Les dessins de bâtiment dans la documentation cunéiforme de Mésopotamie

Les chercheurs qui travaillent sur l’archéologie et l’histoire de la Mésopotamie disposent à l’heure actuelle d’une trentaine de tablettes montrant des plans de bâtiment. Ces documents sont dispersés dans le temps. Les plus anciens datent de la période d’Akkad (2340 av. J-C. – 2200 av. J.-C.), les plus récents sont postérieurs au règne de Cyrus en Babylonie (539 av. J-C.). Ils sont également éparpillés dans l’espace, provenant de différentes villes situées au sud et au centre de la Mésopotamie (Girsu, Umma, Nippur, Babylone, Kiš, Sippar) et dans les régions avoisinantes (Suse, Ešnunna, Gasur / Nuzi)( Fig 1).

Fig 1 : carte des sites mentionnés

Fig 1 : carte des sites mentionnés (The Oriental Institute of The University of Chicago)

Il existe quatre études très détaillées qui traitent de la plupart de ces documents (Heinrich et Seidl 1967, Seidl 1957-1971, Battini 2000, p. 196-201, Bagg 2011, p. 543-586, et pour un aperçu de cette documentation, cf. Abrahami 2009). Les photos des tablettes ou leur dessin parfois associées à la transcription et la traduction des légendes sont désormais aisément consultables dans la base de données du Cuneiform Digital Library Initiative (CDLI) en renseignant « Building floor plan » dans la case « Sub-genre ».

Les représentations de plan sont dessinées sur des petites tablettes d’argile carrées ou rectangulaires d’une dizaine de centimètres de côté. Quelques exceptions sont cependant à signaler. La tablette de Sippar du British Museum (n°19 P365730 : Le premier numéro renvoie à l’étude de Heinrich et Seidl 1967 ; Le numéro en P correspond au catalogue du CDLI.) présente un plan de grandes dimensions par rapport à la moyenne. Deux tablettes de Kiš ont un aspect lenticulaire. Constituées par simple pression de l’argile dans la paume de la main, la forme ronde ainsi obtenue est identifiée comme l’un des formats caractéristiques des tablettes associées aux exercices d’écriture (Fig. 2, n°14 P254791 ; Fig. 3, n°15 P254792). On relève aussi le plan de l’Eninnu gravé, à côté d’un bâton gradué, sur la fameuse statue en diorite de Gudea dite de « L’architecte au plan » (Statue B, P232275 ; Edzard 1997, p. 30-38 ; Powell 1987, p. 462 et Suter 2000, p. 58-59).

Fig. 2 : Einrich et Seidl 1967, p. 38

Fig. 2 : Einrich et Seidl 1967, p. 38

Fig. 2 : Einrich et Seidl 1967, p. 38

Fig. 3 : Einrich et Seidl 1967, p. 38

Pour autant que l’on puisse en juger, les tablettes de plan sont des documents mis au rebut car pour la plupart elles proviennent de fosses. Elles sont donc détachées du contexte stratigraphique dans lequel elles ont été utilisées. Dans le cas de plans légendés, le critère de datation repose notamment sur la paléographie et le contenu du texte. Ainsi d’après son colophon, la tablette sur laquelle est figuré le dessin et les dimensions de la ziggurat du temple du dieu Marduk serait postérieure au règne de Cyrus (Wiseman 1972, p. 142, P368319). Le plan de la maison n°13 (P275180) est toutefois le seul document formellement daté. Le revers de la tablette porte en effet un nom d’année correspondant à la 3ème année de règne du roi babylonien Abi-ešuh (1708 av. J.-C.). Le dessin figurant sur la face de la tablette est identifié par une note explicative (« plan (uṣurti) d’une maison à Sippar-Jahrurum »).

Le type de dessin traité consiste presque toujours en un plan au sol, autrement dit une vue de dessus qui représente la disposition des espaces. Parfois, cependant, le dessin se rapproche d’un plan masse, en ce sens qu’il inclut les limites du bâtiment par rapport à son environnement représenté par la rue adjacente (n°13 P275180 ; P365729 ; Fig.4, n°18 P368316). Il est possible que dans le cas du plan de la statue B de Gudea, on ait affaire à un dessin correspondant à une vue en coupe (P232275).

Fig. 4 : Einrich et Seidl 1967, p. 39

Fig. 4 : Einrich et Seidl 1967, p. 39

Fig. 5 : Wiseman 1972, p. 144, BM 80083

Fig. 5 : Wiseman 1972, p. 144, BM 80083

 Le mode opératoire du dessin montre souvent des traits soignés, probablement tirés à la règle (n°1 P216923 ; n°3 P216924 ; n°7 P368313). Dans d’autres cas, on a plutôt affaire à une esquisse rapide à main levée ; les lignes sont alors moins droites (Fig. 3, n°15 P254792). Les éléments de l’édifice systématiquement représentés sont évidemment les murs qui structurent l’espace du bâtiment. Ils sont marqués par des traits parallèles. Une coupure dans le mur ou la présence de traits simples ou doubles parfois surmontés d’une tête de clou marque les ouvertures (n°13 P275180 ; Fig. 4, n°18 P368316 ; Fig. 5). On constate une assez grande variété d’indications, par exemple des murs décorés de redans (n°5 P128411) et des escaliers (n°9 P112404 ; Fig. 6, n°21 P368312 ; Fig. 7). Le plan d’une des tablettes de Nippur présente le dessin d’un équipement répété dans trois pièces qui pourrait être un four ou une meule (Fig. 8, n° 11). Des toilettes seraient représentées sur le fragment de plan dessiné sur une tablette de Suse (Fig. 9, n°20).

Fig. 6 : MDP 12 (1911), p. 77 Abb. 39

Fig. 6 : MDP 12 (1911), p. 77 Abb. 39

Fig. 7 : Battini 2000, p. 204

Fig. 7 : Battini 2000, p. 204

Une vingtaine de plan sont légendés. Les indications les plus courantes concernent la dimension des pièces, l’épaisseur des murs et dans certains cas la largeur des ouvertures. Il n’est pas rare que la fonction des pièces soit précisée, de même que l’orientation du bâtiment d’après les points cardinaux.

Fig. 8 : Heinrich et Seidl 1967, p. 34

Fig. 8 : Heinrich et Seidl 1967, p. 34

Fig. 9 : MDP 12 (1911), p. 77 Abb. 38

Fig. 9 : MDP 12 (1911), p. 77 Abb. 38

On relève aussi deux documents qui présentent un plan sur une face de la tablette et un texte au revers. Le texte de la tablette de Girsu (n°1 P216923) consiste en un décompte de personnel réalisé lors d’une inspection menée à Lagaš durant la 8ème année du roi d’Akkad Narām-Sin (2246 av. J.-C.). Si l’on envisage un lien entre les deux parties de la tablette, le revers aurait servi à enregistrer le personnel affecté à la construction du bâtiment. Le texte de la tablette d’époque babylonienne tardive (625 av. J.-C. – 75 av. J.-C.) répertorie une série de termes tirés de la liste lexicale MSL 5, p. 17, sans rapport cependant avec le domaine de la construction (Fig. 10). Les listes de mots représentent des exercices d’écriture et de mémorisation de vocabulaire. On a donc ici une indication du contexte de l’élaboration de ce plan : il a pu être réalisé par un apprenti scribe.

Fig. 10 : Wiseman 1972, p. 144, BM. 46740

Fig. 10 : Wiseman 1972, p. 144, BM. 46740

Fig. 11 : Einrich et Seidl 1967, p. 28

Fig. 11 : Einrich et Seidl 1967, p. 28

Parmi les bâtiments représentés, on identifie des maisons, mais aussi des édifices publics comme des temples. Certaines représentations concernent des parties de grands bâtiments correspondant à des entrepôts, des espaces de service et de production. Le plan de la maison d’époque akkadienne provenant de Girsu (Fig. 11, n°2 P128410) comporte des légendes qui détaillent la fonction des pièces et leurs dimensions. La longueur de 12 coudées (ca. 6 m) est utilisée pour trois des espaces de la maison. On note aussi que le plan n’est pas représenté à l’échelle (Zettler 1992, p. 84-86 ; Sallaberger 1994, p. 136-144 ; Battini 2000, p. 201-202 ; Tricoli 2014, p. 54 et p. 66).

  • e : non nommée : 14 coudées de long x 6 coudées de large (ca. 7 m x 3 m = 21 m2)
  • d: « cour » (kisallum) : 12 coudées de long x 9 coudées de large (ca. 6 m x 4,5 m de large = 27 m2)
  • c: « salle de réception » (papāhum) : 12 coudées de long x 6 coudées de large (ca. 6 m x 3 m = 18 m2)
  • b: « lieu de résidence » (ki.tuš) : 12 coudées de long x 8 coudées de large (ca. 6 m x 4 m = 24 m2)
  • a: « pièce intérieure » (é.šà) : 4 coudées de large (ca. 2 m de large)
Fig. 12 : Margueron 1996, p. 23

Fig. 12 : Margueron 1996, p. 23

De Tell-Asmar, nous est parvenue une tablette présentant deux plans non légendés quasiment identiques, l’un dessiné sur la face, l’autre sur le revers (Fig. 12, n°6 P368312). Les légères différences sur le revers ont été analysées comme un allègement des charges qui se prêterait à l’interprétation d’une représentation des deux niveaux d’un même édifice : sur la face le rez-de-chaussée et sur le revers l’étage (Margueron 1996, p. 23).

Certains plans de maison incomplets ont fait l’objet de restitutions grâce à une comparaison avec la configuration de maisons fouillées contemporaines. C’est le cas par exemple du dessin de la vaste maison représentée sur une tablette découverte dans une fosse-foyer du temple de l’Ekur à Nippur, datant du niveau akkadien (Fig. 7). L’importance de ce croquis réside dans le fait qu’il montre l’existence, dès l’époque d’Akkad, d’un module à deux salles de réception bien connu à Ur III (2100 av. J.-C – 2000 av. J.-C.) et durant la période paléo-babylonienne (1900 av. J.-C. 1600 av. J.-C.) (Battini 2000, p. 206).

Fig. 13 : Heinrich et Seidl 1967, p. 35

Fig. 13 : Heinrich et Seidl 1967, p. 35

Certaines représentations concernent manifestement des espaces de stockage intégrés à de grands édifices. C’est ce que suggère la forme des pièces d’un des plans sur une tablette de Nippur (Fig. 13, n°12). Provenant de la même ville ainsi que de Girsu, on dispose de deux plans partiellement conservés en relation avec des secteurs de service et de production artisanale. Celui de Nippur, le n°11, Fig. 8, mentionné plus haut, montre, outre l’installation mal identifiée, quatre pièces indiquées comme étant : « la cuisine » (é.mu), « la salle d’eau » (é.luh), « [la pièce du] tisserand » ([…] uš.bar.ra), « [la pièce des?] tablettes » ([…] dub). Le plan de Girsu (P128412) présente deux espaces carrés dont la longueur des côtés est indiquée ainsi que leur orientation par rapport aux points cardinaux (approximativement 60 m de long par côté). La surface est donnée, soit un peu plus de 3530 m2. L’intérieur du carré porte les légendes suivantes : « pièce du tisserand » (é uš.bar) ; « pièce de l’âne » (é anše) ; « pièce de l’oiseau-guddu » (é gud.du7). Dans le second carré qui n’est que très partiellement conservé, on lit également des indications relatives aux dimensions et à la surface ainsi que la légende « pièce du char » ([é] gišgígir).

Sur le fragment d’une tablette de Girsu d’époque akkadienne figure un dessin que l’on peut rattacher à un édifice public dont la nature reste difficile à déterminer (temple, palais, bastion, n°5 P128411). Le dessin très soigné montre deux angles de murs à redans situés sur la même diagonale, disposant chacun d’un contrefort. Les traits qui ont servi à l’élaboration de ces décorations et qui en délimitent les motifs n’ont pas été effacés. La longueur de l’un des murs est impressionnante (240 coudées = ca. 120 m).

Trois plans ont été identifiés comme représentant des temples. Le n°9 (P112404), daté de la période d’Ur III, a été rapproché de la configuration de la chapelle du palais d’Ilšuiliya à Tell Asmar. Les légendes indiquent l’épaisseur du mur extérieur (3 coudées = ca. 1, 50 m) et la dimension de la plupart des 11 pièces qui constituent l’édifice. La plus grande pièce correspond à celle de l’escalier (17 coudées de long x 6 coudées de large = ca. 8, 40 m x 3 m = 25 m2). Ce plan, soigneusement fait, montre des murs d’épaisseur constante. L’échelle est globalement respectée et les données sont suffisantes pour permettre le calcul de la surface totale (ca. 348 m2) et l’emprise au sol des murs (175 m2) (Robson 1996, p. 189). Beaucoup plus sommaire, le dessin d’époque néo-babylonienne (625 av. J.-C. – 539 av. J.-C.) montre un carré disposé le long de la « grande rue » portant la mention « temple d’Enlil » (P365729).

Fig. 14 : Heinrich et Seidl 1967, p. 43

Fig. 14 : Heinrich et Seidl 1967, p. 43

Le plan du temple daté de la même période tracé sur une tablette de Sippar présente plusieurs particularités intéressantes (Fig. 14, n°19 P365730). Composé de 6 fragments, le document reconstitué correspond à une tablette de grandes dimensions (23 cm x 31 cm). De plus, ce plan se singularise par le dessin d’un quadrillage qui représente les briques des murs dont la face extérieure est décorée de motifs à redans. Le plan du bâtiment a été dessiné avec des indications concernant l’orientation par rapport aux points cardinaux et le nom de certains espaces : « entrée » (ká) ; « entrepôt de la porte » (ašrukkatu ša ká), « cour » (ki<sal>). L’appareillage et la taille des briques utilisées (briques entières, demi-briques, quarts de briques, briques en “L”) est bien discernable. Grâce aux légendes indiquant les dimensions des différents espaces, on peut se livrer à des calculs de la longueur des briques utilisées et retrouver le format courant de 33 cm (Sauvage 1998, p. 148, pl. 34, 42 et 51).

Fig. 15 : Wiseman 1972, p. 146, BM 132254

Fig. 15 : Wiseman 1972, p. 146, BM 132254

Le troisième croquis, associé à un temple, est daté de la période médio-babylonienne (1600 av. J.-C. – 1150 av. J.-C. Fig. 15). On y voit représentés des éléments faisant penser à une zone de stockage ainsi que deux temples de type barlong coudé. Celui de l’espace central est associé à une légende indiquant la nature du bâtiment « temple » (a-šèr-tú). L’ensemble n’offre pas de cohérence sur le plan architectural et il semble que l’on ait plutôt affaire à une structure composite réalisée dans le cadre d’un exercice.

Fig. 16 : Heinrich et Seidl 1967, p. 36

Fig. 16 : Heinrich et Seidl 1967, p. 36

Au rang des bizarreries, on peut aussi citer « le plan de la maison de Sippar-Jahrurum » précédemment évoqué (Fig. 16, n°13 P275180). L’absence d’ouverture vers l’extérieur suggère la représentation d’un étage. La rue est en tout cas indiquée (sila dagal). On relève comme incohérence le fait que la pièce 2 est signalée comme étant une « entrée » (ká) mais sans ouverture. C’est aussi le cas de la pièce 10 (« entrée neuve » ká gibil). Deux pièces (1 et 9) sont définies comme « salle de réception » (papāh). On relève aussi en 4 la « pièce du coiffeur » (é šu.i) et l’indication « salle du culte » (ešertu) dans la pièce 7. Compte-tenu du caractère composite que les légendes confèrent au bâtiment et de certaines incohérences, il est probable que l’on ait aussi affaire à un exercice.

Ces deux derniers documents nous permettent, en guise de conclusion, d’examiner la question de la finalité du présent corpus. Faut-il voir dans ces représentations graphiques des documents de travail concernant des ouvrages à exécuter ? La réponse varie selon les documents. On peut prêter à quelques-uns d’entre eux la qualité de plan réalisé en vue de la construction. Comme nous l’avons vu, à partir des données qui s’y trouvent, il est possible de procéder à un certain nombre de calculs (taille des briques, surface totale du bâtiment, emprise au sol des murs). Dans d’autres cas, il semble plutôt que l’on est en présence de plans à usage d’apprentissage, caractérisés par la forme de la tablette (lenticulaire), le texte qui l’accompagne (liste lexicale) ou la nature composite du dessin et certaines incohérences dans les données en légende (par exemple la « maison » de Sippar-Yahrurum). Enfin deux exemples de plan sortent du champ technique de la construction : le plan de la tablette posée sur les genoux de Gudéa est un « plan révélé » par la divinité ; celui de la ziggurat de Marduk s’inscrit dans une tradition que les lettrés de Babylonie ont à cœur de transmettre (George 2005-2006).

Ce travail a fait l’objet d’une présentation dans le cadre du séminaire de recherche 2015-2016 « Actualité des méthodes et des terrains au Proche-Orient ancien » du laboratoire Archéorient à Lyon en décembre 2015 (voir le podcast de la présentation).

Bibliographie

Abrahami P. 2009. Les ‘‘constructeurs’’ anciens. Plans de maison sur tablette, in : L. Battini (coordination scientifique), Dossiers d’Archéologie n°332, 38-41.

Bagg A. M. 2011. Mesopotamische Bauzeichnungen, in : G. J. Selz et K. Wagensonner (éd), The Empirical Dimension of Ancient Near Eastern Studies, WOO 6, p. 543-586.

Battini L. 2000. Une maison akkadienne oubliée : la tablette 2 NT 728 de Nippur, Estudos Orientais VII, 179-206.

Edzard D. O. 1997.  Gudea and His Dynasty, The Royal Inscriptions of Mesopotamia, Early Periods (RIME) 3/1, 30-38.

George A. R. 2005-2006. The Tower of Babel: archaeology, history and cuneiform texts, Archiv für Orientforschung 51, 75-95.

Heinrich E. et Seidl U. 1967. Grundrisszeichnungen aus dem Alten Orient, Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 98, 5-54.
[En ligne] http://idb.ub.uni-tuebingen.de/diglit/MDOG_1967_098/0026

Mc Cown D. E. et Haines R. C. 1967. Temple of Enlil, Scribal Quarter and Soundings, Oriental Institute  Publications 78. Chicago.

Margueron J.-Cl. 1996. La maison orientale, in : K. R. Veenhof (éd.), Houses and Households in Ancient Mesopotamia, Rencontre Assyriologique Internationale 40, 17-38.

Powell M. A. 1987. Masse und Gewichte, Reallexikon der Assyriologie 7, 457-517.

Robson E. 1996, Building with Bricks and Mortar », in : K. R. Veenhof (éd.) Houses and Households in Ancient Mesopotamia,  Rencontre Assyriologique Internationale 40, 189.

Sallaberger W. 1994. Compte rendu de Zettler 1992, Zeitschrift fur Assyriologie 84, 139.

Sauvage M. 1998. La brique et sa mise en œuvre en Mésopotamie. Des origines à l’époque achéménides, Paris, Éditions recherche sur les civilisations.

Seidl U. 1957-1971. Grundrisszeichnungen, Reallexikon der Assyriologie 3, 664-668.

Suter C. E. 2000. Gudea’s Temple Building: The representation of an Early Mesopotamian Ruler in Text and Image, Cuneiform Monographs 17, 58-59.

Tricoli S. 2014.  The Old Babylonian Family Cult and Its Projection on the Ground, in : L. Marti (éd.) La famille dans le Proche-Orient ancien : réalités, symbolisme, et images, Rencontre Assyriologique Internationale 55, p. 43-68.

Wiseman D. J. 1972. A Babylonian Architect?, Anatolian Studies 22, 141-147.

Zettler L. 1992. The Ur III Temple of Inanna at Nippur. The Operation and Organization of Urban Religious Institutions in Mesopotamia in the Late Third Millenium B.C., Berliner Beiträge zum Vorderer Orient  11, 84-86.

L’auteur

Philippe Abrahami est assyriologue enseignant-chercheur (MCF, HDR), spécialiste de l’histoire et des textes cunéiformes du Proche-Orient ancien, université Lumière Lyon 2, UMR 5133-Archéorient.

Pour citer ce billet : Philippe Abrahami. Les dessins de bâtiment dans la documentation cunéiforme de Mésopotamie, ArchéOrient - Le Blog, 11 mars 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5680


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 mars 2016

    […] Les chercheurs qui travaillent sur l’archéologie et l’histoire de la Mésopotamie disposent à l’heure actuelle d’une trentaine de tablettes montrant des plans de bâtiment. Ces documents sont dispersés dans le temps.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *