Faire de la géographie historique à l’ère du S.I.G. : l’exemple du Moyen-Euphrate

Si je vous annonce que la publication de mes recherches, La vallée engloutie, a pour sous-titre « Géographie historique du Moyen-Euphrate (du IVe s. av. J.-C. au VIIe s. apr. J.-C.) », en déduirez-vous que ce travail s’appuie sur un S.I.G. (fig. 1a et b)  ? La géographie historique, discipline sans cesse redéfinie au cours du XXe s., peut-elle être une spécialité à la pointe des « Humanités numériques » ?

Fig. 1 : Fig 01 a-b : couverture de La vallée engloutie tome 1 synthèse, tome 2 : catalogue des sites

Fig 1a : couverture de La vallée engloutie tome 1 synthèse, tome 2 : catalogue des sites

Gaborit_fig 02b

Fig.1b : couverture de La vallée engloutie tome 2 : catalogue des sites

L’essor de la géographie historique et le Proche-Orient

Gaborit_fig 03 isidore

Fig. 2 : Carte associée à la réédition des Stations parthes d’Isidore de Charax par C. Müller en 1861, avec la localisation des étapes et de l’itinéraire du Ier s. sur les relevés de l’expédition britannique de reconnaissance de l’Euphrate (Chesney 1860).

Ce domaine, à la croisée de la topographie et de l’étude de sources textuelles, a connu un essor considérable, pour les régions du Proche-Orient, à partir du milieu du XIXe s., en lien avec le développement de la cartographie moderne et des explorations de terrain. Il s’agissait alors de fixer le nom et l’emplacement des localités mentionnées par les sources d’après la toponymie contemporaine et la métrologie. La redécouverte de l’Orient antique par le biais des récits de voyage encourageait à la fois la réédition de textes gréco-latins peu exploités jusqu’alors, comme les descriptions de pays ou les itinéraires (fig. 2), et la production de nouveaux atlas historiques, dont les plus remarquables sont l’œuvre d’Heinrich Kiepert à partir de 1848. La collaboration de ce cartographe de génie avec Carl Ritter, fondateur de la géographie moderne, qui inspira le Français Elysée Reclus, avait initié la première véritable carte historique dela Grèce antique. Entre 1880 et 1920, H. Kiepert puis son fils assurèrent la conception et l’édition des cartes d’expéditions scientifiques en Orient, collectant les données cartographiques anglaises et les relevés des voyageurs. Ils travaillèrent ainsi sur la carte de l’expédition au Nemrud Dagh sur le Haut-Euphrate (Humann et Puchstein 1890) et à celle des prospections de Max von Oppenheim (von Oppenheim et Lucas 1905). Tous les pionniers de l’archéologie dans les régions de l’Euphrate, tels Edouard Sachau, Gertrude Bell et Ernst Herzfeld, ont tenu des cartes de Kiepert à la main, appréciant et critiquant à la fois leur précision, la transcription des toponymes arabes et les identifications de sites (fig. 3).

Fig . 3 : Extrait de la carte Syrie et Mésopotamie réalisée par R. Kiepert pour M. von Oppenheim en 1900.

Fig . 3 : Extrait de la carte Syrie et Mésopotamie réalisée par R. Kiepert pour M. von Oppenheim en 1900.

Une tradition remise en question dès le début du XXe s.

Mais, au cours du XXe s., alors que les données archéologiques prennent une place plus importante pour l’identification des sites et que le nombre de sites repérés dépasse le nombre de toponymes fournis par les sources antiques, le périmètre d’étude de la géographie historique est remis en question. Dès 1927, René Dussaud lui préfère le terme « topographie historique » pour intituler son ouvrage de synthèse, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale. Ce travail est pourtant dans la pure tradition de la géographie historique puisqu’il se concentre sur les sites dont le nom antique est assuré ou peut faire l’objet d’une hypothèse d’identification. Cependant, R. Dussaud prend également une certaine distance avec les partisans de la primauté donnée aux textes car celle-ci est susceptible d’entraver l’exploitation des données de terrain, voire de pousser à traiter avec un grand scepticisme les conséquences ides découvertes archéologiques intervenues entre la fin du XIXe s. et le début du XXe s. (Gaborit 2015, chapitre II). Ainsi en 1907, Franz Cumont découvre à Birecik une inscription syriaque inédite, qui lui permet de démontrer que la ville de Zeugma devait être localisée à Belkis et celle de Birtha à Birecik (Cumont 1917) et d’invalider l’hypothèse d’identification de Zeugma avec Birecik, émise par C. Ritter, reprise sur les cartes des Kiepert, et, encore en 1923, par Ernst Honnigmann. Quant à la localisation de Doura-Europos, que l’on recherchait en rive gauche de l’Euphrate en suivant stricto sensu l’itinéraire des Stations parthes d’Isidore de Charax, elle fut résolue par la découverte fortuite en 1919, des peintures du temple de Bêl, par un bataillon britannique retranché sur le site de Salhiya, site de la rive droite repéré depuis 1835 (Cumont 1926).

Mutations et nouvelles appellations

A partir des années soixante-dix, la pluridisciplinarité croissante des recherches archéologiques (multiplication des fouilles, évolution des méthodes de prospection et implication des problématiques environnementales) met en avant les réalités du terrain et conteste l’autorité des études philologiques et historiques qui font abstraction du contexte environnemental. Le recoupement nécessaire de données accumulées par les diverses disciplines regroupées sous l’appellation « Sciences Humaines » ouvre plus largement les champs thématiques de la géographie historique. Sous l’impulsion du milieu scientifique anglais et en relation avec des problématiques ou de régions dépourvues de documentation textuelle, apparaissent des termes nouveaux qui redéfinissent le contenu et les objectifs de ce domaine : « topographie archéologique », « histoire de l’occupation du sol », « géotopographie », « géohistoire », « archéogéographie » qui déclinent plusieurs thématiques spatiales, sociologiques et temporelles : étude du cadastre urbain et agricole, répartition des sites, habitats et nécropoles, activités économiques, études des frontières, des voies de communication, anthropisation du paysage. Deux conceptions de la géographie historiques revendiquent aujourd’hui à divers degrés leur filiation avec les travaux érudits du XIXe s. tout en cherchant à les réactualiser (Gatier et al. 1988). Elles reflètent, en fait, toute l’ambivalence du terme « géographie historique », qui est interprété par les spécialistes de la Quellenforschung (recherche des sources internes) en liaison étroite avec l’« histoire de la géographie ancienne» (Arnaud 1998) et, par les autres, dans la tradition de Louis Robert, comme l’étude de la « géographie physique, humaine et économique d’une région à une période donnée » (Roesch 1988).

Importance des études pluridisciplinaires pour la géographie historique du Moyen-Euphrate

Sur le Moyen-Euphrate, en dehors des rares cas où les noms antiques ont été transmis par la toponymie du Moyen Age et des périodes plus récentes (Soura, Resafa, Jerablous), les étapes les plus importantes pour la connaissance des sites de la vallée sont venues, à partir des années soixante-dix, des fouilles préventives en amont des barrages turcs et syriens et des prospections diachroniques pluridisciplinaires (Algaze et Breuninger 1994, Sanlaville 1985, Kohlmeyer 1986, Geyer et Monchambert 2003). L’apport des recherches géomorphologiques a été, pour mon travail, déterminant : la formation de la vallée, l’instabilité du fleuve, l’érosion permanente des terrasses alluviales et les conditions d’accès à l’eau constituent une clé essentielle pour l’analyse de la répartition des sites (Gaborit 2015, chap. I). Comment comprendre autrement la réoccupation des tells, le potentiel agricole de la vallée, les conditions de navigation, la relation des villes par rapport au fleuve et aux points de traversée ? Les recherches menées par Bernard Geyer et Jean-Yves Monchambert sur la région de Mari sont, sur ce point, exemplaires. Elles ont par exemple révélé une mise en valeur par l’irrigation, au cours de la période hellénistique sur le terroir de Doura-Europos et l’impact de la frontière romano-sassanide sur le Khabour – l’étude des frontières et des terroirs des villes étant parmi les sujets de prédilection de la géographie historique.

Le S.I.G. , l’outil idéal de la géographie historique

Fig. 4 : Extrait du S.I.G. (Gaborit 2015)

Fig. 4 : Extrait du S.I.G. (Gaborit 2015)

Si l’on revendique l’héritage de la géographie antique comme une source d’information parmi un très large éventail de sources textuelles et documentaires (de la cartographie ancienne et des récits de voyage à l’image satellitaire, de la numismatique ou de la palynologie aux données archéologiques et environnementales), l’outil S.I.G. (système d’information géographique) est le support idéal (fig. 4). Il permet l’intégration des données de différentes natures et publiées à différentes échelles dans une base unique. Il devient aisé de changer d’échelle chronologique et spatiale sans perdre en précision pour traiter une série de thématiques qui peuvent être induites par l’analyse de sources (toponymie urbaine et administrative, évaluation d’une conquête ou d’une politique de colonisation) mais non réductibles à celle-ci (répartition chronologique et typologique de dynamiques culturelles et économiques).

La filiation des atlas historiques du XIXe s. au S.I.G. ne me pose pas de problème : il s’agit toujours d’une projection de référents culturels et environnementaux qui ont été considérablement modifiés. Dans le cas du Moyen-Euphrate antique, aux deux-tiers englouti par les lacs des barrages (figure 5), il s’agit bien d’une synthèse de données matérielles et textuelles que seul le géo-référencement rattache à la réalité d’aujourd’hui.

Fig. 5 : Vue de la vallée en aval du barrage de Karkemish 2009

Fig. 5 : Vue de la vallée en aval du barrage de Karkemish 2009

Bibliographie

Algaze G., Breuninger R. 1994. Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project, Anatolica 20, 1-96.

Arnaud P. 1998. Geographica historica, Actes du colloque de Bordeaux, 1994, éd. P. Arnaud et P. Counillon, 7-24.

Chevalier, N. 2002. La recherche archéologique française au Moyen-Orient 1842-1947, Paris (ERC-Centre de recherche d’Archéologie orientale Université de Paris 1 14).

Cumont F. 1917. Etudes Syriennes, Paris.

Cumont F. 1926. Fouilles de Doura-Europos, Paris (BAH 9).

Dussaud R. 1927. Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris (BAH 4).

Gaborit J. 2015. La vallée engloutie. Géographie historique du Moyen-Euphrate (du IVe s. av. J.-C. au VIIe s. apr. J.-C.), tome 1 – synthèse, tome 2 catalogue des sites.

Gatier, P.-L., Helly, B. et Rey-Coquais, J.P. (dir.) 1988. Géographie historique au Proche-Orient,  Actes de la table ronde de Valbonne, 16-18 sept. 1985.

Geyer B. et Monchambert J.-Y. (dir.) 2003. La basse vallée de l’Euphrate syrien du Néolithique à l’avènement de l’Islam : géographie, archéologie et histoire, Beyrouth, volume I-Le texte, volume II-Annexes (BAH 166).

Honnigmann E. 1923. Die historische Topographie von Nordsyrien in Altertum, Leipzig.

Humann K., Puchstein O. 1890. Reisen in Kleinasien und Nordsyrien, t. I-Textband, t. II- Atlas, Berlin.

Kiepert H. 1840. Atlas von Hellas und den hellenischen Kolonien, 1848. Atlas der alten Welt, 1858 Atlas antiquus, Berlin.

Kiepert R. 1900. Syrien und Mesopotamien: zur Darstellung der Reise des Dr Max Freiherr von Oppenheim, vom Mittelmeer zum persischen Golf, Berlin.

Kohlmeyer K. 1986. Euphrat-Survey 1984. Zweiter Vorbericht über Mitteln der Gelda Henkel Stiftung durch geführte archäologische Geländebegehung im syrischen Euphrat Tal, MDOG 118, 51-65.

Oppenheim M. von et Lucas H. 1905. Griechische und Lateinische Inschriften aus Syrien, Mesopotamien und Kleinasien, Leipzig.

Roesch P. 1988. Introduction, in: Gatier, P.-L., Helly, B. et Rey-Coquais, J.P. (dir.), Géographie historique au Proche-Orient,  Actes de la table ronde de Valbonne, 16-18 sept. 1985, 3-4.

Sanlaville P. (dir.) 1985. Holocene Settlement in North Syria : Résultats des deux prospections archéologiques effectuées dans la région du Nahr Sajour et sur le Haut Euphrate syrien, Lyon-Oxford (Maison de l’Orient Méditerranéen, BAR international series 238).

L’auteur

Justine Gaborit est archéologue, chercheur associé à l’UMR 8167 Orient & Méditerranée, équipe « Mondes sémitiques ».

Pour citer ce billet : Justine Gaborit. Faire de la géographie historique à l’ère du S.I.G. : l’exemple du Moyen-Euphrate, ArchéOrient - Le Blog, 9 octobre 2015, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/4761

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10 octobre 2015

    […] Si je vous annonce que la publication de mes recherches, La vallée engloutie, a pour sous-titre « Géographie historique du Moyen-Euphrate (du IVe s. av. J.-C. au VIIe s. apr. J.-C.) », en déduirez-vous que ce travail s’appuie sur…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *