La construction royale en Mésopotamie : ingénierie, administration et propagande

Au milieu du IIIe millénaire avant J.-C. à l’époque dite Proto-dynastique ou Dynastique archaïque, apparaît dans la construction la marque du pouvoir royal. Les souverains mésopotamiens auront, en effet, le souci constant de marquer leurs constructions de leur sceau pour la postérité. Pour cela, ils vont déposer des documents de fondation (briques, clous de terre cuite ou figurines de terre cuite inscrites, crapaudines de pierre gravées, etc. ; fig. 1). Ces inscriptions commémoratives, dont les plus simples indiquent simplement le nom du souverain et le dieu auquel le temple est dédié (fig. 2), ne sont pas destinées à être lues par les visiteurs mais à être retrouvées par les successeurs du roi lors d’une réfection du bâtiment.

Fig. 1 : Figurine de fondation du temple d’Inšušinak de Suse par Šulgi (d’après musée du Louvre, base Atlas).

Fig. 1 : Figurine de fondation du temple d’Inšušinak de Suse par Šulgi (d’après musée du Louvre, base Atlas).

Fig. 2 : Brique inscrite de Gudéa, AO 26672, musée du Louvre (d’après musée du Louvre, base Atlas).

Fig. 2 : Brique inscrite de Gudéa, AO 26672, musée du Louvre (d’après musée du Louvre, base Atlas).

 

La construction royale à la fin du troisième et au début du second millénaire av. J.-C. : nouvelles techniques

À l’extrême fin du IIIe millénaire, les souverains de la Troisième dynastie d’Ur, qui unifièrent toute la Mésopotamie centrale et méridionale, s’engagèrent dans d’ambitieux programmes de construction publique, notamment religieuse (fig. 3).

Fig. 3 : Les constructions de bâtiments religieux par les souverains de la troisième dynastie d’Ur (carte B. Lafont et M. Sauvage).

Fig. 3 : Les constructions de bâtiments religieux par les souverains de la troisième dynastie d’Ur (carte B. Lafont et M. Sauvage).

Parmi ces constructions, la plus emblématique est certainement la ziggurat. Il s’agit d’un bâtiment constitué d’une superposition de terrasses de dimensions décroissantes surmontée d’un temple de sommet (fig. 4). Ces bâtiments, qui mesuraient environ 60 m sur 40 m à la base et une trentaine de mètres de hauteur, ont nécessité la confection et la mise en œuvre de millions de briques crues et cuites.

Fig. 4 : La ziggurat d’Ur après la fouille et avant sa restauration (d’après Woolley, 1939, pl. 41).

Fig. 4 : La ziggurat d’Ur après la fouille et avant sa restauration (d’après Woolley, 1939, pl. 41).

Fig. 5 : Appareil des cœurs de briques crues des ziggurats de la Troisième dynastie d’Ur (dessin M. Sauvage).

Fig. 5 : Appareil des cœurs de briques crues des ziggurats de la Troisième dynastie d’Ur (dessin M. Sauvage).

Ces édifices ont imposé la mise en place de nouvelles techniques de construction. La première concerne un appareil de briques spécifique pour les massifs de briques crues des ziggurats ou des terrasses. Il s’agit d’une alternance d’assises de briques disposées à plat et d’assises de briques disposées de chant en alternant assises de boutisses et assises de panneresses (fig. 5). Le but recherché était manifestement d’assurer la stabilité des massifs. À Uruk, pour la ziggurat, on a également utilisé des lits de roseaux disposés entre deux assises de briques pour assurer un chaînage et éviter les glissements au sein de la maçonnerie (fig. 6). Dans ce même bâtiment, les blocs de briques crues étaient ancrés les uns aux autres grâce à des cordes de roseau tressé (fig. 7).

Fig. 6 : Chaînages de lits de roseaux entre les assises de briques crues de la ziggurat d’Uruk (cliché J.-P. Thalmann).

Fig. 6 : Chaînages de lits de roseaux entre les assises de briques crues de la ziggurat d’Uruk (cliché J.-P. Thalmann).

Fig. 7 : Chaînage de lits de roseaux et ancrage de cordes de roseaux tressés dans le cœur de briques crues de la ziggurat d’Uruk (d’après Jordan, 1930, fig. 9, p. 22).

Fig. 7 : Chaînage de lits de roseaux et ancrage de cordes de roseaux tressés dans le cœur de briques crues de la ziggurat d’Uruk (d’après Jordan, 1930, fig. 9, p. 22).

Une autre innovation importante de l’époque est l’utilisation systématique de la brique cuite pour la confection de revêtements de murs et de carrelages. Cette utilisation de la brique cuite reste cantonnée à l’architecture publique – on ne la trouvera dans l’architecture privée pour la confection de sols, de caveaux et de soubassements de mur qu’à partir l’époque paléo-babylonienne (première moitié du IIe millénaire av. J.-C.) et uniquement pour les maisons les plus cossues.

Notons également la mise en place, pour l’évacuation des eaux de pluie des terrasses des ziggurats ou des temples, de drains-gouttières en briques cuites, reliées à des systèmes d’évacuation des eaux usées (fig. 8). C’est donc toute une ingénierie nouvelle qui se met en place pour la construction publique à cette époque.

Fig. 8 : Parement de briques cuites et drain-gouttière de la ziggurat d’Ur après restauration (d’après Quenet 2016 : 183).

Fig. 8 : Parement de briques cuites et drain-gouttière de la ziggurat d’Ur après restauration (d’après Quenet 2016 : 183).

L’administration de la construction publique

Les ziggurats de l’époque de la Troisième dynastie d’Ur n’étaient pas des bâtiments isolés mais s’intégraient dans des complexes religieux, le plus souvent construits sur terrasse, associant cours, murs d’enceinte, temples et annexes (fig. 9). Un texte de cette époque (Dunham 1982 ; chiffres revus par Robson 1999 : 68) nous donne les quantités de briques nécessaires à la construction des temples de Šara et Ninurra à Umma : environ quatorze millions de briques crues et 7,5 millions de briques cuites. Un calcul pour la ziggurat d’Ur, dont on connaît les dimensions des briques et celle de la première terrasse, donne, pour cette dernière, près de sept millions de briques crues et 700 000 briques cuites (Sauvage 1998b : 56). La terrasse sur laquelle repose la ziggurat a nécessité quelque deux millions de briques cuites pour le carrelage et près de cinq millions de briques crues par mètre de terrassement.

Fig. 9 : Les quatre ziggurats de la Troisième dynastie dans leur contexte, même échelle et même orientation (d’après Sauvage 1998b, fig. 4).

Fig. 9 : Les quatre ziggurats de la Troisième dynastie dans leur contexte, même échelle et même orientation (d’après Sauvage 1998b, fig. 4).

Ce sont donc plusieurs millions de briques qui ont dû être moulées, transportées et maçonnées et il a fallu, pour ce faire, mettre en place toute une organisation administrative de la construction dont les textes de l’époque nous donnent une image assez précise.

Ces textes, retrouvés sous la forme de tablettes d’argile à écriture cunéiforme, sont de deux types : des textes mathématiques servant à l’apprentissage des scribes et des textes administratifs (devis prévisionnels, listes de personnel avec les tâches qui leur sont demandées, listes de livraison de matériaux, etc.). Ces textes nous informent tout d’abord sur les tâches journalières, appelées iškarum, qui étaient demandées aux manœuvres (hommes et femmes) : volume de terre à creuser, volume de matériaux à transporter en fonction de la distance, nombre de briques à mouler, surface de roseau à couper, etc. Il est possible de vérifier, sur le matériel archéologique et grâce aux comparaisons ethnographiques, que les données de ces textes étaient bien réalistes et correspondaient à la pratique. Un bon exemple est celui des briques. En effet, les textes mathématiques documentent une dizaine de types de briques de dimensions différentes, types que nous pouvons reconnaître sur le matériel archéologique (fig. 10).

Fig. 10 : Diagramme de répartition des longueurs et largeurs des briques de la période paléo-babylonienne (DAO M. Sauvage ; YBC 4607 : texte de la Yale Babylonian collection, New Haven ; ZA 72 : Powell 1982).

Fig. 10 : Diagramme de répartition des longueurs et largeurs des briques de la période paléo-babylonienne (DAO M. Sauvage ; YBC 4607 : texte de la Yale Babylonian collection, New Haven ; ZA 72 : Powell 1982).

Des calculs sophistiqués permettaient aux scribes d’évaluer, en fonction de la taille de la construction envisagée, le nombre de journées de travail à prévoir et les rations afférentes (fig. 11 et encadré). Ces types de calculs nous permettent à l’heure actuelle, à partir d’un bâtiment dégagé lors de fouilles, de connaître l’investissement en main d’œuvre qui a été nécessaire à sa construction.

Fig. 11 : Texte A2976, Institut Oriental de Chicago, provenance inconnue, voir encadré (d’après CDLI).

Fig. 11 : Texte A2976, Institut Oriental de Chicago, provenance inconnue, voir encadré (d’après CDLI).

Un devis prévisionnel pour la construction d’un entrepôt

A 2976 texte administratif de la Troisième dynastie d’Ur (extrême fin du IIIe millénaire av. J.-C.), provenance inconnue, Institut Oriental de Chicago (Farber 1989 ; Robson 1999 : 153-157 ; photographies et transcription sur le site du Cuneiform Digital Library Initiative CDLI :).

8 sar de briques à mouler [soit 5 760 briques] cela représente 24 journées de travail d’un ouvrier [soit 240 par ouvrier]. 16 journées de travail d’un ouvrier pour les transporter à raison de 8 briques par voyage sur une distance de 60 ninda [± 360 m]. 8 journées de travail d’un ouvrier pour préparer le mortier. 90 bottes de roseau pour faire des nattes, cela représente 9 journées de travail d’un ouvrier. Trois journées de travail d’un ouvrier pour préparer du mortier. 180 bottes de roseau à intercaler entre les assises de briques et les nattes à fixer. Cela représente 18 journées de travail d’un ouvrier pour le transport des nattes. 6 journées de travail d’un ouvrier pour préparer du mortier. Total : 84 journées de travail d’un ouvrier pour la construction de l’entrepôt de l’étable des veaux, [nom du responsable et date : 46e année du règne de Šulgi].

Le décor architectural, support de la propagande royale

La deuxième moitié du IIe millénaire et la première moitié du Ier n’offrent pas, en Mésopotamie centrale et méridionale, de grands bouleversements techniques en matière de construction, ceux-ci étant plutôt à mettre au crédit des régions périphériques : Iran, contreforts du Zagros et haute Mésopotamie. C’est surtout en matière de décors architecturaux que l’on peut noter une évolution importante.

Fig. 12 : Larsa, décor à colonnes torsadées de la cour de l’E.babbar (d’après Huot 2004 : 81).

Fig. 12 : Larsa, décor à colonnes torsadées de la cour de l’E.babbar (d’après Huot 2004 : 81).

Des décors sophistiqués de demi-colonnes torsadées (fig. 12) et de demi-colonnes à décor de troncs de palmier ont été trouvés dans des temples d’époque paléo-babylonienne (première moitié du second millénaire). Ils attestent une communauté culturelle entre le Nord et le Sud (Šubat Enlil – Tell Leilan, Mari, Larsa, Ur et Uruk) avec des décors de même type mais des techniques de construction différentes entre la haute et la basse Mésopotamie.

L’étape suivante sera l’apparition de la brique en relief. Celle-ci semble devoir être à mettre au crédit de l’Iran du Sud-Ouest (temple d’Inšušinak de Suse, xve-xive s. av. J.-C., fig. 13) et atteint la basse Mésopotamie à l’époque Kassite (temple construit par Karaindash à Uruk, xiie s. av. J.-C.). Avec cette technique de décor, il s’agit de confectionner en argile un panneau en relief découpé au format des briques. Chaque élément sert à confectionner un moule en négatif qui va être cuit et qui permettra de reproduire le modèle en plusieurs exemplaires.

Fig. 13 : Panneau de briques en relief pour le temple d’Inšušinak à Suse, XVe-XIVe s. av. J.-C. (d’après musée du Louvre, base Atlas).

Fig. 13 : Panneau de briques en relief pour le temple d’Inšušinak à Suse, XVe-XIVe s. av. J.-C. (d’après musée du Louvre, base Atlas).

Dès le milieu du millénaire, vers 1500 av. J.-C., on relève, avec l’invention et la diffusion du verre, les premiers essais de terre cuite émaillée (briques, plaques perforées) à Nuzi et en Iran (Haft Tépé). Il s’agit de quelques éléments épars qui ne permettent pas de reconstituer un décor. On trouve ensuite des briques et des carreaux émaillés en Iran à partir du xive siècle et quelques rares exemples en Mésopotamie kassite (Isin et Aqar Quf). La technique ne se généralisera en Mésopotamie (Assyrie et Babylonie) qu’à partir du début du Ier millénaire av. J.-C. (fig. 14).

Sauvage_Fig14

Fig. 14 : Babylone, décor de briques émaillées de la voie processionnelle (d’après musée du Louvre, base Atlas).

Sous les empires assyrien, babylonien et achéménide, avec ces panneaux de décors émaillés ainsi que les bas-reliefs ornant la base des murs des palais, le décor architectural sert désormais à directement le discours royal. Celui-ci, à la différence des inscriptions de fondations qui étaient destinées à la postérité, est maintenant porté directement la connaissance des visiteurs.

Ce billet (comme celui du 3 mars 2016 « Les débuts de la construction en terre au Proche-Orient » et celui du 8 avril 2016 « L’urbanisation de la Mésopotamie : des innovations techniques dans le domaine de la construction ») rend compte d’une présentation faite dans le cadre du séminaire d’enseignement et de recherche 2015-2016 « Bâtir et aménager au Proche-Orient ancien » du laboratoire Archéorient à Lyon le 23 novembre 2015 (voir le podcast de la présentation).

Bibliographie indicative

Dunham S. 1982. Bricks for the Temples of Šara and Ninurra, Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale 76, 27-41.

George A. R. 1993. House Most High. The Temples of Ancient Mesopotamia, Winona Lake (Ind.), Eisenbrauns (Mesopotamian Civilizations 5).

Huot J.-L. 2004. Une archéologie des peuples du Proche-Orient, II. Des hommes des Palais aux sujets des premiers empires, Paris, Errance (Civilisations et cultures).

Jordan J. 1930. Ausgrabungen in Uruk-Warka 1928/29, UVB (= Vorläufiger Bericht über die von dem Deutschen Archäologischen Institut und der Deutschen Orient-Gesellschaft aus Mitteln der Deutschen Forschungsgemeinschaft unternommenen Ausgrabungen in Uruk-Warka) I, 1-43.

Lenzen H. J. 1960. Die beiden Hauptheiligtümer von Uruk und Ur zur Zeit der III. Dynastie von Ur, Iraq 22, 127-138.

Moorey P. R. S. 1994. Ancient Mesopotamian Materials and Industries, Oxford, Clarendon Press.

Proust C. 2007. Tablettes mathématiques de Nippur, Istanbul, IFEA (Varia Anatolica 18).

Powell M. A. 1982. Metrological Notes on the Esagila Tablet and related matters. Appendix II: Bricks as Evidence for Metrology, Zeitschrift für Assyriologie und Vorderasiatische Archäologie 72, 116-123.

Quenet P. (dir.) 2016. Ana ziqquratim. Sur la piste de Babel, catalogue de l’exposition (Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 27 avril-21 juin 2016), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Reade J. E. 1979. Assyrian Architectural Decoration: Techniques and Subject-Matter, Baghdader Mitteilungen 10, 17-49.

Robson E. 1999. Mesopotamian Mathematics 2100-1600 BC, Technical Constants in Bureaucracy and Education, Oxford, Clarendon Press.

Sauvage M. 1998a. La brique et sa mise en œuvre en Mésopotamie, des origines à l’époque achéménide, Paris, ERC.

— 1998b. La construction des ziggurats sous la troisième dynastie d’Ur, Iraq 60, 45-63.

— 2015. La gestion de la construction publique sous la Troisième dynastie d’Ur, in : C. Michel (éd.), De la maison à la ville dans l’Orient ancien : bâtiments publics et lieux de pouvoir, Nanterre, MAE (Thème VIII, Cahiers des thèmes transversaux d’ArScAn, vol. XII, 2013-2014), 130-115.

— 2016. La ziggurat : entre création et aboutissement ; Combien de briques pour une ziggurat ? ; La ziggurat d’Ur, in: P. Quenet (dir.), Ana ziqquratim. Sur la piste de Babel, catalogue de l’exposition (Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 27 avril-21 juin 2016), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 155-160, 160 et 181-183.

Woolley C. L. 1939. The ziggurat and its surroundings, Oxford, Oxford University Press (Ur excavations V).

Lexique

Appareil
Désigne la manière dont sont taillés et assemblés les éléments d’une maçonnerie. Le terme « appareillage » est parfois employé dans la littérature archéologique avec sensiblement le même sens.

Assise
Suite d’éléments de construction juxtaposés sensiblement à la même hauteur dans la maçonnerie. Dans la construction d’un mur, l’assise désigne la disposition des pierres ou des briques dans le sens de la hauteur. La disposition en largeur, ou en profondeur, des briques ou des pierres constitue la rangée.

Boutisse
Élément de maçonnerie disposé dans un mur de manière à laisser apparaître l’un de ses bouts dans le parement extérieur.

Chaînage
Éléments, en principe non assemblés mais seulement posés dans le sens de la longueur ou de la largeur, noyés dans la maçonnerie pour éviter sa dislocation. Le chaînage se distingue de l’armature qui joue un rôle analogue dans un mur non appareillé ; il se distingue également du colombage, type particulier de mur dont l’ossature de bois (colombage ou pans de bois), qui assure à elle seule la stabilité de l’ensemble, constitue l’essentiel.

Chant
Ou champ. Désigne, dans un élément de construction de forme parallélépipédique allongée, les deux pans moyens, et dans une forme carrée, les quatre pans les plus petits.

Crapaudine
Cavité dans laquelle tourne le pivot d’une porte, le plus souvent creusée dans un bloc de pierre.

Drain-gouttière
Dispositif vertical en briques cuites à plan en U et accolé au revêtement des terrasses destiné à permettre l’évacuation des eaux de pluies.

Iškarum
Terme akkadien (sumérien : eš.kar) : tâche journalière de travail demandée aux manœuvres (hommes ou femmes) non spécialisés.

Panneresse
Élément de maçonnerie disposé de manière à laisser apparaître dans le parement soit une face (si la section est carrée) soit un chant (si la section est rectangulaire).

Revêtement
Matériaux solides ou liquides appliqués à une construction.

Terrassement
Travaux de déblais ou de remblais modifiant un terrain naturel.

Ziggurat
Monument religieux de la Mésopotamie ancienne en forme de haute terrasse à degrés, portant selon toute vraisemblance un temple à son sommet, auquel on accède par des rampes ou des escaliers.

L’auteur

Martin Sauvage est archéologue, ingénieur d’études au CNRS (USR 3225, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre). Il a participé à plusieurs missions de fouilles au Proche-Orient, à l’heure actuelle au Liban et au Kurdistan iraquien. USR 3225, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre.

Pour citer ce billet : Martin Sauvage. La construction royale en Mésopotamie : ingénierie, administration et propagande, ArchéOrient - Le Blog, 27 mai 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6157


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 29 mai 2016

    […] Au milieu du IIIe millénaire avant J.-C. à l’époque dite Proto-dynastique ou Dynastique archaïque, apparaît dans la construction la marque du pouvoir royal.  […]

  2. 29 mai 2016

    […] Au milieu du IIIe millénaire avant J.-C. à l’époque dite Proto-dynastique ou Dynastique archaïque, apparaît dans la construction la marque du pouvoir royal. Les souverains mésopotamiens auront, en effet, le souci constant de marquer leurs constructions de leur sceau pour la postérité…  […]

  3. 1 juin 2016

    […] À l’extrême fin du IIIe millénaire, les souverains de la Troisième dynastie d’Ur, qui unifièrent toute la Mésopotamie centrale et méridionale, s’engagèrent dans d’ambitieux programmes de construction publique, notamment religieuse (fig. 3). Parmi ces constructions, la plus emblématique est certainement la ziggurat. Il s’agit d’un bâtiment constitué d’une superposition de terrasses de dimensions décroissantes surmontée d’un temple de sommet (fig. 4). Ces bâtiments, qui mesuraient environ 60 m sur 40 m à la base et une trentaine de mètres de hauteur, ont nécessité la confection et la mise en œuvre de millions de briques crues et cuites. Ces édifices ont imposé la mise en place de nouvelles techniques de construction. La première concerne un appareil de briques spécifique pour les massifs de briques crues des ziggurats ou des terrasses. Il s’agit d’une alternance d’assises de briques disposées à plat et d’assises de briques disposées de chant en alternant assises de boutisses et assises de panneresses (fig. 5). Le but recherché était manifestement d’assurer la stabilité des massifs. À Uruk, pour la ziggurat, on a également utilisé des lits de roseaux disposés entre deux assises de briques pour assurer un chaînage et éviter les glissements au sein de la maçonnerie (fig. 6). Dans ce même bâtiment, les blocs de briques crues étaient ancrés les uns aux autres grâce à des cordes de roseau tressé (fig. 7).  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *