Approche expérimentale de la technologie des pointes flûtées du sud de l’Arabie

Le flûtage est une méthode de taille de la pierre qui intervient dans la fabrication d’un certain type de pointes de projectiles préhistoriques. Cette méthode consiste à affiner une pièce bifaciale en enlevant un éclat long et plat le long de l’axe central du biface à partir d’une de ses extrémités. Cet éclat particulier est appelé « chute de flûtage » (channel-flake en anglais). Le terme de « pointes flûtées » a été employé pour désigner des pointes paléo-indiennes bifaciales d’Amérique du Nord comportant sur chaque face une large cannelure longitudinale s’étendant de la base vers la pointe (Shetrone 1936). Il a ensuite été établi et démontré que ces cannelures visaient à amincir la base des pointes afin d’en faciliter l’emmanchement. On identifie deux techniques principales dans la réalisation du flûtage : la percussion directe ou indirecte et la pression, qui peuvent se décliner en de multiples modalités.

Dans l’histoire de l’archéologie nord-américaine, le flûtage a constitué, depuis sa découverte et pendant des décennies, une spécificité unique au monde, caractéristique des premiers peuplements de chasseurs à la fin du Pléistocène. Or, la mise en évidence de l’emploi de cette méthode chez les groupes néolithisés d’Arabie du sud quelques millénaires plus tard a remis en cause l’exclusivité américaine du flûtage. Les premières pièces flûtées au sud de l’Arabie sont mentionnées au début des années 1960 à Habarut, un site de surface du Yémen, dans la province de Mahra, frontalière avec la région du Dhofar au Sultanat d’Oman (Hawkins et Crowfoot Payne 1963). Au début des années 2000, cette méthode particulière, associée aux pointes triédriques du Néolithique de l’Arabie du Sud, est plus formellement identifiée et décrite dans plusieurs sites du Yémen, de l’Oman et des Émirats Arabes Unis (Charpentier et Inizan 2002). La découverte du site stratifié de Manayzah au Yémen permit ensuite de reconstituer les différentes étapes de la chaîne opératoire du flûtage (Crassard et al. 2006). Les travaux antérieurs autour des pointes flûtées d’Arabie n’avaient encore jamais proposé d’approches expérimentales approfondies. C’est pourquoi nous livrons ici quelques réflexions préliminaires issues d’expérimentations récentes, inspirées essentiellement de l’ensemble lithique archéologique de Manayzah (Wadi Sana, région du Hadramawt à l’est du Yémen).

 

Fig. 1 : localisation des sites mentionnés dans le texte : 1. Manayzah ; 2. Habarut

Les pointes flûtées retrouvées en Arabie, sont essentiellement de type « triédrique », c’est-à-dire avec une section triangulaire. Il s’agit d’une composante culturelle très forte dans les assemblages lithiques produits par les groupes néolithisés, que l’on n’observe pas en-dehors de l’Arabie méridionale (Charpentier 2004 ; Crassard 2009). Dans le cas des pointes triédriques flûtées du sud de l’Arabie, la méthode utilisée est la même qu’en Amérique du Nord mais son application diffère : le flûtage est toujours unifacial et il est généralement réalisé à partir de l’extrémité distale de la pièce bifaciale, qui sera ensuite appointée et non amincie à partir de l’extrémité proximale, ce qui implique une finalité différente. En Arabie, le façonnage par pression de l’outil final se poursuit largement après l’opération de flûtage, pouvant modifier de façon très nette la morphologie du support flûté.

Contextes chrono-culturel

L’abri sous roche de Manayzah a livré pour la première fois des éléments techniques liés au flûtage en stratigraphie. Ces industries se situent dès lors dans un horizon chronologique clair : fin du 7èmemillénaire/début du 6ème millénaire cal BC, correspondant au début du Néolithique de l’Arabie du Sud (Charpentier 2008 ; Crassard 2008 ; Crassard et Drechsler 2013). On retrouve dans ces niveaux des chutes de flûtage, des préformes bifaciales brutes et flûtées et des pointes triédriques flûtées, souvent fragmentaires. Certains éléments montrent des surfaces brillantes, des enlèvements très maîtrisés mais aussi des fissures et des cupules thermiques, autant d’indices plaidant pour le traitement thermique du silex. On soupçonne l’existence de cette pratique visant à améliorer les propriétés clastiques de la roche pour mieux la travailler en de nombreux sites du sud de l’Arabie. Mais faute d’analyses, elle n’a jamais été confirmée (Charpentier et Inizan 2002).

Fig. 1 : Matériel issu du flûtage à Manayzah, Yémen ; 1-2 : préformes ; 3-5 : pointes flûtées ; 6-9 : chutes de flûtage. D’après Crassard R. 2008.

Fig. 2 : Matériel issu du flûtage à Manayzah, Yémen ; 1-2 : préformes ; 3-5 : pointes flûtées ; 6-9 : chutes de flûtage. D’après Crassard R. 2008.

Manayzah fournit un bon échantillonnage de pointes triédriques flûtées, permettant ainsi une approche expérimentale des processus de flûtage et de façonnage triédrique sur la base d’un corpus représentatif. Dans un premier temps, l’objectif était d’essayer de distinguer, parmi plusieurs modalités de flûtage, celles qui pouvaient le mieux correspondre aux techniques utilisées par les tailleurs néolithiques. En outre, ces expérimentations ont également permis d’ouvrir des réflexions sur le rôle et la fonction du flûtage ainsi que sur les niveaux de compétence et de savoir-faire nécessaires à la production de pointes triédriques. La constitution d’un corpus expérimental de plus d’une centaine de pièces s’est également révélée enrichissante pour l’apprentissage des savoir-faire. Ils seront réinvestis dans un second volet d’expérimentations et faciliteront la constitution d’un référentiel de pointes destiné aux études fonctionnelles.

L’approche expérimentale

Afin de maintenir une homogénéité au sein du corpus expérimental, les expérimentations (dont les premières ont été réalisée à l’antenne du Laboratoire Archéorient de Jalès en 2013) ont été menées par un seul tailleur et ont été enregistrées par des photos, vidéos, un échantillonnage et une base de données. Concernant la matière première, nous avons utilisé des éclats et plaquettes de silex provenant de bassins tertiaires français traités thermiquement, à l’instar des matériaux utilisés à Manayzah. Les outils de taille, quant à eux, ont été pensés en conformité avec l’environnement néolithique du sud de l’Arabie : bois durs (densité autour 1000 kg/m3), percuteurs en pierres dures et tendres (galets de quartz, calcaire fin et grès), os longs et cornes/chevilles osseuses de mammifères.
Pour chaque test, nous avons choisi de suivre les cinq principales étapes de la chaîne opératoire théorique mise en évidence d’après les observations technologiques réalisées sur la série de Manayzah :

  1. La première phase consiste en une sélection de la matière première et un traitement thermique des éclats et plaquettes entre 250°C et 350°C, en foyer ouvert, protégé par un épais niveau de cendres et de sable.
  2. À partir des supports chauffés, on réalise une ébauche bifaciale allongée. L’intention est de créer, à l’aide d’enlèvements semi-abrupts et couvrants en percussion directe à la pierre tendre (galets de calcaire ou de grès de 80 g à 120 g), une ébauche de section plano-convexe.
  3. La future surface à dégager par le flûtage est soigneusement mise en forme à partir de la face la plus plane de l’ébauche par de fins enlèvements couvrants réalisés à la pression à l’aide d’un compresseur à pointe d’os. On aménage sur cette surface une faible convexité, régulière, légèrement surbaissée à l’extrémité distale pour éviter les risques d’outrepassements qui endommageraient l’ébauche. Le plan de frappe de la future chute de flûtage est aménagé par de petits enlèvements à la pression puis fortement abrasé.
  4. Pour l’étape décisive du flûtage, nous avons réalisé des tests systématiques pour chaque technique de taille, en utilisant différents outils et en faisant varier leur poids. Nous avons exclu assez rapidement la percussion indirecte et la pression qui posaient des problèmes techniques et produisaient des résultats peu conformes aux observations archéologiques. Les essais les plus concluants sont ceux réalisés en percussion directe à la pierre tendre (autour de 120 g) ou au bois végétal (entre 250 à 450 g).
Fig. 2 : Préforme flûtée et chute de flûtage, percussion directe tendre. Cliché C. Albaret.

Fig. 3 : Préforme flûtée et chute de flûtage, percussion directe tendre. Cliché C. Albaret.

