Questions d’images : lions et taureaux sur les coupes « phéniciennes »

Une catégorie de vases en métal et leur décor

Fig. 1 – Coupe en argent et or provenant de Kourion, Chypre, 725-650 av. J.-C. (© Metropolitan Museum of Art, New York)

Fig. 1 : Coupe en argent et or provenant de Kourion, Chypre, 725-650 av. J.-C. (© Metropolitan Museum of Art, New York)

On appelle généralement coupes « phéniciennes » une classe de vaisselle en métal, or, argent, bronze, aux formes allant du bol à la patère, caractérisée par un riche décor figuré, disposé en un médaillon central entouré de registres concentriques. Le décor de ces vases se distingue par un éclectisme marqué, où se mélangent plusieurs traditions figuratives, égyptienne, mésopotamienne, égéenne, et d’autres (fig. 1). En raison de leur large diffusion, de l’Iran à l’Étrurie, de l’Anatolie au Soudan, et surtout de leur éclectisme, on accorde conventionnellement l’ensemble de ces coupes aux Phéniciens. Cette attribution tient au fond à l’image traditionnelle que la tradition des études attache à ce peuple : grands navigateurs et habiles marchands, les Phéniciens auraient diffusé grâce à leurs amples réseaux d’échanges un artisanat de luxe techniquement remarquable mais quelque peu voyant, au décor souvent dense et composite ; ce qui correspond pleinement à nos coupes en métal. En réalité, à la suite d’une étude des types et de leurs décors (Onnis 2015), j’ai pu déterminer que les coupes « phéniciennes » relèvent d’une production plus largement levantine, répartie en plusieurs foyers de production. Elles représentent une tradition artisanale cohérente et continue depuis le Bronze récent jusqu’à la fin du Fer II, dont on peut à ce jour compter cent quatre-vingt-huit exemplaires. Quant à leur décor, il s’est révélé appartenir à une tradition iconographique bien établie, élaborée en Syrie et au Levant au cours du IIe millénaire av. J.-C.

Fig. 2aFig. 2a Fig. 2bFig. 2b Fig. 2cFig. 2c

Fig. 2 : Coupe en bronze provenant de Nimrud, à décor animalier, 800-700 av. J.-C. Dans le registre externe (2b), une séquence de taureaux passants ; dans le registre interne (2c), entre autres, des lions attaquant des taureaux (© British Museum, London).

 

Le répertoire iconographique des coupes « phéniciennes » est très diversifié. Les sujets le composant sont aussi bien réalistes que fantastiques : humains, animaux, hybrides, végétaux, objets… Ils se développent en des constructions allant d’une formule élémentaire à des compositions complexes, couvrant la totalité d’un registre ou même de plusieurs. Parmi les sujets animaliers, les lions et les taureaux sont privilégiés, par leur fréquence et par leurs dispositions variées (fig. 2, 3). Ces deux espèces figurent séparément ou réunies, et différemment combinées, essentiellement autour de deux types de compositions : les séquences ou défilés et les combats. Dans les séquences, les individus d’une seule espèce ou un mélange des deux se suivent le long du registre ; les taureaux sont au pas ou en pleine course, alors que les lions soit font de même, soit plus rarement sont assis ou couchés. Dans les luttes, le fauve attaque le bovin ; ce dernier paraît tantôt sans défense, tantôt un adversaire redoutable. Certaines combinaisons sont à la croisée des deux types, par exemple un taureau et un lion placés l’un face à l’autre au milieu d’une séquence, ou des séquences de lions et de taureaux alternés où chaque lion est visiblement à la poursuite du taureau qui le précède.

Fig. 3 : Schéma des compositions de taureaux et de lions sur les coupes dites « phéniciennes » (© C. Onnis).

Fig. 3 : Schéma des compositions de taureaux et de lions sur les coupes dites « phéniciennes » (© C. Onnis).

