Paysages du front d’Orient (10). D’art et d’artillerie, le dessin de paysage des militaires au front

La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre.

Y. Lacoste, 1976

L’art de la guerre est indissociable de la bonne topographie. Il en reste d’ailleurs quelques traces dans le vocabulaire de cette dernière, où l’on désigne la différence d’altitude entre le point le plus haut et le point le plus bas d’une pente par le terme « commandement ». Pour l’offensive ou pour la défensive, s’approprier et maîtriser le terrain sont une nécessité absolue et toute armée en campagne, si elle ne dispose pas préalablement de cartes, déploie ses groupes de topographes afin de reconnaître son territoire d’action.

C’est à une tâche de ce type que durent s’atteler les armées qui s’affrontèrent lors de la campagne d’Orient ; un effort énorme si l’on rappelle qu’il n’existait alors aucune carte à moyenne échelle dans les Balkans et que les seules topographies existantes restaient assez approximatives dès que l’on s’éloignait des grands chemins.

Une topographie précise est naturellement utile pour les mouvements de troupes, mais elle est encore plus nécessaire à l’artillerie qui, sans ce type d’information, ne peut correctement régler ses tirs sur les positions adverses.

De nombreux croquis établis sur un fond topographique à courbes de niveau ont ainsi été faits par les artilleurs tenant des batteries ou des mitrailleuses (fig. 1). Leur objectif était double. Il s’agissait d’une part de détecter et cartographier les angles-morts et les positions d’abris vis-à-vis de leur tir et, d’autre part, de chercher à réduire ces mêmes angles-morts en organisant l’implantation des armes de façon appropriée. Sur les versants qui s’élèvent sur la rive orientale du lac d’Ohrid, on mesure ainsi l’effort d’analyse topographique destiné à prendre en enfilade, du mieux que l’on peut, tous les vallons ou replis de terrain dans lesquels l’adversaire peut se soustraire aux obus ou se rapprocher des lignes françaises en progressant à couvert. Une succession de petits feuillets sur calque – un par mitrailleuse – traduit cette recherche d’optimisation : un petit système d’information géographique avant l’heure…

Fig. 1 : Positions des mitrailleuses et topographie d’artilleurs du secteur de Ljubanista près du lac d’Ohrid. Les surcharges en rouge représentent les parties en angle-mort. Source SHD

À la carte ou à l’esquisse topographique, s’ajoute le dessin ou le panorama de paysage, l’une et l’autre étant parfois étroitement complémentaires, comme le montre un modèle d’instruction destiné à normaliser la pratique (fig. 2).

Produits en de nombreux sites, ils donnent une représentation paysagère des lieux et des positions occupées par l’ennemi, ainsi que de ses ouvrages d’art. Des instructions demandent expressément que chaque observatoire militaire, permanent ou temporaire, produise une « vue panoramique ». Celle-ci facilite la connaissance du terrain, permet de transmettre les caractéristiques et l’état du front à des officiers qui ne l‘ont pas encore parcouru. Il est également précisé que « l’observation doit être patiente, passionnée et continue » dans la mesure où « la guerre de tranchée n’est pas une trêve ni un service de garde [mais] une phase de la bataille ».

Fig. 2 : Modèle d’instruction pour le croquis perspectif et le croquis topographique. Le dessin est normé pour les éléments à représenter. Source SHD.

Dans leur grande majorité, ces vues sont des épures de la ligne du relief sur lesquelles sont apposées les noms ou les surnoms des sommets [Devos et al. 2020], des cols, des vallées ou vallons, des cours d’eau ou des marais (fig. 3). Les tranchées et batteries ennemies y figurent aussi, parfois dans une autre couleur. D’autres éléments pouvant jouer un rôle dans la maîtrise du terrain sont également signalés, comme les massifs forestiers ou les bois, forts rares dans la Macédoine de cette époque, sauf dans les montagnes les plus élevées.

Ainsi, dressés de proche en proche depuis plusieurs observatoires, ces croquis prennent le terrain dans un tir croisé de surveillance et constituent même des séries qui permettent littéralement de tourner autour du relief ou de le faire défiler, un peu à la manière d’un simulateur 3D (fig. 4).

Fig. 3 : Extrait d’un panorama développant la vue sur le massif situé à l’est de la plaine de la Cerna (Pélagonie), dessin sur calque. Plaine marécageuse au premier plan, reliefs dénudés au second. Source SHD.
Fig. 4 : Quatre croquis du massif de la Metsa (Albanie orientale). Source SHD.

Rien ne permet de savoir si ceux qui dessinaient ces panoramas avaient au préalable reçu une instruction graphique particulière. Mais on ne peut que constater à quel point la facture et le contenu de ces paysages diffèrent d’un observateur à l’autre.

De toute évidence, certains dessins ont été établis d’après des tirages photographiques, originaux que l’on retrouve parfois dans les archives. Le dessin, minutieux, reprend fidèlement les nombreux détails fixés par les clichés : végétation, habitat, parcellaire rural… et restitue efficacement la profondeur de champ de la chambre noire (fig. 5). Ces documents étaient destinés à être reproduits à l’imprimerie de l’Armée française d’Orient ; dans l’armée britannique, on procédait de même.

D’autres sont établis sur calque, ce qui suggère là aussi l’existence d’un modèle original destiné à être copié. Ces calques portent par ailleurs des surcharges qui sont peut-être des informations complémentaires ajoutées dans un second temps.

Fig. 5 : Panorama d’après photographie (extrait). La retombée orientale du massif de la Tzena, vue vers le nord depuis les hauteurs d’Archangel.

Bon nombre de ces vues paysagères sont de simples croquis où les lignes du paysage sont plus ou moins adroitement rendues, où les arbres ou les à-plats de couleur évoquant le modelé ou la végétation sont inégalement suggestifs (fig. 4).

Un autre aspect de ces dessins est la marque personnelle qu’y mirent certains de leurs auteurs, parfois anonymes, dans tous les cas des artistes amateurs et profanes. Dans ce désert des Tartares que fut le front d’Orient, si peu actif entre décembre 1916 et l’été 1918 qu’il passait pour être une planque, il y eut de longues journées de répit, et assurément même d’ennui. Aussi, on peut se risquer à penser que le soin mis par quelques dessinateurs à réaliser de petits chef-d’œuvre (fig. 6) tient plus à la recherche d’un sens dans l’application graphique qu’à la poursuite d’un objectif militaire qui, du reste, tient une place fort secondaire sur de telles miniatures.

Fig. 6 : Panorama à l’encre, représentant un segment de la chaîne Kajmaktchalan-Sokol. Source SHD

Et le goût du dessin déborde du cadre militaire. Il se signale dans la correspondance destinée aux familles ou aux proches, certains soldats réalisant leurs croquis sur du papier à carte postale, en utilisant la face destinée en principe à l’impression du cliché. On trouve de véritables trésors, comme cette série présentée par l’école française d’Athènes, ou des pièces isolées, de facture plus simple, comme cette esquisse par laquelle un soldat allemand, en quelques coups de crayon de couleur, restitue l’atmosphère matinale de la vallée du Vardar, au passage des Portes de Fer (Demir Kapu, auj. Demir Kapija, en République de Macédoine du Nord) (fig. 7).

Fig. 7 : Dessin d’un soldat allemand sur un papier à carte postale, intitulé « la Porte de fer, Macédoine ». Source coll. particulière.

Moins anonymes sont les œuvres issues de la commande officielle, qui s’adresse aux peintres militaires, artistes de profession employés par les armées. Sur le front de Macédoine, une des œuvres les plus connues est celle de l’Anglais W. T. Wood, qui évoque sur de grandes toiles conservées à l’Imperial War Museum les atmosphères et les paysages d’alors, alliant la précision topographique à un remarquable talent (fig. 8).

Fig. 8 : The Doiran front seen from Sal grec de Popovo. Huile sur toile, William T. Wood, 1918, Imperial War Museum.

On ne peut négliger, non plus, le contenu informatif de ces vues. Dans bien des cas, les séries photographiques originales ont disparu, ou restent pour l’heure introuvables. Le dessin est un témoignage, parfois précis, toujours localisé et daté, de l’aspect des paysages végétaux du front de Macédoine. À l’instar de la photographie, il se prête à l’observation reconduite, pour apprécier et mesurer l’enfrichement des pentes, la progression des arbres sur les planina sommitales, la disparition des terroirs ou de l’habitat montagnards, la rétraction des zones humides, toutes dynamiques qui orientent fortement la trajectoire des paysages balkaniques depuis la seconde moitié du xxe siècle.

C’est un corpus graphique disparate, multiforme, qui, au-delà des stricts objectifs d’artillerie qui furent les siens entre 1916 et 1918, ouvre des perspectives de travail sur le changement environnemental, mais aussi sur la perception des paysages et l’appréhension du terrain par les hommes de troupe engagés en Orient (fig. 9).

Fig. 9 : Vue du col de Huma sur un croquis militaire ; dessin à l’encre et crayon de couleur. Comparer avec la vue présentée sur la figure 5. Source SHD
Référence

Devos A., Taborelli P. et Perarnau R., 2020. Les noms de tranchées et de boyaux de la Grande Guerre en Champagne, EchoGéo [En ligne], 53 | 2020, DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.19927

L’auteur

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Jacob-Rousseau (21 juin 2024). Paysages du front d’Orient (10). D’art et d’artillerie, le dessin de paysage des militaires au front. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vbp


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search