Ces deux techniques permettent un flûtage correct. Les chutes de flûtage sont fines, régulières en épaisseur et leurs bords sont sub-parallèles. Leurs talons sont facettés, étroits, parfois débordants et leurs bulbes relativement hauts et diffus. L’étendue du flûtage est suffisante (jusqu’à 6 cm) et les négatifs marqués de fines ridules. Ces stigmates sont très proches de ceux observés dans les séries archéologiques.

      5. La dernière étape de façonnage, qui consiste à transformer l’ébauche flûtée en une pointe triédrique, est celle qui s’est révélé la plus délicate. Les enlèvements à la pression doivent être réguliers et très bien contrôlés. Ils sont réalisés à l’aide d’un compresseur muni d’une fine pointe en os qui doit être régulièrement entretenue pour maintenir la finesse des enlèvements. Nous avons noté que le rapport quasi identique entre épaisseur et largeur des pointes leur confère une réelle solidité, rendant les cassures relativement rares pendant le façonnage. La surface plane ou légèrement concave de la zone flûtée, utilisée en plan de pression, se révèle idéale pour le façonnage triédrique.
Fig. 3 : Reprise par pression de la pointe après flûtage. Cliché C. Albaret

Fig. 4 : Reprise par pression de la pointe après flûtage. Cliché C. Albaret

Cette remarque nous amène à considérer le flûtage au sud de l’Arabie comme une modalité importante, sans être pour autant incontournable, du façonnage des pointes triédriques. Les qualités esthétiques et balistiques et la grande robustesse de ces pointes semblent justifier le lourd investissement technique et le laborieux travail consenti par les tailleurs néolithiques pour ce façonnage si particulier. Les expérimentations se poursuivront car d’autres pistes, notamment les études des traces et impacts d’utilisation, restent à explorer. Ces premiers résultats feront l’objet de prochaines publications scientifiques avec d’autres chercheurs travaillant dans la région.

Bibliographie

Charpentier V., Inizan M.-L. 2002. Fluting in the Old World: the Neolithic projectile points of Arabia, Lithic Technology 27(1), 39-46.

Charpentier V. 2004. Trihedral points: a new facet to the “Arabian Bifacial Tradition”, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 34, 53-66.

Charpentier V. 2008. Hunter-gatherers of the “empty quarter of the early Holocene” to the last Neolithic societies: chronology of the late prehistory of south-eastern Arabia (8000–3100 BC), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 38, 59-82.

Crassard R. 2008. La Préhistoire du Yémen. Diffusions et diversités locales, à travers l’étude d’industries lithiques du Hadramawt, British Archaeological Reports S1842, Oxford, Archaeopress.

Crassard R. 2009. Modalities and characteristics of human occupations in Yemen during the Early/Mid-Holocene, Comptes Rendus de l’Académie des Sciences – Geoscience, 341, 713-725.

Crassard R., McCorriston J., Oches E., Bin Aqil A., Espagne J. et Sinnah M. 2006. Manayzah, early to mid-Holocene occupations in Wadi Sana (Hadramawt, Yemen), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 36, 151-173.

Crassard R., Drechsler P. 2013. Towards new paradigms: multiple pathways for the Arabian Neolithic,Arabian Archaeology and Epigraphy 24 (1), 3-8.

Hawkins S., Crowfoot Payne J. 1963. A surface collection of flints from Habarut in Southern Arabia,Man 63, 185-188.

Shetrone, H.C. 1936. The Folsom phenomena as seen from Ohio, Ohio State Archaeological and Historical Quaterly, vol. 45 (3), 240-256.

Les auteurs

Jérémie Vosges est chercheur associé de l’ UMR 5133-Archéorient (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), spécialisé en technologie lithique et expérimentation.

Rémy Crassard est Chargé de Recherche au CNRS, membre de l’UMR 5133 – Archéorient, MSH (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), préhistorien, spécialiste de la péninsule Arabique.

Pour citer ce billet : Jérémie Vosges et Rémy Crassard. Approche expérimentale de la technologie des pointes flûtées du sud de l’Arabie, ArchéOrient - Le Blog, 26 février 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5562

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 février 2016

    […] Le flûtage est une méthode de taille de la pierre qui intervient dans la fabrication d’un certain type de pointes de projectiles préhistoriques.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *