Le Musée de Préhistoire libanaise de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, 15 ans déjà !

Fig.1 : Le Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Fig.1 : Le Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Un peu d’histoire…

Les recherches préhistoriques au Liban ont démarré à partir de la fin du 19ème siècle sous l’impulsion du père Godefroy Zumoffen (1848-1928), véritable fondateur de la préhistoire libanaise auquel ont succédé d’autres savants jésuites tels que Raoul Desribes (1856-1940), Paul Bovier-Lapierre (1873-1950), Auguste Bergy (1873-1955) et Henri Fleisch (1904-1985). Mais c’est avec Francis Hours (1921-1987), le dernier père jésuite préhistorien, que la recherche s’est dotée d’un cadre scientifique pluridisciplinaire.

Grâce aux travaux de ces pionniers qui ont parcouru le Liban à la recherche de vestiges témoignant de la vie des hommes de l’″âge de la Pierre″, on connaît aujourd’hui près de 400 sites préhistoriques au Liban, dont un certain nombre a disparu à cause d’une urbanisation galopante et anarchique durant la guerre qu’a connue le pays (1975-1990), mais aussi faute de politique culturelle bien définie, de mesures de protection et de moyens financiers. Ces savants ont réuni un fonds d’objets qui constitue toujours la référence incontournable de la préhistoire libanaise. Leurs découvertes, d’abord conservées à la Faculté française de médecine de Beyrouth, ont été transférées dans les années soixante au Laboratoire de préhistoire libanaise. Dirigé par le père Henri Fleisch, la gestion de ce laboratoire a été confiée depuis 1986 à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Saint-Joseph. Une partie des collections des pères était exposée dans quelques vitrines du laboratoire. Cet espace, qui au départ était réservé uniquement aux chercheurs, a été entièrement transformé et reconçu pour devenir le Musée de Préhistoire libanaise, un musée moderne et pédagogique, ouvert au public depuis juin 2000 et dont le premier directeur fut M. Lévon Nordiguian (2000-2014). Les résultats de plus d’un siècle d’investigations archéologiques, sur des centaines de sites retraçant près d’un million d’années d’histoire de l’Homme au Liban, y sont conservés et exposés au public (Haïdar-Boustani 2009).

Les objectifs de la création de ce musée

Créé à partir des collections des pères jésuites, le Musée de Préhistoire libanaise a plusieurs objectifs :

  1) Faire connaître le patrimoine préhistorique libanais, sensibiliser le public à la protection et au respect de ce patrimoine.

  2) Initier le jeune public, en particulier scolaire, à la préhistoire.

  3) Accueillir les étudiants et les spécialistes libanais et étrangers travaillant sur la préhistoire.

  4) Conserver le patrimoine préhistorique.

  5) Participer à la recherche préhistorique. En somme les objectifs du musée sont l’éducation, la recherche sans oublier la délectation !

Un parcours thématique et chronologique

L’exposition permanente du musée retrace cette longue histoire, sur un mode scientifiquement rigoureux mais aussi didactique. Conçu d’une manière pédagogique, le Musée de Préhistoire libanaise propose de découvrir plus de 400 objets à travers des vitrines accompagnées de panneaux explicatifs en français et en arabe.

Comme la préhistoire est un domaine peu ou mal connu du public libanais et que nos connaissances de la préhistoire libanaise sont lacunaires pour de multiples raisons, nous avons choisi de placer chaque thème traité à la fois dans le cadre plus général de la préhistoire et dans le contexte proche-oriental où cette période est mieux documentée.

Au fil de la visite, le visiteur découvrira dans cet espace plusieurs thèmes de la préhistoire : l’évolution humaine, l’outil, le feu, la chasse, l’habitat, l’agriculture, etc. Ces thèmes sont représentés évidemment à travers des objets archéologiques, mais aussi des objets expérimentaux et actuels, des maquettes. En outre, une riche iconographie rend le discours scientifique plus explicite. La visite commentée se fait en arabe, français ou anglais. Un film documentaire (version française et arabe) sur le Liban pendant la préhistoire complète la visite.

La recherche

Non sans difficultés, le Musée de Préhistoire libanaise tente de relancer la recherche. Nous nous sommes engagés en 2001, en partenariat avec la Direction Générale des Antiquités et le Council for British Research in the Levant, dans un projet de prospection dans les montagnes de l’Anti-Liban. De cette vaste région montagneuse Wadi Atneine et le plateau de Ard el Kichek, situés au sud du village de Aarsal, ont été prospectées en 1969 et 1972 par Bruce Schroeder de l’Université de Toronto. Des sites épipaléolithiques et néolithiques ont été découverts, parmi lesquels la Grotte de Nachacharini. Mais les travaux de cette mission furent interrompus en 1975. La campagne de 2001 (Garrad et al. 2004) avait quatre objectifs majeurs: 1) Localiser et préciser par GPS la position des sites déjà découverts par B. Schroeder. 2) Prospecter intensivement le plateau de Nachcharini et le Wadi Atneine. 3) Étudier le contexte environnemental afin d’avoir une idée sur les possibilités d’occupation au cours du temps. 4) Évaluer l’état de conservation de la Grotte de Nachcharini pour d’éventuelles fouilles.

Fig.2 : Industrie lithique natoufienne, Jeftelik, Homs-Syrie. Photo mission syro-libanaise-espagnole.

Fig.2 : Industrie lithique natoufienne, Jeftelik, Homs-Syrie. Photo mission syro-libanaise-espagnole.

Fig.3. Céramique néolithique, Tell Al Marj, Homs-Syrie. Photo mission syro-libanaise-espagnole.

Fig.3. Céramique néolithique, Tell Al Marj, Homs-Syrie. Photo mission syro-libanaise-espagnole.

Après le Liban, le Musée de Préhistoire libanaise s’est engagé en Syrie où, de 2004 jusqu’à 2010, une mission tripartie syro-libano-espagnole a mené des investigations archéologiques dans la région de Homs (Haïdar-Boustani et al. 2005, 2007, 2008, 2009). Ces prospections avaient pour objectif non seulement d’inventorier tous les sites du Paléolithique jusqu’à l’époque ottomane, mais aussi et surtout de localiser les sites qui marquent le début de la néolithisation et ceux plus tardifs de l’âge du Bronze ancien. Le choix de ces deux axes de recherches résulte à la fois des problématiques scientifiques des directeurs de la mission et de l’état des connaissances. Les campagnes de prospections et d’études ont été suivies par des sondages et des fouilles sur trois sites : Jeftelik (Natoufien) (Haïdar-Boustani et al., 2007, Ibáñez et al. 2012, Rodríguez Rodríguez et al., 2010, 2013), Tell Al Marj (Néolithique à céramique) et Tell Ezou (Bronze ancien). En outre, un grand nombre de sites mégalithiques a fait l’objet de relevés (Armendáriz et al., 2008, 2011 ; Ibáñez et al. 2010).

Fig.4 : Une partie de la coupe de Tell Labwé Sud, Béqaa-Liban. Photo mission libano-espagnole.

Fig.4 : Une partie de la coupe de Tell Labwé Sud, Béqaa-Liban. Photo mission libano-espagnole.

En 2011 nous sommes intervenus de nouveau sur le territoire libanais, plus exactement sur le site néolithique de Tell Labwé Sud. Situé dans la vallée de la Béqaa à une trentaine de kilomètres au nord de Baalbek, ce site bien connu des préhistoriens avait fait l’objet de sondages réalisés par D. Kirkbride en 1966. L’objectif premier de la campagne de 2011 était de compléter les données livrées par ces sondages en appliquant une approche pluridisciplinaire. La stratigraphie d’une partie de la plus grande coupe préservée du tell a révélé quatre niveaux allant de la fin du PPNB moyen/début du PPNB récent (niveau IV) au Néolithique à céramique (niveau I) riches en vestiges architecturaux, en matériel et en macro-restes végétaux. D’après les datations obtenues la fondation du village remonte à la fin du 7e millénaire av. J.-C. (8100 ± 40 BP) et la dernière occupation au début du 6e millénaire av. J.-C. (7640 ± 40 BP) (Haïdar-Boustani et al., 2014). C’est le plus vieil établissement sédentaire au Liban où la domestication des céréales et des animaux de boucherie est attestée. Les premiers sédentaires de Labwé n’étaient pas isolés du reste du monde. La présence de pièces en obsidienne, matériau allogène, témoigne d’un contact avec la Turquie. Les analyses physico-chimiques ont démontré que ce matériau provenait de la Cappadoce, du Taurus et du lac Van (Khalidi et al. 2013). Des pièces archéologiques découvertes à Tell Labwé Sud sont exposées au Musée de Préhistoire libanaise jusqu’en décembre 2015.

Fig.5 : Outils en os néolithiques, Tell Labwé Sud, Béqaa-Liban. Photo mission libano-espagnole.

Fig.5 : Outils en os néolithiques, Tell Labwé Sud, Béqaa-Liban. Photo mission libano-espagnole.

Fig.6 : Fragment d’un sol peint, Tell Labwé Sud, Béqaa-Liban. Photo mission libano-espagnole.

Fig.6 : Fragment d’un sol peint, Tell Labwé Sud, Béqaa-Liban. Photo mission libano-espagnole.

Un accord de collaboration a été signé en octobre 2012 par l’Université Saint-Joseph de Beyrouth et l’Université Lumière Lyon 2 autour du projet ANR intitulé PaléoLib, paléoenvironnement et occupation du sol au Liban durant l’Holocène (2010-2014). Ce projet est codirigé par F. Braemer et Bernard Geyer avec la collaboration de Nicolas Jacob, Lévon Nordiguian et la nôtre. Nous avons participé aux prélèvements d’échantillons de sédiments réalisés entre janvier et février 2013 dans les sites marécageux de la Béqaa, et à l’alimentation d’une base de données des sites.

Les résultats scientifiques obtenus dans le cadre du projet PaléoLib ainsi que d’autres projets menés au Liban par des équipes libanaises et internationales seront diffusés au grand public sous forme d’une exposition intitulée : « L’Homme et le paysage au Liban : 200 000 ans d’adaptation ». À portée pédagogique, cette exposition qui offre une vision originale du paysage au Liban et de ses interactions avec l’Homme aura lieu en novembre 2015 au Liban et en France. Cette exposition circulera aussi dans les établissements scolaires du Liban.

Par ailleurs, le Musée de Préhistoire libanaise accueille des chercheurs libanais et étrangers pour l’étude de collections et propose à la consultation le fonds de sa bibliothèque spécialisée qui porte le nom de Lorraine Copeland. Cette dernière fut pendant longtemps la proche collaboratrice du père Francis Hours. Auteure de l’inventaire des sites préhistoriques au Liban, basé en grande partie sur la documentation conservée au Musée de Préhistoire libanaise et publié en trois livraisons dans les Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Lorraine Copeland a fait don de sa bibliothèque personnelle au Musée de Préhistoire libanaise.

Les activités

Fig.7 : « L’héritage de Darwin », exposition au Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Fig.7 : « L’héritage de Darwin », exposition au Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Le Musée de Préhistoire libanaise organise plusieurs types d’activités, certaines sont destinées aux étudiants et chercheurs, d’autres aux scolaires. Des conférences et des séminaires sur la préhistoire et l’archéologie du Liban et d’ailleurs y sont fréquents. Quant aux expositions, elles sont plus ponctuelles. Nous développons aussi des ateliers pédagogiques et ludiques à l’intention des écoliers. Lors de ces ateliers axés sur une thématique particulière liée étroitement à la Préhistoire (poterie, parure, vannerie, peinture corporelle, art pariétal…), les participants acquièrent plus de connaissances sur les techniques, les inventions, les découvertes et les modes de vie des hommes préhistoriques. Suite à une introduction historique, le médiateur livre aux élèves des données archéologiques ainsi que les découvertes scientifiques faites au Liban ou ailleurs. Par ailleurs, chaque année à l’occasion de la Journée Nationale du Patrimoine et de la Journée Internationale des Musées qui ont lieu au mois de mai, le Musée de Préhistoire libanaise ouvre ses portes gratuitement aux visiteurs et organise des activités selon le thème proposé chaque année par l’ICOM (Conseil international des musées). À ces journées, vient s’ajouter depuis 2014 « La Nuit des Musées », évènement culturel, organisée par le Ministère de la culture dans le cadre du mois de la francophonie.

Fig.8 : Atelier de vannerie, Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Fig.8 : Atelier de vannerie, Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Fig. 9 : Atelier de peinture pariétale, Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Fig. 9 : Atelier de peinture pariétale, Musée de Préhistoire libanaise, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

Bibliographie

Armendáriz A., Teira L., Al-Maqdissi M., Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J. and González Urquijo J. 2008. The megalithic necropolises in the Homs Gap (Syria). A preliminary approach », in: Córdoba J., Molist M., Pérez C., Rubio I., Martínez S. (eds.), Proceedings of the 5th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, Vol. I, Universidad Autónoma de Madrid Ediciones, Madrid, April 3-8, 2006: 151-162.

Armendáriz A., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Haïdar-Boustani M., Teira L. and González Urquijo J. 2011. The megalithic necropolises at the West of Homs (Syria), in: Steimer- Herbet T. (dir), Pierres levées, stèles anthropomorphes et dolmens/Standing stones, anthropomorphic stelae and dolmens, Colloque International, Amman 15-17 juin 2007, BAR International Series XXXX : 55-65.

Garrard A., Pirie A., Schroeder B. and Wasse A. with contributions by Clarke J., Haïdar-Boustani M., Rhodes S. and Yazbeck C. 2004. Survey of Nahcharini Cave and prehistoric settlement in the Northern Anti-Lebanon Highlands, Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises 7 (2003) : 15-48.

Haïdar-Boustani M. 2009. Les jésuites pionniers de la préhistoire libanaise, Mélanges de l’Université Saint-Joseph LXII : 35-61.

Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Armendáriz A., González Urquijo J. and Teira L. 2005. Prospections archéologiques à l’Ouest de la ville de Homs : rapport préliminaire, campagne 2004 , Tempora (Annales d’Histoire et d’Archéologie, Université Saint-Joseph, Beyrouth), vol. 14-15 (années 2003-2004) : 59-91.

Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Armendáriz A., González Urquijo J. and Teira L. 2007. New data on the Epipalaeolithic and Neolithic of the Homs Gap : Three campaigns of archaeological survey (2004-2006), Neo-Lithics 1/07: 3-9.

Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Armendáriz A., González Urquijo J. and Teira L. 2008. Prospections archéologiques à l’Ouest de la ville de Homs : rapport préliminaire, campagne 2005, Tempora (Annales d’Histoire et d’Archéologie, Université Saint-Joseph, Beyrouth), vol. 16-17, (années 2005-2006) : 9-38.

Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Armendáriz A., González Urquijo J. and Teira L., Rodríguez Rodríguez A., Terradas X., Boix J., Tapia J., Sabreen E. 2009. Prospections archéologiques à l’Ouest de la ville de Homs : campagnes 2006-2007, Tempora (Annales d’Histoire et d’Archéologie, Université Saint-Joseph, Beyrouth), vol. 18 (2007-2009) : 7-49.

Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J. avec les contributions de Arranz Amaia, Gratuze B., Himi M., Khalidi L. et Teira L. 2014. Nouveaux travaux archéologiques à Tell Labwé Sud (Béqa‛ nord). Campagne 2011, Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises 15 (2011) : 5-28.

Ibáñez J.J., Haïdar-Boustani M., Al-Maqdissi M., Armendáriz A., González Urquijo J. et Teira L. 2010. Découverte de nécropoles mégalithiques à l’ouest de Homs, in :  Al-Maqdissi M., Braemer F. et Dentzer J.-M. (dirs), Hauran V. La Syrie du sud du Néolithique à l’antiquité tardive. Recherches récentes, Actes du colloque de Damas 2007, Vol. I, Bibliothèque archéologique et historique T. 191, IFPO, Beyrouth : 359-366.

Ibáñez J.J., Terradas X., Armendáriz A., González Urquijo J. et Teira L., Braemer F., Gourichon L., Haïdar-Boustani M., Rodríguez Rodríguez A. 2012. Nouvelles données sur les architectures des sites natoufiens de Jeftelik et Qarassa 3 (Syrie centro-occidentale et du sud) , in : Montero Fenellós J.-L., (éd.), Du village néolithique à la ville syro-mésopotamienne, Vème Rencontre Syro-Franco-Ibérique d’Archéologie et d’Historie Ancienne du Proche-Orient 21-22 novembre 2011, Facultade de Humanidades, Universidade da Coruña, Bibliotheca Euphratica Vol. 1, Universidade da Coruña : 9-33.

Khalidi L., Gratuze B., Haïdar-Boustani M., Ibáñez J.J., and Teira L. 2013. Results of Geochemical Analyses of Obsidian Artefacts from the Neolithic Site of Tell Labwe South, Lebanon , 7th Conference on PPN Chipped and Ground Stone Industries of the Fertile Crescent, Universitat Autònoma de Barcelona, Servei de Publicacions, Spain : 475-494.

Rodríguez Rodríguez A., Haïdar-Boustani M., González Urquijo J.E., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Terradas X. and Zapata L. 2010. Jeftelik: A New Early Natufian Site in The Levant (Homs Gap, Syria), Antiquity Vol. 84, issue 323, March 2010, on line : http://www.antiquity.ac.uk/projgall/ibanez323/

Rodríguez Rodríguez A., Haïdar-Boustani M., González Urquijo J.E., Ibáñez J.J., Al-Maqdissi M., Terradas X. and Zapata L. 2013. The Early Natufian Site of Jeftelik (Homs Gap, Syria), in : BAR-YOSEF O. & VALLA F.R. (eds), Natufian Foragers in the Levant. International Monographs in Prehistory. Archaeological Series 19. Ann Arbor, Michigan : 61-72.

L’auteur

Maya Haïdar-Boustani est directrice du Musée de Préhistoire libanaise de l’Université Saint-Joseph et enseignante à la Faculté des lettres et des sciences humaines. Préhistorienne, elle s’intéresse actuellement à la préhistoire du Liban, en particulier la néolithisation de la Béqaa mais aussi de la trouée de Homs.

mpl@usj.edu.lb

www.mpl.usj.edu.lb

 


Pour citer ce billet : Haïdar-Boustani M. 2015. Le Musée de Préhistoire libanaise de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, 15 ans déjà ! , ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 15 mai 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4072


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13 juin 2015

    […] Im Juni 2000 wurde dann unter dem ersten Direktor Lévon Nordiguian (2000-2014) das Musée de Préhistoire libanaise der von Jesuiten gegründeten Université Saint-Joseph in Beirut eröffnet. Und es hat bestand bis heute – trotz Zedernrevolution, Zweitem Libanonkrieg und Krisen bis zum heutigen Tag! Auch die Internetseite des Museums kann sich sehen lassen und wird auch regelmäßig gepflegt. Hierüber berichtet in einem spannenden aktuellen Blog-Beitrag auf ArchéOrient die heutige Direktorin des Museums, Maya Haïdar-Boustani, eine libanesische Archäologin, die auch in Lyon und Santander gearbeitet hat: Haïdar-Boustani M. 2015. Le Musée de Préhistoire libanaise de l’Université Saint-Joseph de Bey…. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search