Les ânes sont dans le pré

L’histoire des ânes est passionnante. Elle intéresse non seulement les paléontologues qui travaillent sur l’évolution de la famille des équidés et les archéozoologues et historiens qui étudient la domestication de l’âne et son exploitation au cours du temps mais aussi un très large public. En effet, les passionnés de l’âne sont encore bon nombre bien que cet animal ait quasiment disparu des paysages de nos campagnes. Cette disparition en Europe de l’Ouest, due à l’explosion de la mécanisation de l’agriculture, est récente, elle date du 20e siècle ; cela explique que l’empreinte de l’âne, dont les qualités ont pu être louées à l’excès ou les défauts déplorés exagérément selon les époques et les récits, reste profondément marquée dans notre culture et nos mémoires. L’âne, utilisé autrefois dans nos contrées essentiellement pour le labeur, comme animal de bât et de trait, est devenu de nos jours un animal de loisirs ou de compagnie, que l’on retrouve exceptionnellement au travail dans le cadre du tourisme de randonnée, ou encore dans l’agriculture biologique avec le nouvel essor des ânes « maraîchers ».

La collection ostéologique (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

La collection ostéologique (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

Crânes et mandibules (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

Crânes et mandibules (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

C’est cet intérêt commun pour l’âne qui a réunit au début du printemps 2016 en Sarthe une paléontologue, Véra Eisenmann, deux archéozoologues, Marjan Mashkour et moi-même, une archéologue spécialiste de l’iconographie, Margaux Spruyt, un anthropologue historien, Didier Gazagnadou, un réalisateur de documentaires animaliers, Jérome-Cécil Auffret, et son équipe : Gaspard Frydman, Pierre-Alexandre Paul, et Giuliano Ponturo, chez Jacky Davézé qui élève des ânes depuis plus de 30 ans. Jacky a accumulé une expérience rare et un savoir pratique précieux sur les différentes races d’ânes, les mules, les bardots et leur élevage. Ce collectionneur passionné et passionnant, non content d’élever des ânes, a monté un musée vivant de l’âne et réuni une riche collection d’objets ethnologiques composés d’outils spécialisés pour les soins (pour ferrer, pour ôter la corne des sabots…) et pour des pratiques d’éleveur (castration, ciseaux pour sectionner la queue). Il a rassemblé également de très nombreux documents écrits et iconographiques sur l’âne (archives, gravures, cartes postales) et s’est consacré à répertorier dictons, adages, proverbes et fables, ces témoignages qui retranscrivent la richesse des traditions orales concernant l’âne, une précieuse contribution à la sauvegarde d’un volet de notre patrimoine. Enfin, Jacky possède aussi une collection de squelettes et éléments squelettiques d’ânes, de mules et de bardots, parmi lesquels des crânes et des mandibules.

Séance de mesures (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

Séance de mesures (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

Considérations anatomiques (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

Considérations anatomiques (© ALTOMEDIA Productions, G. Frydman & P.-A. Paul)

Cette réunion fut l’occasion de découvrir cette collection privée et de discuter des caractères morphologiques des os et des dents d’ânes, de mules et de bardots en profitant de la présence de Véra, une spécialiste internationalement reconnue des équidés. En effet, les squelettes de mule, croisement du baudet (âne mâle) et de la jument, et de bardot, croisement de l’ânesse et de l’étalon, ne sont pas très fréquents dans les collections de référence. La détermination des différentes espèces d’équidés à partir des éléments du squelette est généralement une réelle gageure pour les spécialistes (paléontologues et archéozoologues) qui travaillent uniquement sur des vestiges osseux et dentaires car ils sont morphologiquement très proches. L’identification des hybrides, mules et bardots, qui combinent des caractères de chaque parent, est encore plus délicate à effectuer. Néanmoins le crâne et les dents portent des caractères morphométriques spécifiques sur lesquels l’identification peut s’appuyer. C’est la raison pour laquelle, après l’observation des différences anatomiques des dents, notre travail sur place a été de mesurer les crânes et les mandibules, en suivant le protocole détaillé de mesures de Véra, et de les photographier. Ces données métriques contribueront à la base de données qu’elle a constituée au cours de sa carrière lors de ses missions dans de très nombreux musées et institutions à travers le monde en mesurant systématiquement les spécimens fossiles et modernes qui y étaient conservés. Données métriques et photographiques sont destinées ensuite à être traitées avec des méthodes mathématiques et statistiques (morphométrie géométrique) pour mettre en évidence les critères de différenciation entre espèces et types d’équidés sur les dents, méthode récemment mise au point pour les équidés sous la direction de Thomas Cucchi et Marjan et avec la collaboration de Azadeh Mohaseb, post-doctorante au MNHN et de Véra.

Reconstitution d'un Hyracotherium à côté d'un crâne de cheval actuel (Eisenmann 2010)

Reconstitution d’un Hyracotherium à côté d’un crâne de cheval actuel (Eisenmann 2010)

Ces deux jours ont été une immersion complète et apaisante dans l’univers des ânes. La présence de l’âne, c’est bien connu en zoothérapie, tend à procurer plaisir et réconfort car c’est un animal calme, patient et câlin, qui aime la compagnie. Le fait de côtoyer toute la journée ces animaux n’a sans doute pas été étranger à l’ambiance détendue de cette improbable réunion de spécialistes “dans le pré”, qui ont échangé aussi bien sur les étapes principales de l’évolution des équidés à l’échelle paléontologique que sur des aspects propres à l’élevage des ânes. Pour le plus grand intérêt de tous, Véra a dressé un panorama complet de l’évolution du genre Equus, qui regroupe les quatre groupes spécifiques actuels, les chevaux, les ânes, les hémiones et les zèbres. Elle a débuté au point de départ, avec l’hyracothérium à l’Eocène il y a 50 millions d’années, en passant par les différentes formes (parmi lesquelles Parahippus, Hipparion etc., et Pliohippus et Dinohippus qui deviennent monodactyles il y 5 millions d’années) jusqu’au point d’arrivée avec Equus, il y a deux millions d’années, et les espèces d’aujourd’hui, en décrivant les modifications majeures du squelette et des dents. La plupart de ces modifications sont à mettre en relation avec les variations de locomotion et d’alimentation (pour en savoir plus, Eisenmann 2010 https://emscat.revues.org/1542 et son site http://www.vera-eisenmann.com/ ).

Les ânes dans le pré (© M. Spruyt)

Les ânes dans le pré (© M. Spruyt)

Le charmeur d’ânes (© M. Spruyt)

Le charmeur d’ânes (© M. Spruyt)

Ont été aussi discutées la datation et l’origine de la domestication de l’âne, sur laquelle, et c’est aussi le cas pour celle du cheval, les avis ne sont pas définitivement arrêtés. Cela fait partie des recherches que Marjan et moi-même menons ensemble sur l’apparition de l’âne domestique au Proche et Moyen-Orient. Les questions de zootechnie ont été nombreuses à être abordées, de même que certaines caractéristiques des équidés, comme leur endurance et leur rapidité qui passionnent Didier en raison de leur importance historique et politique dans l’organisation de la poste à relais d’animaux (équidés, camélidés et même pigeons) qui s’est développée en Chine au 4e siècle av. J.-C., système que l’on retrouve dans l’empire mongol au 13e siècle et qui s’est diffusé en Europe au 14e siècle (Gazagnadou 2013). Jacky s’est fait un plaisir de nous décrire les caractéristiques des races traditionnelles d’ânes, parmi lesquelles le plus grand représentant est le baudet du Poitou, ainsi que son élevage d’ânes « roses » couleur sable. Intarissable sur les comportements des ânes, la reproduction, certaines pratiques dont celles de la castration, ainsi que les soins à leur accorder (Davézé et Raveneau 2002). Ce charmeur d’ânes – les ânes l’écoutent lorsqu’il parle ! – en a profité pour soigner devant nous l’une des ânesses qui souffrait d’un mal courant, un abcès au pied, en pratiquant une courte opération un peu impressionnante pour les néophytes mais qui soulage l’animal rapidement. En plus de toutes les informations zootechniques que Jacky a dispensées au cours de notre séjour, nous avons aussi eu la chance de voir travailler une vigne d’une manière traditionnelle. Accueillis par Christine et Bernard de Mianville dans l’ancienne loge de vigne du Château de la Gidonnière, nous y avons découvert Fakin, l’âne de Bernard. Cet âne, fruit du croisement de baudet du Poitou avec âne andalou, est de taille impressionnante. Nous avons aussi pu assister au labourage de la vigne à la charrue vigneronne, dur labeur tant pour l’âne que pour l’homme, qui ne peut s’effectuer que quelques heures d’affilées par jour et qui nécessite une parfaite communication, voire complicité, entre l’homme et l’animal.

Labour traditionnel avec Faquin (© E. Vila)

Labour traditionnel avec Faquin (© E. Vila)

Charrue vigneronne (© E. Vila)

Charrue vigneronne (© E. Vila)

 

Chef d’orchestre d’un documentaire sur l’âne, « la voie de l’âne », Jérôme-Cécil a été, avec bonne humeur et humour, à la fois animateur efficace et auditeur enthousiaste durant ces deux journées qui se sont révélées très riches d’enseignements et passionnantes pour la recherche sur l’élevage et l’exploitation de l’âne.

Le chef d’orchestre (© M. Spruyt)

Le chef d’orchestre (© M. Spruyt)

Synopsis de la voie de l’âne, une production Altomédia

Ce film retrace l’expansion planétaire de l’âne. Tout commence il y a 5.000 ans, quand il est domestiqué par les égyptiens. Au moment où Rome envahit l’Égypte, elle y découvre un animal travailleur et frugal. Séduits, les romains emmènent l’âne avec eux dans leur conquête du monde. Une incroyable épopée commence, depuis ce berceau méditerranéen, vers l’Orient puis jusqu’aux plaines des Amériques. Équidé domestiqué puis disséminé à travers le monde, l’âne devient au fil des siècles un animal évolué, racé et indispensable. De nos jours, avec la mécanisation, l’âne perd son statut de travailleur pour celui d’animal de compagnie, quand il n’est pas simplement rendu à « Dame Nature ». Notre film raconte son histoire. Géographique, génétique, comportementale, elle retrace une aventure animale hors du commun, depuis les origines de l’âne jusqu’à son retour progressif à l’état sauvage.

Références

Davézé J., Raveneau A. 2002, Le Livre de l’âne : Le choisir, le connaître, l’élever, l’éduquer, Editions Rustica, Paris

Eisenmann V., 2010. L’évolution des Équidés, Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 41 | 2010, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 22 juin 2016. URL : http://emscat.revues.org/1542 ; DOI : 10.4000/emscat.1542

Gazagnadou D., 2013. La Poste à relais en Eurasie (Chine-Iran-Syrie-Italie : La diffusion d’une technique d’information et de pouvoir), Editions Kimé, Paris,

 

L’auteur

Emmanuelle Vila est Chargée de Recherche au CNRS. Archéozoologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Ouest. UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Vila. Les ânes sont dans le pré, ArchéOrient - Le Blog, 15 juillet 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6458

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 juillet 2016

    […] L’histoire des ânes est passionnante.Elle intéresse non seulement les paléontologues qui travaillent sur l’évolution de la famille des équidés et les archéozoologues et historiens qui étudient la domestication de l’âne et son exploitation a…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *