17 rue Cléberg, 69005 Lyon). Elle est conçue par le musée gallo-romain (Hugues Savay-Guerraz, Jean-Claude Chadefaux, Marie-Laure Cuvillier, Mélanie Lioux) en partenariat avec CRAterre (ENSAG, École d’Architecture de Grenoble : David Gandreau et Chamsia Sadozaï) et le Laboratoire Archéorient (UMR 5133, MOM : Bérengère Perello).

Cette exposition résulte d’une rencontre entre des archéologues et des conservateurs du patrimoine souhaitant d’une part faire connaître au grand public la richesse du patrimoine mondial construit en terre crue, d’autre part lutter contre un certain nombre d’idées reçues dont souffre l’architecture en terre.

Quatre grands thèmes, matérialisés par des couleurs différentes et déclinés en dix-sept îlots, sont disposés tout au long de l’exposition permanente. Les scénographes de l’exposition (Inclusit Design : Héloïse Thizy, Magali Seux,) soulignent le fait que « Les îlots sont pensés en adéquation avec le bâti du musée et ses particularités : les courbes, les variations de hauteurs… Ainsi, la scénographie vient « épouser » le bâtiment. » Chaque îlot, fondé sur le principe de l’architecture modulaire, est composé de rectangle de bois superposés, de formes variées, qui font écho aux moules à briques.

Fig. 3a_archéoTerra 02 Fig. 3b_archéoTerra 06
Fig. 2 : Photos de plusieurs îlots du musée

À défaut de présenter des exemples d’architecture en terre, nous avons décidé d’illustrer notre propos par de très nombreuses photographies, collectées auprès de collègues archéologues, restaurateurs ou architectes, mais aussi par des interviews d’experts, des maquettes, des objets techniques anciens et modernes, des échantillons de terre dans un parcours sensoriel, des croquis, des reconstitutions, et enfin un film d’animation et des œuvres d’art contemporain.

Universalité de la construction en terre…

Le premier objectif était de montrer l’universalité de l’architecture en terre par sa distribution aussi bien géographique que chronologique. Présente sur tous les continents en raison de sa disponibilité, la terre à bâtir est un matériau universel, abondant et facile à collecter. Elle a été utilisée pour la construction dès les premiers temps de la sédentarisation puis à travers les âges et reste aujourd’hui encore l’un des matériaux les plus répandus.

Un échantillon de photos d’architecture en terre à travers le monde met en exergue le fait que le recours à ce matériau ne prédétermine en rien les formes architecturales. Les découvertes archéologiques autant que les cultures constructives d’aujourd’hui le montrent bien : à chaque territoire, son architecture en terre. L’originalité et la diversité résident dans la préparation de la matière première et dans les savoir-faire parfois millénaires.

Fig. 4 : 4 photographies de l’échantillon En haut à gauche : Chan Chan, Pérou. (D. Gandreau) En haut à droite : Ksar d’Aït ben Haddou, Maroc (S. Moriset) En bas à gauche : Mur d'enceinte d’Itchan Kala, Ouzbékistan. (T. Joffroy) En bas à droite : Muraille de Chine (Creative Commons BY G. Williams)

Fig. 3 : 4 photographies de l’échantillon
En haut à gauche : Chan Chan, Pérou. (D. Gandreau)
En haut à droite : Ksar d’Aït ben Haddou, Maroc (S. Moriset)
En bas à gauche : Mur d’enceinte d’Itchan Kala, Ouzbékistan. (T. Joffroy)
En bas à droite : Muraille de Chine (Creative Commons BY G. Williams)

Le matériau terre : du grain à l’architecture

Le visiteur poursuit son cheminement et découvre les différentes techniques de mise en œuvre de la terre. En premier lieu, le passage de la terre brute à une terre propre à construire, dite « terre à bâtir ». Pour qu’elle soit apte à la construction, la terre peut subir des traitements : ajout d’eau et d’un dégraissant (éléments végétaux : paille, balle de riz, algue, etc., éléments minéraux : graviers, sables ou d’origine animale : excréments, poils, os, etc.), malaxage, moulage, etc. Le volume d’eau, la quantité et le type de dégraissant diffèrent selon la technique utilisée.

La terre n’est pas pour autant réservée à l’architecture, elle sert aussi à confectionner de nombreux objets présents sur les sites archéologiques : récipients, tablettes d’écriture, sceaux-cachets, pesons, figurines, jouets, sachant que certains de ces objets (poteries, figurines) étaient cuits avant utilisation.

Un îlot est ensuite consacré à chacune des quatre grandes familles de techniques utilisant le matériau terre : la bauge, le pisé, le torchis et la brique crue. Des outils contemporains sont présentés en parallèle de croquis représentant la chaîne de production propre à chaque technique et à leurs composants. Le dernier îlot est dédié aux enduits car, quelle que soit la technique mise en œuvre, les murs en terre crue sont généralement recouverts d’un enduit. Son utilité est double, il s’agit d’une part, de protéger les bâtiments des intempéries pour leur permettre de durer et, d’autre part, de conférer un fini plus esthétique à l’ensemble.

Fig. 5 – Photographies des techniques. Bauge : Aratashen, Arménie (P. Lombard) - Pisé : Dauphiné : (S. Moriset) - Torchis : Afrique de l’ouest (Missions Africaines, Lyon) - Briques : Mesa Verde, Etats Unis. Bâtiments troglodytes (S. Moriset)

Fig. 4 : Photographies des techniques.
Bauge : Aratashen, Arménie (P. Lombard) – Pisé : Dauphiné : (S. Moriset) – Torchis : Afrique de l’ouest (Missions Africaines, Lyon) – Briques : Mesa Verde, Etats Unis. Bâtiments troglodytes (S. Moriset)

Omniprésence de la terre sur les sites archéologiques

Le troisième thème traite de l’omniprésence de la terre sur les sites archéologiques, quelle que soit l’échelle considérée : celle du site (îlot 9 : « Du village à la ville »), celle du type de construction (îlot 10 : « De la maison au bâtiment de prestige ») ou celle de l’aménagement interne (îlot 11 : « Du sol au plafond »).

On associe généralement, à tort, la terre à l’habitat rural. S’il est vrai qu’elle est utilisée pour construire de modestes villages à l’organisation aérée (fermes du Dauphiné), elle est aussi tout à fait apte à la réalisation de villes à très forte densité d’occupation (vallée du M’zab, Algérie). De plus, la terre crue peut aussi être mise en œuvre pour l’édification d’immeubles à nombreux étages, comme le montrent les villes de Shibam, appelée aussi « la Manhattan du désert », et de Sanaa au Yémen ou encore certains immeubles en pisé du quartier de la Croix-Rousse à Lyon, pour un exemple plus proche de nous.

Fig. 6 - Shibam, Yemen (O. Barge)

Fig. 5 : Shibam, Yemen (O. Barge)

En France, comme dans le reste du monde, la terre crue est encore trop souvent considérée comme un matériau pauvre, réservé aux constructions domestiques. En réalité, elle a été employée pour de très nombreuses constructions monumentales (rempart de l’Alhambra à Grenade, certains tronçons de la muraille de Chine) et des constructions de prestiges (Ziggurat de Choga Zanbil en Iran, Mosquée de Djenné au Mali).

Enfin, la terre peut être utilisée dans toutes les parties de la construction, pour les murs bien sûr, mais aussi pour les sols (terre battue, carreaux de briques cuites), pour les aménagements (fours, foyers, banquettes, niches) et pour les toitures (plates, voûtées ou en coupole). Selon les constructions, la terre est la composante de quasiment tout le bâtiment ou simplement d’une petite partie. Rarement utilisée seule, la terre est généralement associée à d’autres matériaux, en particulier la pierre et les matières végétales.

Fig. 7 - Village d’Al-Hamam, dans la steppe d Syrie (M.-O. Rousset, Mission marges arides, MAEDI)

Fig. 6 : Village d’Al-Hamam, dans la steppe d Syrie (M.-O. Rousset, Mission marges arides, MAEDI)

Lorsqu’on évoque l’architecture en terre sur les sites archéologiques, il faut garder à l’esprit que l’essentiel des superstructures en terre est le plus souvent perdu et que les contours des bâtiments ne sont plus attestés que par les soubassements ou les fondations en pierre sur lesquels reposaient les murs en terre (ou par les négatifs des trous de poteaux dans le sol pour les murs en torchis). Ainsi, lors de la découverte de ces sites, la terre est quasiment absente alors qu’elle était largement dominante dans l’architecture lorsque les bâtiments étaient en fonction.

Fig. 8 - à gauche : Photographie de la maison C42, site de Tell Al-Rawda, Syrie (F. Isnard, C. Castel, Mission archéologique franco-syrienne d'Al-Rawda, Syrie), à droite : Photographie du site néolithique de Parme, Italie (M. Bernabò Brea

Fig. 7 : à gauche : Photographie de la maison C42, site de Tell Al-Rawda, Syrie (F. Isnard, C. Castel, Mission archéologique franco-syrienne d’Al-Rawda, Syrie), à droite : Photographie du site néolithique de Parme, Italie (M. Bernabò Brea)

Conservation et valorisation des architectures en terre

Le dernier volet de l’exposition aborde les questions relatives à la conservation des sites archéologiques en terre. On dénombre sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO plus de quatre-vingts sites archéologiques comprenant de l’architecture de terre. La « valeur universelle exceptionnelle » de cette architecture est donc reconnue par les experts du Patrimoine au niveau international mais elle reste largement méconnue du grand public.

L’architecture en terre possède d’immenses qualités techniques, architectoniques et esthétiques mais elle nécessite un entretien régulier pour ne pas se dégrader. De nombreux projets dans le monde prouvent qu’il est possible de la conserver, au même titre que celle en pierre ou en brique cuite. De nature assez fragiles, les vestiges en terre peuvent cependant être sauvegardés grâce à des procédés simples de conservation. Il faut en premier lieu faire un diagnostic des différents facteurs de dégradations (naturels, humains, etc.) pour ensuite proposer les stratégies d’intervention les plus adaptées. Elles vont d’un simple ré-enfouissement des vestiges, lorsque ceux-ci ne justifient pas une présentation immédiate au public, jusqu’à un programme de mise en valeur pouvant nécessiter des interventions de restauration complexes.

La conservation préventive est la solution la moins intrusive. Elle consiste à limiter les facteurs de dégradations (désherbage, drainages des eaux pluviales, etc.) et à protéger les structures de destructions plus avancées, notamment par l’application de couches de terre dites « sacrificielles » qui sont appliquées sur les murs et qui subissent à leur place les effets de l’érosion.

Fig. 9 : Grand Kyz Kala, Turkménistan : réalisation des couches « sacrificielles » (C. Sadozaï)

Fig. 8 : Grand Kyz Kala, Turkménistan : réalisation des couches « sacrificielles » (C. Sadozaï)

La restauration, quant à elle, permet de reconstruire partiellement les vestiges. Beaucoup plus visible que la conservation préventive, cette méthode doit être utilisée avec prudence et reposer sur une analyse approfondie des vestiges et de la documentation autant que sur une volonté forte de la part de tous les partenaires. L’adage veut que « la restauration s’arrête là où commence l’hypothèse ». Délicate et assez coûteuse, la restauration présente cependant l’intérêt majeur de rendre davantage lisible les vestiges archéologiques pour le plus grand nombre.

Fig. 10. Arg-e Bam, Iran. À gauche : La citadelle au moment du séisme de 2003 (H. Guillaud), à droite : Aujourd’hui en cours de restauration (C. Sadozaï, 2016)

Fig. 9 : Arg-e Bam, Iran. À gauche : La citadelle au moment du séisme de 2003 (H. Guillaud), à droite : Aujourd’hui en cours de restauration (C. Sadozaï, 2016)

En effet, au delà de la sauvegarde des vestiges, la restauration et la conservation permettent également, par le biais de la valorisation, de mettre à la portée de tous les informations parfois complexes issues de l’archéologie. En ce sens, elle peut avoir un impact très positif sur le tourisme.

Le site de Khirokitia en offre un très bel exemple. Un programme de mise en valeur du site a été entrepris en 1994 par le Département des Antiquités de Chypre, en association avec la Mission archéologique française du MAEDI (dir. A. Le Brun). L’objectif était de reconstruire un habitat néolithique des 7e-6e millénaires av. J.-C. Cette reconstruction n’a pas été faite de manière arbitraire mais résulte au contraire d’un travail de recherches mené dans une optique ethno-archéologique, en confrontant “en direct” les interprétations proposées à partir des données archéologiques aux solutions techniques de l’architecture traditionnelle de Chypre. La reconstitution est le résultat d’une collaboration étroite entre des archéologues et des maçons locaux.

Fig. 11 – Khirokitia : réplique grandeur nature de plusieurs maisons néolithiques (Th. Sagory, Mission archéologique de Khirokitia)

Fig. 10 – Khirokitia : réplique grandeur nature de plusieurs maisons néolithiques (Th. Sagory, Mission archéologique de Khirokitia)

Ainsi, si la fouille permet de révéler et de comprendre ce patrimoine en terre, la conservation et la valorisation permettent de diffuser la valeur patrimoniale de cette architecture. De la découverte des vestiges au circuit touristique, en passant par la restauration des architectures anciennes, les rôles combinés de l’archéologue, de l’architecte et du conservateur sont essentiels pour permettre à ces architectures anciennes en terre d’occuper la place qu’elles méritent dans le patrimoine construit. Cette architecture peut également devenir une véritable ressource pour le développement local par le biais du tourisme culturel en pleine croissance, mais également pour tous les enseignements que nous pouvons tirer de ces onze millénaires d’expérience et de savoir-faire pour concevoir l’habitat de demain.

Les auteurs

Hugues Savay-Guerraz, conservateur du patrimoine, est archéologue de formation, spécialiste des matériaux et des techniques de construction de l’époque romaine. Après une première partie de carrière consacrée à des recherches sur le terrain,  il a intégré le musée gallo-romain de Lyon d’abord comme responsable du service scientifique, puis directeur depuis 2012.

Bérengère Perello est chargée de Recherche au CNRS. Archéologue, elle est spécialiste de l’architecture en terre au Proche-Orient à la période pré- et protohistorique. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

En collaboration avec :

David Gandreau est archéologue, spécialisé dans la construction en terre. Il a réalisé de nombreuses missions d’expertise sur la gestion et la conservation du patrimoine archéologique, notamment sur des sites du patrimoine mondial en Iran, en Asie centrale et en Afrique. Depuis 2001, il est rattaché au laboratoire CRAterre-ENSAG où il poursuit actuellement sa recherche dans un cadre doctoral.

Chamsia Sadozaï est archéologue, spécialisée dans la construction en terre crue. Elle réalise de nombreuses missions d’expertise pour la préservation des vestiges, principalement en Asie centrale. Elle est également chercheur associée du laboratoire CRAterre-ENSAG, dans la section Patrimoine.

Pour citer ce billet : Hugues Savay-Guerraz et Bérengère Perello. « ArchéoTERRA : archéologie et conservation des architectures de terre » au Musée gallo-romain de Lyon, ArchéOrient - Le Blog, 9 septembre 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6545


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *