Une approche céramologique des relations Egée-Anatolie au 3e millénaire av. J.-C.

Une grande partie de la céramique que les archéologues étudient soigneusement de nos jours aurait été rejetée dans les déblais sans état d’âme il y a seulement 50 ans : céramique grossière de cuisine, de stockage et de transport, minuscules tessons sans décor… La cause de ce revirement : l’analyse pétrographique et physico-chimique des céramiques archéologiques, dont l’apport peut être comparé à celui, en médecine, d’une prise de sang ou d’une radiographie par rapport au seul examen clinique. C’est ce qui explique que ces analyses n’ont cessé de prendre de l’importance au cours des deux dernières décennies et ne sont plus confinées aux seules études de provenance. Combinées aux approches traditionnelles fondées sur la typologie (forme et décor), l’enregistrement statistique et l’observation macroscopique des pâtes, elles informent sur les technologies mises en œuvre lors du processus de fabrication, l’organisation de la production (ressources et ateliers) et les réseaux de distribution. Elles fournissent donc de précieuses indications sur l’économie et l’identité culturelle des sociétés, tant productrices que consommatrices, ainsi que sur les relations qu’elles entretenaient avec leurs voisins proches ou lointains. Les analyses de céramique ont d’ailleurs déjà fait l’objet de contributions sur ce blog (à lire ici, ou encore ici).

Cliquer pour agrandir la carte

Fig. 1 : carte de l’Egée

Fig. 2 : céramique du groupe de Kastri/Lefkandi I (d’après Pullen 2013)

Fig. 2 : céramique du groupe de Kastri/Lefkandi I (d’après Pullen 2013)

Des études récentes ont ainsi apporté de nouveaux éclairages sur des groupes de céramique du 3e millénaire trouvés en Grèce, en Crète et en Turquie occidentale (fig. 1), donc sur les relations entre l’Egée et l’Anatolie au Bronze ancien I-II (3000-2300 av. J.-C.), et plus spécialement sur le groupe de Kastri/Lefkandi I (fig. 2) qui caractérise la seconde partie du Bronze ancien II (env. 2500-2300 av. J.-C.). Ce groupe correspond à l’apparition d’un répertoire de formes « anatolisantes » et du tour de potier en Grèce centrale et dans les îles de l’Egée, à l’exception de la Crète (plus d’exemples : Şahoğlu 2011).

Ces progrès ont incité Barbara Horejs et E. Alram-Stern (fig. 3), respectivement directrice d’OREA (Oriental and European Archaeology) et chargée d’enseignement à l’Université de Vienne, à organiser un workshop international intitulé Pottery technologies and socio-cultural contacts between the Aegean and Anatolia during the 3rd millenium BC.

Fig. 3 : Eva Alram-Stern (à gauche) et Barbara Horejs, organisatrices du Workshop d’OREA (photo S. Müller Celka)

Fig. 3 : Eva Alram-Stern (à gauche) et Barbara Horejs, organisatrices du Workshop d’OREA (photo S. Müller Celka)

L’objectif général de ce workshop était de rassembler et de comparer les résultats des analyses de céramique actuellement en cours pour l’aire géographique et la période concernée (analyses pétrographiques et physico-chimiques par les méthodes WD-XRF et NAA). Les buts spécifiques visaient à mieux mettre en évidence le background socio-économique dans lequel fonctionnaient les ateliers et les potiers et à retracer les contacts et les réseaux d’échange entre les différentes aires culturelles d’Egée et d’Anatolie occidentale. Il s’agissait, in fine, d’identifier et d’expliquer la présence de groupements régionaux ou supra-régionaux, tels que le groupe de Kastri/Lefkandi I mentionné ci-dessus.

Le workshop s’est tenu dans le bâtiment de l’Académie autrichienne des Sciences, dans la vieille ville (Innere Stadt) de Vienne, les 22-23 octobre 2015. Il a rassemblé une trentaine d’archéologues et d’archéomètres qui ont présenté 18 communications, y compris une introduction substantielle par les deux organisatrices (le programme et les résumés sont accessibles en ligne, en attendant la publication qui est prévue dans la nouvelle série OREA des presses de l’Académie autrichienne des Sciences). La manifestation s’est ouverte le 21 octobre au soir par une conférence publique de Katie Demakopoulou sur les recherches récentes à Midea (fig. 4), importante citadelle mycénienne d’Argolide dont elle co-dirige les fouilles avec l’Institut suédois d’Athènes et dont l’occupation au Bronze ancien I-II constitue une découverte récente.

Fig. 4 : l’acropole de Midéa en Argolide (Péloponnèse, Grèce) (© mission helléno-suédoise de Midéa, courtoisie de E. Alram-Stern).

Fig. 4 : l’acropole de Midéa en Argolide (Péloponnèse, Grèce) (© mission helléno-suédoise de Midéa, courtoisie de E. Alram-Stern).

Il faut saluer la parfaite organisation et la généreuse hospitalité des organisatrices, en particulier sous la forme d’une soirée dans l’une des plus spectaculaires Keller viennoises, logée dans de gigantesques caves voûtées en briques sur trois niveaux superposés.

Le laboratoire Archéorient-UMR 5133 était représenté par ma propre contribution, en collaboration avec Evangelia Kiriatzi, Noémi Müller et Xenia Charalambidou, du Fitch Laboratory de l’Ecole britannique d’Athènes, sur la céramique du Bronze ancien II-III d’Erétrie (Eubée centrale). Ce travail est le fruit d’une recherche financée principalement par l’Ecole suisse d’archéologie en Grèce. Les résultats montrent que, contre toute attente, la céramique « anatolisante » du groupe de Kastri/Lekandi I trouvée à Erétrie a été manufacturée avec de l’argile locale (fig. 5), alors même que les récipients appartenant au répertoire helladique traditionnel (en autres les fameuses « saucières », fig. 6) étaient importés de régions voisines. Les mêmes conclusions s’appliquent d’ailleurs à la céramique de Thèbes en Béotie, également analysée par l’équipe du Fitch Laboratory (contribution de Kiriatzi et al.).

Fig. 5 : Céramique “anatolisante” d’Erétrie et lame mince de la pâte fine locale (dessin S. Müller Celka/C. Guilloud, pétrographie Fitch Laboratory)

Fig. 5 : Céramique “anatolisante” d’Erétrie et lame mince de la pâte fine locale (dessin S. Müller Celka/C. Guilloud, pétrographie Fitch Laboratory)

Fig. 6 : exemples de saucière helladiques (vers 2500-2300 av. J.-C. Askitario, Musée National d’Athènes)

Fig. 6 : exemples de saucières helladiques (vers 2500-2300 av. J.-C. Askitario, Musée National d’Athènes)

Ces résultats, encore étayés par d’autres démonstrations (par exemple à propos de la céramique de type cycladique en Crète orientale), démontrent combien la typologie, prise isolément, peut conduire à des conclusions erronées.

Beaucoup de données inédites et d’idées originales ont été présentées lors de cette rencontre, dont je ne relèverai ici que quelques points saillants. Pour commencer, l’apparition du groupe de Kastri/Lefkandi I semble résulter non pas de l’impact d’une culture ouest-anatolienne sur les Cyclades et les régions côtières de Grèce continentale, mais de l’adoption dans toute cette aire géographique, sous des formes et à des degrés divers, de types de récipients correspondant à des services à boire, qui dénotent de nouvelles habitudes socio-culturelles. Ces nouveaux récipients côtoient partout des répertoires locaux qui présentaient déjà des points communs (par exemple les saucières, qu’on trouve aussi bien dans les Cyclades et sur la côte anatolienne qu’en Grèce continentale). Une autre innovation est à relever : la présence récurrente de jarres de transport, issues de divers centres de productions (fig. 7).

Fig. 7 : jarre de transport du Cycladique ancien, Akrotiri (Théra). D’après P. Sotirakopoulou 1999. Ακρωτήρι Θήρας: η νεολιθική και η πρώιμη εποχή του χαλκού, Athènes, fig. 162).

Fig. 7 : jarre de transport du Cycladique ancien, Akrotiri (Théra). D’après P. Sotirakopoulou 1999. Ακρωτήρι Θήρας: η νεολιθική και η πρώιμη εποχή του χαλκού, Athènes, fig. 162).

Ces dernières permettent de détecter une importante circulation de denrées entre le continent grec, la côte d’Asie mineure, les Cyclades et la Crète et reflètent au mieux la caractéristique principale de cette période dans cette région du monde, c’est-à-dire la circulation des biens, des technologies et des personnes (contribution de Day et al., d’après l’analyse de la céramique d’Akrotiri à Théra et Ayia Irini à Kéa).

Ensuite, les analyses pétrographiques ont révolutionné l’image de la période prépalatiale en Crète : elles permettent d’identifier de nombreux sites de production, où les potiers maîtrisaient diverses technologies, dont la cuisson réductrice des oxydes de fer (en particulier sur la céramique dite de Vassiliki, fig. 8), et un réseau de distribution actif à l’échelle de l’île entière – alors même que le phénomène de Kastri/Lefkandi I ne s’y est pas implanté.

Fig. 8 : cruche en style de Vassiliki (Musée d'Héraclion).

Fig. 8 : cruche en style de Vassiliki, Minoen ancien IIB (Musée d’Héraclion).

Il en ressort que la technologie est à prendre en compte comme un phénomène culturel qui reflète des pratiques sociales, au même titre que les éléments matériels (contribution de Papadatos/Nodarou). Toujours à propos de la Crète, il semble que l’on puisse faire remonter au Néolithique Final (env. 3300-3000 av. J.-C.) les traits qui caractérisent les acquisitive societies du Bronze ancien II égéen (notion introduite par C. Renfrew [1972, 497-499] dans le domaine de l’archéologie égéenne), c’est-à-dire le développement des interactions culturelles avec le continent et les Cyclades (contribution de Tomkins).

Enfin, des régions de Grèce dont la céramique du Bronze ancien était mal connue et mal stratifiée ont récemment livré des dépôts intéressants qui font l’objet d’une caractérisation pétrographique, en particulier Romanos en Messénie (contribution de J. Rambach et al. sur un puits rempli d’une céramique probablement cérémonielle de la fin de l’Helladique ancien II, dont deux saucières à décor élaboré rouge et blanc mesurant 56 cm de hauteur) et Sami à Céphalonie (contribution de A. Pentedeka et al.).

Les premiers résultats évoqués en séance de clôture par Barbara Horejs insistent sur le développement du régionalisme pendant la seconde partie du Bronze ancien (env. 2500-2300 av. J.-C.), illustré en particulier par les diverses manières dont le répertoire « anatolisant » a été intégré aux répertoires locaux ; l’existence d’un réseau d’échange particulièrement actif entre la côte anatolienne et l’île de Chios, à travers le détroit de Çesme, jusque dans la première partie du Bronze ancien II (contributions de Kouka et de Lambrechts) ; l’imitation comme moteur de diffusion, plutôt que la circulation de prototypes ; le fait que les innovations technologiques ne constituent pas de bon repères chronologiques parce qu’elles sont adoptées à des moments différents selon les lieux, et pas forcément pour l’ensemble du répertoire (par exemple, certains sites de Grèce ont adopté les formes « anatolisantes » mais pas l’usage du tour, ou seulement pour certaines d’entre elles).

Pour conclure, l’approche céramologique s’avère très fructueuse, et propre à renouveler notre connaissance des cultures égéennes du 3e millénaire. Pour autant, n’oublions pas qu’elle ne constitue qu’un point de vue partiel, qu’il conviendra de compléter en croisant les résultats avec ceux qu’offrent d’autres approches, par exemple la métallurgie ou la navigation, domaines en pleine expansion à cette période en Egée.

Bibliographie

Renfrew C. 1972. The Emergence of Civilisation. The Cyclades and the Aegean in the Third Millenium BC, Londres : Methuen.

Şahoğlu V. (ed.) 2011. Across. The Cyclades and Western Anatolia during the 3rd Millenium BC, Istanbul : Sabancı University Sakıp Sabancı Museum.

L’auteur

Sylvie Müller Celka est chargée de recherche au CNRS, archéologue, spécialiste du monde égéen.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Sylvie Müller Celka. Une approche céramologique des relations Egée-Anatolie au 3e millénaire av. J.-C., ArchéOrient - Le Blog, 20 novembre 2015, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/4988


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *