Du Caucase à l’Arabie : l’espace domestique au Néolithique

Les 16 et 17 octobre 2015, nous avons organisé, en tant que doctorantes en archéologie du Proche-Orient ancien et sous la tutelle de l’association inter-universitaire Routes de l’Orient, un colloque international sur le Néolithique oriental. Cet événement s’est tenu sur le site Cardinal Lemoine du Collège de France à Paris (fig. 1 et 2). Il a reçu le soutien financier de l’association Routes de l’Orient, des Universités Panthéon-Sorbonne (Collège des Ecoles Doctorales et ED 112) et Paris-Sorbonne (ED 124 et FIR), de l’UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité et son équipe VEPMO, de l’UMR 8167 – Orient et Méditerranée et sa composante Antiquité Classique et Tardive, de l’UMR 7209 – Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements et de la Région Ile-de-France.

Fig. 1: Collège de France, Site Cardinal-Lemoine, salle Lévi-Strauss. Copyright : J.-J. Herr.

Fig. 1: Collège de France, Site Cardinal-Lemoine, salle Lévi-Strauss. Copyright : J.-J. Herr.

Fig. 2 : Ouverture du colloque par Carolyne Douché (à droite) et Fiona Pichon (à gauche). Copyright : J.-J. Herr

Fig. 2 : Ouverture du colloque par Carolyne Douché (à droite) et Fiona Pichon (à gauche). Copyright : J.-J. Herr

Intitulé « Du Caucase à l’Arabie : l’espace domestique au Néolithique oriental », ce colloque avait pour objectif de présenter et discuter la complexité du processus de néolithisation au Proche-Orient, en s’intéressant particulièrement aux vestiges de la sphère domestique. L’ouverture et l’intensification, depuis quelques années, des recherches archéologiques dans de nouvelles régions du Proche-Orient, telles que le Caucase et l’Iran, ont fortement contribué à affiner la connaissance de ce processus qui apparaît et évolue localement selon des modalités différentes. Toutefois, le caractère régionalisé de la recherche rend difficile la reconnaissance des liens et/ou des similitudes pouvant exister entre les différentes aires géographiques. De fait, par le biais de ce colloque, nos intentions étaient d’encourager un dialogue entre les différentes équipes de recherche et de mettre en commun les méthodes d’investigation et les connaissances. Ce colloque constituait donc pour nous un lieu de rencontre privilégié pour présenter, confronter et interroger les nouvelles données sur l’émergence des premières sociétés agro-pastorales du Caucase à la péninsule Arabique au regard des problématiques actuelles de recherche.

En accord avec les principes de l’association Routes de l’Orient, l’un des objectifs était aussi de valoriser le travail des jeunes chercheurs en leur offrant la possibilité de présenter les résultats de leurs recherches. En réunissant étudiants et chercheurs, nous souhaitions encourager et favoriser les échanges à l’ensemble des acteurs de la communauté scientifique dont les recherches portent sur le Néolithique oriental. Ainsi, le comité d’organisation, constitué de membres de l’association Routes de l’Orient, a privilégié, parmi les propositions de contributions, celles d’étudiants en master ou en thèse et de post-doctorants.

Durant ces deux journées, la logistique a été assurée par une équipe composée d’une quinzaine de membres de l’association (fig.3). Le dynamisme et l’enthousiasme de nos collègues ont été particulièrement appréciés par les participants du colloque !

Fig. 3 : Membres de l’équipe Routes de l’Orient chargés de la logistique. Copyright : F. Pichon

Fig. 3 : Membres de l’équipe Routes de l’Orient chargés de la logistique. Copyright : F. Pichon

Onze nationalités étaient représentées. Nous avons ainsi accueilli des participants français, allemands, polonais, danois, espagnols, syriens, turcs, iraniens, chypriotes, grecs et australiens. Les langues officielles du colloque étaient le français et l’anglais ; toutefois, compte tenu de la représentation importante des étudiants étrangers, la majorité des communications a été présentée en anglais et les discussions se sont également souvent déroulées dans cette langue. Le laboratoire Archéorient était bien représenté, avec les communications orales de Fiona Pichon et Rémy Thomas et la présence de plusieurs membres du comité scientifique (Frédéric Abbès, Eric Coqueugniot et Françoise Le Mort).

Ces deux journées ont été divisées selon quatre sessions thématiques dirigées et animées par deux chairpeople : un chercheur expérimenté et un étudiant (fig. 4), cf programme.

Fig. 4 : Marjan Mashkour (à gauche) et Müge Ergun (à droite), chairwomen de la session 3 « Getting Food and Cooking it !». Copyright : J.-J. Herr.

Fig. 4 : Marjan Mashkour (à gauche) et Müge Ergun (à droite), chairwomen de la session 3 « Getting Food and Cooking it !». Copyright : J.-J. Herr.

Durant la session 1, intitulée « Mobility and its Consequences » et dirigée par Sophie Méry (CNRS, UMR 6566 – CReAAH) et Kévin Lidour (étudiant en doctorat à l’Université Paris 1 et en master au MNHN), l’ensemble des communications a traité des conséquences de la sédentarisation sur le mode de vie des populations néolithiques d’un point de vue domestique (gestion des déchets), alimentaire (mise en culture des céréales) et anthropologique (traitement des morts et paléopathologies). Lors de la discussion générale, l’accent a été mis sur la grande capacité d’adaptation des groupes humains à leur environnement et a conduit, à travers la question des échanges à longue distance, à relativiser l’importance de la mobilité chez ces populations.

La session 2, intitulée « From Space to Place » et dirigée par Gunes Duru (Université d’Istanbul) et Rémy Hadad (doctorant à l’Université Paris 10), a permis de mettre en évidence la difficulté d’interpréter l’architecture et l’espace villageois (dichotomies espace intérieur et extérieur, individuel et collectif, privé et public, rituel et domestique) en regard des nouvelles problématiques sociales et culturelles engendrées par la sédentarisation. Les échanges ont montré la nécessité de s’interroger d’un point de vue méthodologique sur la manière dont les vestiges archéologiques peuvent permettre de comprendre la gestion de l’espace villageois et, de fait, parvenir à une lecture de la société et de son organisation. Il a notamment été rappelé que les collaborations entre archéologues et architectes sont importantes pour que notre perception de l’espace construit, à partir des seuls vestiges archéologiques, soit la moins biaisée possible.

La session 3, intitulée « Getting Food and Cooking it! » et dirigée par Marjan Mashkour (MNHN – UMR 7209) et Müge Ergun (doctorante à l’Université d’Istanbul, en co-tutelle avec l’Université Paris 1), avait pour objectif de présenter la variété des ressources alimentaires exploitées par les groupes néolithiques ainsi que leur mode d’acquisition et de traitement. La discussion finale a mis l’accent sur la surreprésentation des céréales dans les spectres archéobotaniques au détriment des plantes sauvages, en raison de leur qualité de conservation. Or, le développement récent de nouvelles problématiques de recherche en archéobotanique laisse envisager une grande variété des utilisations potentielles des plantes sauvages, entre autres, dans le domaine alimentaire. Afin de poursuivre ce type d’investigation, il semble nécessaire de constituer des collections de référence adaptées aux problématiques locales et de développer les études ethnographiques et expérimentales.

Enfin, la session 4, intitulée « Tools and Craft Production » et dirigée par Juan-José Ibanez (CSIC, Barcelone) et Laurent Davin (doctorant à l’Université Paris 1), a montré la diversité des productions techniques et insisté sur le savoir-faire atteint par les populations néolithiques dans la fabrication de ces différentes industries.

Le colloque s’est conclu par des échanges plus larges desquels sont ressortis quelques axes de réflexion majeurs :

  1. La terminologie mise au point par K. Kenyon dans les années 70 pour définir la néolithisation au Levant et généralisée dans un premier temps à l’ensemble du Proche-Orient n’est plus adaptée aux problématiques de recherches actuelles. En effet, s’il est majoritairement admis que ces termes (PPNA, PPNB et PPNC) sont utilisés dans une perspective chronologique, il semble difficile de se libérer totalement de la dimension culturelle qui leur était conférée à l’origine. L’utilisation de terminologies différentes selon les régions du Proche et Moyen Orient agit en quelque sorte comme un frein à la compréhension/comparaison globale de la période Néolithique.
  2. La distinction entre « espace privé » et « espace public » ne semble ni pertinente ni possible pour les sociétés néolithiques. La clé du problème repose certainement sur les notions de collectivité et d’individualité. De fait, la question n’est pas tant de définir et d’identifier ces espaces, mais plutôt de déterminer la fonction des aires d’occupation à partir de l’identification des activités, quotidiennes ou non, qui y sont pratiquées.

Ces rencontres, riches autant scientifiquement qu’humainement, ont ainsi été l’occasion pour les jeunes chercheurs de présenter leurs travaux, de discuter de leurs méthodes de recherche et de faire connaissance avec de nombreux autres jeunes acteurs de la recherche néolithique en Orient. Nous espérons que ce type de rencontres se renouvellera, dans un avenir proche, sous l’impulsion de nos collègues.

Le colloque s’est clôturé sur un cocktail dans une ambiance bienveillante et amicale (fig. 5).

Fig. 5 : Clôture du colloque par un cocktail auquel étaient conviés tous les participants. Copyright : J.-J. Herr

Fig. 5 : Clôture du colloque par un cocktail auquel étaient conviés tous les participants. Copyright : J.-J. Herr

Les auteurs

Carolyne Douché est doctorante en archéobotanique à l’Université Panthéon-Sorbonne sous la co-direction de M. Tengberg (UMR 7209 – AASPE) et P. Butterlin (UMR 7041 – ArScan), et sous le tutorat de G. Willcox (UMR 5133 – Archéorient). Dans le cadre de sa thèse, elle étudie les carporestes des sites de Dja’de el-mughara et Tell Aswad (Syrie).

Fiona Pichon est doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien à l’Université Paris-Sorbonne sous la co-direction de M. J.-Y. Monchambert (UMR 6137 – Orient et Méditerranée) et d’E. Coqueugniot (UMR 5133 – Archéorient), spécialité tracéologie. Dans le cadre de sa thèse, elle étudie la fonction de l’outillage lithique néolithique de Dja’de-el-mughara (Syrie).

Pour citer ce billet : Fiona Pichon et Carolyne Douché. Du Caucase à l’Arabie : l’espace domestique au Néolithique, ArchéOrient - Le Blog, 6 novembre 2015, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/4938

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *