Expérimentation sur les « casse-têtes » néolithiques des chasseurs ghassaniens de Jibal al-Khashabiyeh (désert Jordanien). Deuxième partie. L’utilisation expérimentale des outils.

1 – Contexte d’étude et problématique

Les fouilles récentes effectuées par la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ, co-dirigée par W. Abu Azizeh et M. Tarawneh) se concentrent sur une série de sites d’occupation datés du PPNB dans la région de Jibal al-Khashabiyeh et associés à l’utilisation de structures de pièges géants connus sous le nom de « Desert kites » (Abu Azizeh et al. 2021). La fouille de ces établissements de chasseurs néolithiques a permis l’identification d’un type d’outil en silex dont la forme particulière évoque les fameux « casse-têtes » connus en ethnographie (Forde 1931). Sans aucun parallèle connu au Proche-Orient, il s’agit d’outils bifaciaux massifs et allongés (entre, taillés par percussion sur plaquettes et nodules plats de silex. Malgré une certaine variabilité dans les dimensions (longueur de 10 à 30 cm, largeur de 5 à 10 cm et épaisseur de 2 à 3,5 cm) et dans les formes (fig. 1), ces outils sont relativement standardisés et se composent de deux parties : un manche et une extrémité à double tranchant. Le manche, partie préhensive de l’outil, présente deux bords parallèles légèrement courbes. La partie active, ou « tête », est une zone plus large et arrondie située dans l’axe longitudinal de l’outil et composée de deux tranchants aux angles aigus et au profil biconvexe. Dans un contexte extrêmement riche en silex où dominent les industries laminaires, la récurrence de ces outils, associés à un ensemble très varié de pointes de flèches et de poignards bifaciaux, sur plusieurs sites d’occupation, a permis de définir un nouveau techno-complexe de la fin du PPNB, le Ghassanien (Crassard et al. 2022), dont les « casse-têtes » constituent un véritable marqueur culturel.

Fig. 1 : exemples de « casse-têtes » archéologiques du site F-48, Jibal al-Khashabiyeh.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Compte tenu de la spécificité de ces outils et de leur contexte chrono-culturel de découverte liés à des pratiques de chasse intensive de la gazelle, les questions sur les méthodes et les techniques de fabrication ainsi que sur le fonctionnement et la fonction des « casse-têtes » se sont imposées. L’analyse tracéologique préliminaire effectuée sur trois outils du site P52 et deux du site F19 n’a pas fourni de preuves évidentes de leur utilisation. Seul un outil présentait des traces légères pouvant être liées à une percussion sur un matériau dur (un écrasement macroscopique et des stries transversales). La fonction de ces objets reste donc encore peu claire. La forme des « casse-têtes » ghassaniens évoque celle d’un outil qui, tenu à la main, semble adapté à une utilisation en percussion lancée. À ce stade, plusieurs hypothèses fonctionnelles sont envisagées, parmi lesquelles celle d’outils servant à fracturer le crâne ou les os des animaux piégés dans les kites, lors des phases d’abattage, ou encore lors de tâches lourdes de boucherie (démembrement des carcasses). Ces outils auraient sinon pu être utilisés comme armes de combat (Curran et Raymond 2021). De plus, on suppose désormais que le « casse-tête » n’est pas seulement un outil employé dans les activités de la vie quotidienne, mais qu’il possède aussi une fonction plus symbolique, en tant qu’attribut de prestige et d’identité de groupe. Cet aspect sera approfondi dans le futur avec l’étude spatiale et contextuelle de chaque « casse-tête » découvert sur les établissements de Khashabiyeh.

Ce projet d’archéologie expérimentale vise à mener une étude exhaustive de ces artefacts, en combinant une approche technologique (fabrication) et tracéologique (fonction), afin de comprendre leur utilisation et leur statut dans la vie quotidienne (et/ou symbolique/rituelle ?) des chasseurs qui utilisaient les kites. Initié en 2023, ce programme a commencé par la production d’un lot de dix « casse-têtes », ce qui a déjà permis de comprendre et de documenter toutes les étapes de leur fabrication. Les résultats préliminaires ont été présentés dans le premier article de cette série (Sánchez Priego et al. 2023). Ce billet présente la deuxième phase de l’expérimentation, qui consistait à tester l’efficacité fonctionnelle des « casse-têtes » en les utilisant pour diverses tâches de percussion, notamment la boucherie, en lien direct avec les activités documentées sur les sites ghassaniens.

Pour compléter ce programme, différents types d’outils sur lame ou éclat ont également été testés, tant pour la boucherie que pour d’autres activités bien documentées à Khashabiyeh, comme le travail de la peau ou de la pierre (voir ci-dessous). Ces outils ont été fabriqués selon les méthodes et techniques de débitage identifiées à Khashabiyeh et en utilisant le silex local. La session expérimentale, financée par le laboratoire Archéorient, s’est déroulée à l’antenne de Jalès du 4 au 8 mars 2024, avec la participation de plusieurs membres de la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ) et de l’équipe du  laboratoire Archéorient, ainsi que d’un boucher professionnel : Juan Antonio Sánchez Priego (archéologue), Fiona Pichon (archéologue), Wael Abu-Azizeh (archéologue), Isabela Oltra Carrió (archéologue), Victoria Reina (archéologue) et Hugues Leynaud (artisan boucher). Nous tenons à remercier vivement toute l’équipe de Jalès pour son aide et sa collaboration active pendant notre séjour.

L’archéologie expérimentale et les « casse-têtes » ghassaniens
L’expérimentation en préhistoire ne constitue pas une discipline scientifique récente. Dès les premières études approfondies sur les industries lithiques, les chercheurs ont tenté de reproduire les objets qu’ils étudiaient. Mais depuis quelques années, l’expérimentation ne se contente plus simplement de reproduire les objets ; elle tente de discerner l’ensemble des processus mis en œuvre (cognitifs, physiques, voire socio-culturels) ayant conduit les sociétés préhistoriques à utiliser les mêmes techniques, ou au contraire, des techniques différentes  (Bourguignon et al. 2001). La reproduction d’un objet à l’identique et son utilisation expérimentale sur différents matériaux représentent sans doute le moyen le plus direct et efficace d’approcher les méthodes et techniques employées par les populations préhistoriques dans la production des outillages (technologie), mais aussi de comprendre la fonction de ces outils (tracéologie), les activités économiques impliquées ainsi que les modes de vie de chaque groupe culturel. Malgré cela, les programmes expérimentaux liés aux différentes formes de néolithisation au Proche-Orient sont à notre avis encore trop peu nombreux (comme cela se constate lors de chaque colloque PPN sur les industries lithiques). Pourtant, au cours des 30 dernières années, les rares recherches expérimentales exhaustives ont montré l’importance de cette discipline pour avancer dans la connaissance des populations néolithiques et de leurs modes de vie. Nous pouvons citer par exemple les travaux pionniers de F. Abbès et G. Der Aprahamian (Abbès F. et Der Aprahamian G. 2001) sur les productions laminaires du Levant Nord et ceux de J.A. Sánchez Priego et M. Brenet sur les outils de percussion (haches, herminettes et marteaux) des premiers villageois de la Syrie (Brenet et al 2001, Sánchez Priego et Brenet 2007). Dans ce contexte, le programme expérimental présenté ici constitue une recherche inédite sur les outils néolithiques du Proche-Orient car il s’agit d’un travail sur un outil totalement inconnu ailleurs : le « casse-tête » ghassanien, l’un des objets probablement les plus singuliers et caractéristiques des industries lithiques de ces groupes de chasseurs de gazelles qui utilisaient les kites.

2 – Objectifs de cette deuxième étape de l’expérimentation

Cette deuxième étape de l’expérimentation s’était initialement focalisée sur l’utilisation des « casse-têtes » taillés en Jordanie en 2022 (Sánchez Priego et al. 2023). Par la suite, nous avons décidé d’élargir notre référentiel en incluant un total de 29 outils sur lames, lamelles ou éclats fabriqués en 2024 par J.A. Sánchez Priego avec les matières premières de Jibal al-Khashabiyeh (fig. 2). Nous disposons maintenant d’un référentiel expérimental complètement inédit de 39 objets : 10 « casse-têtes » et 29 outils divers. C’est la première fois que ce type de « casse-tête » ghassanien, jusqu’alors inconnu, a été reproduit à l’identique et utilisé.

En élargissant la typologie de cette collection, l’objectif était d’obtenir une gamme d’outils représentative des assemblages lithiques sur les sites étudiés et dont nous supposons l’utilisation dans les phases de traitement des carcasses animales. Nous avons également testé le travail d’autres matières, comme la peau ou la pierre calcaire, éléments essentiels dans l’économie, l’architecture et le domaine symbolique de ces communautés de chasseurs. De plus, un des outils a été utilisé pour couper du bois (voir plus bas).

Fig. 2 : blocs de silex de Khashabiyeh, « casse-têtes » et outils sur lame, lamelle ou éclat utilisés dans l’expérimentation. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Les objectifs concrets de cette étape du programme ont donc été de :

  1. Tester les hypothèses d’utilisation des « casse-têtes » ghassaniens ;
  2. Créer un référentiel expérimental élargi, incluant d’autres types d’outils utilisés sur différents matériaux présents dans les établissements de Khashabiyeh.
3 – L’utilisation expérimentale des « casse-têtes » et des autres outils ghassaniens

Parmi les 39 outils expérimentaux, nous en avons finalement utilisé 22 : 5 des 10 « casse-têtes » fabriqués en Jordanie et 17 outils sur lame, lamelle ou éclat produits en Espagne et en France (fig. 2 et 3). Nous avons pris des empreintes de tous les tranchants des outils avant leur utilisation à l’aide d’une pâte silicone (siloxane de polyvinyle) en vue d’une comparaison avant – traces technologiques – et après l’utilisation – traces fonctionnelles (voir plus bas).

Fig. 3 : « casse-têtes » expérimentaux utilisés dans le programme.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Avec ces outils, nous avons réalisé différentes activités qui sont bien représentées sur les sites de Jibal al-Khashabiyeh : la boucherie, le travail de la peau et le travail de la pierre. Nous avons également testé le travail du bois, un matériau moins utilisé (et probablement moins accessible) dans ces sites du sud-est jordanien. 

3.1-Boucherie

La chasse massive de gazelles et le traitement postérieur des carcasses était l’activité principale dans les sites de Jibal al-Khashabiyeh (Abu Azizeh et al. 2021). Pour cette raison, il nous a semblé essentiel de centrer cette expérimentation principalement sur les tâches de boucherie en utilisant des outils fabriqués selon les mêmes méthodes et techniques que celles employées par ces chasseurs spécialisés de la fin du PPNB. Cette expérimentation de boucherie a été réalisée sur une carcasse de chèvre alpine, animal le plus similaire à une gazelle que nous pouvions nous procurer. Le poids de l’animal était d’environ 50 kilos avant qu’il ne soit évidé et de 25 kilos après.

La chaîne opératoire du traitement de cette chèvre avec notre kit d’outils en silex ghassaniens a été composée de plusieurs étapes réalisées avec l’assistance directe d’Hugues Leynaud, artisan boucher professionnel. La combinaison de son expertise et de sa connaissance de l’anatomie animale, associée à notre expérience dans le maniement et l’utilisation des outils préhistoriques, a permis une collaboration très efficace qui a souvent donné lieu à des discussions et des réflexions très pertinentes. Ces échanges ont sans aucun doute enrichi cette expérience ainsi que les approches à venir.

Abattage avec fracassement du crâne

Une des hypothèses de départ était que le « casse-tête » a pu constituer un outil adapté à l’abattage des gazelles une fois qu’elles étaient prises au piège dans les fosses-pièges des kites. Un (ou plusieurs) coup porté à la base du crâne permettrait d’assommer ou d’« anesthésier » l’animal (une pratique courante d’étourdissement selon Hugues Leynaud), pour ensuite le tuer et le transporter vers les zones d’habitat. Cette étape a été testée avec deux pièces, et il s’est avéré que le « casse-tête » est un outil suffisamment contondant pour remplir cette fonction, surtout en considérant que les gazelles chassées à Khashabiyeh étaient beaucoup plus petites que la chèvre traitée ici. Le geste répété en percussion lancée, en alternant les deux tranchants de l’outil, a permis de fracturer le crâne de l’animal. Ce procédé a été répété une centaine de fois pour répliquer l’usage d’un outil néolithique qui aurait été utilisé pendant une longue période, développant ainsi des traces d’utilisation significative. Les tranchants ont parfaitement résisté à cette tâche. Au niveau macroscopique, les traces n’ont pas altéré la délinéation des parties actives mais des écaillements bifaciaux et des écrasements sont observés. Les outils n’ont pas été utilisés emmanchés car l’étude tracéologique en cours n’a pour l’instant pas révélé de traces d’emmanchement sur les objets archéologiques. Cependant, l’utilisation d’un morceau de peau de vache entouré sur la partie préhensile de l’outil s’est avérée utile pour se protéger les mains.

Fig. 4 : abattage avec fracassement final du crâne avec « casse-têtes » expérimentaux. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Dépeçage

La chèvre a été suspendue la tête en bas pour faciliter cette tâche. Étant donné que l’animal était frais, l’étape de dépeçage a été relativement rapide et a été réalisée à deux personnes. Nous avons utilisé une petite lamelle pour découper la peau autour des pattes (fig. 5a). Puis, cette même lamelle et un éclat brut ont été utilisés pour retirer toute la peau (dépouillage) (fig. 5b, c et d) de l’animal. Tirer la peau vers le bas a facilité cette tâche, permettant d’obtenir la peau entière (fig. 5e, f et g).

Fig. 5 : dépouillage avec coupe aux pattes et enlèvement de la peau avec des outils expérimentaux. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Ouverture de la carcasse et découpe de la tête

Ces opérations ont été réalisées avec un « casse-tête » et deux lames épaisses. En utilisant le « casse-tête » en percussion lancé, nous avons ouvert la carcasse de l’animal au niveau du sternum (fig. 6a et b). Puis, nous avons utilisé une lame épaisse retouchée pour ouvrir totalement la carcasse. Ces deux outils ont été parfaitement efficaces pour effectuer cette étape de boucherie. Ensuite, la tête a été découpée à l’aide d’une lame épaisse retouchée (fig. 6c).

Fig. 6 : ouverture de la carcasse par percussion lancée avec un « casse-tête » (a et b) et séparation de la tête avec une lame épaisse (c). © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Découpage-démembrement de la chèvre 

L’étape suivante a été la découpe des membres et la séparation des autres parties anatomiques (cage thoracique, cou, extrémités des membres, etc.). Cette étape a été réalisée par percussion lancée à l’aide d’un « casse-tête » et par percussion posée avec des lames épaisses (fig. 7) similaires à celles que l’on a retrouvées par milliers d’exemplaires dans les établissements de Khashabiyeh.

Fig. 7 : découpe de la chèvre avec un « casse-tête » et des lames épaisses
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Détachement des membres

Les pattes ont été détachées avec deux techniques différentes : deux par percussion lancée avec un « casse-tête » (fig. 8a) et deux par désarticulation à l’aide d’une lame (fig. 8b).

Fig. 8 : détachement des pattes avec un « casse-tête » et une lame.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Désossage de la viande

Les parties de l’animal riches en viande, notamment la partie supérieure des membres, ont été désossées à l’aide de 3 lames épaisses et appointies (2 retouchées et une brute). Durant cette phase, le contact fréquent entre l’outil et l’os crée de nombreuses écaillures visibles à l’œil nu sur les tranchants. Ces stigmates sont au contraire moins développés sur des outils utilisés dans d’autres étapes de boucherie, comme la découpe de morceaux de viande.

Fig. 9 : désossage avec lames en silex. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Découpe de la viande en morceaux 

L’étape finale a consisté à couper la viande en morceaux avec des lames en silex pour sa consommation. À l’issue des différentes étapes de boucherie, nous avons obtenu environ 6 à 7 kilos de viande qui, préparée en ragoût, a été dégustée par toute l’équipe.

Le squelette a été enterré en vue d’une étude ultérieure par nos collègues archéozoologues du laboratoire Archéorient (E. Vila) pour analyser la taphonomie et les traces de boucherie sur les os.

3.2-Le traitement de la peau avec des outils en silex

Les premiers résultats de l’étude tracéologique ont montré que le traitement des peaux de gazelles, chassées en masse dans les kites, est une activité importante sur les sites de chasseurs ghassaniens. Afin de comparer les traces observées sur les outils archéologiques avec un référentiel adapté, la peau de la chèvre a été intégralement traitée avec des outils expérimentaux fabriqués à partir du silex provenant de la région de Khashabiyeh (fig. 10). Pour cette chaîne opératoire spécifique, la première étape a consisté en un nettoyage immédiatement après avoir séparé la peau de la carcasse. Nous avons procédé à l’écharnage pour éliminer les graisses et chairs résiduelles par découpe/raclage (fig. 10a). Ensuite, la peau a été trempée dans l’eau toute la nuit pour conserver son élasticité en vue des étapes suivantes. Le lendemain, elle a été suspendue pour son séchage. Une fois presque sèche, l’hypoderme a été raclé. La peau a ainsi été divisée en trois parties distinctes: une partie a été raclée avec ajout d’ocre (fig. 10b), une autre avec des cendres (fig. 10c) et une troisième sans ajout d’agent extérieur. Chaque partie a été traitée avec des outils différents pour obtenir une plus grande variabilité dans les traces d’utilisation, en vue de l’étude tracéologique pour comparaison avec les outils archéologiques. Une fois propre, la peau a été attachée et étirée à l’aide de cordes pour achever son séchage total et lui donner sa forme finale (fig. 10d).

Fig. 10 : traitement de la peau de chèvre avant tannage : écharnage pour éliminer les graisses et chairs résiduelles par découpe/raclage (a) ; raclage de l’hypoderme avec ajout de cendres ou d’ocre (b et c) ; séchage et étirage sur un cadre en bois (d). © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

3.3 – Le travail de la pierre

Le travail de la pierre est une activité largement documentée dans les sites ghassaniens. Cela se manifeste, d’une part, par l’équarrissage de certaines dalles et pierres calcaires intégrées aux structures d’habitat et, d’autre part, par la grande quantité d’éléments architecturaux et d’objets symboliques décorés avec différents motifs incisés. Pour établir un premier référentiel de traces du travail de la pierre, nous avons utilisé une lame brute, une lame retouchée et un burin sur éclat pour réaliser diverses incisions sur deux blocs de calcaire prélevés dans l’environnement naturel immédiat du site F48 de Jibal al-Khashabiyeh (fig. 11).

Fig.11 : Travail de blocs de pierres calcaires ramassés dans le secteur de Khashabiyeh,
Sud-Est jordanien : rainurage et incision. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

3.4 – Le travail du bois en percussion lancée

Le bois de grande taille (plus de 25-30 cm de diamètre) n’était probablement pas très abondant autour des sites de Jibal al-Khashabiyeh. Par conséquent, le travail de ce matériau était vraisemblablement moins commun que celui des matières animales ou minérales. Cependant, il était important de tester le potentiel d’un outil tel que le « casse-tête » dans ce type d’activité et de comparer les traces obtenues avec celles observées sur les objets archéologiques. À cette fin, nous avons utilisé l’un de ces objets pour procéder au travail en percussion lancée sur du bois frais. Le double tranchant de cet outil s’est révélé très efficace pour la découpe rapide de branches et même de petits troncs de noisetier mesurant entre 5 et 10 cm de diamètre (fig. 12).

Fig.12 : Travail du bois par percussion lancée avec un casse-tête expérimental.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)
4 – Résultats préliminaires 

Les 22 outils employés dans cette expérimentation constituent un référentiel inédit pour l’étude techno-fonctionnelle des outillages ghassaniens (fig. 13).

Fig. 13 : Tableau résumé de l’expérimentation sur l’utilisation des  « casse-têtes » et des outils ghassaniens. PL=Percussion lancée. PP=Percussion posée.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ).

Les « casse-têtes » se sont avérés être des outils très performants pour les différentes tâches de boucherie nécessitant un outil contondant et un mode d’action en percussion lancée. Les autres outils (sur lames, lamelles et éclats) ont couvert la gamme de gestes nécessaires au traitement d’une carcasse animale, comme nous l’a confirmé Hugues Leynaud, le boucher professionnel qui a réalisé l’expérimentation avec nous. Ce dernier a relevé la similarité surprenante entre le « casse-tête » et l’outil de feuille de boucher (ou couperet) qu’il utilise actuellement, tous deux étant des outils à double partie active (fig. 14) qui auraient pu avoir des fonctions similaires (hypothèse qui sera à vérifier par l’analyse tracéologique). Hugues Leynaud a également retrouvé parmi les lamelles, lames ou éclats en silex une gamme d’outils parfaitement adaptés aux différentes étapes de la chaîne opératoire de traitement de la carcasse, depuis le dépeçage jusqu’à la découpe de la viande (par exemple, une lamelle pour la coupe de la peau au niveau des pattes, des lames épaisses et appointies pour le désossage, ou le « casse-tête » pour assommer l’animal et ouvrir le sternum).

En ce qui concerne le travail de la peau, de la pierre et du bois, les outils expérimentaux utilisés ont couvert toutes les nécessités prévues dans ce programme expérimental et forment aussi un référentiel qui nous servira pour vérifier les hypothèses déjà émises sur la nature des activités réalisées dans les sites de Khashabiyeh.

Fig. 14: comparaison entre un « casse-tête » ghassanien du site F48 et l’outil de feuille de boucher (ou couperet) employé par un boucher actuel pour les tâches lourdes en percussion lancée.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)
5 – Conclusion et perspectives pour la troisième phase

L’expérimentation nous a permis de confirmer l’efficacité des « casse-têtes » pour les tâches « lourdes » de boucherie (sans exclure d’autres utilisations potentielles), une hypothèse qui nécessitera encore un travail approfondi avec la comparaison des traces d’utilisation entre les objets archéologiques et expérimentaux. En même temps, nous commençons à comprendre, par exemple, pourquoi l’on retrouve à Khashabiyeh des milliers de lames brutes ou retouchées dans les zones d’habitat ou les espaces extérieurs. Lors du désossage de la chèvre, par exemple, les tranchants des lames brutes, bien qu’initialement très performants, perdent rapidement de leur efficacité au contact de l’os et il est nécessaire de remplacer les lames régulièrement. De même, certaines étapes du travail de la peau sèche usent rapidement aussi les tranchants des outils et il est nécessaire de les substituer. Nous savons que des quantités considérables de carcasses de gazelles devaient être traitées dans ces sites, et le travail de la peau est largement représenté dans le matériel archéologique. L’usure rapide des outils et l’ampleur des activités pratiquées en lien avec le traitement des produits de ces chasses de masse impliquaient nécessairement une production importante de lames et d’outils en silex. L’environnement naturel extrêmement riche en silex permettait de fournir le matériau nécessaire à la fabrication de ces outils.

L’expérimentation nous permet ainsi d’obtenir des données concrètes concernant l’économie de production lithique et ses implications dans la vie de ces populations. La comparaison des traces expérimentales d’utilisation avec celles observées sur les outils archéologiques, qui constitue la troisième phase de ce programme et fera l’objet d’un prochain billet, permettra de confirmer ou infirmer les hypothèses en cours. À terme, l’analyse techno-fonctionnelle apportera de nouvelles données sur la fonction spécifique et le statut de ces outils, ainsi que sur l’organisation des activités de subsistance et d’artisanat sur les sites des chasseurs ghassaniens, en particulier dans ce contexte de l’exploitation intensive et du traitement des ressources animales.

Bibliographie

Abbès F., Deraprahamian G. 2001. Pression et percussion : identification des stigmates sur des nucléus naviformes (Syrie). In: BOURGUIGNON L., ORTEGA I., FRERE-SAUTOT M., Préhistoire et approche expérimentale. Editions Monique Mergoil, Montagnac (préhistoire 5), p. 195-205.

Abu-Azizeh W., M. Tarawneh, R. Crassard and J.A. Sánchez Priego 2021. Discovery and Excavation of Desert kites in the Southeastern Badia of Jordan, in: A. Betts and P.van Pelt (eds.), The Gazelle’s dream. Game Drives of the Old and New Worlds, Sydney: University of Sydney Press, 225-25.

Andrade M. 2017. O sítio pré-histórico do Sobral do Martim Afonso (Salvaterra de Magos, Portugal): um curioso contexto do Neolítico Final/Calcolítico na margem esquerda do Baixo Tejo. 1. 17-49. 10.51679/ophiussa.2017.15.

Bourguignon L., Ortega I., Frere-Sautot M. 2001. Préhistoire et approche expérimentale. Editions Monique Mergoil, Montagnac (préhistoire 5), pp.121-164.

Brenet M., Sánchez Priego J.A., Ibáñez Estévez J.J. 2001. Les pierres de construction taillées en calcaire et les herminettes en silex du PPNA de Jerf el Ahmar (Syrie), analyses technologique et expérimentale. In: BOURGUIGNON L., ORTEGA I., FRERE-SAUTOT M., Préhistoire et approche expérimentale. Editions Monique Mergoil, Montagnac (préhistoire 5), pp.121-164.

Crassard R., Sánchez Priego J.A., Pichon F., Abu-Azizeh W., Tarawneh M. 2022. The Ghassanian techno-complex: Late/Final PPNB lithic assemblages from desert kite-associated occupation sites in Jibal al-Khashabiyeh, south-eastern Jordan, in: Y. Nishiaki, O. Maeda and M. Arimura (eds.), Tracking the Neolithic in the Near East. Proceedings of the 9th International Conference on the PPN Chipped and Ground Stone Industries of the Near East. Leiden: Sidestone Press, 327-339.

Coutil L. 1909. Casse-tête en silex, trouvé à St-Quentin-des-Iles, près Bernay (Eure). Bulletin de la Société préhistorique de France 6 (8) : 435-436.

Curran J.B., Raymond D.E. 2021. War clubs in Southern California: An interdisciplinary study of blunt force weapons and their impact. Journal of Archaeological Method and Theory 28(4): 1200-1223.

Curran J.B. 2023. The manufacture process of war clubs: Replicatin indigenous technological systems of conflict from the Lower Colorado Basin. North American Archaeologist 44(1) : 21–42.

Durand J. 2011. Une pièce bifaciale perforée sur le site néolithique de Limay (Yvelines) « Rue nationale ». Revue archéologique d’Ile-de-France 4 : 43-48.

Gonçalves V.  Andrade M. et Pereira A. 2005. As placas de xisto gravadas e o báculo recolhidos nas duas Antas da Loba (N. S.ª de Machede, Évora). Revista portuguesa de arqueologia, ISSN 0874-2782, Vol. 8, Nº. 2, 5-54.

Fordes C. D. 1931. Ethnography of the Yuma Indians. Berkeley: University of California Press.

Nougieu M. et Chevillon A. 1933. Deux casses-têtes circulaires à trou central du Gâtinais, Bulletin de la Société préhistorique française, 30 (9) : 511-512.

Sánchez Priego et Brenet 2007. Approche expérimentale des modes de fabrication et de fonctionnement des herminettes de type Mureybet. In Systèmes techniques et communautés du Néolithique précéramique au Proche-Orient. Technical Systems and Near Eastern PPN Communities. Sous la direction de Laurence Astruc, Didier Binder et François Briois. Éditions APDCA, Antibes, 2007, p. 33-45.

Sánchez Priego, J.A. Pichon F., Abu-Azizeh W. 2023. Expérimentation sur les « Casses-têtes » néolithiques des chasseurs ghassaniens de Jibal al-Khashabiyeh (désert Jordanien). Première partie. La production des outils. ArchéOrient – Le Blog. https://doi.org/10.58079/bd2p

Soulier P. 2020. André Leroi-Gourhan et l’Océanie [en ligne] in E. Dotte-Sarout, A. Di Piazza, F. Valentin et M. Spriggs (dir.) Pour une histoire de la préhistoire océanienne. Approches historiographiques de l’archéologie francophone dans le Pacifique. Pacific-credo Publications, 139-162.  Disponible sur https://books.openedition.org/pacific/1103?lang=es

Terral A. 1929. Un casse-tête à tranchants avec trou d’emmanchements à rainures. Bulletin de la Société préhistorique de France 26(12), 589-595.

Tooker E. 1994. Lewis H. Morgan on Iroquois material culture. Arizona, The University of Arizona Press (Etnhological Colletions).

Les auteurs

Juan Antonio Sánchez Priego est chercheur associé au laboratoire UMR 5133-Archéorient du CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Spécialiste en technologie lithique et expérimentation en préhistoire, Néolithisation du Proche-Orient.

Fiona Pichon est chercheuse post-doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien, spécialité tracéologie, à l’Institut Milà y Fontanals du CSIC à Barcelone (MSCA-IF) et chercheuse associée au laboratoire Archéorient.

Wael Abu-Azizeh est enseignant-chercheur à l’Université de Lyon 2, et membre du laboratoire Archéorient. Spécialiste des marges désertiques du Proche-Orient au cours de la préhistoire récente, il co-dirige la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juan Antonio Sánchez Priego, Fiona Pichon et Wael Abu-Azizeh (28 juin 2024). Expérimentation sur les « casse-têtes » néolithiques des chasseurs ghassaniens de Jibal al-Khashabiyeh (désert Jordanien). Deuxième partie. L’utilisation expérimentale des outils. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wgi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search