Les groupes de lions et de taureaux sont présents tout au long de l’histoire des coupes « phéniciennes » et, en dépit de différences régionales, ils constituent l’un des thèmes iconographiques les plus visités. La manière dont ces animaux sont représentés est naturaliste, reproduisant les traits caractéristiques de leur aspect et leurs comportements habituels : les taureaux broutent placides ou chargent tête baissée ; les lions rugissent, bondissent, se tiennent assis une patte levée ou debout les deux pattes avant tendues. Il reste que ce sont des représentations très standardisées, et leur manière de se combiner est très répétitive, ce qui fait supposer l’emploi de modèles ou de « cartons » pour leur réalisation.

Des décors originaires de Mésopotamie

En effet, ces modèles existent de très longue date : ils sont à rechercher dans l’art mésopotamien. Le lion et le taureau sont à toute époque les animaux les plus représentés dans l’art du Proche-Orient, le lion étant nettement le plus fréquent. Sujets déjà connus en Iran au IVe millénaire, ils sont également les plus anciennement apparus dans le répertoire animalier mésopotamien, soit dès la fin de ce même millénaire. On les représentait dans leurs attitudes distinctives, ce qui à l’évidence dérive de l’observation naturelle. En dépit de leur naturalisme, les représentations se ressemblent l’une l’autre, elles sont répétitives dans la manière de rendre les sujets individuels et les compositions : les animaux sont vus régulièrement de profil, disposés parfois en groupes de deux ou trois, parfois l’un derrière l’autre, se suivant en séquences. Les scènes de combat sont également très naturalistes. L’attitude du lion met en relief toute sa force et son agilité ; quant au bovin, c’est une créature puissante, mais qui succombe, et avec pathos (fig. 4). Ces scènes ne sont pas moins stéréotypées et elles obéissent à un schéma identique, celui de formules iconographiques. Élaborées depuis des époques très hautes, ces formules perdurent jusqu’au Ier millénaire, tantôt s’imposant, tantôt délaissées, tantôt intégrées à d’autres thèmes traditionnels, tels la chasse ou les luttes héroïques ; mais elles garderont toujours les mêmes schémas.

Fig. 4 : Plaquette en coquille de Tello, illustrée d’un lion attaquant un taureau ; vers 2500 av. J.-C. (© RMN).

Fig. 4 : Plaquette en coquille de Tello, illustrée d’un lion attaquant un taureau ; vers 2500 av. J.-C. (© RMN).

Les combinaisons de taureaux et de lions sont les sujets animaliers du répertoire mésopotamien qui ont connu la plus grande diffusion au Proche-Orient. Elles figurent comme thème favori entre autres dans le Levant central. Dès le IIe millénaire, débute dans cette région une tradition proposant des séquences de taureaux ou de lions, soit seuls soit alternés, sans oublier les combats d’ascendance nettement mésopotamienne. Ces modèles se survivent au Bronze récent, et ils évoluent en proposant toutes sortes de combinaisons des deux animaux associés. Ce sont des séquences de taureaux et de lions passants (le lion en postures variées), ou en conflit plus ou moins accentué, le tout sur un fond végétal de buissons. Dans la composition, les animaux sont souvent particulièrement rapprochés, presque agglutinés. Ce répertoire se maintient durablement au Ier millénaire : c’est celui qui figure sur les coupes « phéniciennes ».

