Les préhistoriens, les tailleurs et les pierres : rencontre « Pierres tendres » (Jalès 1-7 décembre 2012)

L’identification des stigmates laissés sur les roches dures (silex) après une percussion est l’un des questionnements récurrents de toute démarche en technologie lithique préhistorique. En France, ce type de recherche a été initialisé, dès la fin du XIXème siècle par J. De Morgan, mais c’est surtout dans la seconde moitié du XXème siècle avec le développement de l’archéologie expérimentale qu’il s’ancre durablement dans les problématiques préhistoriques. Les travaux concernant la formation des stigmates sont alors nombreux, et nombreux aussi les étudiants et les chercheurs qui cherchent à reproduire des stigmates de taille. Pour autant, loin d’être « épuisée », cette recherche est particulièrement dynamique et en constant renouvellement, s’affinant au gré des problématiques et de la prise en compte de nouveaux paramètres expérimentaux.

Plus particulièrement, les stigmates laissés par des pierres tendres sont aux cœurs de nombreuses réflexions sur les débitages de lames en silex. On entend par « pierres tendres » des calcaires, des craies, la gangue crayeuse d’un rognon de silex etc. toute pierre dont la surface de contact aura la capacité d’amortir un choc contre une pierre plus dure.

Percuteurs en pierre tendre – 1) cendre volcanique (Milos, Grèce). 2) grès à ciment pulvérulent (Vaucluse). 3) calcaire d’El Kowm (Syrie).

 

Ce type de pierre, utilisé durant tous les âges préhistoriques, présente la particularité de laisser des stigmates pouvant être confondus avec des percussions à la pierre dure ou avec un bois. Un débitage mené à la pierre tendre (ceci est aussi vrai pour les autres types de débitage) occasionne une variabilité plus ou moins importante de stigmates. L’ambiguïté des stigmates résulte des modalités d’utilisation des percuteurs en pierre tendre.

Les débitages à la pierre tendre pour l’obtention de lames ont été mis en relief et analysés depuis quelques années aussi bien en Europe qu’au Proche Orient dans des contextes culturels allant du Paléolithique supérieur au Néolithique. Les stigmates d’une percussion à la pierre tendre sont aujourd’hui relativement bien circonscrits et notamment leur similitude avec la percussion directe au bois. La prise en considération de l’usage de la pierre tendre a particulièrement mis en exergue l’importance du geste de taille dans la formation des stigmates. Cependant, la variabilité des stigmates et leur origine restent encore à cerner et à discuter, notamment en ce qui concerne, les gestes et la gestuelle des tailleurs ainsi que l’incidence de la technique sur les méthodes de taille. C’est dans le but d’aborder ces aspects de l’utilisation de la pierre tendre qu’une réunion de travail de préhistoriens qui pratiquent et expérimentent la taille du silex, a été organisée du 1 au 7 décembre 2012 à l’antenne de Jalès du laboratoire Archéorient. Y ont participé Frédéric Abbès, Rémy Crassard, Michel Brenet, Juan Sanchez Priego (SAP, Espagne), Ferran Borrell, Jérémie Vosges (Arkéo Fabrik), Nicolas Tardy, Imad Al Hussein (UMR 5140).

Afin de cerner au plus près cette variabilité, les différents tailleurs de silex se sont rassemblés autour d’expérimentations communes.

Dans un premier temps, un même débitage « simple » sur silex et à la pierre tendre a été mené par les expérimentateurs. L’objectif était de documenter la formation des stigmates de taille, de mesurer leur variabilité et la part éventuelle des tailleurs dans celle-ci.

 Ensuite, chaque expérimentateur a été invité à réaliser un débitage à la pierre tendre selon la modalité de son choix. L’objectif ici, était de mesurer le lien entre les techniques et les méthodes de taille dans la formation des stigmates et les variabilités obtenues.

Les techniques regroupent les différents instruments qui agissent sur la matière et leurs modes d’utilisation (percuteurs). Les méthodes correspondent aux stratégies de taille (chaines opératoires).

 

Nucléus et lames en silex de Fécamp débités à la pierre tendre.

32 nucléus et plusieurs centaines de lames ont été produits durant ces quelques journées d’expérimentation de taille. L’ensemble est actuellement en cours d’analyse. La variabilité des stigmates obtenus semble clairement liée autant aux gestes du tailleur qu’aux dimensions de lame détachée ; esquille bulbaire, lèvre, développement du bulbe, des lancettes et des ondulations figurent parmi les principaux stigmates.

Variabilité des stigmates proximaux sur lames débitées à la pierre tendre.

 

Les stigmates obtenus résultent du type de percuteur, du geste durant la frappe, du type de préparation du plan de frappe et de l’angle des plans de frappe.

 

Débitage d’une lame à la pierre tendre.

Une prochaine rencontre aura lieu avant l’été. Elle aura pour but d’analyser le lien entre technique et méthode de taille. Elle sera largement ouverte aux étudiants et chercheurs désirant participer à nos réflexions sur la formation des stigmates (contact : frederic.abbes@mom.fr)

 L’auteur :
Frédéric Abbès est Ingénieur de Recherche au CNRS.
Préhistorien, spécialiste des industries lithiques.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Abbes F., « Les préhistoriens, les tailleurs et les pierres : rencontre « Pierres tendres » (Jalès 1-7 décembre 2012) », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 15 février 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/518


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 février 2014

    […] Abbes F., “Les préhistoriens, les tailleurs et les pierres : rencontre “Pierres tendres” (Jalès 1-7 décembre 2012)”, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 15 février 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/518 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search