Le Dessin d’objets lithiques – partie 1

En 1998 s’est tenu à Venise le colloque « Beyond Tools – Redefining the Lithic Assemblages of the Levant » dans la continuité des Proceedings of the Third Workshop on PPN Chipped Lithic Industries. À cette occasion, l’accent a été porté sur la pertinence du dessin des objets lithiques dans les articles scientifiques. Que doit illustrer un dessin ? ; Doit-il soutenir une argumentation scientifique, et laquelle ? Doit-il souligner une information afin de la rendre davantage perceptible au risque de « caricaturer » l’objet représenté ? Que doit-on dessiner ? La quantité d’objets représentés est-elle un gage d’objectivité ? Qu’est-ce que l’objectivité d’un dessin ? Et est-elle forcément souhaitable ? Que recherche l’auteur de l’article, du dessin et qu’attend le lecteur ?

Toutes ces questions ont été débattues entre préhistoriens et dessinateurs.

Un membre de notre laboratoire, Gérard Der Aprahamian, proposait à cette occasion une normalisation du dessin lithique et des méthodes simples des rendus graphiques. À destination d’étudiants, il proposait aussi alors des « astuces » permettant de réaliser des dessins lithiques à moindre coût. G. Der Aprahamian est issu d’une formation en art plastique et design et en dessin industriel. Il est également un expérimentateur reconnu dans la taille des roches dures. Dans sa démarche, les trois aspects de sa formation sont indissociables :

◊ La Qualité graphique où le trait ne cherche pas à reproduire, à l’image de la photographie, tous les détails d’un objet, mais davantage à illustrer un propos. Ainsi, des détails seront accentués, ou bien encore des représentations d’ondes de choc seront ou non représentées.

◊ Une option de dessin tournée radicalement vers la sobriété et la précision du dessin industriel.

◊ La pratique de la taille expérimentale qui permet d’aller à l’essentiel d’un objet et d’en comprendre pleinement l’histoire de ces caractéristiques. Le talent de G. Der Aprahamian est de tenir compte de ces différents aspects afin de proposer un dessin qui au final semble « plus précis et plus parlant » qu’une illustration photographique .

La pratique du dessin archéologique est aujourd’hui le fait de dessinateurs « manuels » et d’utilisateurs de logiciel informatique.

Il faut remonter à 1985 pour voir apparaître sur le marché les premiers logiciels de dessin vectoriel à destination du grand public. Depuis, ces logiciels ne cessent de se développer en termes d’efficacité, mais aussi de complexité. Après un engouement quasi général, il apparaît clairement que ces outils informatiques ne remplacent pas la souplesse d’exécution et le talent du dessinateur. De même, la nécessaire lecture des objets archéologiques pour la réalisation d’un dessin est irremplaçable. La demande en dessin ou en formation aux dessins archéologiques reste donc toujours aussi forte auprès des étudiants et des chercheurs.

Nous pensons donc qu’il est d’actualité de publier sous la forme de deux volets à l’intérieur de ce blog, et en accord avec son auteur, l’article de 1998 (publié en 2001) de G. Der Aprahamian « Le dessin du matériel lithique ».

Frédéric Abbès


Le dessin du matériel lithique

Gérard Der Aprahamian

Pour conserver au langage graphique son aspect universel, nous devons éviter certains écarts face aux conventions internationalement reconnues.

Nous rappelons quelles sont ces conventions: PI. 1-2.

Après avoir constaté combien il est difficile d’assimiler un objet archéologique à un objet façonné industriellement, nous proposons des «passerelles» pour dépasser les handicaps rencontrés lors du dessin d’objets complexes (nucléus). PI. 3-4.

II n’est pas question d’appliquer la démarche exposée ci-dessus à des objets simples faciles à orienter dans l’espace (outils sur lame ou éclat). Nous oublions cependant trop souvent que le volume d’un objet si simple soit-il ne peut être exprimé par une, voire deux vues opposées, nous devons y ajouter, profils, et section (dessins d’exécution faciles, voir annexe 4).

Avec les planches 5 et 6 nous insistons sur les différences qui caractérisent les méthodes A et E. (cf. partie 2 de l’article)

Une fois enregistrées ces différences, nous n’allons plus mélanger inconsciemment les méthodes A et E. voir planche 7.

La planche 8 insiste sur quelques détails permettant l’interprétation du débitage.

Nous ferons parfois appel à des vues auxiliaires ou à des compositions non classiques, voir planche 9

Ne mélangeons pas les deux méthodes

Planche 1
Faisons notre choix entre ces deux méthodes fig.2_article dessin volet1
Planche 1

Projection orthogonale: représentation normalisée

Nous ne pouvons pas choisir entre deux méthodes sans savoir ce qui les différencie

Les vues sont projetées vers l’arrière, dessinées à l’intérieur du cube [méthode européenne]

fig.3_article dessin volet1

Planche 2

Les vues sont projetées vers l’observateur, dessinées à l’extérieur du cube [méthode américaine]

 

 

 

 

 

CONVENTION GÉNÉRALE

L’objet à représenter est supposé placé à l’intérieur d’un cube dont les faces constituent six plans de projection permettant la réalisation de six vues.

Méthode européenne (méthode E)

Chaque vue est réalisée par un observateur placé de façon que l’objet soit situé entre son œil et le plan de projection (fig. 1). Le cube est développé sur le plan F de la vue de face comme indiqué sur la figure 2. En plus des trois vues définies  précédemment, on obtient : BI

– la vue de droite      vue 4) placée à gauche de la vue de face,

– la vue de dessous   vue 5) placée au-dessus de la vue de face,

– la vue d’arrière        vue 6) placée à droite de la vue de gauche (fig. 3).

 Méthode américaine (méthode A)

Les plans de projection sont supposés transparents et placés entre l’objet et l’observateur (fig. 4). Le développement du cube s’effectue sur le plan de la vue de face : la position des vues par rapport à la vue de face est alors inversée.

Cette méthode peut être utilisée pour la représentation de pièces particulières, de grandes dimensions si elle rend plus facile la lecture du dessin.

Remarques : 1. La méthode de projection doit être précisée par son symbole

fig.4_article dessin volet 1

Planche 3 [cliquer pour agrandir]

fig.5_article dessin volet 1

Planche 4 [cliquer pour agrandir]

Rappel des normes internationales

fig.6_article dessin volet 1

Planche 5 [cliquer pour agrandir]

Les auteurs :
Frédéric Abbès est Ingénieur de Recherche au CNRS. Préhistorien, spécialiste des industries lithiques.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Gérard Der Aprahamian, dessinateur. Ancien membre de l’UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Der Aprahamian G. et Abbès F. 2015. Le Dessin d’objets lithiques – partie 1, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 29 mai 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4112


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search