Des images symboliques, des symboles de pouvoir

Incontestablement, si l’art du Proche-Orient est dominé par les sujets animaliers, c’est certainement dû à la place essentielle tenue par l’animal dans l’existence de l’homme oriental et au fait que, en conséquence, les représentations animales ont acquis une très forte dimension sémantique. En effet, un système symbolique commun à l’espace culturel proche-oriental avait recours aux animaux pour signifier et donner corps d’une part aux principes et aux puissances censés gouverner le monde et, d’autre part, au système de valeurs qui en fondait les mentalités, les croyances et les différentes organisations sociales (Breniquet 2012). Ce symbolisme rendait chaque force ou valeur par les animaux qui ou bien paraissaient les posséder en tant que qualités au plus haut degré, ou bien habitaient les parties du monde où ces forces se manifestaient avec le plus de vigueur. Ce système de symboles étant organisé de façon hiérarchique, le lion et le taureau occupaient la place la plus importante, car ils incarnaient mieux que tout autre animal les forces primordiales et les vertus les plus hautes. Les traits qui distinguent le lion et le taureau sont la férocité, la force, l’impétuosité et la vigueur génésique, toutes exceptionnelles en effet chez eux. Par là, les deux animaux incarnaient les forces primordiales qui gouvernent le monde, à savoir la fertilité, la puissance et la férocité. Ils semblent être presque sur le même plan, sauf pour une légère priorité donnée au lion (c’est lui qui attaque en général). Ce symbolisme est attesté, aussi bien dans l’expression verbale, (les sources écrites) que visuelle (la documentation iconographique) : ce sont deux formes parallèles de langage par formules qui font référence au même imaginaire (Cassin 1987, 167-213 ; Strawn 2005 ; Watanabe 2002).

Dans cette perspective, quelle pourrait être la signification des décors de lions et de taureaux sur les coupes « phéniciennes » ? On peut invoquer une fonction propitiatoire : leur présence se fonderait sur la conviction, ou le souhait, que les animaux représentés apportent avec eux les qualités qu’ils symbolisaient, pour qu’elles soient transmises aux utilisateurs. On songe à l’emploi de telles coupes dans des rituels religieux ou incantatoires. Les représentations pourraient donc avoir contribué à ce que les référents de ces rituels reçoivent par eux ces forces et cette vigueur.

D’autre part, les coupes « phéniciennes » étaient également des objets de prestige : propres aux souverains et aux élites sociales, elles faisaient partie de l’apparat servant à la manifestation de leur pouvoir. Les puissants employaient ces récipients décorés aux cours des occasions officielles et des cérémonies dont ils étaient protagonistes (culte, banquets…). Or, la puissance fécondatrice, la force et la férocité constituaient les qualités principales qui caractérisaient l’idéal du monarque oriental. Grâce à celles-ci, le souverain garantissait la prospérité et la protection de son peuple ; le fait de posséder ces qualités lui octroyait donc le droit de gouverner. La présence sur ces coupes d’animaux symbolisant les principes fondateurs de la monarchie permettaient peut-être de véhiculer ces principes. Elles offraient alors à leurs possesseurs le moyen de montrer qu’ils étaient dépositaires du pouvoir et, en même temps, de se l’approprier symboliquement.

Bibliographie

Breniquet C. 2002. 4. Animals in Mesopotamian art, in Collins B.J. (éd.), A history of the animal world in ancient Near East, Leiden, Brill, 145-68.

Cassin, E. 1987. Le semblable et le différent. Symbolisme du pouvoir dans le Proche-Orient ancien, Paris, Éd. La Découverte

Onnis F. 2015. La composante iconographique mésopotamienne dans les coupes « phéniciennes » en métal, Thèse de Doctorat inédite soutenue à Université Lyon 2, 26 novembre 2015, Lyon.

Strawn, B.A. 2005. What is stronger than a lion? Leonine images and metaphor in the Hebrew Bible and the ancient Near East, OBO 212, Fribourg (CH)

Watanabe, Ch. 2002. Animal symbolism in Mesopotamia : a contextual approach, Vienne, Institut für Orientalistik der Universität Wien, (Wiener Offene Orientalistik , 1).

L’auteur

Francesca Onnis est archéologue et spécialiste d’iconographie et d’iconologie levantines. Chercheur associé au laboratoire Archéorient-UMR 5133, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Francesca Onnis. Questions d’images : lions et taureaux sur les coupes « phéniciennes », ArchéOrient - Le Blog, 1 juillet 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6362

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 juillet 2016

    […] Une catégorie de vases en métal et leur décor On appelle généralement coupes « phéniciennes » une classe de vaisselle en métal, or, argent, bronze, aux formes allant du bol à la patère, caractérisée par un rich…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search