Le Néolithique en Iran : où en sommes-nous aujourd’hui ?

L’aile orientale du Croissant Fertile – le piémont du Haut-Zagros – s’étend en grande partie sur l’Iran moderne, région peu touchée par la recherche archéologique depuis la révolution de 1979 et la guerre Iran-Iraq qui a suivi, de 1980 à 1988. Cette interruption a aussi frappé la recherche sur le Néolithique qui, dans les années 1970, était dominée par des équipes américaines adeptes de la « Nouvelle Archéologie ».

 Depuis, le pays est resté largement fermé à la recherche internationale, sauf pour des interventions ponctuelles, et seuls de rares programmes de recherche systématique ont réussi à s’implanter. Une des conséquences de cette fermeture est que la perception des zones orientales de l’important foyer de néolithisation que représente le Croissant Fertile reste aujourd’hui très marginalisée, et la région n’apparaît pas, ou peu, dans les modèles explicatifs synthétiques. Mais depuis quelques années d’importantes avancées ont eu lieu dans la recherche et leurs résultats justifient une reprise de la discussion – c’est ce que cette brève contribution souhaite mettre en lumière.

Les progrès de la recherche prennent plusieurs formes : le réexamen des données provenant des anciennes fouilles aide à reconsidérer, voire rectifier parfois la chronologie et livre de nouveaux détails, grâce à une méthodologie améliorée ; plus important, nos collègues iraniens, de leur côté, ont beaucoup investi dans la recherche systématique de terrain et ont produit des données nouvelles qui enrichissent notre connaissance, comme en témoigne la publication récente d’un volume édité en anglais (Matthews & Fazeli Nashli (dir.) 2013). Même si la région reste encore sous-explorée, par comparaison avec, par exemple, la Turquie, où les découvertes les plus spectaculaires datent des années 1980, nous sommes maintenant prêt à investiguer le rôle qu’a joué la partie orientale du Croissant Fertile dans la néolithisation de l’Asie occidentale.

A ce stade de nos connaissances, le Protonéolithique 1 (12500–10200 av. J.-C., selon Aurenche 2009) reste encore mal connu. Les fouilles de grottes dans la vallée de Bolaghi, en Iran méridional, ont attesté une occupation du 14e au 10e millénaire BP (Tsuneki & Zeidi dir. 2008), auxquelles s’ajoutent des traces de présence révélées par des prospections et des sondages menés dans les années 1970 (Rosenberg 2003), mais il semble que la plupart des régions aient été abandonnées pendant les siècles du Dryas Récent : on observe, dans les grottes de Bolaghi comme dans d’autres régions, des lacunes qui restent difficiles à interpréter : on a avancé l’hypothèse que la population serait descendue dans les vallées ou dans des sites de basse altitude pendant une période prolongée, avant de s’y réinstaller au moment où le climat se serait amélioré. Si cette hypothèse est correcte, il est fort probable que certains éléments nous échappent encore, dans la mesure où la sédimentation des fonds de vallées et autres événements géologiques peuvent avoir altéré notre perception d’ensemble des traces d’occupation.

Fig. 1 : la Vallée de Seimarreh, Luristan, Iran occidental : le site Chia Sabz Est au moment de sa découverte en 2007 (Photographie par B. Helwing).

Fig. 1 : la Vallée de Seimarreh, Luristan, Iran occidental : le site Chia Sabz Est au moment de sa découverte en 2007 (Photographie par B. Helwing).

Avec le Protonéolithique 2 (10200-8300 av. J.-C.) le nombre des habitations sédentaires augmente. Elles sont représentées par de nouvelles fouilles à Sheikh-e Abad en Kermanshah (Matthews et al. dir. 2013) et plus particulièrement à Chogha Golan, grand site multi-périodes situé au pied du Zagros. Un sondage y a livré une séquence stratigraphique permettant de suivre l’évolution d’une économie qui commence avec la cueillette des plantes sauvages et aboutit, en deux millénaires, à la culture des céréales. Il témoigne donc d’un processus qui s’est développé sur place et qui inscrit ce site dans le grand courant de la domestication des céréales qui a eu lieu simultanément dans d’autres foyers d’Asie de l’Ouest (Riehl et al. 2013). Une économie de cueillette focalisée principalement sur les légumineuses et les céréales est aussi attestée à Chia Sabz Est, site installé au-dessus d’une source karstique dans la vallée du Seimarreh au Luristan (fig. 1). Ce site a été découvert au cours d’une prospection préventive, avant la construction du barrage de Seimarreh, prospection conduite par une équipe de l’Institut de Recherche Archéologique (ICAR) composée de S. Rasoul, S. Boroudjeni, Hassan Deghanifard et moi-même. Ce site, qui a depuis lors été fouillé par nos collègues iraniens (Darabi et al. 2013), comprend plus de 5 mètres de niveaux culturels et est recouvert de plus de 3 mètres de terre provenant d’un glissement de terrain. Les fouilles y ont dégagé une série de constructions en moellons et deux inhumations, ainsi que des parures en pierre polie connectées aux assemblages lithiques de la tradition trialétienne (fig. 2).

Fig. 2 :Chia Sabz Est : exemples d'outils de l'industrie lithique ramassées en surface lors de la découverte du site (Photographie par B. Helwing).

Fig. 2 : Chia Sabz Est : exemples d’outils de l’industrie lithique ramassées en surface lors de la découverte du site (Photographie par B. Helwing).

On connaît mieux le Néolithique 1 (8300-6900 av. J.-C.) : le nombre de sites augmente et plusieurs fouilles antérieures aux années 1980 illustrent ces étapes de développement. La nouvelle datation de Tepe Ali Kosh (Hole 2000) et le réexamen des assemblages lithiques (par exemple Thomalsky 2014) permet de contextualiser ces données dans un cadre plus large : le courant néolithique du Haut-Zagros se développe au cours des 8e-7e millénaire av. J.-C., avec des habitations sédentaires dans les fonds de vallée, où les vestiges d’une architecture en pisé et moellons contribuent à la formation de « tepes » visibles dans le paysage, suivies de l’introduction de la céramique au cours du 7e millénaire av. J.-C. Ainsi, une occupation bien attestée se manifeste dès le Néolithique 1 dans les vallées du Haut-Zagros, alors que des régions plus reculées comme le Plateau Iranien ne sont occupées qu’au début du 6e millénaire av. J.-C. (pour un résumé : Helwing 2014).

 Comment le Néolithique iranien s’inscrit-il dans le processus de néolithisation d’Asie occidentale ? Comparé à des régions mieux explorées, comme le sud-est de la Turquie et le Moyen Euphrate, le Zagros Iranien fait encore pâle figure : nous ne connaissons ni bâtiments communautaires comme à Jerf el-Ahmar ou à Göbekli Tepe, ni expressions artistiques comparables aux sculptures de Nevali Çori ou aux vases en pierre trouvés dans le cimetière de Körtik Tepe. Les cultures du Zagros n’auraient-elles pas participé aux profondes transformations économiques et cognitives qui caractérisent le Néolithique en général ? Les populations néolithiques du Haut-Zagros ne seraient-elles que les parents pauvres des cultures néolithiques qui fleurissent plus à l’Ouest ? Certainement pas : les communautés néolithiques du Zagros égalent leurs voisins par leur investissement dans la gestion des plantes et des animaux, et leurs usages rituels, tels qu’on peut les reconstituer à partir des vestiges archéologiques qui incluent des équipements comme des bucranes de chèvre sauvage et des ailes d’oiseaux. Il nous manque encore des structures construites ou des bâtiments communautaires, mais il est fort probable que cette lacune ne fait que refléter l’état de la recherche : les fonds de vallée ensevelis de haute montagne, les recherches interrompues depuis longtemps, tout contribue à produire une impression de retard culturel qui ne reflète que l’état lacunaire de nos connaissances. Il ne fait aucun doute qu’un vaste champ d’exploration s’ouvre devant nous !

Bibliographie :

Aurenche O. 2009. La néolithisation du Proche Orient, in: Demoule J.-P. (dir.), La révolution néolithique dans le monde, Inrap-Universcience, Paris, CNRS Editions, 33-48.

Darabi H., Fazeli Nashli H., Naseri R., Riehl S., Young R. 2013. The neolithisation process in the Seimarreh Valley: Excavations at East Chia Sabz, Central Zagros, in: Matthews R.J., Fazeli Nashli H. (dir.), The Neolithisation of Iran: The Formation of New Societies, Themes from the Ancient Near East BANEA Publication Series, Oxford, Oakville, Oxbow Books, 55-76.

Helwing B. 2014. East of Eden? A review of Turkey’s eastern neighbors in the Neolithic, in: Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (dir.), The Neolithic of Turkey 6. New Excavations & New Research, Istanbul, Archaeology & Art Publications, 321-377.

Hole, F., 2000. New radiocarbon dates for Ali Kosh, Iran, Neo-Lithics 2000, 13.

Matthews R.J., Fazeli Nashli H. (dir.) 2013. The Neolithisation of Iran: Patterns of Change and Continuity, Themes from the ancient Near East BANEA publication series, Oxford, Oakville, Oxbow Books.

Matthews R., Matthews W., Mohammadifar Y. (dir.) 2013. The Earliest Neolithic of Iran. The 2008 Excavations at Sheikh-e Abad and Jani, The British Institute of Persian Studies Archaeological Monograph Series IV, Central Zagros Archaeological Project, Oxford, Oakville, Oxbow Books.

Riehl S., Zeidi M., Conard N.J. 2013. Emergence of Agriculture in the Foothills of the Zagros Mountains of Iran, Science 341, 65-67. doi:10.1126/science.1236743

Rosenberg M. 2003. The Epipaleolithic in the Marvdasht, in: Miller, N.F., Abdi, K. (dir.), Yeki Bud, Yeki Nabud : Essays on the Archaeology of Iran in Honor of William M. Sumner. Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology at UCLA, 98-108.

Thomalsky J. 2014. Ganj Dareh: new emphasis on an old-fashioned “villagers site,” in: Niknami, K.A., Azizi Kharanaghi, M.H., Khanipour, M., Naseri, R. (dir.), Proceedings of the International Congress of Young Archaeologists. Archaeological Scientific Association, Téhéran, University of Tehran, Iran, 7-26.

Tsuneki A., Zeidi M. (dir.) 2008. Tang-e Bolaghi: the Iran-Japan Archaeological Project for the Sivand Dam Salvage Area, Al-Shark 3, Téhéran, Iranian Center for Archaeological Research [et al.].

L’auteur :

Barbara Helwing est professeur de préhistoire à l’Université Lumière-Lyon 2. Archéologue, spécialiste du Proche et Moyen-Orient.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Helwing. B. 2015. Le Néolithique en Iran : où en sommes-nous aujourd’hui ? , ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 7 mai 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4061


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.