L’engagement archéologique français au Kurdistan irakien – une table ronde internationale passionnante

Fig. 1 : Affiche de la table ronde (© M.-G. Masetti-Rouault)

Fig. 1 : Affiche de la table ronde (© M.-G. Masetti-Rouault)

Les 27 et 28 novembre derniers s’est tenue à Paris une table ronde internationale organisée par M.-G. Masetti-Rouault (UMR 8167), Directeur d’étude à l’E.P.H.E. – Sciences Religieuses, sur Qasr Shemamok et sa région. La passion et l’engagement qui s’en sont dégagés dépassaient ceux qu’on observe habituellement dans ce genre de manifestations. Car si le thème central concernait un site important, le premier à avoir été fouillé après les interruptions causées par la guerre du Golfe en 1990, ce sont surtout les perspectives futures de l’archéologie – pas seulement irakienne – qui ont été au centre de la réflexion (Fig. 1).

Le cadre de la manifestation (le bâtiment « Le France », Paris 13e) était à la hauteur de son contenu : un édifice neuf et assez peu remarquable à l’extérieur se transforme à l’intérieur en un lieu magique par le jeu des correspondances entre lumières et ombres, entre transparences et matérialités. De style épuré et équilibré, le bâtiment, qui comporte en son centre une cour/cafétéria lumineuse, est comme une promesse d’échanges humains intenses.
Côté irakien étaient présents le Directeur des Antiquités et des Musées de la région d’Erbil, N. Abubakr, deux professeurs des universités kurdes, N. Amen et O. Mahmoud, un conservateur du Musée d’Erbil, R. Jalal, et un représentant de l’Ambassade irakienne, M. Dolamari. Dans un français impeccable, ce dernier a lancé une large et chaleureuse invitation à venir travailler au Kurdistan, et son intervention a soulevé une salve d’applaudissements.

Du côté des autorités françaises, F. de Polignac, doyen de l’E.P.H.E-Sciences Religieuses et F. Briquel-Chatonnet, directrice de l’équipe « Mondes sémitiques » – UMR 8167, qui finançait la manifestation, ont ouvert la table ronde en soulignant l’importance des rapports franco-irakiens et de la conservation du patrimoine au moment où les destructions pour causes idéologiques l’affectent profondément. Tous les deux ont salué les efforts d’O. Rouault, professeur émérite de l’Université de Lyon 2 et de M.-G. Masetti-Rouault pour maintenir des relations diplomatiques à un moment où aucune équipe étrangère ne travaillait plus en Irak depuis longtemps, et leur engagement dans la formation des étudiants irakiens, devenue indispensable pour le futur de l’archéologie irakienne.

Les deux membres de la Commission française des fouilles du Ministère des Affaires Étrangères, B. André-Salvini et P. Butterlin, ont insisté sur la nécessité de conserver et protéger le patrimoine et sur l’importance des missions de l’IFPO, toujours menacé. J. Giraud a présenté les activités de l’antenne de l’IFPO à Erbil, installée dans deux maisons ottomanes rénovées de la citadelle : organisation de colloques internationaux (le 1er en 2011), d’ateliers, de stages, d’animations scientifiques, d’expositions, en plus du soutien logistique auprès des missions archéologiques. La possibilité d’installer une bibliothèque, si possible dotée d’un accès numérique, est actuellement à l’étude mais, entre manque de fonds documentaires, coupures d’électricité et surcharge de travail du personnel actuellement en place, l’idée est encore loin de sa réalisation.

Fig. 2 : Carte de la région de Qasr Shemamok (© Mission archéologique Qasr Shemamok)

Fig. 2 : Carte de la région de Qasr Shemamok (© Mission archéologique Qasr Shemamok)

Un des intérêts majeurs de la table ronde était la présentation de la situation archéologique au Kurdistan par les autorités locales (Fig. 2). N. Abubakr, Directeur des Antiquités et des Musées de la région d’Erbil, a dépeint un tableau qui est loin d’être enviable : outre les réductions d’argents et les attaques militaires, le pays est victime de fouilles clandestines et doit faire face aux dommages subis par plusieurs sites pendant les guerres du Golfe (Fig. 3). Le recensement des destructions et des dégâts n’a pas encore été complètement établi mais il sera indispensable, d’une part pour documenter ces destructions et de l’autre pour envisager des solutions. Le patrimoine, même détruit, a réaffirmé N. Abubakr, doit continuer à parler. R. Jalal, conservateur au Musée d’Erbil, a présenté le musée en insistant sur la nécessité de l’agrandir maintenant qu’il rassemble tous les objets issus des fouilles actuelles. Pour l’instant, le bâtiment offre trois salles d’exposition couvrant une période qui va de la préhistoire à l’époque islamique. La majeure partie des objets reste dans les réserves alors qu’il serait urgent de commencer leur étude. N. Amen, professeure à l’Université Salaheddin d’Erbil, a décrit la situation d’un autre musée irakien, celui de Baghdad, où elle a eu l’occasion de travailler surdes objets de Qasr Shemamok exhumés en 1933 par la première mission travaillant sur le site, la mission italienne de G. Furlani (Fig. 4). Le musée porte encore les stigmates des années de guerre. Les normes strictes mises en place pour accéder aux objets entraînent une certaine lenteur du service, compensée par la disponibilité et l’accueil chaleureux des conservateurs. Par ailleurs, les destructions, les vols et les déplacements d’objets pendant les années de guerre ont perturbé leur classement. N. Amen a pu commencer à travailler sur quelques tablettes qui avaient été découvertes en 1933, mais son étude n’en est qu’à ses débuts. Enfin, O. Mahmoud, Professeur à l’Université de Soran, a résumé les résultats des fouilles de 2014 du chantier A de Qasr Shemamok qui portent sur les niveaux hellénistiques, parthes et sassanides dans la zone de la rampe monumentale en briques cuites datée de Sennacherib.

Fig. 3 : Photo de la table ronde : Au fond M. Nader Abubakr, Directeur des Antiquités et des Musées de la région d’Erbil, derrière lui M. O. Mahmoud, Professeur à l’Université de Soran (© O. Rouault)

Fig. 3 : Au fond M. Nader Abubakr, Directeur des Antiquités et des Musées de la région d’Erbil, derrière lui M. O. Mahmoud, Professeur à l’Université de Soran (© O. Rouault)

Fig. 4 : Photo de la table ronde : de gauche à droite Mme N. Amen (professeure à l’Université Salaheddin d’Erbil), M. R. Jalal (conservateur du Musée d’Erbil), Mlle I. Calini (doctorante E.P.H.E.) et Mme M.-G. Masetti-Rouault (professeure à l’E.P.H.E. et directrice de recherche au CNRS) (© O. Rouault)

Fig. 4 : De gauche à droite Mme N. Amen, M. R. Jalal, Mlle I. Calini (doctorante E.P.H.E.) et Mme M.-G. Masetti-Rouault (© O. Rouault)

Olivier Rouault, ancien directeur de la mission de Qasr Shemamok, a rappelé l’histoire de son engagement au Kurdistan, soutenu entre autres par l’UMR 5133-Archéorient : les premières campagnes de fouilles à Erbil et à Kilik Mishik, la visite du site de Qasr Shamamok en 2010, puis la reprise de ces fouilles en 2011, interrompues en 2015 suite aux évènements politiques. M.-G. Masetti-Rouault, qui lui a succédé à la direction du chantier, a présenté le site et son équipe interdisciplinaire (Fig. 5). Qasr Shemamok est l’une des plus grandes villes de la région (70 ha), connue à l’époque médio-assyrienne et néo-assyrienne sous le nom de Kilizu. La succession presque ininterrompue des niveaux de l’époque d’Uruk à l’époque islamique la destine à devenir un site-clé de la région. Dans le chantier B, décrit par M.-G. Micale, les fouilles ont mis en évidence des niveaux médio-assyriens datés du règne d’Adad-Nirari I. La découverte d’inscriptions royales (Sennacherib, Adad-Nirari) prouve l’importance de la ville, dans laquelle l’acte fondateur du roi pouvait s’exercer. J. MacGinnis, Professeur à l’Université de Cambridge, a rapporté les résultats de la mission d’étude (mai 2015) des tablettes du musée d’Erbil. Enfin, la première journée s’est terminée sur la communication de V. Picotti, Professeur à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich, engagé dans des recherches géomorphologiques dans la région de Qasr Shemamok.

Fig. 5 : Tell de Qasr Shemamok (© Mission archéologique Qasr Shemamok)

Fig. 5 : Tell de Qasr Shemamok (© Mission archéologique Qasr Shemamok)

Les communications de la deuxième journée ont élargi le point de vue, avec la présentation des nouvelles fouilles engagées depuis 2010 dans la région. Le professeur K. Novacek, responsable des prospections tchèques dans la région d’Erbil, était malheureusement absent mais les fouilles françaises de Bash Tapa et les fouilles grecques de Tell Nader et Tell Baqrta ont été présentées. A 35 km au sud d’Erbil, Bash Tapa est un site d’une dizaine d’hectares, témoignant d’une longue occupation depuis Ninive V jusqu’à l’époque néo-assyrienne et même hellénistique et parthe, bien que ces deux époques apparaissent moins étendues (Fig. 6). L’époque la plus importante coïncide avec la 2e moitié du IIe millénaire av. J.-C. lorsque le site devait être un centre administratif provincial, comme en témoignent les tablettes du règne de Tukultî-Ninurta Ier découvertes dans le sondage stratigraphique des pentes du tell ainsi que l’unique sceau-cylindre médio-assyrien trouvé à ce jour. Les fouilles, menées sous la direction de L. Marti, chercheur au CNRS, ont débuté en 2013 et se poursuivent maintenant par l’exploration des niveaux médio-assyriens et Ninive V. La céramique de cette époque est particulièrement importante, d’abord pour servir de repère stratigraphique, ensuite pour comprendre les relations culturelles et économiques du site. On a pu ainsi reconnaître l’existence de plusieurs traditions dans la production céramique de Bash Tapa, tournée plutôt vers la Mésopotamie septentrionale au début du IIIe millénaire puis vers la Mésopotamie centrale et la Diyala à la fin du même millénaire.

Fig. 6 : Photo de Bash Tapa (d’après Kopanias, MacGinnis et Ur (éds.) 2015, fig. à p.10)

Fig. 6 : Photo de Bash Tapa (d’après Kopanias, MacGinnis et Ur (éds.) 2015, fig. à p.10)

Les premières fouilles grecques réalisées en Iraq ont commencé en 2010 sous la direction de K. Kopanias, Professeur à l’Université d’Athènes, sur le site de Tell Nader. Elles ont commencé à la suite des dommages causés dans la zone archéologique par les constructions modernes. Les prospections de ce petit tell (0,7 ha), à 6 km au nord/nord-est d’Erbil, ont permis de mettre au jourune longue séquence d’occupation, depuis l’époque d’Hassuna (VIIe millénaire av. J.-C.) jusqu’à l’époque médio-/néo-assyrienne. Deux phases d’occupation semblent plus importantes, l’une à l’époque d’Obeid et l’autre à l’époque médio-assyrienne. Tell Baqrta, petit tell (3 ha) à 28 km au sud d’Erbil, est également fouillé par la mission grecque de K. Kopanias. Occupé depuis le Chalcolithique jusqu’à l’époque parthe et islamique, il conserve une enceinte percée d’au moins deux portes. Il correspond peut-être à l’ancienne ville néo-assyrienne de Baqar/Baqarru, la Qabra de l’époque paléo-babylonienne.

D’autres communications intéressantes ont traité du milieu naturel de la région de Qasr Shemamok (M. Chevreuil et E. Moreau-Guigon), de la céramique de ce site (I. Calini) et de la 1ère mission italienne en Irak qui a travaillé une seule saison à Qasr Shemamok (P. Poli). Enfin, deux communications ont particulièrement marqué la réflexion et suscité beaucoup d’interventions et de questions : la numérisation des archives des missions archéologiques (J. Haquet et F. Defendenti) et la remise en question des conceptions muséographiques actuelles (P. Azara). La mission de Qasr Shemamok poursuit l’informatisation des données archéologiques qui avait débuté particulièrement tôt, dans les années 1990, en Syrie (mission de Terqa). Le système est complexe mais clair et facilement transposable à de nouveaux logiciels. Les problèmes qui se posent pourtant concernent la manière de rendre accessible ces données à tous et la nécessité de créer une norme de description et d’archivage valable pour les fouilles archéologiques.

La communication de P. Azara, Professeur à l’École Technique Supérieure d’Architecture de Barcelone, familier depuis longtemps du milieu archéologique proche-oriental, a offert une transition bienvenue entre le monde des professionnels de l’archéologie et le public passionné d’histoire et d’art. Comment exposer une ville, de surcroît une ville ancienne et en cours de découverte ? Quels sont les objets dignes d’être exposés ? Que qualifie-t-on d’œuvre d’art ? Il existe différentes sortes d’expositions : de très généralistes (« la Mésopotamie », future exposition du Musée du Louvre à Lens en 2016) à de très spécialisés (« Ninive », future exposition du Musée de Leyde en 2016). Mais comment faire une exposition sur l’urbanisme ? Les réflexions de P. Azara, tout en remettant en doute les certitudes sur les œuvres d’art, qui constituent encore aujourd’hui les principaux objets exposés, ont rompu avec les schémas habituels et proposé de nouveaux modes de présentation dans lesquels les plans et les dessins ont autant d’importance que les objets. Cette communication a par ailleurs en partie répondu à des attentes exprimées lors des deux journées de la table ronde sur l’importance de la vulgarisation scientifique, tant sur place en Irak qu’ en France. Les autorités kurdes, conscientes des enjeux, ont déjà commencé à installer des panneaux sur les sites fouillés, ont participé à des émissions télévisées et radiophoniques sur les fouilles, ont exigé de chaque mission des communiqués de presse à la fin de la campagne de fouille et ont favorisé les visites scolaires sur les sites archéologiques. D’ailleurs, une équipe kurde de télévision a suivi la première journée de la table ronde, secondée par une équipe d’Arte, qui prépare un reportage sur la reprise des fouilles au Kurdistan irakien. La communication entre scientifiques est également importante : c’est Olivier Rouault qui l’a rappelé en annonçant la création d’une nouvelle série consacrée à l’archéologie et à l’histoire mésopotamiennes, Études Mésopotamiennes/Mesopotamian Studies (EMMS).

Le projet Qasr Shemamok se présente ainsi comme l’outil privilégié d’une réflexion sur la pratique archéologique confrontée à de nouvelles technologies et de nouveaux besoins, sur les concepts utilisés en histoire de l’art antique et sur l’importance de la communication et de la vulgarisation scientifiques. Au moment où l’archéologie et les objets de mémoire sont frappés si durement par les destructions, cette table ronde a su redonner confiance en la mission de conservation d’un patrimoine universel.

En savoir plus

Kopanias K., MacGinnis J. et Ur J. (éds.) 2015. Archaeological Projects in the Kurdistan Region in Iraq, The Directorate of Antiquities of Kurdistan, [En ligne] http://nrs.harvard.edu/urn-3:HUL.InstRepos:14022526

Rouault O. et Masetti-Rouault M. G. 2013a. La mission 2013 à Qasr Shemamok – Kilizu (Kurdistan irakien), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 05 juillet 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1302

Rouault O. et Masetti-Rouault M. G. 2013b. French archaeological Project in Qasr Shemamok, Kurdistan, Iraq, Mar Shiprim 2013/2, [En ligne] http://mar-shiprim.org/a-french-archaeological-project-in-qasr-shemamok-kurdistan-iraq/

Stone P.G. et Farchakh Bajjal J. 2008. The Destruction of Cultural Heritage in Iraq, Woodbridge, Boydell Press.

Umr 7041. Mission archéologique de Peramagron (Kurdistan Irakien), [En ligne] http://www.mae.u-paris10.fr/arscan/Mission-archeologique-de.html

Umr 7192. Mission archéologique de Bash Tapa (Kurdistan), [En ligne] http://www.digitorient.com/?page_id=1968

Ur Region Archaeology Project, [En ligne] http://www.urarchaeology.org/annual-report-2015/

L’auteur
Laura Battini est chercheuse en Archéologie du Proche-Orient ancien, UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Laura Battini. L’engagement archéologique français au Kurdistan irakien – une table ronde internationale passionnante, ArchéOrient - Le Blog, 18 décembre 2015, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5216

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.